Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Août 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Organisation nationale des moudjahidine (ONM)

le Mar 19 Juin - 0:39
Organisation nationale des moudjahidine (ONM)

MESSAGE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE AU SECRETAIRE GENERAL DE L’ORGANISATION NATIONAL DES MOUDJAHIDINE (ONM) A LA VEILLE DE LA TENUE DU 11E CONGRES DE L’ORGANISATION

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message au Secrétaire général de l'Organisation national des moudjahidine (ONM) à la veille de la tenue du 11e congrès de l'organisation. En voici la traduction APS :

"Chères sœurs moudjahidate,

Chers frères moudjahidine,


Je tiens tout d'abord à adresser mes fraternelles et chaleureuses salutations aux sœurs moudjahidate et aux frères moudjahidine, où qu'ils se trouvent dans notre chère patrie tout comme je rends grâce à Dieu Le Tout-Puissant de nous avoir accordé l'heureuse opportunité de nous réunir avec des frères qui nous sont chers et auxquels nous sommes attachés par des liens indissolubles depuis que nous avons épousé la cause nationale sacrée.

Ce qui avait alors rendu la séparation et l'exil supportables, ce sont bien ces liens qui nous unissaient à nos frères d'armes mais aussi notre attachement commun aux principes et notre constance en dépit des épreuves et malheurs rencontrés. Je saisis cette occasion pour souhaiter plein succès aux travaux du 11e congrès de notre illustre organisation.

J'ai l'intime conviction que l'Organisation nationale des moudjahidine (ONM), forte de ses hommes et de ses femmes et grâce à sa méthodologie reposant sur ses principes et les enseignements de sa lutte et à sa fidélité à ses convictions et à sa référence, apportera au cours de ce congrès un plus qualitatif qu'il s'agisse des préoccupations et des affaires internes de l'organisation ou de la qualité de la participation à la réalisation des objectifs nationaux.

Depuis sa création, l'ONM n'a point failli à sa mission. Elle s'est toujours acquittée pleinement de son devoir national et elle continue d'assumer, soutenue en cela par une composante au patriotisme avéré, des responsabilités cruciales puisque le pays et les nouvelles générations en particulier attendent d'elle qu'elle participe à l'accompagnement du processus de mutations en cours et des réformes à venir.

Il est évident à mon sens que l'Organisation nationale des moudjahidine continuera de nous éclairer et guider dans le contexte de dynamique globale de passage à une nouvelle étape dans la construction du pays et de l'homme. Certes la réforme vise dans son essence l'orientation du mouvement de vie des individus vers des valeurs à même d'améliorer la qualité de cette vie mais elle ne doit pas pour autant déboucher sur une cassure globale dans le système social avec les graves conséquences pouvant en découler.

J'entends par là que la réforme, donc le redressement de la trajectoire, est avant tout une nécessité et un devoir national qui vise à opérer des changements fondamentaux dans le système social et politique avec efficacité et conformément aux choix et aux aspirations populaires. Mais il n'est pas question de partir sur des bases sans identité car une telle attitude risque de porter un coup à la réforme en question et de produire un effet contraire à ses objectifs.

C'est dans ce contexte précis qu'intervient le rôle de l'ONM pour assurer le maintien et la perpétuation des liens avec les valeurs nationales authentiques et avec le legs éternel de la glorieuse révolution de novembre.

Ces réformes, bien que radicales, ne nous empêchent en rien d'assurer cette continuité et de garantir un havre sûr pour les nouvelles générations face aux tentatives de déracinement déferlant de tous bords.

La référence à l'importance de ces principes et à leur caractère inéluctable dans la réalisation des objectifs conformément à la volonté nationale et en prenant en compte les intérêts essentiels du pays et du citoyen ne doit pas renvoyer à une appréhension erronée de la nécessité de s'appuyer sur le principe de la souveraineté populaire, de revenir à la volonté du peuple et à la représentation émanant du choix démocratique libre des citoyens à différents niveaux.

Ce qu'il faut comprendre, c'est que la transition vers un nouveau mode de pratique politique, d'exercice des libertés individuelles et collectives et de liberté d'expression et de critique, est une évolution naturelle et une étape incontournable si nous voulons appréhender la nouvelle réalité avec les moyens nécessaires, une entreprise qui loin de renier ni dénigrer les efforts précédemment consentis, ambitionne de les consolider.

Elle est aussi une exigence nationale dans toute sa spécificité et sa différence tout comme l'était la glorieuse révolution de Novembre singulière par sa méthode, ses hommes et son message. Aussi, je reste convaincu que les prochaines élections législatives qui interviendront à la lumière de nouvelles donnes, en termes de garanties offertes et de moyens juridiques confortés et autres exigences, constitueront une transition sûre et de qualité qui cadre avec la volonté de changement et avec notre détermination à éradiquer certains procédés résiduels qui ont entaché les structures publiques voire l'image des institutions de l'Etat et leurs missions.

Il me faut également dire à cet effet, que l'élection d'une assemblée législative avec une composante humaine qui traduit la libre volonté du peuple et la représente de la meilleure manière qui soit, est une démarche à même de renforcer le processus de développement et de progrès dans tous les domaines. Je serai réellement heureux de voir notre nation concrétiser ce projet alors qu'elle s'apprête à célébrer le cinquantenaire du recouvrement de la souveraineté nationale et prouver ainsi sa capacité de préserver cet acquis arraché au prix d'immenses sacrifices.

Chers sœurs, chers frères

Nous pouvons aujourd'hui discourir plus aisément qu'auparavant lorsqu'il s'agit d'évaluer ce qui a été entrepris pour répondre aux besoins des Moudjahidine et des ayants droits. J'estime qu'avec les avancées réalisées en matière de mise en œuvre de la loi relative au Moudjahid et au Chahid et des textes d'application, nous avons pu combler le fossé entre les besoins réels en débat et les mesures de réponse proposées.

Nous sommes parvenus avec l'aide de Dieu, à assurer une vie décente aux moudjahidine et aux ayants droit et à suivre de près, et à travers les dispositions successives, la situation de cette catégorie par la multiplication de structures d'accueil et la mise en place d'outils de travail pour sa prise en charge psychologique et sanitaire et l'amélioration des différentes aides sociales. Nous comptons continuer sur cette voie pour que ni le moudjahid ni l'ayant droit n'aient à ressentir une quelconque forme de besoin ou de négligence.

Permettez-moi de rappeler à cette occasion, ce que j'avais longuement évoqué lors de votre 10ème congrès la priorité à accorder à l'histoire de la révolution, à la résistance nationale et à l'histoire de l'Algérie de manière générale. Car, de jour en jour s'affirme la valeur de civilisation et d'invincibilité des enfants de notre Nation et des générations futures en particulier dans ses aspects liés à l'identité et à l'histoire de la guerre de libération.

Il est donc attendu de l'ensemble des instances concernées, de redoubler d'efforts pour propager la sensibilisation à l'histoire considérée comme un facteur indispensable au parachèvement de ce que nous voulons réaliser en matière de développement civilisationnel au sein d'une société homogène et forte, à l'abri de toute aliénation ou violation.

Si j'ai souhaité voir ce congrès constituer une étape importante dans le renforcement des capacités de l'organisation et de son rôle dans la société, nous ambitionnons à travers ce nouveau souffle, l'intensification des efforts pour mettre à profit le temps au service de la mémoire de la révolution et de son histoire. Outre le fait qu'elle constitue un impératif vital et un droit des générations montantes, l'histoire est également un espace pour s'affirmer et un fondement essentiel dans les domaines de prééminence et de luttes.

Le temps passe emportant avec lui des hommes et des femmes au fait des secrets de l'histoire, et aujourd'hui nous sommes face à une situation qui ne tolèrerait ni négligence ni retard. Toutes les fois qu'un moudjahid disparaît, indépendamment de sa position dans la pyramide de la révolution, nous enterrons avec lui une partie de l'histoire, et une information précieuse s'en va si elle ne venait pas à être enregistrée et répertoriée.

J'appelle les frères et sœurs, à sauver ce qui peut être sauvé, car ils savent mieux que toute autre personne, que toute édification dénuée d'histoire est une édification sans fondement aucun et que toute Nation dépourvue de conscience historique est une nation dépourvue de potentiel de créativité et d'intégration dans le processus de développement.

Il y a lieu de réaffirmer, dans ce sens, la nécessité de l'écriture de l'histoire de la révolution et du mouvement national sur la base d'une vision pertinente et de critères objectifs de manière à répondre à l'aspiration de tous les Algériens et Algériennes, à savoir une histoire où l'on se réconcilie avec soi sans sélection, ni exclusion, ni occultation ou falsification des faits.

Je souhaite que cette organisation soit une citadelle qui fournira à l'école algérienne de l'histoire la matière authentique aidant à assainir notre histoire des éclaboussures des écrits irréfléchis et des souillures des campagnes de désinformation coloniales. L'Algérie qui aspire à de nouvelles perspectives s'oriente vers l'avenir avec vigilance. Vous avez choisi, à dessein, de tenir votre congrès la veille de la célébration de la fête de la victoire. D'où la nécessité d'attirer votre attention sur les questions d'actualité majeures en s'inspirant des hautes significations de cet événement historique important pour notre nation.

Je tiens, tout d'abord, à rendre hommage aux valeureux chouhada de l'Algérie qui se sont sacrifiés pour la libération de la patrie et à m'incliner devant leur mémoire priant Dieu tout puissant de les récompenser. Il est grand temps, cinquante ans après le recouvrement de l'indépendance nationale, de percevoir les fruits de l'interaction et de la complémentarité réelle entre la génération de novembre et les générations montantes et de voir dans ce contexte particulier et délicat, les moudjahidate et moudjahidine affirmer leur mobilisation et leur engagement dans le soutien du processus national.

Comme il est temps de sentir leur souci de sensibiliser les jeunes à l'importance des enjeux présents et à venir, de leur ouvrir la voie, de les inciter à s'impliquer dans les mutations que connaît la société et à participer activement au développement du pays de manière à lui permettre d'occuper la place qui lui sied.

Vous qui avez vaillamment accompli votre devoir national et qui êtes restés fidèles au serment, Vous qui avez lutté, unis sous la bannière du Front et de l'Armée de libération nationale, constituerez à jamais et nonobstant les courants intellectuels et appartenances politiques, une famille révolutionnaire unie et dévouée à la protection de l'unité et de l'intégrité du pays, de l'identité de la nation et de ses intérêts et de la cohésion du peuple amazigh, arabe et musulman soudé au sein d'une seule et unique Patrie.

Les moudjahidine et leur organisation séculaire ont un rôle prépondérant dans la préservation des précieux acquis de l'indépendance, la pérennisation des valeurs révolutionnaires et la préservation des symboles nationaux.

Notre pays qui est passé de la légitimité révolutionnaire à la légitimité constitutionnelle, poursuit sa marche jalonnée de réalisations en matière de développement et ponctuée de réformes politiques dans le sens de la modernisation des institutions de la République, la consolidation de l'Etat de Droit, l'ancrage de la pratique démocratique, la protection des libertés et la promotion des droits de l'homme.

Autant d'efforts pour édifier une société équilibrée et prospère où la citoyenneté se dévoile sous sa forme la plus noble et où tous les Algériens jouissent d'une vie digne et décente. La véritable révolution n'est autre qu'une volonté de changement, d'édification et de renouveau continu.

Le patriotisme authentique est synonyme de bonne citoyenneté qui doit prendre forme dans le comportement exemplaire de tous les membres de la société mais également dans leur engagement à assumer leurs responsabilités, accomplir au mieux leur devoir national et exercer pleinement leur droit constitutionnel à travers leur participation massive aux prochaines échéances électorales, à commencer par les élections législatives.

Les citoyens sont appelés à exprimer librement leur choix. Ils doivent savoir que leur voix est importante et qu'elle peut influer non seulement sur la prise de décision mais aussi sur la protection des acquis du pays et leur valorisation à travers le parachèvement des programmes d'édification et de renouveau susceptibles de consacrer développement et progrès".

Abdelaziz BOUTEFLIKA


L’ONM entend relancer le projet de loi criminalisant le colonialisme auprès de la nouvelle APN

Le secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), Saïd Abadou, entend relancer le projet de loi criminalisant le colonialisme auprès de la nouvelle APN issue des élections législatives du 10 mai. M. Abadou, qui s’exprimait ce jeudi devant la presse en marge de la tenue du Conseil national de l’ONM, s’est dit « confiant » dans la nouvelle Assemblée et « attaché » à « la revendication relative à la reconnaissance par la France actuelle des crimes commis par le colonialisme français contre les Algériens, à l'indemnisation et à la restitution des richesses spoliées, conformément aux lois onusiennes et en suivant l'exemple des pays qui ont reconnu leurs crimes et indemnisé leurs anciennes colonies ».

Déposé en janvier 2010 devant le Parlement, le projet de loi criminalisant le colonialisme, signé par 125 députés, a été gelé. Le gouvernement, saisi, n’y avait donné aucune suite. Ce gel, que l’ex‑président de l’APN, Abdelaziz Ziari, avait justifié par des « considérations diplomatiques, internationales et juridiques », ne semble pas faire consensus au sein des moudjahidine. En mars dernier, leur ministre, Mohamed Chérif Abbas, s'est dit « peu enthousiaste » quant à l'adoption d'un tel projet de loi. M. Abbas avait appelé à concentrer les efforts sur la récupération des archives nationales sur la guerre de libération. Il avait estimé que « chercher à tout prix que soit adopté le projet de loi criminalisant le colonialisme – intervenu en réponse à la loi glorifiant le colonialisme français adoptée par le Parlement français en 2005 – nous distrairait de questions plus profondes et plus importantes susceptibles de servir l'intérêt de la nation ».

tsa


__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum