Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» Wilaya V , héroïque et martyre
Mar 19 Juin - 22:26 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» nouvelle grille de lecture du monde
Dim 29 Avr - 16:29 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Juin 2018
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Génocide de 8 mai 1945

Aller en bas

Sujet / Message Génocide de 8 mai 1945

Message par Sphinx le Jeu 7 Mai - 18:01

Le 8 mai 1945: le vrai visage de la colonisation
Le 8 mai 1945, dans tous les pays vainqueurs du nazisme, la joie était indescriptible et incommensurable. En effet, la capitulation avait scellé la fin d’un cauchemar ayant duré plus de cinq longues années. L’information sur la chute de Berlin, la signature de Reims, la fin des combats s’était propagée telle une traînée de poudre. Et pourtant, l’Algérie ce jour-là s’engouffrait dans un précipice. Les autorités coloniales avaient demandé la célébration de la victoire alliée sur tout le territoire, terre française selon eux, aux couleurs de la France et de ses alliés, mais avaient, en même temps, interdit aux autres de déployer leur emblème. L’historien français Jean-Louis Planche pose alors la question : « Mais sera-t-il possible, un jour pareil, d’exalter la passion nationaliste des uns et de refréner celle des autres ? ».

Pour répondre à cette question, il faut essayer de comprendre comment la politique coloniale avait évolué jusqu’à cette période précise. Eh bien, les recherches menées ont montré que les colonialistes exerçaient une domination sans vergogne sur les Algériens arabo-bérberes. Durant toute la période coloniale ceux-là exigeaient de ceux-ci une soumission sans réserves. Pour les colonialistes la seule conduite possible était celle décrite par l’historienne Annie Rey Goldzeiguer en parlant de contact entre le colon et l’Algérien : « le contact, le colon l’a nécessairement, car il ne peut se passer de la main d’œuvre. Il vit de et par les Algériens dont il partage de façon inégalitaire le sol ». Néanmoins, pour élucider ce qui s’était passé en 1945, il est important qu’il y ait au moins, selon moi, trois parties à décrire. En effet, pour comprendre le parcours des Algériens et des colonialistes depuis la défaite française de 1940 jusqu’aux massacres de Sétif et Guelma, posons la question de savoir comment a été d’abord accueillie la nouvelle de la défaite de part et d’autre ? Pendant les cinq années qui ont suivi la défaite, beaucoup de choses avaient évidemment bougé notamment l’évolution des positions sur la guerre et sur l’avenir de l’Algérie. Le 8 mai n’était-il pas la conséquence du non rapprochement des visions des uns et des autres ? Et quelle a été la réaction du régime colonial au lendemain de la manifestation ?

En effet, après la défaite française, les Français d’Algérie trouvaient en Pétain le chef qui allait leur rendre le peu d’espace perdu lors du simulacre de réformes du front populaire. Pour eux, la défaite n’était que celle de la troisième république qui avait perdu du terrain face à la gauche, leur ennemie jurée. Partant, cette défaite était par ricochet leur victoire. Louis Bertrand a résumé le sentiment général des Français d’Algérie : « Nous Français somme chez nous en Algérie. Nous nous sommes rendus maîtres du pays par la force. Nous avons pu organiser le pays et cette organisation affirme encore l’idée de supériorité du vainqueur sur le vaincu, du civilisé sur l’homme inférieur. Nous sommes les légitimes propriétaires du pays ».

Quant aux Algériens, cette défaite avait scindé le courant nationaliste indépendantiste en deux. Le courant majoritaire représenté par Messali selon lequel un soutien au nazisme aurait conduit à une autre forme de domination. Donc pas de compromis avec Hitler. Et un autre groupe de jeunes militants du PPA, en créant le comité d’action révolutionnaire nord-africaine (CANRA) dirigé par Belkacem Radjef et Mohamed Taleb, avait demandé aux Allemands de les former. Non que Messali ait refusé de collaborer mais avait sommé les membres du CANRA de démissionner du parti.

Désormais, la situation provoquée par l’occupation de la France avait laissé les colonialistes davantage maîtres du pays. Dans une note remise au Maréchal Pétain, au retour d’une tournée en Afrique du nord, l’Amiral Darlan avait écrit : « L’indigène de l’Algérie surtout est misérable. Cela éclate à l’œil nu quand on parcourt les rues d’Alger ». Cette situation était due à l’accélération des exportations de nourriture en direction de la France et pour l’entretien de l’armée allemande. Comparant le niveau de vie des habitants d’Algérie, A.R. Goldzeiguer précise : « la comparaison avec l’aisance des colons et la nourriture de leurs troupeaux alimente la colère générale. Les jeunes, surtout, comprennent que pour échapper à la faim et à la misère, ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes et ils vont écouter les discours des jeunes militants qui parlent de luttes politiques et veulent se libérer du joug colonial. ». Par ailleurs, à partir de 1942, une infime minorité des Français d’Algérie avait commencé à suivre le combat auquel appelait le général de Gaulle. En réponse à cette invitation, le journal Echo d’Oran de septembre 1942 se permettait même l’insulte : « quant à vous, monsieur de Gaulle, qui traînez dans la honte et dans le sang les lambeaux d’un uniforme français, vous êtes un misérable, un traître et un assassin ». Quant aux Algériens, la position était péremptoire. Avant qu’une quelconque mobilisation soit décrétée et sachant, par ailleurs, que l’indigène n’était utilisé, par le passé, que pour se servir de chair à canon, un message avait été signé par Ferhat Abbas et par quelques notables, le 22 décembre 1942. Il avait été remis aux autorités et aux alliés en demandant : « avant que les musulmans d’Algérie ne consentent aux sacrifices que l’entrée en guerre annonce, ces derniers demandent qu’ils soient assurés de se battre pour leur propre affranchissement politique et ne restent pas privés des droits et des libertés essentielles dont jouissent les autres habitants de ce pays ».

Ainsi, la mobilisation du début 1943 avait eu un écho favorable auprès des Algériens : 173000 hommes dont 87500 engagés avait constitué leur apport à l’effort de guerre. En revanche, moins d’un an après cet élan, la nomination du général Catroux avait mis fin à l’espoir d’une émancipation réelle. Pour A.R Goldzeiguer, l’internement des chefs aurait permis, pensait-il (Catroux), de stopper toute velléité des militants à demander des réformes. Il s’agissait, à l’époque, des réformes qui n’allaient pas au delà de l’égalité comme l’a écrit Belaid Abdeslam dans son livre, le hasard et l’histoire : « ce n’était pas toujours facile, parce que, pour le milieu intellectuel de l’époque, parler de l’indépendance de l’Algérie était quelque chose de déraisonnable : il fallait être un fou pour parler de cela ».

Pour toute réponse, le CFLN (le Comité Français pour la Libération Nationale), organisme dirigeant la France combattante, avait proposé quelques réformes, mais de Gaulle avait fermé la porte, d’après goldzeiguer, à toute idée d’indépendance ou même d’autonomie des colonies et avait rejeté toute possibilité d’évoluer hors du bloc de l’empire. En effet, la réforme du 7 mars 1944 avait permis l’octroi du statut de citoyen à quelque 60000 "indigènes". Il y avait en outre le partage des Algériens en deux collèges. Le premier comportait les Français auquel il intégrait les musulmans de droit français. Le second réunissait une masse qui deviendra, en 1962, le peuple algérien indépendant. Par ailleurs, une semaine après avoir pris connaissance de ces réformes, le mouvement des Amis du Manifeste et de la Liberté était créé. Le mouvement s’était fixé comme objectif de rassembler tous les Algériens. Pari réussi puisque en un temps record le mouvement avait enregistré plus de 500000 adhérents. Dans son congrès du 2au 4 mars 1945, les trois tendances du mouvement du mouvement y participaient, à savoir le PPA, les ulémas et les partisans de Ferhat Abbas. La résolution adoptée était la suivante : « le bureau regrette que le manifeste et son additif établis par tous les élus et représentants musulmans à la demande des pouvoirs publics,le 23 juin 1943, ait été repoussé et n’ait provoqué que la réforme électorale du 7 mars 1944 ».

Le mois de mai avait été le plus grand malheur que l’Algérie ait connu jusqu’alors. A vrai dire, les massacres avaient commencé bien avant le 8. Car avant de fêter l’armistice, les Algériens voulaient comme à l’accoutumée célébrer la fête du travail. Lors des différents défilés, sur tout le territoire national, un mot d’ordre revenait tel un leitmotiv : libérer les prisonniers politiques. Les slogans dénonçaient également la déportation de Messali à Brazaville. A Sétif le cortège était estimé à prés de 5000 personnes, chiffre cité par le commissaire divisionnaire M. Bergé. D’après le même rapport la dispersion s’était faite dans le calme. A Guelma, le comité des AML avait demandé de s’intégrer dans le cortège de la CGT, mais les dirigeants syndicaux, d’après J.L Planche, avaient refusé nettement. Ainsi à Guelma la marche avait revêtu un autre cachet : Les responsables avaient demandé aux indigènes de marcher silencieusement. Il faut noter qu’à Sétif et Guelma, il n’y avait aucun incident à déplorer.

En revanche les manifestants d’Alger et d’Oran avaient payé une lourde facture en exaltant leur joie. En effet, à Alger, les forces de police avait établi des barrages et tiraient sur les manifestants dés l’apparition du drapeau algérien. Lors d’une enquête menée par Henri Alleg : « il y avait eu quatre morts et sept autres qui ne survivront que quelques jours à leur blessure ». Ce même jour un autre fait a été relevé par A.R Goldzeiguer : « les Européens des abords de la rue d’Isly ont non seulement barricadé leurs balcons, mais des coups de feu ont été tirés sur les manifestants ». À Oran également, l’intervention de la police avait provoqué une bagarre qui s’était terminée par un mort et plusieurs blessés du coté des manifestants.

Pendant toute la semaine des rencontres avaient lieu, du coté des nationalistes, pour évaluer la situation provoquée par la répression d’Alger et d’Oran. En effet, le 8 mai 1945, Beaucoup de comités AML, selon J.L Planche, avaient renoncé à manifester en Oranie et dans l’Algérois pour éviter sans doute à leurs coreligionnaires les accrochages sanglants du 1 mai. En plus de cela, le complot dit Gazagne, du nom du secrétaire général du gouvernement général, avait éliminé à Alger et à Oran les cadres dirigeants et les militants les plus solides des AML et du PPA. Par contre, à Sétif et à Guelma où, le 1 mai ayant été sans incidents, la proposition d’organiser un défilé n’avait suscité aucune méfiance. Ainsi, à Guelma et à Sétif les gens allaient à la marche sans douter qu’un cauchemar les attendait.

A Sétif, le 8 mai, à 8 heures du matin, environs 2000 personnes étaient rassemblées devant la mosquée de la gare. Profitant du jour du marché hebdomadaire, les organisateurs avaient rappelé aux paysans venus des villages de déposer tout ce qui pouvait être une arme (coteau, hache, faux...). Derrière les drapeaux des alliés, les jeunes scouts étaient au premier rang suivis des porteurs de la gerbe de fleurs, et les militants suivaient juste derrière pour éviter tout débordement de la masse paysanne. A la vue d’un drapeau algérien, d’après le général Tubert, celui-ci avait été déployé en cours de route, les policiers avaient jailli du barrage et avaient attaqué la foule pour s’emparer du drapeau. Un militant avait expliqué que le drapeau étant sacré, il est impossible de le remiser une fois sorti. Selon J.L Planche : « c’est à ce moment que tout dérape quand un inspecteur tire, tue le porte drapeau et deux coups de feu en soutien partent du café de France. Dans la panique provoquée par les premiers coups de feu, à d’autres fenêtres des Européens tirent à leur tour sur la foule ». Bien que la panique ait gagné l’ensemble des manifestants, un militant avait sonné le clairon pour que la gerbe de fleurs soit déposée. Cela se passait à 10 heures du matin. Le car de la gendarmerie ayant eu du retard était arrivé et s’était dirigé en direction des manifestants fauchant les présents, écrit A.R. Goldzeiguer.
http://www.algeria-watch.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8033
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par Sphinx le Jeu 7 Mai - 18:02

Suite.../...
A Guelma, à 16 heures, un rassemblement s’était organisé hors de la ville. Les militants AML attendaient, en fait, les instructions venant de Annaba. A 17 heures le cortège s’était ébranlé avec les pancartes célébrant la victoire des alliés ainsi que leurs drapeaux entourant l’algérien. Arrivé à l’actuelle rue du 8 mai, le cortège avait été arrêté par le sous préfet Achiary. Pour Boucif Mekhaled, il ne restait plus que 500 mètres pour atteindre le monument aux morts. Le sous préfet, Achiary -futur chef de l’OAS créé à Madrid en 1961 -, hors de lui avait intimé l’ordre de jeter les pancartes, drapeaux et banderoles. Un socialiste nommé Fauqueux avait râlé auprès du sous préfet : « alors, monsieur le sous préfet est ce qu’il y a ici la France ou pas ? ». selon J.L Planche : « comme sous un coup de fouet, Achiary saisit le revolver dont il s’est armé, entre dans la foule droit sur le porte drapeau et tire. Son escorte ouvre le feu sur le cortège qui s’enfuit, découvrant dans son reflux le corps du jeune Boumaza ».

Cependant, suite aux assassinats à Sétif et à Guelma, des groupes d’Algériens avaient, dans leur repli, tué des Européens qui n’étaient pas forcément les plus hostiles à leur émancipation. La réponse française à la colère des indigène ne s’était, en tout cas, pas fait attendre en mobilisant les forces de police, de gendarmerie, des miliciens et des militaires.

Déjà le 9 mai, à Sétif, 35 Algériens ont été abattus parce qu’ils ne savaient pas qu’un couvre feu avait été établi. Le rapport du commissaire divisionnaire, M. Bergé, expliquait que chaque mouvement jugé suspect provoquait le tir. Dans une enquête effectuée par M. Esplass le 15 mai sur la localité de Sétif disait : « les musulmans ne peuvent circuler sauf s’ils portent un brassard blanc délivré par les autorités et justifications d’un emploi dans un service public. »

Le 9 mai, à Guelma, la milice dirigée par Achiary avait tenu sa première séance au cours de laquelle l’adjoint Garrivet proposait : « Nous allons étudier la liste des personnes à juger. Commençons par nos anciens élèves ». Selon A.R Goldzeiguer : « la perquisition au local des AML a permis de saisir les listes nominatives des responsables et militants, tous suspects, qui seront incarcérés, souvent torturés, et exécutés par fournée ».

D’ailleurs, dans un article signé Guy Pervillé, professeur à l’université de Toulouse (dans un de ses livres il a essayé de prouver que les harkis étaient six fois supérieurs au nombre de combattants en omettant de dire que la majorité des Algériens était pour le FLN), reconnaît que la répression des manifestations était féroce. Il admet la conclusion de Marcel Reggui selon laquelle le sous préfet Achiary et le préfet de Constantine avaient fait disparaître les cadavres des victimes dans des fours à chaux. En effet, à Héliopolis -village baptisé par le général Bedeau au début de la conquête estimant qu’il fallait renvoyer les Algériens pour faire installer les colons-, le 21 mai, la gendarmerie avait décidé de nettoyer la ville de Guelma avant l’arrivée du ministre de l’intérieur de l’époque, Adrien Tixier. J.L planche explique la manœuvre du sous préfet Achiary : « avec l’avenue de l’été, la chaleur monte. Faute de les avoir tous enterrés assez profond ou brûlés, trop de cadavres ont été jetés dans un fossé, à peine recouverts d’une pelletée de terre. Les débris humains sont transportés par camion. Le transport est effectué avec l’aide de la gendarmerie de Guelma pendant la nuit. Les restes des 500 musulmans ont été amenés au lieu dit (fontaine chaude) et brûlés dans un four à chaux avec des branches d’oliviers. Le four appartient à monsieur Lepori ».

Pendant six semaines les autorités coloniales avaient utilisé tous les moyens pour aller au bout d’une résistance inexistante. Le 11 mai, trois B26 avaient intervenu à la bombe et à la mitrailleuse pour, croyait-on, dégager la ville. Selon A.R goldzeiguer, le général Weiss, chef de la cinquième région aérienne, avait ordonné le 13 mai le bombardement des rassemblements des indigènes sur les routes et à proximité des villages. L’aviation, disait-il(Weiss), avait aidé à déloger les rebelles des positions qu’ils occupaient dans des régions inaccessibles. La marine non plus n’était pas restée à l’écart. En effet, dés le 10 mai, les fusiliers avaient débarqué dans la région de Cap Aokas. Au crépuscule, les tirs répétés résonnaient jusqu’à Alger.

Par ailleurs, pour justifier cette intervention musclée, les autorités coloniales avaient essayé d’imputer la responsabilité des massacres aux AML et au PPA qui voulaient préparer une insurrection. Mais, après la saignée du complot Gazagne consistant à arrêter les vrais responsables du PPA, ce parti pouvait-il lancer un mot d’ordre alors que son encadrement était paralysé et son président déporté au Congo ? Quant aux AML, le matin même du 8 mai, son président et son secrétaire général, Ferhat Abbas, s’étaient rendus au siège du gouvernement général pour féliciter les autorités de la victoire des alliés. Autre fait à signaler : le seul haut responsable PPA en liberté était Debaghine. Plus tard, dans une réunion du bureau clandestin, Debaghine a justifié sa non implication aux événements : « comment aurais-je pu prendre la responsabilité d’une insurrection alors que je venais d’envoyer mon père et ma femme à Sétif où ils se trouvaient le 8 mai ». Pour prouver que les événements du 8 mai étaient un complot ourdi par le secrétaire du gouvernement général, A.R Goldzeiguer se demande dans son livre pourquoi, à l’intérieur du quadrilatère (Béjaia, Constantine, Annaba, Souk Ahras), la région située entre Sétif et Guelma, n’a-t-elle pas connue une flambée de violence des deux points chauds ? Elle répond : « l’émeute n’a pas gagné ces villes et centres pourtant très politisés, tenus en main par les AML et surtout par le PPA ». Les rapports ultérieurs ont même disculpé les responsables du PPA en disant que ces derniers avaient joué un rôle modérateur et avaient évité des affrontements à Constantine par exemple.

Pour conclure, on peut retenir que les événements de Sétif et Guelma étaient un résultat de l’accumulation des causes remontant jusqu’à la conquête et à la domination effrénée des colons. De façon générale, la colonisation en Algérie a été régie par la violence et les responsables n’incarnaient nullement la dimension de la civilisation française. En 1884 déjà, le rapport de Jules ferry était nettement clair : « il est difficile de faire entendre au colon européen qu’il existe d’autres droits que les siens en pays arabe, et que l’indigène n’est pas taillable et corvéable à merci. Si la violence n’est pas dans les actes, elle est dans le langage et dans les sentiments. On sent qu’il gronde encore au fond des cœurs un flot mal apaisé de rancune, de dédain et de crainte ».

Autre point que le régime colonial avait négligé était flagrant. En effet, malgré les efforts fournis par les Algériens, lors des deux guerres mondiales, pour que la France ait pu garder son rang de puissance mondiale, les Français d’Algérie voyaient dans toutes les réformes un danger qui les guettait. D’ailleurs, en commentant les réformes du mois de mars 1944, un professeur de droit à la faculté d’Alger expliquait à ses étudiants : « ce n’est pas l’Islam qui est venu à la citoyenneté française, c’est elle qui s’est pliée jusqu’à lui ». Enfin, bien que les causes politiques n’aient pas été considérées plus tard comme fondées, les chantres du coloniasme se rabattaient alors sur les causes économiques. Or à Sétif, par exemple, la zone sud, plus sèche n’avait pas trop bougé. Par contre la zone nord, bien arrosée et riche, la révolte s’était répandue telle une traînée de poudre. La meilleure explication a été donnée par A.R Goldzeiguer : « il est remarquable que le mouvement insurrectionnel n’ait pas gagné des régions aussi sensibles que le sud Constantinois, le sud algérois, le littoral. Le soulèvement du 8 mai est un moindre mal, car il est une fausse manœuvre. Il aurait été autrement tragique si le PPA y avait participé ». Le seul succès colonial c’est que cette fois-ci le sang pur ait abreuvé leurs sillons.

http://www.algeria-watch.org

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8033
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par Sphinx le Jeu 7 Mai - 18:17

MASSACRES DU 8 MAI 1945:Génocide et crime contre l’humanité. "08 Mai 2006"
Incrusté dans la mémoire collective nationale, le mois de mai reste toujours le jalon le plus distinctif et le plus expressif dans l’itinéraire douloureux de notre peuple dans sa dynamique de combat et de lutte pour le recouvrement de sa souveraineté.
Soixante et une années après, le mois du muguet rime toujours avec le mois de Guelma, Sétif, Kherrata..., le mois des massacres de 45.000 civils innocents, cette évocation macabre qui est intimement liée à la définition de l’acte sanglant qui n’est autre qu’un génocide, un crime contre l’humanité, perpétré par le colonialisme français au mépris de toute considération pour les valeurs humaines universelles.
A la même heure où fut signé l’armistice enterrant le totalitarisme nazi et fasciste, des balles meurtrières crépitaient dans nos villes pour abattre des manifestants dans des marches pacifiques, donnant ainsi le feu vert à la soldatesque coloniale, soutenue par des milices de colons européens, de commettre l’horrible carnage dans une «chasse à l’arabe» qui embrase nos régions, où on tira à vue. Les sinistres Achiary et Lestrade-Carbonnel avaient invité les Européens à participer aux massacres: «Messieurs les colons ! Vengez-vous !».
Un journaliste américain écrira: «It was an open season», pour dire la chasse à volonté. Les milices exécutaient par groupes de 20 ou 30 personnes. Avant la fusillade, les victimes devaient creuser leurs tombes. Les prisonniers sont transportés en dehors de la ville, à Kef El-Boumba, près d’Héliopolis, où ils sont abattus en chaîne. Des corps arrosés d’essence sont brûlés sur la place publique ou dans les fours à chaux. Des groupes entiers de prisonniers, enchaînés et alignés, sont écrasés par les roues de chars, des nourrissons sont pris par les pieds pour être projetés contre les rochers. Les blindés et l’artillerie, aidés par l’aviation, pilonnent toutes les «zones de dissidence». L’horreur avait atteint son comble.
C’est pour ces hommes, femmes et enfants qui sont au coeur de la mémoire collective nationale, que se commémorent leur marche du 8 mai 1945, leurs souffrances, leurs martyrs. Leur emblème lors de cette marche, que le sinistre Achiary avait cru piétiner et déchirer, est toujours là, flottant fièrement entre les mains d’un jeune scout éclaireur de la marche rituelle, suivi par une population attachée dans son recueillement à la dignité, à la reconnaissance et à la gratitude sous le slogan «pour que nul n’oublie».
Maître Jacques Vergès, avocat français, invité comme conférencier au 4ème Colloque international sur les massacres du 8 mai 1945 organisé à l’université de Guelma, dira en substance à l’adresse des Algériens: «Comprenez que cette liberté pour laquelle vous vous êtes battus avec héroïsme en Italie, en France et en Allemagne ne vaut que pour les Européens. Le scandale est dans les statistiques, où l’on recense plus de morts algériens pour la France au cours de la Seconde Guerre mondiale que des résistants français recensés au cours de la même période».
«Il y a lieu de s’enrichir de l’expérience du passé, fût-elle celle du malheur. Ne jamais oublier que les victimes du 8 mai 1945 furent traitées de nazis et leurs assassins glorifiés comme des démocrates. Rappelez-vous qu’après le 8 mai 1945, le sort de l’Algérie ne s’est pas réglé dans les «débats gauche-droite» au Parlement français. Il a été scellé le 1er Novembre 1954". «Le crime du 8 mai 1945 est imprescriptible.
Il n’a pas été amnistié puisqu’il n’a pas été reconnu. Un procès est donc toujours possible, soit devant une cour algérienne, soit devant la Cour pénale internationale.

L’avocat finit dans sa conclusion: «Mais la France, non pas celle qui ordonne de glorifier le colonialisme dans les manuels scolaires, mais celle du discours de Pnom-Penh, celle qui a refusé l’agression contre l’Irak, celle qui a reconnu sa responsabilité envers les juifs livrés aux nazis, cette France-là s’honorerait en reconnaissant sa responsabilité dans les massacres du 8 mai 1945 et sa dette envers le peuple algérien».

La marche, reconstituée chaque 8 mai à seize heures, sera toujours là pour convoquer le colonialisme qui sue encore le crime, à comparaître devant le tribunal de l’histoire et subir devant le forum des hommes la confrontation avec les voix audibles du silence des victimes. Tant qu’il y aurait des hommes, le livre demeurerait ouvert.

(Mohamed Menani http://www.quotidien-oran.com/ )

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8033
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par Syfou le Dim 8 Mai - 14:48

“Tout n’a pas été dit sur les massacres du 8 mai 1945″


APS


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 35
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par abdelmalek le Mer 11 Mai - 12:42

tout n'a pas était dit sur le 8 mai 1945:on apprend a chaque fois car le droit a la mémoire est important pour son peuple ainsi comprendre que le colonialisme a tué un peuple plus de 130 années.
avatar
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 70
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par Daûphin_zz_47 le Mer 9 Mai - 12:54

Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s'est recueilli à la mémoire de Saâl Bouzid, premier martyr des événements du 8 Mai 1945



67 ème anniversaire des massacres du 8 mai 1945: Sétif réserve un accueil chaleureux à Bouteflika

Arrivé dans la matinée d'hier dans la capitale des Hauts-Plateaux où il doit présider les festivités commémoratives des massacres du 8 mai 1945,le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu un accueil chaleureux, dans une ville de Sétif en fête, parée de ses plus beaux atours et abondamment fleurie d'emblèmes nationaux et de banderoles glorifiant l'Algérie, sa résistance face à l'occupant et son glorieux parcours. Le chef de l'Etat a parcouru à pied l'avenue du 8 Mai 1945 jusqu'à la stèle dédiée, à même la colonne à côté de laquelle était tombé, le Chahid Saâl Bouzid, premier martyr de la marche réprimée il y a 67 ans. Accueilli par des milliers de citoyens massés le long de l'avenue, des salves de baroud, les sons de plusieurs troupes folkloriques, les youyous fusant des balcons et des deux côtés de la chaussée et les cris de "vive Bouteflika" et "vive l'Algérie", le Président, tout sourire et saluant la foule des deux mains, a mis plusieurs minutes pour effectuer les quelques centaines de mètres séparant la stèle du siège de la wilaya à proximité duquel il était descendu. Comme à chaque fois qu'il se trouve en visite à Sétif, et pour ne pas faillir à la tradition, le chef de l'Etat s'est également rendu, après s'être recueilli à la mémoire du premier martyr des événements du 8 Mai 1945, à la place de l'Indépendance, plusieurs dizaines de mètres plus bas, pour boire quelques gorgées d'eau de la fontaine d'Ain Fouara. Là encore, le président Bouteflika a reçu un accueil particulièrement chaleureux de la part des habitants de la ville de Sétif.

Le président Bouteflika se recueille à la mémoire du premier martyr du 8 Mai 1945
Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, s'est recueilli à la mémoire de Saâl Bouzid, premier martyr des événements du 8 Mai 1945, après avoir déposé une gerbe de fleurs au pied de la stèle dédiée à ce Chahid, au cœur de l'avenue du 8 Mai 1945. Saâl Bouzid, alors âgé de 22 ans, avait été abattu par un officier de la police coloniale parce qu'il refusait de baisser l'emblème national lors de la marche organisée il y a 67 ans par des Algériens qui revendiquaient la liberté et l'indépendance de leur pays. Le chef de l'Etat s'est ensuite rendu à la salle omnisports du complexe de l'OPOW de Sétif où il a prononcé un discours dans le cadre de la commémoration des massacres du 8 mai 1945. Pendant que les Occidentaux fêtaient le 8 mai 1945, après la victoire sur le nazisme, la France coloniale, elle, commettait un véritable génocide en Algérie. Pour les historiens, les Algériens, comme pour les parents, descendants et familles de ces milliers de victimes de la cruauté coloniale, le 8 mai 1945, rappelle surtout que la victoire contre le nazisme, acquise aussi, grâce au sacrifice de milliers d'Algériens, s'est traduite en Algérie par une féroce répression de la France dès lors que le peuple algérien a seulement osé revendiquer lui également sa libération du joug colonial. En ce 8 mai 1945, c'était surtout l'horreur en Algérie où la France, qui disposait de forces militaire, paramilitaire, policière et groupes armés, avait commis, quelques mois avant les procès de Nuremberg, des crimes contre l'humanité. Plus de 45.000 Algériens de Kherrata , Guelma, Sétif, et des régions du grand Constantinois, sont massacrés, lynchés, torturés, jetés dans des fours à chaux par l'armée française et les colons, pour avoir seulement revendiqué le droit à l'existence, la fin du colonialisme, au lendemain de la victoire des alliés sur le nazisme.

Bouteflika souligne l'importance d'une Assemblée nationale qui reflète la réalité et les attentes de la nation…
Dans un discours prononcé à l'occasion de la commémoration du 67e anniversaire des massacres du 8 mai 1945, le chef de l'Etat a souligné l'importance d'une Assemblée populaire nationale pluraliste forte d'une composante irréprochable qui reflète la réalité et les attentes de la nation. Il a appelé le peuple algérien à accomplir son devoir constitutionnel lors des prochaines élections législatives, Le président de la République a relevé l'importance majeure des prochaines élections par rapport à la délicate conjoncture actuelle ou aux effets considérables qui en découleront, ce qui fait de cette échéance une épreuve quant à la crédibilité du pays. Une étape assurément décisive dans le parachèvement du programme de réforme et de modernisation.il par ailleurs mis l'accent sur la nécessité que la prochaine Assemblée nationale garantisse "le droit de participation effective à tous y compris aux nouveaux partis et le choix de candidats compétents et crédibles porteurs de nouvelles approches et de programmes sérieux, fidèles à l'engagement éthique qui les lie à leurs électeurs". Dans ce contexte, le premier magistrat du pays a affirmé que ces élus constitueront une instance législative représentative des différentes catégories, obédiences et compétences de la société, digne des voix et de la confiance des électeurs et à même d'assumer les missions importantes induites par les exigences de l'étape à venir. Il a rappelé au passage que la prochaine assemblée élue parachèvera l'adaptation du système juridique national dans le sillage des réformes politiques, à leur tête la révision de la Constitution pour amorcer une ère nouvelle en matière de promotion de bonne gouvernance, de modernisation des institutions de la République et d'élargissement du champ des droits et libertés". "Les réformes, les législations et les nouvelles réglementations, quelle que soit leur qualité, ne sauraient constituer une fin en soi, la finalité étant l'application saine des politiques par tous les acteurs pour concrétiser notre aspiration collective de mise en place d'institutions constitutionnelles dont la crédibilité et la légitimité ne sauraient être remises en cause", a souligné le Chef de l'Etat. "Avant d'être une pratique et des mécanismes, la démocratie est une culture collective que doivent faire valoir aussi bien le pouvoir que l'opposition et la société civile ainsi que tous les acteurs de la scène politique", a-t-il ajouté. "L'histoire de l'Algérie est riche d'expériences et d'enseignements qui permettront aux Algériennes et aux Algériens de choisir les programmes les plus appropriés et les plus à même de permettre l'édification de l'Etat de Droit", a conclu le président de la République.

…Et affirme la nécessité d'une lecture objective de l'histoire
"Il est nécessaire de procéder à une lecture objective de l'histoire loin des guerres de mémoire et des enjeux conjoncturels", a affirmé le chef de l'Etat, soulignant que seule une telle lecture est à même d'aider les deux parties (algérienne et française) à transcender les séquelles du passé douloureux, pour aller vers un avenir où règnent confiance, compréhension, respect mutuel et partenariat bénéfique", a précisé le président Bouteflika. L'Etat algérien s'est attelé depuis 50 ans à construire des relations d'amitié et de coopération fructueuses avec les différents pays du monde, à leur tête l'Etat français, en dépit du lourd tribut versé par le peuple algérien pour sa liberté et sa dignité", a souligné le chef de l'Etat. "Des relations fondées sur les intérêts communs, partant de sa (Algérie) foi en la nécessité de faire de la Mer Méditerranée un espace de paix et de bien commun entre les peuples de la région, et de son aspiration à un ordre international plus équitable, plus solidaire et plus tolérant", a ajouté le président Bouteflika.

"Les jeunes Algériens feront face aux instigateurs de la Fitna et de la division "
"Je suis confiant que les jeunes sortis par millions de l'Ecole algérienne, ouverts au monde de la connaissance moderne et des technologies de la communication et conscients des défis et dangers de la mondialisation, sauront se dresser contre les ennemis du pays", a souligné le président Bouteflika. Le Chef de l'Etat a affirmé que cette jeunesse qui fera face aux instigateurs de la fitna et de la division et aux velléités ingérence étrangère, montrera une fois encore qu'elle est à la hauteur de la responsabilité qui lui incombe et relèvera le défi en exprimant fort sa voix pour élever haut celle de la nation et fera des législatives du 10 mai un jalon supplémentaire dans le processus d'édification et de renouveau nationaux et du jour du scrutin un jour de fête pour l'Algérie". Il a tenu à rappeler que la liberté, la stabilité, le progrès et la démocratie dont jouit le pays sont le fruit d'énormes sacrifices et d'importants efforts qu'il importe de mesurer à leur juste valeur.

Synthèse Youcef.M
http://www.lemaghrebdz.com/lire.php?id=44642


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par abdelmalek le Mer 9 Mai - 13:17

des dates qu'on ne peut oublier dont le 08 mai 1945:il y a aussi les enfumades des ouleds RIAH le 18 juin 1837 par le criminel pellissier general français avec des mains pleines de sang.
avatar
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 70
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par Syfou le Mar 29 Mai - 0:11

Mohamed Korso à propos de la reconnaissance des crimes coloniaux “Nous attendons un geste fort de la part du nouveau président français”

En marge des travaux du 10e colloque international sur les massacres du 8 Mai 1945, qui s’est ouvert, hier, à Guelma, Mohamed Korso, historien et ancien président de la Fondation du 8-Mai-45, a déclaré à Liberté que “ce qui fait plaisir, s’agissant des massacres du 8 Mai 1945, c’est qu’il y a eu d’abord une avancée au niveau de la recherche scientifique mais il y a eu également le bannissement de certaines terminologies héritées de l’école coloniale”.

Il expliquera que, pendant des années, on parlait d’évènements du 8 Mai 45 alors qu’à présent, il s’agit de massacres et c’est le concept qui est consacré actuellement. Selon lui, les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata se sont étendus à toute l’Algérie parce que l’Algérie était une partie prenante dans la libération de la France à travers ses enfants qui ont été mobilisés sur les deux fronts, franco-allemand et franco-italien et ils considéraient que combattre le nazisme, combattre le fascisme, faisaient partie de la lutte contre le colonialisme français et c’est en cela qu’est organisée le 8 Mai 1945, une manifestation pacifique à Sétif. L’administration coloniale a joué la carte de la provocation et c’est ainsi que la manifestation s’est transformée en massacres, ces massacres appellent aujourd’hui à être reconnus par la France, par la nouvelle France. “Nicolas Sarkozy, provocateur, est venu en Algérie en tant que ministre de l’Intérieur et en tant que président de la République française pour nous insulter, pour nous demander pratiquement de piétiner notre propre histoire et de ne pas le déranger avec les questions qui fâchent pour le paraphraser”, dira Mohamed Korso. Et d’ajouter encore : “Aujourd’hui que la France a un nouveau président, nous espérons qu’elle fasse un geste très fort envers l’Algérie, ce geste consiste à revoir, du moins en partie, les articles de la loi de 2005 glorifiant le fait colonial, nous attendons ce geste fort de la part de François Hollande qui, j’espère avec sa nouvelle majorité, va abroger la loi du 23 février 2005, afin de mettre en place une nouvelle dynamique basée sur le respect et sur la reconnaissance par la France des crimes contre l’humanité commis en Algérie durant la guerre de Libération, cela ne relève pas de l’humiliation, c’est un acte de courage qui exprimera une volonté claire pour des relations basées sur le respect. De notre côté, en Algérie, nous devons faire le maximum pour, de manière courageuse et politique aussi, aider la France à se débarrasser de ce complexe colonial”, conclura-t-il.

http://algerie360.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 35
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par abdelmalek le Mar 29 Mai - 12:35

NOTRE PROFESSEUR korso/ CONNAIT BIEN LE PROBL2ME IL EST HISTORIEN ET PR2SIDENT DE LA FONDATION DU 08 MAI 1945.
avatar
abdelmalek
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1142
Age : 70
Emploi/loisirs : médecin
Humeur : sinusoidale
Date d'inscription : 28/03/2009
Localisation : ALGERIENNE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Génocide de 8 mai 1945

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum