Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Témoignages autour de la guerre d'Algérie  120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8038 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
162 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Témoignages autour de la guerre d'Algérie  Empty
Juin 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

Calendrier

Connexion

Partagez
Aller en bas
Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Témoignages autour de la guerre d'Algérie

le Dim 13 Mai - 13:51
Ce topic regroupe des témoignages ( photos, vidéos,articles de presses ) autour de la guerre d'Algérie à travers des interviews avec des personnalités qui sont encore en vie.

Témoignages de torturés pendant la guerre d'Algérie

http://static.lexpress.fr/assets/159/poster_81719.jpg

Utilisée durant la guerre d'indépendance, la torture fut dénoncée par de multiples témoins. Jean-Pierre Guéno a rassemblé leurs écrits.
"Les parachutistes se sont présentés chez moi et ont perquisitionné. Ils m'ont emmenée avec mon jeune frère Claude et transportée en Dodge, les yeux bandés. Nous sommes arrivés très vite à la villa Sésini où l'on m'a remise à un homme avec ces mots : "Jusqu'à ce que mort s'ensuive"..." Lucie Costas, dans cette lettre adressée en mars 1957 au Monde, raconte les heures de sévices qui ont suivi son arrestation pendant la bataille d'Alger opposant les paras de Massu au FLN.
Ce témoignage, adressé à Hubert Beuve-Méry, le directeur du quotidien du soir, et d'autres, aussi terribles, destinés aux patrons de L'Express et de France Observateur ont été rassemblés par Jean-Pierre Guéno. Jusqu'alors éparpillés, parfois oubliés ou, surtout, inédits, ces récits jettent un éclairage cru sur cette guerre à outrance qui ne disait pas son nom. Et qui fit de nombreuses victimes, dont Maurice Audin, jeune mathématicien communiste, militant de l'indépendance de l'Algérie.

Le refus de voir la France "perdre son âme"

Dans une époque de fureur et de haine où les exactions étaient pratiquées dans les deux camps avec férocité, ces témoignages sur la "question", alors ignorés par le pouvoir, ont pourtant fourni des arguments à ceux qui refusaient que la France perde son âme. A des intellectuels : Jean-Paul Sartre, Claude Bourdet ; à des hommes de presse : Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jean Daniel ; à des militaires, comme le courageux général Pâris de Bollardière, qui, pour s'opposer à l'usage de la torture par ses troupes, évoquait, dans une lettre publiée par L'Express, "l'effroyable danger qu'il y aurait pour nous à perdre de vue, sous le prétexte fallacieux de l'efficacité immédiate, les valeurs morales qui, seules, ont fait la grandeur de notre civilisation et de notre Armée". De son côté, François Mauriac se désolait dans son Bloc-Notes : "Il reste des crimes qui atteignent ceux qui les commettent, le corps d'élite dont il porte l'uniforme et, à travers l'armée, nous-même, le peuple."


Mohamed Gholam dit Si Hacène : témoignage d’un ancien condamné à mort

http://www.elwatan.com/images/2012/05/02/histoire_980316_465x348.jpg

A l’état civil, Mohamed Gholam est né le 2 septembre 1935 à Koléa. Ancien militant du MTLD jusqu’au début de la lutte armée, en novembre 1954, puis responsable de l’organisation FLN de Aïn Benian, Douaouda et Zéralda, djoundi dans les rangs de l’ALN, puis officier au niveau de la Wilaya IV, et ce, jusqu’au 10 juin 1958, jour de son arrestation. Si Hacène détaille celle-ci, en tentant d’être le plus précis possible.


«Le 9 juin 1958, deux militants que j’avais chargés d’une mission furent arrêtés le soir même. Au cours de leur interrogatoire et torture, l’un deux avait parlé du rendez-vous que je leur avais fixé pour la nuit du 10 juin dans le refuge d’El Hadj Mohamed Lamali, à Chéraga. Ce jour-là, vers 17h, un militant nommé Abderrahmane Mekraz, dit Si Mourad, natif de Koléa, et moi-même, étions encerclés par l’armée française.Lors de l’accrochage qui s’ensuivit entre les soldats français et nous deux, j’ai été gravement atteint par des balles au niveau du cœur, ce qui m’a fait perdre la rate. Une fois identifié, c’était la fête pour les militants français (ma tête était mise à prix 50 000 francs et ma photo affichée sur les murs). Les militaires étaient tellement joyeux que mon compagnon avait réussi à leur échapper.»

Gholam Mohamed, natif de Koléa, avait fait sa scolarité à Douaouda-ville. En 1943, lors du débarquement des Alliés, sa famille dut déménager à Notre Dame d’Afrique. Il ne put poursuivre ses études, car un jour il a été refoulé à l’entrée de l’école à cause de sa corpulence. «Il est trop grand, on ne peut pas l’accepter.» «Depuis, j’ai appris tout seul. J’ai fait l’école de la vie», résume-t-il.
Il faut dire que Mohamed jouit d’un gabarit appréciable. Très grand et très fort, il ferait penser à un catcheur.

A 77 ans, il garde la même verve et la même consistance. Il vous racontera avec émotion sa militance auprès de Benyoucef, qui a été son chef de cellule en 1953 et de Mahieddine El Haloui, des hommes d’exception, des militants de grande valeur. «Si Hacene» (son nom de guerre) a activé dans toute la zone du Sahel algérois aux côtés de Abdelaziz Hadji, Rachid Benrahmoune, Abdekader Benrabah et bien d’autres. Si Hacène parlera de ses compagnons, dont plusieurs ne sont plus de ce monde et qui, à ses yeux, ont été des résistants modèles tout au long de la côte ouest de la capitale.

Arrêté par la soldatesque française, Si Hacène fut transféré au PC du capitaine Belrout à Ouled Fayet «La torture avait commencé le soir même. Le lendemain, je fus transféré au châteaudun de Douéra, où je suis resté 25 jours malgré mon état de santé qui oscillait entre la vie et la mort, la torture n’avait point cessé. Là où je suis passé, c’était le même enfer, notamment chez ‘‘les paras’’ de Aïn Benian, sous le commandement du capitaine Marilini».

En 1959, après moult péripéties plus désagréables les unes que les autres, Si Hacène est transféré, le 20 avril 1959, à la prison civile de Blida pour un mois, puis à celle de Koléa pour une confrontation avec un ouvrier du gérant d’une ferme que j’ai abattu le 7 juin 1958.
Retour à Blida, puis à Alger. Le 28 juillet 1959, Hacène passe devant le tribunal où il est condamné à mort pour attentat contre le lieutenant Guarnier le 12 juillet 1957. Il se retrouve avec 10 autres condamnés à mort. Sid Ahmed Mokdad, Belkacem Attalah, Abdelkader Daïfi, Yahia Safi, Ahmed Aoun, Saïd Belaziz, Ahmed Zoukh, Ahmed Mouissi, Saïd Ganaïssi et Amer Moussa Charef.
Au mois de décembre, les exécutions avaient repris. Le premier à passer à l’échafaud fut Daïfi, puis huit jours plus tard, Ahmed Zoukh d’Azzefoun. A partir de ce jour, aucun de nous ne pouvait dormir tranquillement, chacun attendait son tour ! Les 12 et 13 janvier 1960, Si Hacène est jugé pour une seconde affaire. Il fut condamné à 7 ans de prison pour association de malfaiteurs, étant présenté comme chef d’une organisation terroriste.

Le 14 janvier, il est condamné à perpétuité pour l’assassinat de Boualem Labadi et Abdelkader Benaïssa à Aïn Benian. Le 15 janvier 1960, il fut de nouveau condamné à mort pour l’affaire de la grenade lancée au café de Chéraga. Le 9 novembre 1960, Si Hacène est transféré à la prison d’El Harrach, où se termine son histoire de condamné à mort commencée à Barberousse. «Je ne vais pas décrire le reste de ma détention dans les 14 prisons que j’ai ‘‘visitées’’ entre l’Algérie et la France.» Ce que je peux dire, c’est qu’aucune personne, quelles que soient son intelligence et son imagination ne peut comprendre vraiment ce qu’a vécu un condamné à mort.
Mohamed Gholam vit à Aïn Benian, entouré de l’affection des siens.

Rédaction nationale


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


Témoignages autour de la guerre d'Algérie  Th_ava10


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum