Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
Qatar Sam 1 Juil - 21:12ZIGHOUD15
allemagne Sam 1 Juil - 21:10ZIGHOUD15
Moyen - orientDim 12 Mar - 9:08ZIGHOUD15
Stupidité arabeLun 6 Mar - 15:03ZIGHOUD15
Abane Ramdane dit AliMar 25 Aoû - 20:27Sphinx
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
73 Messages - 0%
Galerie


Juillet 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier

Connexion
anipassion.com
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 35
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Chômage et emploi en Afrique du sud

le Ven 27 Avr - 17:02
Le marché de l'emploi en Afrique du Sud

L’emploi est le défi majeur de l’économie sud-africaine. Le taux d’activité atteint seulement 54,8 %, soit un des plus faibles niveaux parmi les pays émergents, et le taux de chômage est très élevé, à 24,5 % en septembre 2009. Le chômage et le non-emploi touchent plus particulièrement les populations historiquement défavorisées, les jeunes et les femmes. Ce sont néanmoins ces catégories de population qui bénéficient le plus des créations d’emploi sur la période récente.


La création d’emploi en Afrique du Sud est entravée par des problèmes structurels de grande ampleur, notamment une pénurie critique de travailleurs qualifiés mais aussi des problèmes sociaux et sanitaires comme l’épidémie de VIH/SIDA. En outre, le tissu économique sud-africain s’avère peu propice à la création d’emploi, avec des secteurs structurants peu intensifs en emplois (secteur minier, services financiers) et une forte propension dans les autres secteurs à faire appel à une main d’oeuvre peu qualifiée et à des emplois précaires (commerce, construction, agriculture). Ceci explique en partie pourquoi le pays rencontre des difficultés à créer des emplois en période de croissance et est en revanche très affecté par un ralentissement ou une récession de son économie. Par ailleurs, la faible taille du secteur informel l’empêche de jouer son rôle d’amortisseur et réduit dans l’ensemble la flexibilité du marché de l’emploi en Afrique du Sud.

Malgré une volonté affichée de répondre à la question de l’emploi et ses conséquences socioéconomiques, l’action gouvernementale reste globalement inefficace. Le gouvernement sud-africain tente sans grand succès d’influer sur l’évolution du chômage à l’aide de programmes dédiés à la création d’emploi, notamment dans le secteur public et via de grands travaux d’infrastructure. Leur impact reste marginal du fait du manque de moyens, de problèmes de mise en oeuvre, et de l’immensité de la tâche à accomplir. Par ailleurs, les filets de sécurité sociaux restent peu développés et l’accompagnement des chômeurs est largement insuffisant. A cela s’ajoute une sécurité sociale embryonnaire et qui reste pour le moment dépendante des employeurs, laissant de côté l’ensemble des personnes sans emploi. La tâche à accomplir par les autorités reste énorme et les attentes de la population sont fortes.

http://www.tresor.economie.gouv.fr/2156_le-marche-de-lemploi-en-afrique-du-sud


L'Afrique du Sud mise sur l'investissement pour lutter contre chômage et inégalités

L'Afrique du Sud veut faire de l'investissement, public et privé, la réponse au "triple défi de la pauvreté, de l'inégalité et du chômage", a déclaré jeudi le président Jacob Zuma, dans son discours annuel à la Nation devant le parlement au Cap.

Dix-huit ans après la fin de l'apartheid, "le triple défi du chômage, de la pauvreté et de l'inégalité persiste, malgré les progrès. Les Noirs, les femmes et les jeunes sont ceux qui souffrent le plus", a lancé le chef de l'Etat devant les parlementaires.

Comme prévu, le discours présidentiel a été consacré essentiellement à l'économie, et aux moyens de relancer la croissance et l'emploi dans un pays où près d'un quart des adultes sont officiellement au chômage.

Jacob Zuma a notamment annoncé un programme d'investissement public de 300 milliards de rands (30 mds euros) sur les sept années à venir. "200 milliards de rands seront alloués à des projets ferroviaires et le reste à des projets portuaires", a-t-il dit.

Le but est de favoriser l'activité minière, traditionnellement la première richesse du pays, et de stimuler les exportations en créant, d'une part, des axes de transports entres les régions industrielles et minières et la mer, et en augmentant les capacité portuaires du pays, d'autre part.

L'industrie minière est clairement considérée comme un gisement potentiels d'emplois. Et le gouvernement vient de rassurer les investisseurs en réaffirmant haut et fort qu'il n'était pas question de nationalisation, contrairement à ce que réclame à cor et à cri la Ligue de Jeunesse de l'ANC, le parti du président Zuma.

Ce dernier a d'ailleurs lancé un appel au secteur privé pour qu'il s'associe à l'effort collectif: "Le gouvernement seul ne peut pas résoudre tous les défis auxquels le pays est confronté, mais en travaillant ensemble, des solutions sont possibles (...) Pour l'année 2012, nous invitons la nation à se joindre au gouvernement dans un mouvement de développement massif des infrastructures".

Attendu sur le terrain du chômage, le président a noté sans triomphalisme un très léger mieux enregistré ces derniers mois: "Les chiffres du dernier trimestre 2011 indiquent que le taux de chômage a chuté de 25% à 23,9%, grâce à la création de nouveaux emplois".

Critiqué par la gauche de son parti, et en quête d'une investiture pour un second mandat en 2014, Jacob Zuma s'est cependant montré optimiste, et n'a pas hésité à rappeler qu'il avait lui-même déclaré 2011 "année de la création d'emplois", lors de son précédent discours à la Nation.

"Les résultats sont encourageant, bien que nous ne soyons pas encore sortis d'affaire, compte tenu de la situation économique mondiale", a-t-il estimé.

Malgré une croissance économique soutenue depuis la fin du régime de l'apartheid, l'Afrique du Sud n'a jamais réussi à faire reculer un chômage massif. Si le chiffre officiel des demandeurs d'emplois est bien de 23,9%, il grimpe à 32,7% si l'on prend en compte les Sud-Africains qui déclarent avoir renoncé à chercher un emploi.

Le gouvernement a promis de créer cinq millions d'emplois d'ici à 2020, mais sa promesse repose sur l'hypothèse d'une croissance de 7%. Le FMI prévoit un accroissement du PIB de 2,5% pour 2012.

Pour ceux qui travaillent, les conditions restent difficiles. Soixante pourcent des salariés du secteur formel de l'économie touchent moins de 2500 rands/mois (250 euros), selon un chiffre officiel. L'Afrique du Sud reste l'un des pays au monde où les inégalités sont les plus criantes.

LE CAP (© 2012 AFP)
http://www.afriquinfos.com/articles/2012/2/9/afrique-australe-196433.asp


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum