Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sujets similaires
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Géopolitique de la Transnistrie

Aller en bas

Sujet / Message Géopolitique de la Transnistrie

Message par Daûphin_zz_47 le Sam 19 Mai - 13:31

La Transnistrie

La Transnistrie, officiellement dénommée République moldave du Dniestr par les autorités qui l'administrent (en moldave : Република Молдовеняскэ Нистрянэ, Republica Moldovenească Nistreană ; en russe : Приднестровская Молдавская Республика ; en ukrainien : Придністровська Молдавська Республіка) est un pays non reconnu d'Europe de l'Est, dont le territoire est revendiqué par la République de Moldavie soutenue en cela par la totalité des États membres de l'Organisation des Nations unies. Sa capitale est Tiraspol.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/52/Transnistria-coa.png/80px-Transnistria-coa.png


La Moldavie et la Transnistrie. Géopolitique du voisinage euro-russe.



La Transnistrie, entité sécessionniste à l’est du Dniestr, abrite quant à elle la XIVe armée russe. Elle est surtout réputée pour ses réseaux de criminalité et son potentiel de déstabilisation pour le reste du pays. Si la Moldavie fait partie de l’« étranger proche » de Moscou, l’UE s’avère néanmoins de plus en plus présente dans la région avec la politique européenne de voisinage.

La Transnistrie : une entité séparatiste soutenue par la Russie

La Transnistrie est un petit territoire séparatiste de 4 000 km² environ, ce qui représente 11% de la superficie totale de la Moldavie pour 17% de la population en 1989 et plus du tiers du PIB. Ses institutions se trouvent à Tiraspol, qui fait office de capitale. La République moldave de Transnistrie est une région plus russifiée que le reste de la Moldavie, par sa population et son histoire. D’une part, elle n’a jamais à proprement parler fait partie de la Roumanie. D’autre part, la conquête russe y a été plus précoce (dès 1792 par le grand général Alexandre Souvorov). C’est là que se recrute la majorité des membres du parti Communiste, au détriment des Bessarabiens, en raison d’une fidélité supposée plus grande au régime. Cette région de Moldavie est très hostile à la réunification avec la Roumanie, probable à la fin de l’URSS. Jouant sur cette peur, Igor Smirnov prend la tête du territoire autoproclamé en 1990. En août 1991, il soutient les putschistes conservateurs de Moscou qui souhaitent rétablir l’ordre en URSS. Cela ne l’empêche toutefois pas de jouir de soutiens parmi les élites militaires et des affaires étrangères russes. Ainsi, le général Lebed, à la tête de la XIVe Armée, joue un rôle non négligeable dans le conflit en décidant de soutenir militairement les dirigeants de la Transnistrie. Le conflit est en fait davantage une série d’escarmouches qu’une guerre frontale opposant deux armées. Un cessez-le-feu, qui n’a pas été remis en cause depuis, est signé en juillet 1992, mais la résolution du conflit reste inachevée.

La survie du régime de Tiraspol

La question centrale devient alors celle de la survie du régime transnistrien. En effet, celui-ci s’est donné de véritables assises pour survivre et perdurer. On peut distinguer trois piliers : l’économique, le politique et le sécuritaire. Le conflit est entretenu par un certain nombre de groupes d’intérêts présents en Transnistrie, en Moldavie, en Ukraine et en Russie. La Transnistrie a survécu économiquement grâce à une industrie encore en place métallurgique notamment, mais peu réformée, et de nombreux petits trafics illicites. Politiquement, on peut avancer que les élites bénéficient du statu quo : le régime autoritaire d’Igor Smirnov ne tolère pas de réelle opposition. En effet, il n’y a eu aucune élection respectant les standards internationaux de liberté et de justice depuis le début de la sécession. Enfin, la Russie a oeuvré au maintien de l’entité séparatiste sur le plan sécuritaire. Elle l’a fait notamment par une présence militaire prolongée, mais aussi par les dépôts d’armement sur place. Pendant toutes ses années d’existence, la « République du Dniestr » a cherché à construire sa propre identité sur le modèle pan-slave. Son alliance avec le Kremlin l’a incitée à soutenir la candidature de Yanoukovitch lors des élections présidentielles ukrainiennes en 2004. La Moldavie, de son côté, avait soutenu dès le départ Viktor Iouchtchenko.

La force du statu quo

Le statu quo est aussi encouragé par le mécanisme de négociations de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), qui laisse un droit de veto à tous les acteurs (Moldavie, Transnistrie, Russie, Ukraine et OSCE). L’objectif principal réside alors dans la construction d’un « Etat commun », acceptable par les deux parties. Cela revient à intégrer la Transnistrie au sein de la Moldavie sans la changer, alors que sa représentativité peut être mise en question. De plus, ses structures rendent la réintégration hasardeuse, puisque les systèmes monétaires, légaux, économiques et autres divergent. Le phénomène le plus inquiétant réside dans l’absence de volonté de résolution du conflit de plusieurs parties. Pourtant, ce « conflit gelé » a des conséquences annexes non-négligeables. En effet, outre une présence militaire indésirée, la région est devenue un lieu florissant pour le crime organisé. Pour autant, le conflit en Transnistrie est certainement celui parmi les « conflits gelés » qui a le plus de chance de trouver rapidement une issue. Pour mémoire, les autres « conflits gelés » sont le Haut-Karabagh, disputé entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ainsi que l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, territoires sécessionnistes situés en Géorgie. Si la réintégration par le haut (recherche d’un « Etat commun » sous protection internationale) échoue, les possibilités d’une « réintégration par le bas » (attraction de la Moldavie pour les résidents de Transnistrie) doivent être encouragées. Ainsi, le conflit chypriote est riche d’enseignements à ce niveau. La partie turque de l’île, séparatiste, masque de plus en plus mal ses velléités de rapprochement avec la partie Sud, plus prospère. Le conflit n’est pas encore résolu, mais la Moldavie pourrait suivre le même chemin de développement pour changer le statu quo.

http://www.moldavie.fr/spip.php?article367


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum