Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message L'économie indienne

le Lun 1 Oct - 23:31
L'économie indienne

L'Inde fait partie des pays en développement dont la croissance économique a été la plus forte au cours des vingt dernières années. Avec une taille démographique comparable à celle de la Chine, mais un système politique et une stratégie économique fort différents, elle se profile comme l'un des futurs géants de l'économique mondiale.
Cependant, la victoire du Parti du Congrès aux élections législatives de mais 2004 a été une surprise. Les urnes ont démenti la vision d'une "Shining India" mise en avant dans la campagne électorale par la National Democratic Alliance, au pouvoir depuis 1998...

http://www.cepii.fr


La croissance indienne devrait s'établir à 6,7 % cette année

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La commission du conseil économique auprès du premier ministre a estimé vendredi 17 août que l'économie indienne devrait croître de 6,7 % pour l'année budgétaire en cours, qui s'achève fin mars 2013. Ce rythme serait légèrement meilleur que la progression de 6,5 % du PIB qu'a connue l'Inde l'an dernier mais bien loin du rythme proche de 10 % de croissance annuelle connu par le pays au cours de la dernière décennie.
"Le déclin du taux de croissance est un motif de grande inquiétude pour nous", a déclaré le président de la commission du conseil économique, C. Rangarajan, devant des journalistes à Delhi. Ces prévisions sont globalement similaires à celles du premier ministre lui-même, Manmohan Singh, qui a dit tabler sur une croissance marginalement supérieure à celle de 2011-2012, s'attirant les railleries de certains économistes et de l'opposition, les jugeant trop optimistes.

L'organisme anticipe par ailleurs une inflation comprise entre 6,5 % et 7 %. Ces prévisions, supérieures à l'objectif de la banque centrale d'atteindre une "zone de confort" de 5 %, prennent en compte une hausse des prix des denrées alimentaires après une mousson peu abondante.

ENCOURAGER L'INVESTISSEMENT

La situation de la troisième puissance économique d'Asie s'est détériorée ces derniers mois en raison notamment d'une forte inflation, de taux d'intérêt élevés, d'un important déficit budgétaire, d'une roupie malmenée et de restrictions à l'investissement qui limitent l'afflux de capitaux étrangers.

Lors de la fête de l'Indépendance, mercredi, M. Singh a promis de "tout faire pour encourager l'investissement" au moyen, notamment, d'une hausse des dépenses dans des projets d'infrastructures, citant les réseaux routier, ferroviaire et électrique, notoirement déficients.

La corruption et le non-respect des procédures posent également problème. L'auditeur général aux comptes a jeté vendredi un pavé dans la mare du gouvernement en affirmant que l'Etat avait perdu des milliards de dollars en attribuant des gisements miniers à des groupes privés au lieu de les vendre aux enchères. "Une partie de ce gain financier aurait pu bénéficier au Trésor public", indique le rapport, sans toutefois chiffrer la perte totale pour l'Etat. Ce rapport risque d'embarrasser en particulier le premier ministre, qui fut ministre du charbon de 2004 à 2009, en plus de sa fonction à la tête du gouvernement de centre gauche.

A l'automne 2010, l'auditeur général aux comptes avait révélé qu'une vente frauduleuse de licences de téléphonie mobile, orchestrée en 2008 par le ministre des télécommunications de l'époque, avait spolié le Trésor indien d'une somme allant jusqu'à 39 milliards de dollars.

lemonde.f


La libéralisation de l'économie indienne en panne

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le Parti du Congrès Trinamool (TMC) a annoncé mardi 18 septembre que ses six ministres allaient démissionner vendredi du gouvernement pour protester contre des réformes telles que l'ouverture du commerce de détail aux multinationales étrangères, déjà repoussée l'an dernier face à l'opposition du TMC.

Cette formation régionale a également annoncé que ses 19 parlementaires allaient retirer leur soutien au Parti du Congrès, qui dirige la coalition gouvernementale et dépend du TMC pour une majorité au Parlement.

Selon l'opposition, le retrait du TMC signifie que les jours du gouvernement du premier ministre Manmohan Singh – déjà affaibli par un scandale de corruption – sont désormais comptés et que des élections générales pourraient avoir lieu avant la date prévue de 2014.

"TÂCHE DIFFICILE"

"Le début de la chute du gouvernement de l'Alliance progressiste unie [United Progressive Alliance] a commencé", pronostiquait le porte-parole du principal parti d'opposition, le parti conservateur Bharatiya Janata Party, en référence à la coalition de partis de centre gauche.

De son côté, la presse notait que la perspective de voir le gouvernement promulguer de nouvelles réformes s'était sérieusement amenuisée face au retrait annoncé du TMC, dirigé par la populiste Mamata Banerjee.

Pour le Times of India, "engager des réformes audacieuses dans le secteur bancaire, des assurances et des retraites est une tâche difficile. Une autre hausse des prix des carburants semble improbable".

Les réformes annoncées prévoient notamment de permettre aux géants de la distribution, tels que Walmart, Tesco ou Carrefour, ainsi qu'aux compagnies aériennes étrangères, d'opérer sur le marché indien. Les mesures prévoient aussi une hausse de 12 % du tarif subventionné du gazole.

lemonde.f


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum