Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Guerre du Mozambique 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Guerre du Mozambique EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Guerre du Mozambique EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Guerre du Mozambique EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Guerre du Mozambique EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Guerre du Mozambique EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Guerre du Mozambique EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Guerre du Mozambique EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Guerre du Mozambique EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Guerre du Mozambique EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Guerre du Mozambique EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Guerre du Mozambique EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Guerre du Mozambique EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Guerre du Mozambique EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Guerre du Mozambique EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Guerre du Mozambique EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Guerre du Mozambique EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Guerre du Mozambique EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Guerre du Mozambique EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Guerre du Mozambique EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Guerre du Mozambique EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Guerre du Mozambique EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Guerre du Mozambique EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Guerre du Mozambique EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Guerre du Mozambique Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Guerre du Mozambique

Aller en bas

Sujet / Message Guerre du Mozambique

Message par Syfou le Lun 10 Déc - 4:23

Guerre du Mozambique

La colonisation portugaise

Par la signature du traité de Tordesillas en 1494, toute l’Afrique tomba dans la sphère d’influence du Portugal.

La colonisation commença dès le début du xvie siècle, par la capture de la petite île de Moçambique en 1507, lors de la deuxième expédition de Vasco de Gama, et la construction en 1510 d’un fort carré et d’une ville, São Sebastião de Moçambique, qui furent placés sous l'autorité du vice-roi des Indes résidant à Goa.

Comme leur prédécesseurs, indiens, les Portugais se livrèrent à des trafics très juteux, d’ivoire et développèrent la traite des noirs pratiquées alors par les Arabes, avec le concours de chefs africains.
En 1544, Lourenço Marques explore les côtes continentales, et d'autres comptoirs sont créés. Mais à partir de la période, de 1580 à 1640, pendant laquelle les couronnes portugaise et espagnole sont réunies, ces établissements sont abandonnés plus ou moins à eux-mêmes, au profit de ceux d’Inde et d’Extrême-Orient, nettement plus rentables, et de la colonisation brésilienne. Malgré le déclin de l’intérêt de la métropole, l’activité se poursuit, en particulier la vente d’esclaves à destination de la péninsule arabique et de l’Empire ottoman.

Dans le courant du xviie siècle, les Portugais instituent les prazos, qui proviennent au départ de dons de terres que les chefs africains accordent à des aventuriers portugais en échange de leurs services. Le gouvernement portugais à son tour distribue des prazos da Coroa (Plantation de la Couronne) à ses serviteurs les plus loyaux, qu’il charge de pacifier les territoires concédés et qui doivent, en principe, payer des taxes.

En 1752, le territoire du Mozambique est dotée d'une administration coloniale autonome par rapport à l'Inde portugaise. Mais cette administration coloniale demeurait liée à une structure d'occupation militaire, dépourvue de systèmes de lois et abandonnée à l'arbitraire des représentants de la métropole.
Au début du xixe siècle, les descendants des prazeiros, presque tous métissés, vivent sur leurs terres en véritables potentats. Ils obligent les chefs noirs à payer un tribut en ivoire et en esclaves et devant la précarité croissante de leur condition, les Africains fuient leurs villages, augmentant l’insécurité.

Les Britanniques émettent à l'époque de sérieux doutes sur la réalité de l'administration locale dans les colonies portugaises et dénoncent l'inconsistance de la colonisation portugaise. Ces critiques sont d'autant plus fortes qu'en dépit de l'abolition de la traite en 1836, celle-ci continue et est dénoncée par Livingstone.

Lisbonne ne tarda pas à répondre aux critiques britanniques et organisa des expéditions à partir de 1845 pour démontrer sa présence et affirmer son autorité.

En 1877, la ruée vers l’or au Transvaal encouragea les quelques colons à s’aventurer plus vers l’intérieur des terres. São Sebastião de Moçambique perd alors sa prédominance au profit de Lourenço Marques, reliée en 1890 au Transvaal par la première voie ferrée du territoire. Le port de Lourenço-Marquès était en effet devenu le débouché naturel pour l'exportation des minerais du Witwatersrand. Le Mozambique devint alors une dépendance occulte de l'Afrique anglophone.

En 1891, la frontière orientale du Mozambique avec la Zambézie du Sud était fixée par traité. Dans l'opération, les britanniques récupéraient le Manicaland.

Le gouvernement portugais décida alors de confier l'exploitation de la majeure partie du pays pour cinquante ans à trois compagnies privées qui se voyaient attribuer les pouvoirs d'un État sur un territoire et le monopole de son exploitation en échange d'une redevance versée au Portugal. Ces 3 compagnies étaient :
la Companhia de Moçambique, basée à Beira, qui contrôlait les districts de Manica et Sofala soit 135 000 km2. Ses capitaux étaient essentiellement français mais aussi portugais, britanniques et sud-africains.
la Compagnie de Zambézie, qui contrôlait les districts de Tete et Quelimane soit 155 000 km2. Ses capitaux étaient essentiellement portugais, allemands, français, sud-africains et britanniques.
la Compagnie de Niassa, enfin, qui était détenu par des capitaux britanniques et contrôlait tout le nord du territoire mozambicain.

Le bilan de ces compagnies fut néanmoins décevant. Les politiques définies visant à l’enrichissement de la métropole portugaise et des colons européens, ont eu tendance à négliger le développement des infrastructures sociales (dispensaires, écoles) et de l’équipement du pays. Un accord inter-étatique fut même conclu entre le Portugal et l'Union d'Afrique du Sud, afin de permettre le recrutement de travailleurs migrants mozambicains dans les mines du Transvaal.
En fait, seule la compagnie de Mozambique développa des infrastructures, notamment la ligne de chemin de fer reliant Beira à Salisbury achevé en 1900. Ce fut aussi cette compagnie qui développa la culture commerciale du sucre qui devint la principale exportation du Mozambique.
En 1929, à la fin du mandat de ces compagnies, le territoire du Mozambique était encore pauvre, non développé et mal contrôlé.

La guerre d'indépendance

Le 25 juin 1962, au Tanganyika, plusieurs groupes anticoloniaux fondèrent le Front de libération du Mozambique (FRELIMO), un mouvement qui prône le rejet global du système colonial-capitaliste dans un contexte de lutte des classes et de lutte révolutionnaire. Le FRELIMO opta pour placer l'insurrection armée au centre de la lutte politique, afin de mobiliser les populations rurales, amenées à constituer la base sociale et politique du mouvement. Il engagea ses premières actions de guérilla à partir de septembre 1964 en dépit des dissensions internes qui affaiblissaient le mouvement.

Le COREMO, soutenu par le président zambien Kenneth Kaunda mais aussi allié à l'UNITA angolais et au Congrès Pan Africain, n'arriva pas à s'imposer face au FRELIMO dans le domaine de la lutte armée contre l'administration portugaise.
En 1968, le premier gouverneur civil du Mozambique était nommé, l'armée ayant fourni jusque-là la majorité des gouverneurs coloniaux.

En dépit de l'assassinat en 1969 de son chef historique Eduardo Mondlane, le FRELIMO devint le seul mouvement nationaliste de guérilla à pouvoir lutter contre le pouvoir colonial.

Le FRELIMO est finalement reconnu internationalement comme mouvement de libération nationale. Sa direction tricéphale était alors composée d'un marxiste, Samora Machel, d'un intellectuel, Marcelino dos Santos, et d'un modéré, le révérend Uria Simango. Après que ce dernier eut rejoint le COREMO, Samora Machel prit vite l'ascendant sur le mouvement alors que Dos Santos (un métis) préférait s'effacer devant un noir représentant la classe ouvrière. Dos Santos demeura néanmoins l'idéologue en chef du FRELIMO.
En 1972, un "mouvement national de résistance" était créé de toutes pièces par les services secrets de Rhodésie avec pour mission de s'attaquer aux bases arrières des mouvements nationalistes de Rhodésie.
En avril 1974, le FRELIMO contrôlait le nord du pays et la région de Tete, soit un tiers du territoire, quant au Portugal, la Révolution des œillets mettait fin à la dictature salazariste. Le FRELIMO devint l'interlocuteur privilégié des Portugais bien qu'en quelques semaines, une trentaine de partis politiques virent le jour au Mozambique. Le 7 septembre 1974, un accord était signé à Lusaka entre le Portugal et le FRELIMO fixant un calendrier pour un cessez-le-feu, l'établissement d'un gouvernement provisoire en vue de la proclamation de l'indépendance du Mozambique.

Une partie des colons portugais fut alors ulcéré de l'abandon annoncé de la colonie. Certains voulurent prendre modèle sur la Rhodésie et à l'instar de Ian Smith, faire déclarer unilatéralement l'indépendance. Une tentative de coup d'État mal préparé a alors lieu. Des colons s'emparèrent des locaux de la radio nationale, occupèrent la centrale téléphonique et libérèrent les agents de la PIDE, la police secrète salazariste, arrêtés lors de la Révolution des œillets.

Mais la majorité des colons se résigna en fait à l'arrivée du FRELIMO au pouvoir. Une plus grande majorité d'entre eux se résignait au départ et en quelques mois, la population portugaise tomba de 200 000 à 80 000 personnes, alors que l'indépendance n'avait toujours pas été proclamée. Les derniers soubresauts eurent lieu en octobre 1974. Certains des colons brûlèrent leurs propriétés en partant, la majorité vers l'Afrique du Sud et le Portugal.

Dans:Histoire du Mozambique
Wikipedia

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum