Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion
anipassion.com
Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Entretien

le Lun 4 Juin - 2:41
Entretien

L'entretien semi directif dans les sciences sociales
Dans l'industrie : voir Maintenance
En psychologie : voir entretien clinique ; voir entretien d'explicitation
En Sciences de l'éducation : voir entretien d'explicitation
Dans le domaine de la Formation Continue, l'entretien professionnel permet d'apprécier l'opinion et les souhaits de l'employé
En gestion des ressources humaines : voir entretien d'embauche ; voir entretien d'évaluation


Le nouveau monde arabe
Denis Bauchard



Denis Bauchard

Vendredi 1er juin 2012

Ancien diplomate, ancien président de l'Institut du monde arabe où il fit un travail remarquable de remise en ordre et d'ouverture de l'institut avant de devoir quitter ses fonctions pour placer un responsable politique inoccupé, Denis Bauchard actuellement maître de conférences à Sciences-Po et consultant auprès de l’IFRI est l'un des meilleurs spécialistes de la région. Dans Le nouveau monde arabe*, il fait un tableau à la fois historique et économique, politique et géostratégique du monde arabe avec des tableaux particulièrement clairs. Lui qui a été enseignant sur le tard, montre un réel sens de la pédagogie. Du rôle des États-Unis à la relation monde arabe / Occident passant et le double sentiment de fascination et de défiance existe entre eux, en passant par les conflits persistants, ce livre est l'un des meilleurs écrits sur le sujet.


1 Il y a eu une floraison de livres sur le monde arabe, pour autant la méconnaissance de cette région reste énorme, comment l’expliquer ?

La relation entre la France et le monde arabe est passée le plus souvent par des clichés, où l’émotion l’emporte sur la connaissance. Un historien américain, John Tolan, cite dans son livre sur les « Sarrasins », c'est-à-dire les Arabes, des propos particulièrement désobligeants, tenus au Xe siècle et que l’on retrouve aujourd’hui dans la bouche de certains responsables politiques français. Cette méconnaissance et cette défiance à l’égard du monde arabe se sont accentuées récemment : elles tiennent en particulier au fait que la France a occupé plusieurs pays arabes durant la période coloniale, que les processus d’indépendance ont été parfois très douloureux et que les plaies, en particulier pour l’Algérie, ne sont pas encore cicatrisées. Le fait que le terrorisme qu’a connu la France était principalement commis par des ressortissants de pays arabes a joué dans le même sens. Certes, les touristes français représentaient, tout au moins jusqu’au déclenchement des printemps arabes, une part importante des visiteurs, notamment en Tunisie ou en Egypte. Mais des séjours touristiques n’apportent pas une véritable connaissance des pays visités. Cependant, il y a également une réelle fascination pour ce monde arabe qui nous est proche. Le succès de l’Institut du monde arabe qui, certaines années, reçoit plus d’un million de visiteurs en témoigne. De même la floraison des livres publiés depuis le déclenchement des printemps arabes, au départ accueillis avec sympathie, est sans équivalent dans les autres pays européens, où les parutions ont été très limitées. Elle est également un bon indicateur de cet intérêt qui, espérons-le, pourraient déboucher sur une meilleure connaissance de ce monde complexe, car les idées simples ne suffisent pas pour se faire une opinion. Tel est le but de mon livre qui vise à replacer les révolutions arabes dans le contexte d’un monde qui est confronté à de multiples défis - politiques, économiques, sociaux, sécuritaires - préexistants comme à des situations de crise persistantes, en particulier en Irak, au Liban, en Palestine ou au Yémen..

2. Quel bilan tirez- vous des révolutions arabes un an après leur déclenchement ?

Il ne peut s’agir que d’un bilan provisoire. Après l’euphorie des premières semaines – grâce à un effet domino tous les pays arabes allaient devenir des démocraties modernes et laïques – il est apparu que ce printemps connaissait des évolutions très différenciées selon les pays. En effet par delà les éléments d’unité du monde arabe, les vingt deux pays qui le composent connaissent des situations politiques, économiques et sociales très différentes. Entre le Qatar et le Yémen, il y a non seulement des niveaux de richesse considérables mais des structures politiques et sociales et des systèmes économiques qui ont peu de rapports entre eux. Dans un souci de simplification, on peut distinguer quatre scénarios d’évolution : dans un certains nombre de cas, la révolution se poursuit et une véritable libération s’est produite, notamment dans l’expression des opinions, comme en Tunisie, en Egypte ou en Libye. Dans d’autres cas, on se trouve dans des processus de réforme contrôlé et limité comme au Maroc, en Algérie ou en Jordanie. Une troisième situation, dont nous parlons au quotidien, est celui de la violence, avec la Syrie qui bascule peu à peu dans la guerre civile. Enfin, et il s’agit essentiellement des pays arabes du Golfe, l’ordre règne, tout au moins pour l’instant. En fait, le seul pays qui se trouve véritablement engagé dans un processus démocratique, est la Tunisie. Ce sera un pays test. En Egypte, de graves incertitudes demeurent. En Libye, un vide politique s’est crée que des milices armées entendent combler. Au Yémen, pays menacé d’éclatement, la transition est difficile et les éléments proches du président Saleh n’ont pas renoncé à garder le pouvoir. Partout la révolution a été largement récupérée par les mouvements islamistes. Le risque existe maintenant qu’ils la confisquent. Cependant, le monde arabe connaît une mutation sans précédent, rien ne sera comme avant : les aspirations démocratiques progressent, mais la marche vers la démocratie sera sans doute longue et douloureuse. Mais il ne faut pas oublier que tel a été les cas pour les pays occidentaux.

3. Vous estimez que les mouvements islamistes sont des interlocuteurs valables incontournables qu'ils ont une légitimité démocratique née des élections et qu'ils reflètent le pays réel malgré quelques dérapages ponctuels. Ce n'est pas l'opinion la plus largement répandue dans les médias.

Certes, mais les faits sont têtus : toutes les élections organisées de façon « honnête » depuis le début du printemps arabe, qu’ils s’agissent des élections en Tunisie, en Egypte, au Maroc, au Koweït ont débouché sur le succès des mouvements islamistes. En Algérie, cette poussée islamiste a été sans doute occultée par le pouvoir, comme le révèle la controverse en cours. Déjà dans le passé, le Hamas avait triomphé lors des élections législatives de 2006 dans les Territoires palestiniens. Il s’agit d’un constat : cette évolution peut ne pas plaire, mais les mouvements islamistes apparaissent pour l’instant comme des acteurs légitimes et incontournables. Ceci ne signifie pas qu’ils vont instaurer, fondés sur la charia des Etats islamistes partout. Ils sont pragmatiques, doivent le plus souvent gouverner en coalition, et doivent faire face à des problèmes immédiats, notamment économiques, or ceux-ci ne peuvent être résolus par l’instauration de la loi islamique et ils doivent rassurer les touristes et les investisseurs étrangers. Ils savent que s’ils échouent, ils risquent d’être mis en minorité, et un ordre islamiste a peu de chance de se maintenir durablement au pouvoir après le goût pris pour la liberté après les révolutions. On passe par un « moment islamiste ». Mais, dans le monde arabe, comme ailleurs, rien n’est jamais acquis pour toujours.

4. Que penser de la montée en puissance du Qatar depuis le déclenchement du printemps arabe ?

Le Qatar est passé brusquement du rôle d’honnêtes courtiers proposant des solutions de conciliation, souvent appréciées comme au Liban ou au Soudan, à un activisme militant au profit des soulèvements arabes. Il profite, il est vrai, de l’effacement des « grandes puissances arabes » que sont l’Egypte, l’Irak ou la Syrie. Les troubles qui les affectent limitent pour l’instant leur capacité d’action diplomatique. Il y a de la part de l’émir du Qatar une véritable volonté politique d’accompagner, voire d’apporter son aide ces aspirations démocratiques – tout au moins hors du Qatar – dont le succès lui paraît inéluctable. Cette volonté se double de la conscience que son pays, vulnérable et fragile, dont la population autochtone est celle du XVe arrondissement de Paris mais dont le PIB est équivalent à celui du Maroc ‒ a besoin de se créer un réseau d’amis et d’obligés pour exister sur le long terme. Le soutien aux révolutions arabes reste cependant à géométrie variable avec une discrétion remarquée pour le cas de Bahreïn. Il dispose de moyens financiers à hauteur de ses ambitions avec le fonctionnement à pleine capacité des installations gazières de Ras Laffan. Il est aidé par le cheikh Qaradawi, le global mufti, prédicateur frère musulman très populaire dans l’ensemble du monde arabe. Il dispose avec Al-Jazeera d’une chaîne satellitaire influente au service de sa diplomatie. Il apporte des soutiens financiers et parfois militaires aux mouvements islamistes, notamment celui des Frères musulmans. Cependant cet activisme, en particulier, celui du premier ministre Hamad Ben Jassem au sein de la Ligue arabe, agace. Dans certains pays, comme la Libye ou la Tunisie, cette présence envahissante commence à être dénoncée. Certes, il y a convergence de vues avec l’Arabie saoudite, notamment sur la volonté de déstabiliser le régime syrien. Mais Ryadh a toujours été très méfiant vis-à-vis de ce « petit émirat » qui veut jouer dans la classe des grands. Par ailleurs sa relation avec l’Iran, avec lequel il partage le réservoir gazier considérable, s’est fortement dégradée et peut avoir des conséquences graves pour ses intérêts et sa sécurité. Il est peu probable que le Qatar puisse jouer longtemps ce rôle surdimensionné par rapport à son importance réelle.

5. La Turquie est-elle l'une des grandes bénéficiaires des mouvements géopolitiques en cours dans la région ?

La politique turque s’est orientée depuis plusieurs années, à l’initiative d’Ahmet Davutoglu, professeur d’université influent puis ministre des Affaires étrangères, vers une politique très active à l’égard du monde arabe, y compris en termes économiques. Après quelques hésitations en Libye puis en Syrie, le premier ministre Erdogan s’est engagé sur la voie d’un accompagnement des aspirations démocratiques. Lors d’une tournée, à l’automne 2011, dans plusieurs pays ayant fait leur révolution, il a présenté la Turquie, non comme un « modèle » mais comme une possible « source d’inspiration » pour les régimes qui se mettent en place et qui sont fortement influencés par des mouvements islamistes avec lesquels existe une certaine affinité. En effet, la Turquie peut prétendre d’avoir su concilier démocratie, modernité et islam. Cependant, les autorités turques s’inquiètent du basculement de la Syrie dans la guerre civile, alors qu’ils avaient établi des relations de bon voisinage et une bonne coopération avec le régime de Bachar Al-Assad, notamment pour contrôler les organisations kurdes proches du PKK. Cette évolution risque d’affecter leur sécurité, d’autant que dans le même temps leurs relations avec l’Iran se sont dégradées. Dans l’ensemble, surtout si les nouveaux régimes sont dominés par des mouvements islamistes, la Turquie peut exploiter à son avantage la situation crée par l’extension des révolutions arabes. Elle peut profiter du déclin des pays arabes qui étaient en rivalité avec elle, notamment l’Egypte. Cependant une évolution vers des chaos politiques ou économiques non maîtrisés, notamment à ses frontières, pourraient impacter de façon négative ses intérêts. Ainsi rien n’est joué.


* Denis BAUCHARD, Le nouveau monde arabe, André Versailles éditeur, 165 p.

palestine-solidarite.org


__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Invité
Invité

Sujet / Message Médias training

le Mer 20 Juin - 1:08
Médias training

Apprentissage de la maîtrise du comportement face aux media (maintien et réactions face aux caméras, entraînement et réflexes face aux questions des journalistes…).Formation essentiellement destinée aux responsables d'entreprise pour leur permettre de contrôler en partie leur communication.

Le media-training est une technique de communication venue du monde de l"entreprise, il y a une trentaine d'années, et désormais appliquée au monde de la politique, d'extrême-gauche à l'UMP. Il s'agit, pour un responsable politique ou d'entreprise, de se préparer a absolument tous les paramètres d'une intervention dans les médias (regard, vocabulaire, prestance, registre de vocabulaire, petites phrases...) et évidemment de préparer la cosmétique de l'argumentaire.

C'est dans ce genre de meeting qu'un conseiller peut parfois lancer tout de go des phrases du genre "travailler plus pour gagner plus" et autres conneries.

La promotion d'un décret ou d'une loi c'est comme la promotion d'un film : Press-junket, pitch et phrases préparées + bonne bardée de journalistes cire-pompes quand ils ne sont tout simplement pas dans la connivence (ou compagnons de ministres, spécialité française).

Technique à mon sens d'un autre age mais qui a encore la dent dure.
A garder en mémoire en toute circonstance télévisée.

[url][/url]
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Entretien

le Mer 4 Juil - 0:42
Entretien avec Mohamed Benchicou

"La femme de Messali, Emilie Busquant, est la vraie mère génitrice de l’indépendance algérienne"

Mohamed Benchicou, ancien directeur du Matin et écrivain, vient de publier son nouvel ouvrage : La parfumeuse, la vie occultée de madame Messali El Hadj, qui devrait sortir avant le 5 juillet en Algérie. Dans cet entretien, l’auteur revient sur le personnage d’Émilie Busquant, épouse de Messali El Hadj, qu’il décrit comme l’une des principales figures du mouvement national au début du vingtième siècle….

Comment avez-vous découvert ce personnage que personne ne semble connaître en Algérie ?

C’est un personnage qui ne se découvre que par hasard. C’est comme une pièce de cuisine qu’on perd et qu’on retrouve à l’occasion d’un déménagement. C’est grâce au personnage central du Mensonge de Dieu [le dernier roman de Benchicou, NDLR], incarcéré à la prison d’El Harrach avec Messali El Hadj et toute la direction du PPA (Parti populaire algérien) que je me suis intéressé à Émilie Busquant. Une femme qui était réellement enfouie sous les décombres de l’oubli.

C’est sidérant ! Il n’y a aucun personnage aussi central dans l’Histoire algérienne ayant été, à ce point, ignoré. Personne ne connaît cette femme qui créa le drapeau algérien ; qui rédigea le premier texte fondateur de la nationalité algérienne en 1927 ; qui a "construit", au sens charpentier du terme, qui a éduqué et formé Messali El Hadj et qui dirigea le PPA durant une courte période quand la direction était en prison.

Le programme de l’Étoile nord‑africaine reposait sur un point fondamental : l’Assemblée constituante. Un point calqué de la révolution française de 1789. Les colons français ont fait pression sur Messali pour qu’il abandonne. Et à chaque fois, sa femme refusait. Les détenus de Lambèse l’ont même surnommée "la mère du peuple algérien".

Comment avez-vous pu obtenir de la documentation pour écrire ce livre ?

Il n’y a que deux femmes universitaires qui se sont intéressées à ce personnage. J’ai aussi interrogé sa fille, Jennina, son gendre et son petit‑fils, Chakib Belkalafat. Au début, je n’arrivais pas à arracher beaucoup de choses à sa fille. J’ai compris qu’on ne peut pas réhabiliter sa mère sans nuire à son père. Réhabiliter Émilie c’est diminuer automatiquement de Messali. Mais elle a eu le courage de parler, d’expliquer et d’aller jusqu’au bout.

Comment expliquez-vous cet ostracisme ?

Cet ostracisme renseigne sur le nombre de contrevérités qu’il y a dans l’histoire (algérienne). Sa version actuelle ne pouvait citer Émilie Busquant pour plusieurs raisons.

La première est simple. Faire oublier ce personnage, c’est faire oublier tout un pan de l’Histoire de notre pays. Le réhabiliter, c’est mettre la lumière sur cette période qui n’est pas enseignée et au cours de laquelle tout s’est joué. C’est que la femme de Messali El Hadj a toujours lutté pour maintenir le mot d’ordre de l’indépendance dans le programme du mouvement national. Un mot d’ordre qui n’était pas porté par l’élite algérienne. Les communistes, Ferhat Abbès et les oulémas étaient alors du côté de la France. L’élite algérienne, dont on se prévaut aujourd’hui, était une élite collaboratrice à l’époque. La notion d’indépendance n’existait pas. Je pense qu’il y a une stratégie de la falsification de l’Histoire. Son effacement coïncide exactement avec le virage islamisant pris par le mouvement national dès les années quarante.

La deuxième est qu’Émilie est une femme. Toutes les femmes, qui ont peu ou prou fait quelque chose, de la Kahina jusqu’à Djamila Boupacha, ont été effacées pour une raison qui me semble très simple. Réhabiliter leur combat, c’est offrir aux femmes une légitimité historique.

Source:tsa

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Entretien

le Dim 15 Juil - 0:07
Afghanistan: ni "honte" ni "exaltation du sacrifice" mais un "story telling" s'impose



Extraits d'un entretien avec le colonel Michel Goya, directeur d’études du domaine "Nouveaux conflits" à l’Institut de Recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM). Cet entretien est paru dans Ouest-France ce matin. Michel Goya est également titulaire de la chaire d’action terrestre du centre de recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Il anime un excellent blog La voie de l'épée. :
http://lavoiedelepee.blogspot.fr/

C’est bien de la guerre que rentrent les troupes de combat françaises ?

Pour certains, c’est encore dur à reconnaître. Mais il faut bien admettre le fait guerrier, même si ça fait peur, même si on ne se situe pas sur le schéma de la guerre inter-étatique, comme en 1991. En Afghanistan, la guerre est toutefois arrivée progressivement. On a d’abord eu l’opération antiterroriste Enduring Freedom à laquelle ont pris part les forces spéciales françaises ; puis on s’est impliqué dans une opération de stabilisation tout en refusant l’idée de guerre contre-insurrectionnelle qui évoque pour les uns le Vietnam, pour les autres l’Algérie. Mais en 2006, il a bien fallu admettre que l’Otan s’engageait dans une guerre ; et puis est arrivée 2008.

Une année charnière pour la France en Afghanistan ?

Le grand révélateur a été l’embuscade d’Uzbeen en août et la mort de dix soldats français. Mais la décision d’engager nos troupes de combat en Kapisa, d’entrer en guerre, a été prise en mars 2008, sans travail de pédagogie devant le Parlement (un débat n’a eu lieu qu’en septembre) ou devant la Nation. C’était un coup politique qui rompait avec la période précédente où la France ne s’imbriquait pas totalement dans le dispositif otanien. En fait, le Président de la République a stérilisé le débat politique et s’est immiscé dans les opérations tout en se focalisant sur les pertes. On oubliait alors que le Tchad (158 morts), le Liban (158), l’ex-Yougoslavie (116) avaient été plus meurtriers que l’Afghanistan. On affirmait aussi que l’opinion publique était très sensible aux pertes, une croyance qui n’est pas forcément fondée. Mais refuser le prix du sang, c’est réduire l’efficacité tactique, c’est laisser l’initiative à l’ennemi, c’est donc provoquer de nouvelles morts de soldats.

Qu’est-ce que l’armée française a appris en dix ans de guerre ?
Ce qui émerge, ce sont les révélateurs des limites de nos capacités actuelles. D’abord, on a mesuré les effets négatifs des coalitions : chacun a son approche, sa culture et c’est celles du plus fort qui l’emporte. Mais les Américains ne sont pas les mieux préparés à ce type de conflit. La stratégie nous a échappé ; restait la tactique. Nos soldats ont fait un travail remarquable. Ils ont fait preuve d’un grand courage et d’une grande capacité d’adaptation mais le volume actuel de notre armée de terre ne nous permet pas de faire de la contre-insurrection à grande échelle. Pour sécuriser seulement 2 % de la population afghane, nous avons été obligés de concentrer 15 % de ce qui est demandé à l’armée de terre comme capacité totale de projection extérieure.

On a donc échoué…?

Certainement pas: l’Afghanistan n’est pas un échec. Victoire et défaite sont presque toujours des notions relatives. Maintenant, ce qui va importer, c’est la façon dont on va parler de l’Afghanistan. Quelle image va-t-on vouloir donner de ce combat ? Il y a tout un ’story telling’ à entreprendre et le politique va/doit y prendre part mais sans jouer la carte de la honte. Pour autant, il ne faut pas non plus tomber uniquement dans l’exaltation du sacrifice glorieux. S’il n’y a ni retour d’expérience ni débat, on va se retrouver dans un flou intellectuel où interviendra le judiciaire, la pire des choses. Cette guerre, ce n’est pas aux juges de la qualifier, mais aux militaires et aux politiques.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2012/07/13/afghanistan-ni-honte-ni.html

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Entretien

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum