Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Algériens et leur histoire nationale 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Algériens et leur histoire nationale EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Algériens et leur histoire nationale EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Algériens et leur histoire nationale EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Algériens et leur histoire nationale EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Algériens et leur histoire nationale EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Algériens et leur histoire nationale EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Algériens et leur histoire nationale EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Algériens et leur histoire nationale EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Algériens et leur histoire nationale EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Algériens et leur histoire nationale EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Algériens et leur histoire nationale EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Algériens et leur histoire nationale EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Algériens et leur histoire nationale EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Algériens et leur histoire nationale EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Algériens et leur histoire nationale EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Algériens et leur histoire nationale EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Algériens et leur histoire nationale EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Algériens et leur histoire nationale EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Algériens et leur histoire nationale EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Algériens et leur histoire nationale EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Algériens et leur histoire nationale EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Algériens et leur histoire nationale EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Algériens et leur histoire nationale EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Algériens et leur histoire nationale Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Algériens et leur histoire nationale

Aller en bas

Sujet / Message Algériens et leur histoire nationale

Message par Sphinx le Ven 7 Déc - 22:01

Connaître son histoire nationale Arrow

Jacques Beauchemin : Nécessaire défense de l'histoire nationale

[...] Si l’histoire politique est si nécessaire, si elle doit être défendue, ce n’est pas tant parce qu’il faudrait défendre la nation en engageant une croisade pour elle, mais parce qu’elle seule parle du commun, de ce qui confère un sens au parcours collectif par-delà le bruit des intérêts et des conflits, parce qu’elle seule est capable d’inscrire dans la durée notre présence au monde en lui conférant un sens. À moins que, de ce côté-là des choses, on ait définitivement renoncé à faire l’histoire de notre peuple qui, sans elle, ne saura plus bientôt quoi comprendre ni espérer de ses quatre siècles en Amérique.

http://www.postedeveille.ca/2011/10/quebec-limportance-de-lenseignement-de-lhistoire-nationale.html


1962, les chemins de l'indépendance, de Abdelmadjid Merdaci
«Les Algériens n’ont pas un désir d’histoire»

«La méconnaissance de l’histoire de l’Algérie par les Algériens fragilise, c’est peu de le dire, les fondements du lien national et impose un devoir éthique de transmission».


Nous avons relevé cette phrase dans la postface du dernier ouvrage du sociologue et historien, Abdelmadjid Merdaci, 1962, les chemins de l’indépendance, qui nous a paru indicielle du souci de l’auteur d’apporter aux jeunes générations, cinquante ans après, des éclairages nécessaires, urgents, d’évènements ayant marqué l’année 1962, «année charnière dans le destin collectif national et un marqueur reconnu du processus historique de la décolonisation». Des faits de première importance, que le pouvoir a complètement occultés, sinon gommés. «Les Algériens n’ont pas un désir d’histoire.

En tant que chercheur universitaire, en contact avec les jeunes, je constate qu’ils (les étudiants) n’ont pas envie de connaître leur histoire pour des tas de raisons liées à l’Algérie indépendante, à la scolarisation, la censure de la recherche historique du régime et beaucoup d’autres facteurs ; c’est pourtant une question qui engage l’avenir», nous a notamment déclaré l’auteur lors d’un entretien à propos de cet ouvrage. Celui-ci, conçu à dessein en petit format - lecture aisée et petit prix pour les jeunes- (précision de l’auteur), rappelle, voire révèle à bon nombre de jeunes Algériens, «les étapes du processus de négociation entre le FLN- à travers notamment le GPRA- et les autorités françaises qui allaient aboutir à la proclamation du cessez-le-feu et à la déclaration générale fixant les transitions vers l’indépendance rend justice à la cohérence politique de la direction du Front».

Implacable, l’histoire rend, tôt ou tard, compte de ce que taisent les hommes - pour diverses raisons-, comme il arrive avec un secret trop longtemps tu, qui, un jour, jaillit tel un volcan, libérant des coulées de scandales et de profonds bouleversements. Peu connaissent par exemple la grave crise, ou les dissensions qui existaient au sein même des instances du FLN, CNRA, GPRA, l’accord FLN-OAS du 17 juin 1962… Ce dernier «est-il ainsi stricto sensu un non-évènement à la fois dans la liturgie patriotique instituée -dont il ne pouvait que bouleverser les postulats héroïques et populistes- mais aussi dans les élaborations académiques d’un récit national et tout autant dans les recherches- souvent d’une grande diversité- engagées y compris en France même».

Beaucoup de lecteurs, pas nécessairement issus de la nouvelle génération, découvriront des noms de personnalités ayant joué un rôle prépondérant dans les transactions pour l’indépendance, tel, par exemple, le président de l’exécutif provisoire, Abderrahmane Farès, dont la contribution a été, selon l’historien, peu reconnue au lendemain de l’indépendance. Un déni complet pour de grandes figures de la Révolution, masqué par un slogan qui empeste la démagogie : «Un seul héros, le peuple». Ou encore Les Accords d’Evian, qui préservent, pour une large part, les droits des Européens d’Algérie, lesquels «n’ont pas été poussés au départ», mais qui continuent, malgré tout, 50 ans après, d’entretenir une «culture victimaire».

La date même de l’indépendance (en réalité le 3 juillet et non le 5, comme décrété), révèle l’historien, «fait l’objet de controverse, sinon d’instrumentalisation». Le travail de Abdelmadjid Merdaci a, de l’avis de quelques lecteurs, cette vertu qu’on appelle honnêteté intellectuelle, ou âme et conscience. Voici, entre autres appréciations de l’ouvrage, celle d’un lecteur, telle qu’elle nous a été livrée : «Sans stigmatiser qui que ce soit, le livre démystifie des ‘vérités’ complaisantes et cette culture outrancière de ‘l’héroïsme’ de certains au détriment d’autres qui ont pourtant balisé le chemin vers l’indépendance avant de se retirer dans la dignité, et surtout pour ne pas attiser le feu de la terrible et sale guerre des clans pour le leadership, au lendemain de l’indépendance.»

Farida Hamadou
Source:elwatan.com


__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Algériens et leur histoire nationale Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Algériens et leur histoire nationale

Message par Sphinx le Dim 16 Déc - 0:08

L’Histoire passionne toujours les Algériens

Algériens et leur histoire nationale Thumbnail.php?file=9A_640410458

Nos compatriotes, malgré un semblant détachement, sont des férus d’Histoire. Dans la famille, les vieilles personnes parlent naturellement des grands événements vécus. Cette tradition de la transmission orale constitue une espèce d’initiation à la découverte des temps et des ambiances antérieurs. Le style narratif, souvent romancé et respectant une certaine chronologie mais sans s’encombrer de détails et de dates précises, captive l’intérêt d’un jeune auditeur qui se voit en face d’un acteur vivant de l’époque évoquée ou ayant reçu en héritage le récit d’un aïeul disparu. Dans l’intimité d’un coin de cheminée ou au cours d’un bref échange au marché, on évoque constamment cette mémoire à la fois individuelle et collective. Au cours d’une discussion anodine, on peut apprendre tant de choses sur la présence turque en Algérie, les premières années de la colonisation françaises, les mouvements de résistance du 19e siècle, les deux guerres mondiales, la révolution du premier Novembre, les premières années de l’Indépendance et les diverses mutations socioculturelles traversées depuis. Ça parle de tout ; la vie de tous les jours, la politique, la technologie, la mode et l’art. On se remémore des époques différentes au gré d’un débat spontané. On apprend ainsi sur l’époque où le cheval et le mulet prenaient la place de la mécanique d’aujourd’hui, les chants et costumes d’autrefois, les moulins à eau et les presses manuelles, les répressions et les misères.Même si cela manque de précision, la transmission orale représente une espèce d’immersion précoce dans ce monde merveilleux des souvenirs familiaux ou populaires. Cette période marque le jeune récepteur qui, une fois à l’école, essayera de situer et de vérifier la véracité des faits qui lui ont été rapportés. Le manuel scolaire étant insuffisant pour combler cette quête personnelle de vérité, le chercheur en herbe élargit ses horizons pour satisfaire une curiosité désintéressée. Adulte, le livre d’Histoire, surtout quand il soulève des polémiques et des réactions contradictoires, aiguise davantage son intérêt. Les fonds documentaires, aujourd’hui disponibles sur Internet, constituent une autre source pour les passionnés qui y trouvent, notamment, des photos, des cartes postales et des portraits permettant une meilleure perception des scènes relatées.

Suite à lire :
http://www.latribune-online.com/suplements/culturel/76055.html

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Algériens et leur histoire nationale Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum