Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Tout sur l'Iran

le Ven 8 Mai - 10:46
Rappel du premier message :

Iran en chiffres

Activité nucléaire

• 22 : Nombres d’années durant lesquelles la République islamique d'Iran développe son programme nucléaire.

• 5 412 : Centrifugeuses iraniennes opérationnelles pour l'enrichissement d'uranium depuis février 2009. 125 autres centrifugeuses ont été mises en place mais ne sont pas actuellement utilisées.

• 1 007 kg (2,220 lbs.) : Quantité d'uranium enrichi produit par l'Iran. En février 2009, l'Agence Internationale d'Energie Atomique a confirmé que l'Iran avait plus d'une tonne d'uranium faiblement enrichi (LEU), ce qui suffit pour fabriquer une arme nucléaire.

• 4 : Résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU qui somment l'Iran de mettre fin à son programme d'enrichissement d'uranium auxquelles l'Iran s'opposent : Résolutions du CSUN 1696, 1737, 1747 et 1803.

Terrorisme

• 900: Agents du Hamas formés par l'Iran.

• 3 000: Agents du Hezbollah formés par l'Iran.

• $20 millions - $30 millions : Financement annuel de l'Iran pour le Hamas. L'Iran a donné 50 millions de dollars américains supplémentaires après la victoire du Hamas aux élections palestiniennes de 2006.

• $200 millions: Financement annuel de l'Iran pour le Hezbollah. L'Iran a également donné au Hezbollah 300 millions de dollars américains supplémentaires à la suite de la guerre défensive israélienne contre le Hezbollah en 2006.

• $2 millions: Financement annuel de l'Iran pour Jihad Islamique Palestinien.

• 29 morts et 242 blessés au cours du bombardement de l'ambassade d'Israël à Buenos Aires en Argentine en 1992. En 2008, un juge américain a statué que le Hezbollah et l'Iran étaient responsable de ce bombardement. Le juge a dédommagé la famille de David Ben Rafael de 63 millions de dollars américains en dommages et intérêts, une des victimes de l'attentat qui était né aux Etats-Unis.

• 85 morts et 300 blessés au cours du bombardement du centre juif AMIA à Buenos Aires en 1994. En octobre 2006, les procureurs argentins ont accusé le Hezbollah d'avoir organisé le bombardement et le gouvernement iranien d'avoir ordonné au Hezbollah de le faire.

• 7: Iraniens ont été condamnés pour le bombardement du centre juif argentin AMIA, y compris l'ancien président iranien, Akbar Hashemi Rafsanjani. Le chef du Hezbollah libanais, Imad Mugniyeh, qui a été tué en février 2008, a été également accusé d’avoir participé au bombardement. Les accusations ont été faites par les procureurs argentins en octobre 2006 et Interpol a publié des mandats d'arrêt internationaux pour six des accusés en mars 2006, mais pas pour Akbar Hashemi Rafsanjani.

• 70 000: Terroristes suicidaires en Iran qui se sont portés volontaires pour attaquer Israël.

• 200 roquettes Katyusha de type Grad 122mm, fournies par l'Iran, ont été tirées par le Hamas sur des villes israéliennes au cours de l'opération "Plomb Durci". L'Iran a également fourni au Hamas des obus de mortiers iraniens standards 120 mm, dont des douzaines ont été tirés sur Israël pendant l'opération défensive du 27 décembre au 18 janvier.

• 40 pays et 5 continents dans lesquels le Hezbollah est actif.

• 995 : Jours que le Hamas, soutenu par l'Iran, détient prisonnier l'israélien Gilad Shalit depuis qu'il a été enlevé en Israël le 25 juin 2006 lors d'un raid transfrontalier qui n'a pas été provoqué.

Affaires internes : crime et punition

• 6.0 : est le classement de Freedom House quant au statut iranien en matière de liberté (7.0 étant le plus faible et 1.0 le plus élevé).

• 39 agresseurs d'enfants ont été exécutés en Iran depuis 1990. D'après Amnesty International, le plus récent date de janvier 2009.

• Environ 381 individus ont été exécutés en Iran en 2008.

Affaires internationales

• 20 langues parmi lesquelles sont transmis les programmes radiophoniques et télévisuels du Service Mondial de la Société de diffusion iranienne de la République Islamique contrôlé par le gouvernement.

• 400 employés et 26 correspondants travaillent pour Press TV, un système d'information iranien financé par le gouvernement iranien.

• 10 pour cent – 30 pour cent : Pourcentage du revenu que de nombreux résidents de Maicao (Colombie)ont fait don au Hezbollah.

• 1: Vol par semaine entre la capitale iranienne, Téhéran et Caracas, capitale du Venezuela.


Des investissements internationaux significatifs en Iran

1. BNP Paribas, France
2. ING, Pays-Bas
3. Royal Dutch Shell plc, Pays-Bas
4. China National Petroleum Company, Chine
5. Gazprom, Russie
6. Lukoil, Russie
7. Essar Oil, Inde
8. Hyundai, Corée du Sud
9. Siemens, Allemagne
10. Nokia, Finlande
11. Mitsubishi, Japon
12. HSBC, Londres
13. Volvo, Suède

http://www.theisraelproject.org


Dernière édition par sphinx le Mar 31 Aoû - 22:27, édité 1 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:



Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Nombre de messages : 1184
Date d'inscription : 22/07/2010

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 20 Déc - 6:12
Étonnant Wallah scratch Ceux qui devraient êtres sanctionner depuis des siècles ne le sont jamais!! Et jusqu'à quand!! Pourquoi cette dénommée League Of Arab States na jamais sanctionner! pendant que le peuple plestiniens se fait virés de chez soi!! a l'instant même des palestiniens se font sortir de leurs maisons jettés dehors avec des enfants dans le froid glacier pleurant voir les juifs rasent leurs maisons! pour reconstruire d'autres pour les récoltés juifs dans le monde, et sous le regard de tous les dirigeants arabes et musulmans et pire encore la soit disant Communautés Internationale et la questions qui reste posée et qui le sera ainsi a vis, si je n'abuse pas de dit! Pourquoi pas des sanctions contre Israël ?

Depuis longtemps, Israël menace d’attaquer lui-même l’Iran!, mais la il préfère y entraîner les Etats-Unis et l’OTAN. Blocus d'acte de guerre!! Faisons un rapprochement en se demandant le Pourquoi Israël veut-il initier une guerre entre les Etats-Unis et l’Iran ?

L’Iran attaque-t-il d’autres pays ? Bombarde-t-il des civils et détruit-il des infrastructures civiles ? Exclamation Non. Ces crimes sont commis par Israël et les Etats-Unis.Arrow

L’Iran expulse-t-il des gens des terres qu’ils occupent depuis des siècles et les entasse-t-il dans des ghettos ? Exclamation Non. C’est ce qu’Israël fait aux Palestiniens depuis 60 ans. Arrow

Alors, de quoi l’Iran est-il coupable ? Question

L’Iran développe l’énergie nucléaire, ce qui est son droit en tant que signataire du Traité de Non-Prolifération (TNP). aucun détournement de l’uranium enrichi vers un programme d’armement na été prouvé ni découvert!!
Parce que l’Iran pourrait détourner l’uranium enrichi à des fins militaires. Que Israël se positionne avec sa marionnette à Washington et que l’Iran ne doit pas être autorisé à exercer les mêmes droits dont disposent tous les autres signataire du TNP:!: Arrow
L’hypocrisie.Question Israël n’est pas signataire du TNP et a développé illégalement et en douce des armes nucléaires, avec l’aide des Etats-Unis et Surtout de la France Arrow

Notes :
La publication des documents confidentiels de la CIA après 34 ans montre que la première bombe atomique israélienne a été fabriquée en France en 1974 avant d'être transférée dans les territoires occupés. Ces documents sont une très petite partie du volumineux document « Top Secret » préparé en 1974. Malgré leur publication après 32 ans, les autorités américaines n'ont pas encore accès à toutes les informations au sujet de cette bombe. Selon ce rapport, le mot « Top Secret » figurerait sur les chapitres de tout document qui concerne le programme nucléaire israélien.**Note prise sur le site**http://www.mondialisation.ca**

Etant donné qu’Israël possède de façon illégale des armes nucléaires et que son gouvernement est composé de fanatiques capables de les utiliser, des sanctions écrasantes devraient être appliquées contre Israël pour le forcer à désarmer. Mais!!!...?
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Nombre de messages : 1184
Date d'inscription : 22/07/2010

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 20 Déc - 6:29
Je vous propose c deux liens a lire aussi :

« Comment la France a aidé Israël à avoir la bombe atomique » sur :
http://www.bladi-dz.com/articles/1672/1/Comment-la-France-a-aide-Israel-a-avoir-la-bombe-atomique/Page1.html

« Comment et pourquoi la France a-t-elle donnée la bombe à Israël » sur : http://observatoiredesreligions.fr/spip.php?article275&artsuite=5

Conclusion?
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Nombre de messages : 1184
Date d'inscription : 22/07/2010

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 10 Jan - 1:50
70 morts dans l’accident d’un avion de la compagnie nationale Iran Air


Soixante-dix personnes ont trouvé la mort et 32 ont été blessées hier dans l'accident d'un avion de la compagnie nationale Iran Air près de la ville d'Orumiyeh, dans le nord-ouest de l'Iran, selon l'agence officielle IRNA. L'appareil accidenté est un Boeing 727, d'après les agences Fars et ISNA.
« L'accident a eu lieu à 15 kilomètres d'Oroumieh, et immédiatement les villageois ont informé les responsables locaux de l'endroit exact du crash », a déclaré Vahid Jalalzadeh, le gouverneur de la province d'Azerbaïdjan occidentale, à la télévision d'État. « Certains passagers ont pu sortir eux-mêmes d'une des parties de l'avion et les villageois les ont transférés avec leur propres voitures vers les hôpitaux », a-t-il ajouté. « La situation climatique est très mauvaise dans la région », a-t-il affirmé encore. « Il n'y a pas eu d'incendie après le crash et pour cette raison, le nombre des morts n'est pas très élevé », a déclaré pour sa part le ministre des Transports, Hamid Behbahani, cité par l'agence ISNA.
L'accident s'est produit vers 19h45, selon le site Internet de la télévision d'État, qui cite un responsable de la province de l'Azerbaïdjan de l'Ouest. « L'avion a décollé de Téhéran avec une heure de retard sur l'horaire prévu en direction d'Orumiyeh, et en raison des mauvaises conditions climatiques, s'est écrasé près » de la ville d'arrivée, a-t-il déclaré. Un responsable de la Croix-Rouge iranienne a expliqué à la télévision d'État que lors de l'impact avec le sol, l'avion s'était brisé en plusieurs morceaux. « Nous étudions la raison de ce crash, mais le mauvais temps apparaît comme la cause principale », a expliqué le porte-parole d'Iran Air, Shahrokh Noushabadi. Deux vols en provenance de Téhéran et à destination d'Orumiyeh avaient été annulés précédemment en raison du mauvais temps.
Un responsable, cité par Fars, a souligné que les opérations de sauvetage étaient compliquées à cause des conditions climatiques. « Le problème des sauveteurs, pour le moment, est la neige très abondante », a-t-il expliqué, en précisant qu'il y avait « environ 70 centimètres » de neige sur le lieu de l'accident. L'Iran a connu une quinzaine de catastrophes aériennes au cours des 10 dernières années, faisant plus de 900 morts. Sa flotte aérienne civile et militaire est vétuste et manque d'entretien, en raison notamment d'un embargo américain sur tous les composants aéronautiques imposé par Washington dans les années 80 après la révolution islamique.

10/01/2011
http://www.lorientlejour.com
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Nombre de messages : 1184
Date d'inscription : 22/07/2010

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Dim 16 Jan - 4:12
L'Iran ouvre ses sites nucléaires à des représentants de l'AIEA


Des représentants de "la troïka des pays non alignés, le groupe des 77, la Ligue arabe, la Syrie, le Venezuela et Oman, participent à cette visite", a déclaré l'ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA, Ali Asghar Soltanieh. / Reuters

Des représentants auprès de l'AIEA, essentiellement de pays proches de Téhéran, sont arrivés en Iran pour visiter deux sites nucléaires, ont rapporté samedi les médias alors que l'UE a décliné l'invitation, comme la Russie et la Chine, pourtant alliés de l'Iran.

Des représentants de "la troïka des pays non alignés, le groupe des 77, la Ligue arabe, la Syrie, le Venezuela et Oman, participent à cette visite", a déclaré l'ambassadeur d'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Asghar Soltanieh, selon l'agence Fars.
L'Union européenne, mais aussi la Russie et la Chine, deux alliés de poids de l'Iran, ont cependant décliné l'invitation.
Les délégués ont quitté Téhéran pour visiter l'usine à eau lourde à Arak, dans le centre du pays.
"La République islamique d'Iran a également invité d'autres pays, notamment l'Union européenne pour montrer sa bonne volonté, mais ils n'ont pas saisi cette occasion historique pour développer la coopération et constater les activités pacifiques de la République islamique", a déclaré M. Soltanieh.
"Toutefois, nous respectons leur décision", a-t-il ajouté.
L'Iran avait invité début janvier plusieurs pays membres de l'AIEA, dont la Russie, la Chine, l'Égypte et Cuba, ainsi que la Hongrie, président actuel de l'Union européenne, à visiter sa principale installation d'enrichissement d'uranium à Natanz et son usine à eau lourde à Arak.
Une visite similaire des diplomates des pays non alignés a eu lieu en février 2007.
"La visite des diplomates étrangers des sites nucléaires est un pas important pour créer la confiance avant les négociations (nucléaires) avec le groupe 5+1 à Istanbul" en Turquie, a déclaré vendredi Ali Akbar Salehi, ministre des Affaires étrangères par intérim et chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.
Samedi, il a ajouté que lors de la visite d'Arak, l'Iran "allait révéler de nouveaux succès nucléaires dans le domaine médical", selon la télévision d'État.
Jeudi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait déclaré que l'invitation de Téhéran "méritait" que l'on y prête "attention", mais qu'elle ne saurait remplacer les inspections de l'AIEA.
À Pékin, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hong Lei, avait souligné que "le représentant de la Chine à Vienne est encore chez lui, donc ce sera difficile pour lui de se rendre" à la visite organisée par l'Iran, ce qui a été interprété comme un refus poli.
Mais lors d'une cérémonie à Arak samedi, retransmise en direct par la télévision iranienne Press-TV, M. Soltanieh a "remercié les représentants de la Syrie, du Venezuela et de la Chine pour leur présence", sans préciser l'identité ni le rang du responsable chinois.
L'Union européenne avait décliné l'invitation, adressée à la Hongrie, en tant que présidente de l'UE, jugeant que "c'est à l'AIEA de visiter" les sites nucléaires iraniens.
Les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, membres du groupe 5+1 (qui comprend la Russie et la Chine) qui négocie avec l'Iran sur son programme nucléaire, n'ont pas été invités.
Les pays occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran a toujours démenti.
L'invitation inhabituelle de Téhéran avait été lancée tandis que les négociations nucléaires entre l'Iran et le 5+1 doivent reprendre le 21 janvier à Istanbul.

http://www.lorientlejour.com
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Nombre de messages : 1184
Date d'inscription : 22/07/2010

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Dim 16 Jan - 4:16
Téhéran poursuit "avec vigueur" l'enrichissement d'uranium

L'Iran poursuit "avec vigueur" ses "activités d'enrichissement" d'uranium malgré les sanctions, a déclaré samedi Ali Akbar Salehi, le chef du programme nucléaire iranien, moins d'une semaine avant une nouvelle réunion entre l'Iran et le groupe 5+1 sur le nucléaire à Istanbul.

"Les récentes sanctions internationales n'ont créé aucun problème pour nos activités nucléaires", a assuré M. Salehi, dont les propos étaient diffusés en direct par la télévision d'État.
"Nous continuons nos activités nucléaires avec force (...). En particulier nous continuons avec vigueur nos activités d'enrichissement", a-t-il ajouté. "Notre production d'uranium enrichi a augmenté", a-t-il insisté.
Cette déclaration intervient moins d'une semaine avant une nouvelle rencontre sur le nucléaire entre l'Iran et les pays du groupe 5+1 (États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) les 21 et 22 janvier à Istanbul (Turquie).
Les pays occidentaux soupçonnent l'Iran de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'un programme nucléaire civil, ce que Téhéran a toujours démenti.
M. Salehi s'exprimait en marge de la visite de l'usine à eau lourde à Arak (centre) par des diplomates auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) de pays non alignés, du groupe des 77 et de la Ligue arabe, de la Syrie, du Venezuela.
L'Union européenne, mais aussi la Russie et la Chine, deux alliés de poids de l'Iran, ont cependant décliné l'invitation.
"La Russie et la Chine ont leurs propres considérations politiques. Certains ont dit qu'en les invitant, nous voulions diviser le groupe 5+1. Mais ce n'est pas notre intention. Nous voulons seulement montrer nos progrès et notre transparence", a insisté M. Salehi.
Le chef du programme nucléaire iranien a également ajouté que l'Iran avait "construit une nouvelle usine à Ispahan de production du combustible (pour les réacteurs nucléaires), qui est l'une des plus modernes au monde".
"Nous devons remercier les Occidentaux de ne pas nous avoir donné le combustible à 20% (pour le réacteur de recherche de Téhéran). Nous sommes entrés dans ce domaine et (...) l'Iran sera un des rares pays à pouvoir produire à la fois des plaques et des barres de combustibles", a-t-il ajouté.
L'enrichissement d'uranium contenu à moins de 20% sert à fabriquer du combustible pour les centrales nucléaires. Mais s'il est poussé à 90% et plus, il sert à la fabrication de l'arme atomique.
En début de semaine, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, avait assuré que les sanctions internationales contre Téhéran commençaient à porter leurs fruits, notamment en affectant le programme nucléaire iranien.
Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté en juin une nouvelle résolution renforçant les sanctions internationales contre Téhéran à cause de ses activités nucléaires controversées. Les États-Unis, l'Union européenne, le Canada, l'Australie, le Japon et la Corée du Sud ont ensuite adopté leurs propres sanctions pour faire pression sur Téhéran.
Les sanctions "ont rendu bien plus difficile pour l'Iran la réalisation de ses ambitions nucléaires. L'Iran a des problèmes technologiques qui ont ralenti son calendrier", a estimé Mme Clinton.
Lors de la cérémonie, M. Salehi a également présenté deux nouveaux radio-isotopes construits par les ingénieurs iraniens à l'usine d'Arak et destinés aux besoins médicaux du pays.
Il a ajouté que le réacteur de recherche de 40 mégawatts, actuellement en construction à Arak et destiné à fabriquer des radio-isotopes pour le pays et l'exportation, entrerait "en service d'ici deux ou trois ans".

http://www.lorientlejour.com
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Nombre de messages : 1184
Date d'inscription : 22/07/2010

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Jeu 20 Jan - 4:56
L'Iran permettra le transit d'essence vers l'Afghanistan



L'Iran a affirmé mercredi que seuls 160 camions d'essence restaient bloqués à la frontière avec l'Afghanistan, ajoutant que Téhéran autoriserait à l'avenir l'acheminement d'essence par sa frontière sur la base d'une estimation détaillée de ses besoins que lui fournirait Kaboul.

"Il y a actuellement 160 camion-citernes aux postes frontières de Milak et Dogharoun et (...) ils pourront entrer en Afghanistan dans les prochains jours", a affirmé un communiqué de l'ambassade d'Iran à Kaboul cité par les médias iraniens.

Environ 30% du carburant importé par Kaboul de divers pays comme la Russie, le Turkménistan ou l'Irak transite par l'Iran. Téhéran a laissé entendre aux autorités afghanes que le blocus des dernières semaines était lié au soupçon que cette essence puisse servir à ravitailler les forces de l'Otan en Afghanistan.
"L'une des raisons du retard est la non déclaration des besoins de l'Afghanistan en essence par le ministère du Commerce de ce pays", a affirmé le communiqué de l'ambassade. "A l'avenir, le transit se fera sur la base des accords mutuels", a ajouté le texte.

L'ambassadeur d'Iran à Kaboul, Fada Hossein Maleki, cité par l'agence officielle Irna, a précisé de son côté qu'"en définissant le volume d'essence dont l'Afghanistan a besoin, l'Iran en permettra le transit sans aucun problème".

http://www.alterinfo.net
avatar
Invité
Invité

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 24 Jan - 20:02
Iran: un "réseau d'espions" démantelé
10/01/2011

Le ministère iranien du Renseignement a annoncé aujourd'hui avoir démantelé un "réseau d'espions et de terroristes lié au régime sioniste", responsable notamment de l'assassinat du physicien nucléaire iranien Massoud Ali Mohammadi en janvier 2009, a rapporté la télévision d'Etat.

Les agents du ministère du Renseignement ont "réussi à démanteler un réseau d'espions et de terroristes liés au régime sioniste", selon le communiqué du ministère. Le communiqué ajoute que "les principaux responsables de l'assassinat" de ont été arrêtés dans cette opération.

Le 12 janvier 2009, une moto piégée avait tué Massoud Ali Mohammadi, un important physicien nucléaire qui enseignait à l'université de Téhéran mais travaillait également pour les Gardiens de la Révolution (Pasdaran, élite des forces armées iraniennes). Cet attentat avait été attribué par Téhéran aux services de renseignement israélien et américain.

Le Figaro
avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 36
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 14 Fév - 23:53
Un mort et des blessés lors d'une manifestation d'opposants



Téhéran (Iran), lundi. L'opposition réformatrice est parvenue lundi à organiser sa première manifestation depuis un an, malgré les avertissements des autorités qui avaient interdit tout rassemblement et massivement déployé les forces de l'ordre. | -


Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées par des coups de feu lundi, à Téhéran, lors d'une manifestation anti-gouvernementale. Selon la version de l'agence de presse Fars, la victime est un passant touché par des tirs lorsque «des éléments de la sédition et le groupe mercenaire terroriste Monafeghin ont ouvert le feu sur les passants et déclenché des émeutes dans la rue».


Dans le vocabulaire du régime, les «séditieux» qualifient les opposants et les Monafeghin (hypocrites) désignent les Moujahidine du Peuple, principale organisation de l'opposition armée. Selon Fars, «le rassemblement illégal des séditieux, Monafeghin, monarchistes et voyous, dans certaines rues, ont provoqué des émeutes, mais la présence de gens a obligé les éléments de la sédition et les Monafeghin à partir».

Des milliers de partisans de l'opposition sont descendus lundi dans les rues de la capitale iranienne. Selon la version officielle, ils manifestaient pour soutenir les soulèvements en Tunisie et en Egypte. Les rassemblements ont été émaillées de heurts avec les policiers, selon les sites internet de l'opposition.

L'Iran n'est pas le seul pays à avoir été le théâtre de mobilisations d'opposants. Lundi, des manifestations ont aussi eu lieu au Yémen, au Bahreïn et en Irak. Au Yémen, plusieurs personnes ont été blessées. Dans la capitale Sanaa, des milliers d'étudiants et d'avocats ont scandé «Après Moubarak, Ali», en référence au président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans.

http://www.leparisien.fr

__
flags2758Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent flags2758

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Ven 18 Mar - 13:10
Iran Essai d’un nouveau lanceur



L’Iran a procédé hier au premier tir de son nouveau lanceur Kavoshgar-4 (Explorateur), dont le président Ahmadinejad (à l’extrême gauche) s’était fait présenter l’ogive, le 7 février dernier à Téhéran. Cette ogive est conçue pour emmener des animaux dans l’espace, mais était vide lors du vol inaugural. En février 2010, l’Iran avait déjà lancé un rat et des tortues, mais avec une fusée moins puissante. L’essai du lanceur Kavoshgar-4 a été dénoncé par les pays occidentaux comme une violation des résolutions de l’Onu.

AFP


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 21 Mar - 14:35
L'ayatollah Khamenei exprime sa solidarité avec les peuples arabes en lutte

Le guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, a placé dimanche le Nouvel an perse sous le signe de la solidarité avec les peuples arabes en lutte. «Nous espérons que Dieu tout-puissant soulagera immédiatement la nation bahreïnie, la nation yéménite et la nation libyenne, et infligera des tourments aux ennemis de ces nations», a déclaré Khamenei lors d'une allocution télévisée.

«Ce qui arrive aux peuples de ces pays ne me permet pas de goûter à sa pleine mesure la joie des festivités du Nouvel an», a-t-il ajouté.

Le calendrier iranien remonte au début de l'ère islamique, en 622 et l'Iran entre le 21 mars dans l'an 1390.

http://www.20minutes.fr

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Sam 28 Mai - 13:29
Syrie. L'Iran envoie des conseillers pour "mater la rébellion"

L'Iran est en train d'envoyer des instructeurs et des conseillers en Syrie pour aider le régime à mater les manifestations anti-gouvernementales qui menacent son principal allié dans la région, a affirmé vendredi The Washington Post, citant des responsables américains non identifiés.

L'envoi de personnel iranien s'ajoute à l'aide régulière que Téhéran fournit à Damas et qui inclut non seulement des armes et des équipements anti-émeute mais aussi du matériel sophistiqué de surveillance permettant au régime du président Bachar al-Assad de traquer les utilisateurs des réseaux Facebook et Twitter, affirme le quotidien.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/syrie-l-iran-envoie-des-conseillers-pour-mater-la-rebellion-28-05-2011-1317871.php

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
fennec dz
Membractif
Membractif
Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2011
Localisation : Algerie

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Mar 21 Juin - 10:42
L’Iran se bat contre la prolifération nucléaire

« L’Iran considère que l’utilisation des armes nucléaires est interdite par l’Islam, et il incombe à tous de préserver l’humanité de telles armes. » L’Ayatollah Ali Khamenei, Guide Suprême d’Iran.
La deuxième conférence internationale sur le désarmement nucléaire, accueillie par Téhéran, n’a pratiquement pas été mentionnée dans les médias occidentaux, malgré [la participation] de délégués représentant 40 pays, ainsi que de représentants des Nations-Unies et de son chien de garde nucléaire, l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA).

« Le message que nous voulons faire passer au monde entier est que l’Iran essaye de faire de son mieux dans ce débat sur la non-prolifération », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi, dans son discours d’ouverture, dimanche dernier. « Quarante ans de conventions sur la non-prolifération n’ont produit aucun progrès dans le désarmement nucléaire et les puissances nucléaires n’ont pas mis en application leur obligation en vertu du Traité de Non-Prolifération (TNP) », a-t-il dit, ajoutant que « l’Iran était convaincu que l’utilisation des armes atomiques devrait être légalement interdite, alors que les armes chimiques et biologiques sont frappées de conventions obligatoires ».

Tandis que l’Iran se prépare à assumer la direction du Mouvement des Non-Alignés (MNA), l’année prochaine, une telle initiative représente un pas dans la bonne direction, à la lumière des fortes craintes des pays du MNA quant au double langage des pays occidentaux et les restrictions croissantes sur le transfert de technologie nucléaire pour des objectifs pacifiques, conformément aux articles du TNP.

Comme prévu, certains experts occidentaux, comme David Frum, l’homme derrière le discours tristement célèbre de George W. Bush sur « l’axe du mal », lance un regard cynique sur la conférence de désarmement de Téhéran, la décrivant comme un « théâtre de l’absurde ».

Ce qui semble plus absurde à beaucoup est le simple fait qu’avec les dizaines de milliers de têtes nucléaires toujours existantes qui présentent un potentiel funeste pour l’existence humaine et la survie de la planète, aussi peu d’attention ait été portée à l’Ouest sur les mécanismes pratiques en vue d’atteindre l’objectif noble d’un « monde sans armes nucléaires ».

Des discussions préalables à cette conférence pour adopter une nouvelle convention sur le désarmement ne se sont pas matérialisées. Pourtant, cette réunion a aidé à servir un but dans ce que Salehi a dépeint comme entretenir une « culture populaire de désarmement ». Cette conférence représente un plus grand pas que les conférences traditionnelles sur le désarmement à l’Ouest, qui n’ont été que des parlottes creuses ; par exemple, sur un traité de réduction des matières fissiles qui n’est pas plus près d’être adopté aujourd’hui que lorsqu’il a été mis à l’ordre du jour il y a plus de vingt ans.

Un problème majeur pour se tourner vers le désarmement, ainsi que cela a été formulé dans les « 13 étapes pratiques » de la conférence de révision du TNP, est que de telles mesures pratiques sont tuées dans l’œuf par les mesures parallèles sur le contrôle des armements, qui sont souvent mal comprises comme un désarmement progressif.

Elles ne le sont pas, comme cela est reflété dans le dernier accord « New Start » entre la Russie et les Etats-Unis. Tandis que cet accord réduit les stocks actifs des deux pays, il stabilise en même temps la parité approximative en termes de capacité d’armes nucléaires et, qui plus est, laisse les armes nucléaires tactiques – dont des centaines sont stationnées sur le sol européen – hors du champ.

Cet accord n’appelle pas non plus spécifiquement à la destruction d’une seule tête nucléaire. A la place, de tels accords sur le contrôle des armements ont simplement élargi le « deuxième niveau » de stock des têtes désarmées qui posent toujours une menace à l’humanité.

Se focalisant sur la doctrine nucléaire erronée des Etats-Unis et des autres puissances nucléaires, comme la France et le Royaume-Uni, qui comptent sur leurs arsenaux nucléaires pour exercer une puissance forte en rapport à leurs objectifs de politique étrangère, la conférence de Téhéran a donné aux hôtes iraniens l’occasion de jeter la lumière sur l’arsenal nucléaire clandestin d’Israël, son refus de rejoindre le TNP et son absence de soutien à une zone dépourvue d’armes nucléaires au Proche-Orient – une idée soutenue intégralement par l’Iran.

« La communauté internationale devrait pousser Israël à rejoindre le TNP et à accepter les inspections de l’AIEA sur ses installations nucléaires », a dit Salehi. Il a aussi décrit les Etats-Unis comme le principal violateur du TNP, disant que son rôle actif dans la propagation d’armes nucléaires était surprenant avec sa défense de la non-prolifération.

Ces remarques ont été suivies, mercredi dernier, avec l’information que le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait une fois encore exprimé sa volonté d’engager le débat sur le programme nucléaire de Téhéran.

« Le président de la République Islamique d’Iran a une fois encore annoncé que l’Iran était prêt à [résoudre] la question nucléaire du pays au travers de négociations avec le « Groupe des six » [les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité plus l’Allemagne] », a-t-il déclaré à des journalistes à Téhéran. Il a aussi réitéré : « L’Iran a toujours eu une très bonne coopération avec l’Agence [internationale à l’énergie atomique] » et que cela prouvait la nature « pacifique » de son programme nucléaire.

Coïncidant avec des rapports fraîchement sortis aux Etats-Unis concernant l’absence de toute preuve que l’Iran est en train de construire des armes nucléaires, la conférence de Téhéran était importante pour intégrer un peu plus l’Iran dans le mouvement mondial sur le désarmement, en tandem avec l’intuition presciente du philosophe français, aujourd’hui décédé, Michel Foucault, qui décrivait autrefois la révolution islamique de 1979 comme destinée à « soulever le poids de l’ordre du monde entier ».[1]

L’intuition exceptionnelle de Foucault, qui reste encore à être comprise par la majorité des « experts sur l’Iran » à l’Ouest, lesquels écrivent habituellement sur « l’Iran après qu’il possèdera la bombe », fournit un bon prisme à travers lequel analyser la responsabilité que l’Iran s’est auto-imposé sur le désarmement. La révolution historique a donné à l’Etat post-révolutionnaire un caractère transnational et de « quasi-Etat » qui est profondément cosmopolite le long des lignes d’un « monde » husserlien [2] « révélant la subjectivité ».

Suivant ces lignes de pensée, on peut comprendre les contours de la politique nucléaire « borderline » de l’Iran, qui permet à Téhéran de s’insérer dans le « jeu nucléaire » mondial et, ainsi, exercer une pression sur les nations nucléarisées pour qu’elles se tournent vers le désarmement et qu’elles évitent les activités de prolifération. Cette politique provient essentiellement d’une vision mondialiste qui combine les considérations strictement nationales de sécurité à l’intérieur d’un réseau plus large de sécurité régionale et mondiale, qui, à son tour, autorise l’Iran à adopter un rôle nucléaire activiste.

Sans sa capacité potentielle d’être une puissance proto-nucléaire, l’Iran ne pourrait visiblement pas jouer ce rôle sur la scène mondiale et serait autrement ignoré, comme étant totalement hors sujet. Autrement dit, la valeur changeante, pour les objectifs de désarmement, du potentiel et/ou menace nucléaire latente de l’Iran a complètement dépassé les experts occidentaux qui se spécialisent sur l’Iran et qui réduisent souvent les ambitions nucléaires de l’Iran à une simple question de sécurité nationale. Leurs interprétations erronées proviennent d’une incompréhension basique des motivations mondialistes du « quasi-Etat » iranien qui ne sont pas réductibles au prisme étroit des intérêts nationaux.

Du point de vue du MNA et de sa priorité en matière de désarmement, l’approche « borderline » de l’Iran est parfaitement sensée, étant donné sa conscience des fils complexes qui relient la contre-prolifération au désarmement et l’échec plutôt flagrant du TNP à atteindre un progrès significatif sur le désarmement, comme il est stipulé dans son Article VI.

La conférence de Téhéran sur le désarmement reflète une mesure heureuse dans le jeu d’échec nucléaire iranien en cours, qui est naturellement lié à la mission mondialisée de l’Iran consistant à jouer de plus en plus un rôle proactif dans le mouvement mondial sur le désarmement, sans tenir compte des pressions extérieures s’affrontant à son programme nucléaire.

Dans le temps, [une telle conférence] ne peut que représenter une entrave effective, bien que secondaire, aux activités de prolifération des pays qui possèdent des armes nucléaires, reflétant ainsi une disposition vertueuse en tant que puissance régionale cosmopolite qui excède les limites que les puissances majeures lui ont assignées. Ces puissances ont peut-être lancé un piège de sanctions contre l’Iran, à propos des intentions sinistres supposées de son programme nucléaire, mais l’ironie est que l’Iran est à présent capable de jouer un rôle de plus en plus bruyant pour empêcher ces puissances de fuir leurs responsabilités vis-à-vis de leur obligations de désarmer en vertu du TNP.

Kaveh L. Afrasiabi
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Dim 10 Juil - 18:58
عبر قوات القدس التابعة للحرس الثوري في الجزائر والسودان
إيران تساعد القذافي بالأسلحة والخبرة لتخفيف الضغط الدولي عن سوريا


في عددها الذي يصدر اليوم الأربعاء تكشف صحيفة "لوموند" الفرنسية نقلاً عن مصادر استخباراتية فرنسية، أن إيران التي تخشى من تداعيات التدخل الأمريكي والأوروبي في شمال إفريقيا قد وضعت خطة تهدف من خلالها الى تحويل مدينتي طرابلس وبريقة الليبيتين الى مستنقع لحلف الناتو وحلفائه، من أجل إطالة أمد بقاء القذافي في السلطة.

وأشارت الصحيفة الى أنه في شهر مايو الماضي أعطى المرشد الأعلى للثورة الإيرانية علي خامنئي توجيهاته لقوات القدس التابعة للحرس الثوري لمساعدة معمر القذافي عسكرياً لمواجهة ما وصفه بمحور الشر الامريكي – الفرنسي - البريطاني، تشمل نقل أسلحة وذخائر ومنها صواريخ أرض - أرض وأرض - جو وقاذفات قنابل من أجل استخدامها ضد الثوار الليبيين.

وبحسب المصادر ذاتها فإن مهمة نقل الأسلحة والعتاد الى ليبيا كُلّف بها عناصر القدس المتمركزة في الجزائر والسودان.

وفي هذا الإطار أرسل رئيس جهاز الاستخبارات الإيراني التابع للحرس الثوري، حسين طائب، الى ليبيا فريقاً من كبار الضباط التابعين له مباشرة.
إخفاء الأسلحة في الأحياء السكنية
وأوضحت مصادر الاستخبارات الغربية أن مهمة هؤلاء الضباط هي إعطاء الاستشارات للنظام الليبي لمراقبة الاتصالات والمعلومات، كما نصح الفريق الأمني الإيراني معمر القذافي بإخفاء السلاح في مستودعات داخل مناطق سكنية، لاستغلال عمليات قصف هذه المستودعات، في حال استهدافها في الإعلام على أنه قصف لأحياء مأهولة، بهدف الحد من حركة قوات الناتو



وتهدف استراتيجية خامنئي الى الضغط على القوات الغربية المشاركة في حرب ليبيا لتخفيف الضغط الغربي عن سوريا، حليفة إيران الأبرز في الشرق الأوسط.

وذكّرت الصحيفة بأن العلاقات الإيرانية – الليبية كانت في الماضي سيئة لأن طهران تتهم النظام الليبي دوما باختطاف الإمام الشيعي موسى الصدر.

وبحسب الصحيفة فإن قرار خامنئي دعم إيران يكشف جانباً آخر من خلافاته مع الرئيس الإيراني أحمدي نجاد الذي سبق وأعلن دعمه للثوار في مواجهة القذافي.

وإيران من خلال هذه الخطوة تريد أن تظهر قدرتها على مواجهة دول الغرب تماماً كما فعلت في أفغانستان عندما زوّدت قوات طالبان بالأسلحة في حربها على القوات الأمريكية.

وبحسب "لوموند" تأمل إيران في أن يشغل الربيع العربي الرأي العام الدولي عن برنامجها النووي.
جامعة الدول العربية
وفي الشأن السوري، اعتبرت "لوموند" أن النظام السوري فشل في قمع الانتفاضة الشعبية من خلال استخدام القوة وعنونت افتتاحيتها: "نهاية النظام في الأماكن السورية المغلقة".

واعتبرت الصحيفة أن بشار الأسد قد استخدم كل وسائل القمع التي ورثها عن نظام والده، وهي ربما أثبتت جدواها في الماضي إلا أنها لم تتمكن هذه الأيام من سحق الاحتجاجات الغاضبة.

وأشارت الافتتاحية إلى صمت جامعة الدول العربية حيال ما يحدث، وإلى إصرار روسيا بأي ثمن على حماية أحد أهم حلفائها في المنطقة.

وفي المقابل عابت "لوموند" على المعارضة السورية إخفاقها في تقديم خطة منهجية للتغيير.

واستبعدت الصحيفة أن يتمكن النظام من القيام بإصلاح حقيقي لأن ذلك سيُخرجه من السلطة، وفي المقابل فإن مواصلة قمع المحتجين سيؤدي الى رصّ صفوف المعارضة في الداخل وإلى زيادة عزلة سوريا على الساحة الدولية

Source:*http://alarabiya.net

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
fennec dz
Membractif
Membractif
Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2011
Localisation : Algerie

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Mar 19 Juil - 23:21
La crise iranienne est-elle proche de son apogée ?

Alors que l’impasse entre l’Iran, les Etats-Unis et leurs alliés
s’intensifie, le nombre de possibilités restantes se réduit progressivement. En
fin de compte, une sorte de compromis semble inévitable, mais la violence qui
lui précèdera, et qui exactement restera pour négocier, restent un
mystère.



Un conflit armé peut aussi revêtir plusieurs formes et celles-ci ne
s’excluent pas mutuellement. La solution préférée des Occidentaux est que le
régime iranien soit renversé de l’intérieur ; toutefois, la menace de la guerre
constitue également une épée de Damoclès, tandis que la République Islamique
manoeuvre de façon experte et cherche des crosses en vue d’une redistribution
régionale des cartes conformément à ses souhaits.
Ces derniers jours et dernières semaines, les deux camps ont cherché à en
imposer sur le plan militaire et ont lancé des menaces voilées. La semaine
dernière, l’Iran a démarré un exercice militaire massif de 10 jours, dont le nom
de code est « Grand Prophète 6 ». Ont été testés un nouveau système de
radar, de nouveaux silos sous-terrains fortifiés pour missiles et des missiles
sol-sol qui pourraient atteindre toutes les parties du Moyen-Orient, de même que
diverses autres avancées technologiques.
Les diplomates occidentaux ont réagi avec inquiétude. Le ministre britannique
des Affaires étrangères, William Hague, a dit à la BBC : « L’Iran a
également mené des essais secrets de tirs de missiles balistiques sur des
lance-fusées, y compris des essais pour tester des missiles capables d’envoyer
des charges nucléaires, en contravention avec la résolution 1929 de l’ONU

». [1]
L’Iran a immédiatement réfuté cette accusation, mais l’annonce de Hague est
importante, en particulier parce qu’elle a été faite juste après l’annonce
iranienne de tripler, d’ici à la fin de l’année, ses provisions d’uranium 235
enrichi à 20%.
« Bien que l’uranium enrichi à ce taux soit essentiellement destiné à
alimenter le petit réacteur de recherche de Téhéran, qui produit des isotopes
médicaux »,
explique l’expert israélien Yossi Melman, « il renforce les
connaissances des experts nucléaires iraniens et leur capacité à contrôler
toutes les étapes de l’enrichissement – y compris jusqu’à un taux de 93%, qui
permet la production de matière fissile utilisée dans la fabrication des armes
nucléaires.
»
Selon Melman, le plus grand danger est que le président Mahmoud Ahmadinejad
et quelques autres responsables clés iraniens attribuent aux croyances
messianiques que la condition du retour du Mahdi (le Messie dans l’Islam chiite)
repose sur « une énorme proportion de la population mondiale qui serait
annihilée dans une guerre de grande envergure
». [2] Il semble que les
armes nucléaires seraient effroyablement bien adaptées pour servir de dispositif
en vue de sauver le monde dans un tel scénario.
Toutefois, cet argument semble plutôt extrême, même alarmiste, et une
majorité d’analystes occidentaux ont la conviction que le régime iranien est en
fin de compte rationnel. Certains ont même fait remarquer que la politique
iranienne au Moyen-Orient a été plus cohérente au cours de ces dix dernières
années que celle des Etats-Unis. Ainsi qu’un rapport de Chatham House l’a
rappelé à merveille en 2006 : « Tandis que les Etats-Unis ont joué au poker
dans la région, l’Iran, lui, jouait aux échecs
»
.
Sur le terrain de la realpolitik, aussi, comme aux échecs, les tensions
montent progressivement, et l’Iran pose une menace stratégique majeure à la
politique des Etats-Unis et de leurs alliés. La première circonstance a été mise
en lumière, le mois dernier, par l’annonce des Iraniens qu’ils avaient partagé
des informations avec la Russie sur deux drones américains avancés, qu’ils
soutiennent avoir descendu au début de l’année. Alors qu’il n’y a rien de
surprenant dans cette action en elle-même, une telle coopération est
exceptionnellement maintenue sous silence et cette annonce est arrivée à un
moment sensible, visiblement comme un message de défi.
Certains spéculent que l’Iran pourrait se préparer à réagir militairement à
toute intervention militaire dans les troubles intérieurs de la Syrie, son
alliée. Si une telle intervention se matérialisait, elle se produirait
probablement dans les prochaines semaines ou prochains mois.
D’autres, comme M.K. Bhadrakumar, de l’Asia Times Online, mettent en avant
les récentes ouvertures de l’Iran avec le Pakistan et l’Afghanistan. Bhadrakumar
a écrit à propos d’une récente « conférence sur le terrorisme » qui a
eu lieu au plus haut niveau entre les chefs des trois Etats :

En ce moment même, les divers degrés d’antipathie ressentie envers les
Etats-Unis de la part du Pakistan et de l’Afghanistan, d’un côté, et de
l’impasse invétérée de l’Iran avec les Etats-Unis, de l’autre, donnent
l’impulsion à ces trois pays voisins pour se rapprocher [...] Le Pakistan est un
pays sunnite majeur et les intérêts de l’Iran reposent sur l’assurance qu’il ne
rejoindra pas l’alliance contre l’Iran menée par les Saoudiens au Moyen-Orient.
L’Iran peut faire étalage de son amitié avec le Pakistan pour exposer la
campagne saoudienne, en vue de stimuler, aujourd’hui, la phobie d’un schisme
entre les Chiites et les Sunnites au Moyen-Orient, en désignant l’Iran comme le
leader du camp chiite et en se ralliant l’opinion arabe sunnite.
[3]
Pourtant, l’Irak est sans doute en tête de liste des préoccupations
américaines. Alors que la date limite du retrait des troupes américaines
approche à grand pas, l’influence iranienne grandit. Un certain nombre
d’analystes, dont Stratfor, ont prévenu que sur le long terme cela pourrait
déstabiliser l’allié clé des Etats-Unis, l’Arabie Saoudite.[4]
D’un autre côté, l’Iran s’inquiète de ce que les Etats-Unis pourraient
étendre leur présence en Irak et il fait de son mieux pour accélérer le départ
américain. Selon certains rapports, une montée récente de la violence dans ce
pays serait orchestrée par l’Iran, avec le message suivant pour les Américains :
« Ne restez pas ! Révisez votre position ! »[5]
Cette situation pourrait aisément devenir incontrôlable et dégénérer en une
guerre à grande échelle, considérant en particulier que tous les autres fronts
entre les deux camps sont également échauffés. Les attaques par procuration
contre les forces américaines, si elles sont prouvées, pourraient aisément
servir de casus belli contre l’Iran.
En attendant, les rapports le disent, les Etats-Unis et leurs alliés
accumulent discrètement des forces dans cette région. Il semble n’y avoir aucune
masse critique pour l’instant (de ce que l’on sait, il y a deux porte-avions
américains proches des côtes iraniennes ; et il est communément admis que les
Etats-Unis n’attaquent habituellement des cibles aussi grosses qu’avec au moins
trois porte-avions), mais la tendance est inquiétante.
Dekba, un site israélien d’analyse du renseignement, qui est connu pour
publier à la fois des rumeurs et des fuites valides des services de
renseignements, propose l’évaluation suivante :

La semaine dernière, des navires de guerre et des sous-marins iraniens
déployés dans la Mer Rouge ont suivi les mouvements de deux gros porte-avions
américains, l’USS Enterprise et l’USS George H.W. Bush, qui se sont croisés dans
le Détroit de Bab el-Mandeb, le 21 juin dernier, se dirigeant chacun dans des
directions opposées à travers ce goulot d’étranglement stratégique, entre la
Méditerranée et l’Océan Indien [.] Les stratégistes à Téhéran voient du danger
dans ces mouvements de va-et-vient effectués par la flotte de guerre des
Etats-Unis.
Selon nos sources militaires, l’Enterprise, qui est plus vieux, plus lent et
qui dispose de moins de puissance de feu que le Bush, a été déplacé vers la
Méditerranée parce que, là, il y est soutenu par les bases aériennes américaines
éparpillées en Europe Occidentale et Centrale, tandis que le Bush a été consigné
dans les eaux qui font face aux côtes iraniennes, parce qu’il est pratiquement
une machine de combat autonome, capable d’opérer sans soutien.
Il devrait être noté que la présence en Méditerranée pourrait être orientée à
la fois contre la Libye et contre la Syrie, tandis que les Etats-Unis pourraient
avoir plus tendance à utiliser un porte-avions plus petit, plus rapide et plus
moderne contre l’Iran, puisque les capacités anti-navales bien développées de ce
pays pourraient poser un danger aux porte-avions américains si ce pays était
attaqué.
A ce stade, cette accumulation de forces semble plutôt destinée à envoyer le
message suivant : nous nous préparons pour une attaque imminente. Le scénario
préféré des Américains est que le régime iranien (en compagnie de ses alliés en
Syrie et au Liban) se fracture de l’intérieur, effondrant dans le processus sa
position de politique étrangère et stoppant son expansion extérieure.
Il y a des signes que ceci pourrait arriver. Ces derniers mois, la lutte de
pouvoir interne entre Ahmadinejad et le dirigeant suprême iranien, l’Ayatollah
Ali Khamenei, s’est intensifiée. Aussi, la position iranienne en Syrie
s’est-elle quelque peu détériorée, en même temps que la légitimité du Président
syrien Bachar el-Assad.
Il y a environ deux mois, une crise a éclaté entre Ahmadinejad et Khamenei,
et beaucoup ont spéculé que le président [iranien] pourrait être forcé à
démissionner. [6] Plusieurs collaborateurs de haut niveau d’Ahmadinejad ont été
arrêtés. Par la suite, les tensions sont quelque peu retombées et les hommes du
Président ont été libérés, mais une semaine plus tard, des rapports sont sortis
selon lesquels un autre de ses proches confidents, l’ancien ministre adjoint des
Affaires étrangères, Mohammad Sharif Malekzadeh, avait été arrêté. [7] Donc,
apparemment, la crise se poursuit.
Il est possible, même probable, que l’influence occidentale s’affaire
secrètement à aggraver ces fissures ; pourtant, le problème avec cette stratégie
est que le régime iranien en est parfaitement conscient et qu’il pourrait
accentuer les comportements outranciers afin de garder le contrôle sur ses
opposants. Il est vrai, tant sur le plan international qu’à l’intérieur, où le «
Mouvement Vert » (l’opposition démocratique auto-proclamée) est divisé
sur ses moyens d’action.[8]
Le sort du régime syrien est également loin d’être clair pour l’instant. Si
Assad survit, il y parviendra avec une aide importante des Iraniens et il
pourrait bien être obligé à s’engager un peu plus aux côtés de l’Iran. Par
conséquent, tandis qu’il serait lui-même affaibli, au moins à court terme, il
conduirait très probablement des politiques iraniennes (dans le passé, il a
souvent essayé de suivre son propre cap).
Autrement dit, le régime iranien pourrait s’avérer être un joueur d’échec
supérieur aux dirigeants occidentaux, avec toujours un coup d’avance, alors
qu’il se dirige à grands pas vers ses objectifs. Ceci crée le danger très réel
que les Etats-Unis et leurs alliés soient amenés à faire des choix difficiles
dans le futur proche, quant à l’utilisation de la force militaire qu’ils ont
accumulée.
En Israël, le ton du débat se déplace progressivement de l’attaque préventive
à la dissuasion. Un certain nombre d’analystes israéliens ont récemment avancé
l’argument selon lequel l’Etat juif avait besoin d’accroître sa dissuasion et de
garder l’option d’une attaque préventive, pour le moment hypothétique, juste
avant que l’Iran ne choisisse d’utiliser (plutôt que d’acquérir) des armes
nucléaires. Accroître la dissuasion revient généralement à acquérir de nouveaux
sous-marins (augmentant la capacité d’une présumée deuxième frappe), une défense
antimissile et des avions perfectionnés.
Pourtant, les dirigeants israéliens, de même que quelques observateurs clés,
refusent d’écarter la possibilité d’une frappe imminente israélienne contre le
programme nucléaire iranien, et continuent de soutenir que l’Iran pose une
menace existentielle à l’Etat juif. Israël est connu pour avoir projeté dans le
passé des intentions contradictoires, avant de frapper par surprise ; et le fait
que le gouvernement israélien soit beaucoup plus flegmatique qu’il y a un an
peut être interprété comme un signe annonciateur.
L’Arabie Saoudite est restée également relativement silencieuse ces dernières
semaines, alors qu’elle essaye discrètement de manouvrer dans les crises au
Yémen et en Syrie. D’une certaine façon, cela ressemble également à un calme
avant la tempête : la Syrie, en particulier, servira aussi probablement que
l’Irak de déclenchement pour une confrontation potentielle entre les Etats-Unis
et l’Iran.
Si le régime d’Assad tombe (peut-être en partie avec une aide étrangère),
l’ensemble de l’axe de la dissuasion iranienne, représenté par la Syrie, le
Hezbollah et le Hamas, serait gravement menacé. Donc, il se pourrait bien que
l’Iran soit provoqué pour passer à l’action et, même si cette action est limitée
(par exemple en Irak), cela pourrait aisément dégénérer en une guerre.
Dans l’ensemble, la confrontation semble approcher de son point culminant et
une forme d’action pour changer le statu quo semble inévitable. Cette action
pourrait être secrète (un mélange de sabotage, de manouvre diplomatique et de
changement de régime de l’intérieur dans des pays clés) ou pourrait être (une
guerre) ouverte.
Ses conséquences pourraient être ressenties immédiatement ou au fil du temps.
Aux deux extrêmes de l’analyse théorique, il y a, d’un côté, la possibilité d’un
effondrement total du régime iranien et de ses alliés et, de l’autre, la
possibilité d’une déroute de l’alliance menée par les Américains et l’émergence
de l’Iran comme hégémon régional.
Ces deux options sont cependant relativement improbables : une victoire
militaire décisive, en particulier dans la forme moderne hautement codifiée de
la guerre, reste largement hors d’atteinte, et sa poursuite ressemble un peu à
la logique messianique.
Ce qui peut le plus probablement se produire est un bouleversement
significatif de l’équilibre géostratégique, qui amènerait une sorte
d’arrangement temporaire, qu’il soit à court ou à long-terme. Actuellement, ses
conditions précises sont pratiquement impossibles à prévoir, alors que le débat
sur qui a gagné commencera seulement après l’émergence de ces conditions.

Victor Kotsev
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Sam 10 Sep - 1:47
LE DÉVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE DE L' IRAN : Un résistant contre le nouvel ordre mondial

«Cher peuple iranien, vos enfants ont envoyé leur premier satellite indigène qui a été placé en orbite de la Terre, au nom de Dieu et du douzième imam.» C'est par ce message lancé par le satellite iranien Omid (espoir), le 5 février 2009, que l'Iran rentrait dans le club fermé des nations spatiales. Il nous a paru de ce fait important de décrire comment cette haute civilisation, malgré tous les empêchements de l'Occident, est arrivée à s'imposer scientifiquement sans agresser personne.

Du point de vue contribution au patrimoine de l´humanité, on doit aux Perses la diffusion de l´alphabet et l´écriture, la Route de la soie, les contes des Mille et Une Nuits, l´irrigation par canaux, le jeu d´échecs, les premières climatisations, les premières dissections humaines avec Ibn Sina (Avicenne), la découverte de l´alcool méthylique, la découverte du zéro du côté de Ninive, une très grande partie de l´algèbre et la géométrie, les logarithmes avec Al Khawarizmi, mais aussi le système des armées modernes (inventé par Darius I et copié cinq cents ans plus tard par les Romains). S´agissant de la géographie et de l´économie, le pays a une superficie de 1648.195 km² et une population de près de 70 millions d´habitants. Avec un Produit national brut de 570 milliards de dollars en 2005, il constitue la deuxième économie de la région. Son Produit intérieur brut par habitant s´élève à 8400 dollars. L´Iran est le 4e producteur de pétrole au monde. Il dispose aussi de la deuxième plus grande réserve en gaz naturel, après la Russie, et en est le 6e producteur.(1)

Une nation scientifique et technologique

De nos jours, l´Iran est une puissance technologique, de loin plus performante que les autres pays musulmans. L´avion de combat, entièrement conçu et fabriqué par les ingénieurs iraniens, a effectué, ce dimanche, avec succès, son premier vol-test, en présence du ministre de la Défense et des hauts responsables militaires, à Ispahan, a rapporté FarsNews. Cet avion de combat baptisé «Azarakhsh» (la foudre) est le deuxième. Le premier du nom est baptisé «Saegheh» (l´éclair). (2)
Selon le Global Security (organe du Pentagone), l'armée de terre iranienne est la sixième armée du monde, capable de mobiliser environ 500.000 à 700.000 hommes, de construire des répliques des chars Leclerc... L´armée de l´air iranienne est, quant à elle, capable de construire des avions de chasse type F4 et des F5, et des F-17. Sa marine compte six sous-marins type SSK Kilo et serait en train d´en terminer quatre autres. Ses missiles, si redoutés, sont très divers, de courte, moyenne et longue portée. En temps de guerre, on sait que l´Iran a la capacité de produire ces missiles à très grande échelle.(3).

S'agissant du programme nucléaire, depuis 1977, il y a eu près de deux mille inspections de l´Agence internationale de l´énergie atomique (Aiea) et aucun rapport n´a pu établir que l´Iran cherchait à mettre au point la bombe. Pourtant, tous les médias en parlent comme si c´était acquis. Le 11 avril 2006, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad annonce que l´Iran a enrichi avec succès de l´uranium. «J´annonce officiellement que l´Iran a rejoint le groupe de ces pays qui ont la technologie nucléaire.» L´uranium a été enrichi à 3,5% en utilisant plus des milliers de centrifugeuses.

Par ailleurs, récemment, en août dernier, l'Iran a créé et a mis en orbite la maquette de son premier satellite sans assistance russe, a déclaré à Moscou un responsable de l'industrie spatiale russe. «La Russie n'a pas participé à la propagation des technologies spatiales, elle n'a accordé aucune assistance à Téhéran dans la préparation de son premier tir spatial», a indiqué le responsable commentant l'essai d'un lanceur iranien. Dans le même temps, la mise en orbite d'un satellite civil iranien pourrait entraîner les puissances spatiales dans la militarisation de l'espace en raison des tensions dans les relations politiques irano-américaines, selon l'expert. Le lancement réussi d'une fusée-porteuse a aussi suscité la préoccupation de nos partenaires américains a noté le responsable.(4)

Le secret: un système éducatif performant

«Le taux d'alphabétisation était de moins de 50 pour cent (avant la Révolution islamique) tandis que grâce à la révolution, il est maintenant de plus de 86 pour cent,» a-t-il ajouté. Il a souligné qu'en 1979, le nombre d'étudiants s'élevait à 176.000 tandis qu'il atteignait les 2165.000 en 2004, les 3572.000 en 2008. En 1979, seulement 398 articles avaient été publiés dans les journaux professionnels, alors qu'ils sont passés à plus de 20.000 en 2008 (3855 de 2004)», a affirmé le président iranien. (5)

De nos jours, l'Iran est une puissance technologique de loin plus performante que les autres pays musulmans. Ce ne sont pas des actes isolés! Plus près de nous, Ebay est une création de M.Omydiar, le vice-président de Google est M.Omid Kordestani, le maire de Beverly Hills est Jamshid Delshad... Shirin Abadi est la seule femme musulmane à avoir reçu le prix Nobel. Au niveau scientifique, ces dernières années, on pourra retenir le nom du Pr Ali Javan, l´inventeur du laser à gaz (1960). En médecine, le coeur artificiel a été inventé par le Dr Toffy Musivand. La première greffe de rein est iranienne (1967 à Chiraz) et de même la première greffe de foie (1995). L´hémoglobine glycosylée (qui mesure la gravité du diabète) a été mise en évidence par le Dr Samuel Rahbar. Les cellules souches spermatogoniques furent découvertes par le Dr Karim Nayernia. Le prix Feynman 1998 est décerné à Reza Ghadri pour sa théorie des systèmes moléculaires à réplication organisée. Cette avancée à marche forcée vers le développement a un nom: la force de l'enseignement supérieur et la pertinence d'une recherche de qualité avec des moyens adéquats et une exigence de tous le instants. «Forget Harvard - One of the world's best undergraduate colleges is in Iran», cest le titre d'un article d'Afshin Molavi publié dans Newsweek le 18 août 2008. On y relève quelques éléments aussi intéressants que...surprenants! En 2003, surprise des responsables du département d'«Electronical Engineering» de l'Université de Stanford, qui constatent que les meilleurs étudiants aux difficiles épreuves d'admission à leur cycle Ph.D. proviennent d'un même pays et d'un même établissement: la «Sharif University of Science and Technology» en Iran. Sharif dispense, selon de nombreux spécialistes, l'un des meilleurs programmes «undergraduate» (niveau licence) du monde en electronical engineering en compétition avec le MIT, Caltech, Stanford, Tsinghua et Cambridge. Quelles sont les raisons d'un tel succès? Les parents privilégient, s'agissant de l'orientation scolaire de leurs enfants, les formations d'ingénieurs et la médecine aux autres disciplines, telles que le Droit par exemple. Une sélection rigoureuse: chaque année 1500.000 lycéens passent un examen d'entrée à l'Université, 10% d'entre eux s'orientent vers les universités publiques les plus prestigieuses et 1% parmi les plus brillants, vers les institutions scientifiques telles que Sharif. Un excellent corps enseignant scientifique. Priorité donnée aux sciences dans les programmes scientifiques des lycées. Un succès certes surprenant, mais qui -c'est certain- ne doit rien au hasard (6).

Georges Stanechy pour sa part, nous parle du dernier rapport du FMI dont le moins qu'on puisse dire est qu'il fait un constat de bonne gouvernance en Iran. On mesure sans peine ce lourd aveu d'un pays qui n'a jamais cessé d'être diabolisé. Résumons sa contribution: «(...) Des experts du FMI en pleine galère! Malgré eux, au terme de mois de travaux, contraints de déconstruire les clichés de la propagande impériale, l'iranophobie compulsive des «spécialistes» et «géopoliticiens» de la désinformation instrumentalisés par les lobbies prédateurs, dont les imprécations récurrentes ne cessent de se déverser, dégouliner, dans nos médias... Cinquante et une pages de contorsions, pour reconnaître, après visites, inspections, discussions, passage au microscope des statistiques et de leur méthodologie d'élaboration que de fantastiques progrès sont en cours. En dépit de la fréquence des tremblements de terre (dont celui du 14 août dernier), exceptionnelles sècheresses ? embargos, sanctions, anathèmes, et autres ´´coups tordus´´ Jusqu'à concéder une croissance annuelle de 3,2% pour le dernier exercice (l'année fiscale iranienne se termine ou commence le 20 mars de chaque année). Avec des réserves en devises de 100 milliards de dollars, estimées à 109,7 milliards pour 2011/2012, pour être précis». (7)

«Obligés d'admettre que le pays connaît une croissance soutenue. Pas seulement grâce aux cours internationaux du pétrole et du gaz, mais aussi sous l'action conjointe d'une forte croissance du secteur agricole (´´... strong rebound in agricultural sector and rapid credit expansion...´´. Auquel s'ajoute l'effet moteur d'une rapide extension du crédit en faveur d'un important secteur industriel, bien diversifié, tout particulièrement des petites et moyennes. Afin d'améliorer leur productivité, leur compétitivité, et faciliter la création de nouvelles initiatives. Le gouvernement iranien tout en développant l'habitat social a limité, en effet, les crédits hypothécaires spéculatifs dans l'immobilier. Ce que fait apparaître l' ´´Index of real estate prices at constant prices in Tehran´´, descendant de 110 en février 2008 à 75 en juin 2009, pour se stabiliser depuis à ce niveau. Un des rares pays où la spéculation immobilière est jugulée... Tout en maîtrisant le risque d'inflation et améliorant les rentrées fiscales (´´... Inflation was contained while fiscal and external positions improved...´´). Preuve que les grands équilibres macroéconomiques sont sauvegardés. Des finances ultra-saines, semblent se lamenter les experts. Aucun endettement auprès du FMI, ni accords spéciaux. Mieux encore: les perspectives sont bonnes (With prudent macroeconomic policies, the medium-term outlook is positive...) avec une croissance estimée par prudence à 4,5% (la cible étant 8%), avec une inflation chutant de moitié pour se situer au niveau des pays européens de 12% dès 2011/2012. Malgré un doublement prévisible de ses importations de biens et de services, les réserves sont évaluées à 305,3 milliards de dollars en 2016/2017. Soit un triplement par rapport au niveau actuel!» (7)

«Au-delà de ces performances, poursuit Georges Stanechy, ce qui est à retenir de la lecture du rapport du FMI c'est le «constat» de la remarquable réussite, à l'étonnement des experts eux-mêmes, portant sur la profonde rénovation en cours du système économique de l'Iran. En décembre 2010, les subventions des prix de l'énergie et des produits agricoles ont été supprimées. (....) Les produits pétroliers, électricité, et blé, en particulier, ont subi une forte augmentation. Pendant une période transitoire, le montant économisé est redistribué aux ménages sous forme d'une allocation en espèces librement utilisable aux entreprises pour activer leur restructuration et leur modernisation en termes d'économies d'énergie et aux administrations publiques pour financer leur modernisation (Les experts du FMI, ébahis, parlent de plein succès dans la mise en place de cette réforme (The successful early implementation of the subsidy reform...), jusqu'à en reconnaître les avantages immédiats: amélioration de la redistribution des revenus, réduction de la pauvreté, et stimulation de la demande intérieure (... improving income distribution..). Ni ´´sur´´, ni ´´sous´´ - évaluée, la monnaie du pays correspond aux grands équilibres macroéconomiques. Signe évident d'une bonne gestion des finances publiques. Le volet certainement le plus prometteur pour l'avenir du pays: la gestion maîtrisée de ses richesses pétrolières et gazières. Leur contrôle, dans l'indépendance de leur exploitation et la bonne affectation de leurs revenus, est considéré comme un vecteur essentiel de développement et de garantie pour les futures générations».(7)

Pendant ce temps c'est le chaos en Libye, Total a arraché 35% des gisements et tous ceux qui ont participé à la curée revendiquent le butin. Le chef du CNT fait preuve de moins de pudibonderie. Il a annoncé que les pays seront récompensés en «fonction du soutien» apporté aux insurgés. La chute du régime d'El Gueddafi libère la course à l'or noir où des reclassements sont prévisibles. Sous la forme d'un retour sur investissement dans la guerre. «Nous promettons de favoriser les pays qui nous ont aidés, notamment au travers du développement de la Libye. Les autres pays arabes se tiennent le ventre et attendent patiemment leur tour. Ils ont acquis qu'ils ne sont plus maîtres de leur sous-sol et que le Nouvel ordre mondial permettra la répartition mondiale des ressources uniquement à l'avantage et entre les seigneurs de la science et de la technologie.

On le sait. L´Occident ne veut pas d´un Iran développé et toutes les manoeuvres visent à freiner le développement de ce pays, pays émergent par excellence et qui dispose de tous les atouts: une civilisation plusieurs fois millénaire, des réserves énergétiques les deuxièmes plus importantes en pétrole et gaz. Une population jeune, un grand pays et des universités développées. Serions-nous capables d'imiter un pays qui a su, par ses seuls moyens, exploiter à merveille l'intelligence de son peuple? On s'étonne que des musulmans soient capables d'orbiter des satellites? Incroyable! Inacceptable! Inimaginable, dirait-on en Occident et même chez les défaitistes qui sont légion en terre d'Islam puisque leur religion est incompatible avec la science! En Iran tout n'est pas rose, loin s'en faut, les mêmes maux de corruption, de népotisme, gangrènent la société. Le fait est là, c'est un pays qui avance et qui mise sur son intelligence. Puissent les pays arabes le suivre dans cette marche forcée vers le savoir au lieu de s'installer dans la fatalité pour le plus grand malheur de leur peuple.

Spoiler:
1. Chems Eddine Chitour: Iran. De Khomeiny au satellite Omid de: Mille Babords 18.02.2009

2. Farsnews - Le 1er vol de l´avion de combat, «la foudre», «made in Iran».05 août 2007

3.http://www.globalsecurity.org/military/world/iran /army.htm

4. http://www2.irna.ir/http://www.alterinfo. net/L-Iran-a-procede-au-lancement-d-une-fusee-capable-de-porter-un-satellite_ a22925.html.

5. Discours d'Ahmadinejad: Mercredi 11 février 2009 http://www2.irna.ir

6. Daniel Laurent. Et si l'Iran nous donnait des leçons en matière d'enseignement supérieur? Education/ Recherche, jeudi 28 août 2008.

7. IMF Country Report No. 11/241 - Islamic Republic of Iran: 2011 Article IV Staff Report; August 2011 http://www.legrandsoir.info/iran-rapport-fmi-aout-2011.html

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

http://commentjevoislemonde.blogs.nouvelobs.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Mar 8 Nov - 20:51

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
ZIGHOUD
Membractif
Membractif
Masculin
Nombre de messages : 87
Age : 50
Date d'inscription : 07/10/2010
Localisation : ALGERIE

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 14 Nov - 17:58
TEHERAN (Reuters) - L'Iran a enterré lundi un général des Gardiens de la révolution qualifié par le régime d'"architecte" de sa force de dissuasion, deux jours après sa mort dans une puissante explosion survenue dans un dépôt de munitions.
Signe de l'importance du général Hassan Moqaddam, l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution islamique, a assisté à ses obsèques et à celles des 16 autres gardiens tués samedi dans cette explosion.
Le régime assure que cette explosion, si puissante qu'elle a été ressentie à Téhéran, à 45 km de distance, est due à un accident.
"Le martyr Moqaddam était le principal architecte de la puissance de feu des Gardiens de la révolution et le concepteur de la force de dissuasion du pays", a déclaré Hossein Salami, le numéro deux du corps des Gardiens, dans son éloge funèbre, selon la télévision publique.
Hassan Moqaddam était un vétéran de la guerre Iran-Irak (1980-1988). Le ministre de la Défense, Ahmad Vahidi, s'est personnellement rendu auprès de sa famille pour transmettre les condoléances du président Mahmoud Ahmadinejad.
Le corps des Gardiens, parallèle à l'armée, a été créé après la révolution islamique de 1979 et il est devenu une puissance militaire et politique de premier plan au sein du régime.
L'explosion de samedi est survenue dans un contexte de tensions accrues autour du programme nucléaire de l'Iran, soupçonné par les pays occidentaux de dissimuler un volet militaire. Israël a notamment laissé planer la menace d'un bombardement des installations nucléaires iraniennes.
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Lun 28 Nov - 23:06
L'Iran menace la Turquie


Spoiler:
Rassemblement de hauts dignitaires iraniens à l'académie militaire de l'armée de terre, à Téhéran, le 10 novembre 2011.
REUTERS/Khamenei.ir/Handout

Un haut responsable militaire iranien a promis de frapper en Turquie les installation du bouclier anti-missile de l'Otan si jamais son pays était menacé d'une attaque. Jusqu'à présent, les responsables iraniens avaient affirmé à plusieurs reprises qu'en cas d'attaque contre leur pays ils frapperaient d'abord Israël en représailles.

C'est le commandant des forces aériennes des Gardiens de la Révolution, Amir ali Hajizadeh, qui a menacé de prendre la Turquie pour cible si jamais l'Iran devait faire face à une attaque. Cet homme commande les systèmes iraniens de missiles et ses déclarations sont à prendre dans le contexte du regain de tension autour des capacités nucléaires de l'Iran.

Au début du mois, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a publié un rapport qui fait état de graves inquiétudes concernant le programme nucléaire iranien. Les Etats-Unis ont renforcé leurs sanctions contre Téhéran alors qu'en Israël on a évoqué à nouveau l'hypothèse de frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

La Turquie, qui a offert sa médiation par le passé, pour tenter de résoudre la crise nucléaire iranienne, reçoit par ailleurs depuis 2011 un système de radar qui fait partie du bouclier antimissile de l'Otan, destiné, selon Washington a contrer à la menace nucléaire iranienne. Les déclarations du haut responsable militaire iranien restent pour l'instant au stade de la rhétorique, à usage à la fois interne et international. Il faut souligner que c'est la première fois que Téhéran menace directement la Turquie.

Par RFI

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Mar 13 Déc - 23:04
Les Etats-Unis ont réclamé à l'Iran la restitution de leur drone

Le président des Etats-Unis Barack Obama a annoncé lundi que son pays avait réclamé à l'Iran la restitution du drone d'observation furtif dont la république islamique s'est emparé la semaine dernière.


rtbf.be
_____
Drone/USA: "propriété de l'Iran"

Le drone espion américain capturé le 4 décembre par l'Iran au dessus de son territoire est désormais "propriété de la République islamique", a déclaré aujourd'hui le ministre iranien de la Défense Ahmad Vahidi en réponse à une demande américaine de restituer l'appareil.

"Leur drone a violé (l'espace aérien iranien) et maintenant au lieu de présenter des excuses, de manière effrontée, ils nous demandent de restituer l'avion", s'est insurgé le ministre cité par l'agence ISNA.

lefigaro.fr/


__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Jeu 29 Déc - 12:57
L'Iran menace de cadenasser le détroit d'Ormuz


Crédits photo : Hamed Jafarnejad/AP

INFOGRAPHIE - La République islamique n'exclut pas d'interdire le transit des navires pétroliers pour contrer les sanctions occidentales.

Le détroit d'Ormuz est l'un des corridors les plus stratégiques de la planète, celui par lequel transitent près de 40% du trafic maritime pétrolier mondial. En menaçant, mardi, de le verrouiller, la République islamique savait qu'elle frappait fort. Sur les marchés, les cours du pétrole n'ont pas tardé à grimper, tandis qu'un vent d'inquiétude se mettait à souffler sur les capitales occidentales.

«Le détroit d'Ormuz est un détroit international. En conséquence, tous les na­vires, quel que soit leur pavillon, bénéficient du droit de passage en transit, conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, adoptée en 1982, et au droit international coutumier de la mer», s'est empressé d'affirmer, mercredi, le ministère français des Affaires étrangères, en guise de mise en garde. La veille, le vice-président iranien, Mohammad Reza Rahimi, avait prévenu ses adversaires qu'«aucune goutte de pétrole ne transitera(it) par le détroit d'Ormuz» en cas d'un renforcement des sanctions occidentales contre Téhéran.



Les inquiétudes de la communauté internationale sont d'autant plus fondées que la menace iranienne coïncide avec une série de manœuvres militaires na­vales lancées samedi dernier autour du détroit d'Ormuz. Ces dix jours d'exercices au large des côtes iraniennes comprennent, entre autres, des opérations pour lancer des mines antinavires et anti-sous-marins. Autant de pratiques jugées sensibles quand on connaît la présence navale américaine dans cette zone névralgique, avec notamment la Ve flotte, basée à Bahreïn. Les spécialistes de l'Iran gardent également en mémoire la fameuse «bataille des tankers» pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988). Sans compter cet accrochage évité de justesse, début 2008, en plein détroit d'Ormuz, entre cinq vedettes des gardiens de la révolution iranienne et trois navires de guerre américains, après qu'un farceur se fut invité dans les conversations radio en menaçant de «faire exploser» l'USS Port Royal…

Bras de fer
Mais l'Iran peut-il vraiment mettre ses menaces à exécution? «Il faut replacer les déclarations iraniennes dans le contexte actuel», tempère un professeur iranien de relations internationales, qui préfère ne pas donner son nom, en rappelant que ce n'est pas la première fois que Téhéran profère de telles menaces. Selon lui, les déclarations iraniennes s'inscrivent plutôt dans le bras de fer qui oppose la République islamique aux Occidentaux au sujet du dossier nucléaire iranien. Elles ne seraient donc qu'une réaction verbale au projet d'embargo sur le brut iranien que défendent depuis plusieurs semaines la France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et les États-Unis. C'est d'ailleurs dans ce sens que s'est exprimé, mardi, Mohammad Reza Rahimi, en menaçant de fermer le détroit «si on devait adopter des sanctions contre (les exportations) de pétrole iranien». Avant d'ajouter: «Nous n'avons aucune envie d'hostilité ou de violence [mais] les ennemis renonceront à leurs complots seulement le jour où nous les remettrons à leur place.»

Pour l'amiral Habibollah Sayyari, commandant de la marine, qui s'exprimait mercredi sur la chaîne de télévision iranienne Press TV, la fermeture du détroit est «plus facile que de boire un verre d'eau». «Mais, pour le moment, nous n'avons pas besoin de le fermer puisque nous contrôlons la mer d'Oman et son trafic», a-t-il précisé. Les cours du pétrole ont d'ailleurs retrouvé mercredi leur niveau antérieur. Si la peur d'une obstruction de cet axe stratégique - qui pourrait mettre l'économie mondiale à genoux - est bien réelle, les États-Unis s'efforcent de relativiser le risque. «C'est une nouvelle tentative de détourner l'attention du vrai problème, qui est le non-respect continuel de la part de l'Iran de ses obligations internationales en matière de nucléaire», a ainsi commenté, depuis Washington, le porte-parole du département d'État Mark Toner.

http://www.lefigaro.fr/international/2011/12/28/01003-20111228ARTFIG00410-l-iran-menace-de-cadenasser-le-detroit-d-ormuz.php

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

avatar
fennec dz
Membractif
Membractif
Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 27
Date d'inscription : 25/05/2011
Localisation : Algerie

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Mar 24 Jan - 22:42
L’embargo de l’UE sur le pétrole iranien est un jeu politique
Le ministre du pétrole iranien a décrié
l’embargo européen sur le pétrole iranien comme n’étant qu’un jeu
politique, disant que cette décision hâtive se retournera contre le
bloc européen et d’autres pays.




L’union, forte de 27 membres, a utilisé le moyen
non-politique du pétrole comme moyen d’action pour des objectifs
politiques, a dit le ministre dans une déclaration Lundi, ajoutant que
les conséquences de décisions si hâtives auront un impact sur d’autres
états, tout aussi bien que sur ceux des pays européens.

L’Iran n’est pas concerné par cette affaire et
trouvera des remplacements au marché européen, car seulement 18% du
pétrole iranien est exporté vers l’Europe, a t’il ajouté.

Le ministère a insisté sur le fait qu’il a déjà
adopté les stratégies nécessaires pour contrer les défis dans le
secteur du pétrole et de l’énergie.

Il a mis en garde contre des “initiatives
dangereuses” d’utiliser le pétrole comme outil de pressions politiques
et a dit que les sanctions contre l’Iran enflammeraient les prix du
pétrole et mineraient plus avant l’économie mondiale, particulièrement
les économies des pays occidentaux dévastés par la crise.

Les sanctions causeraient également une insécurité
dans le marché de l’offre et de la demande pour l’énergie mondiale, a
t’il dit, ajoutant que cette action imposera des coûts supplémentaires
pour les consommateurs de pétrole en Europe.

Les ministres des affaires étrangères de l’UE se
sont accordés à Bruxelles Lundi pour imposer des sanctions sur les
importations de pétrole de l’Iran à cause du programme nucléaire du
pays; un embargo qui deviendra effectif au 1er Juillet 2012. Les
sanctions impliquent un embargo immédiat sur tous les nouveaux contrats
avec la république islamique ainsi qu’un gel des avoirs de la Banque
Centrale d’Iran (BCI) au sein de l’UE.

En réaction de la décision de l’UE, le ministre
russe des affaires étrangères Sergeï Lavrov a rejeté les sanctions
unilatérales contre l’Iran, disant que ces sanctions ne seront
“d’aucune aide”
Press TV
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Jeu 16 Fév - 22:25
L'Iran promet de "nouvelles initiatives" aux grandes puissances

VIENNE (Reuters) - L'Iran se dit prêt à rouvrir prochainement des pourparlers avec les grandes puissances et promet de "nouvelles initiatives", un geste encourageant selon la France même si Téhéran reste vague sur ses intentions en matière nucléaire.

La République islamique a adressé une lettre en ce sens à la porte-parole de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton, interlocutrice de l'Iran au nom des grandes puissances impliquées dans le processus de négociation, en même temps qu'elle annonçait de nouvelles avancées dans ses activités nucléaires.

Le courrier, signé du négociateur en chef sur le dossier, Saeed Jalili, évoque de "nouvelles initiatives" sans autres détails. La "question nucléaire iranienne" est mentionnée, mais le diplomate ne dit pas explicitement que Téhéran est prêt à négocier sur le sujet.

Selon des responsables occidentaux, les grandes puissances se concertent pour définir une réponse à cette proposition.

Les pourparlers entre l'Iran et le groupe P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu - Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France - et l'Allemagne) sont au point mort depuis une conférence à Istanbul en janvier 2011.
La suite sur:http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120216.REU9790/l-iran-promet-de-nouvelles-initiatives-aux-grandes-puissances.html

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

le Ven 23 Mar - 15:14
Khamenei assure que l'Iran ripostera à toute attaque d'Israël ou des USA



Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a averti mardi que son pays riposterait à toute attaque lancée par Israël ou les Etats-Unis, renforçant les tensions avec les Occidentaux autour du programme nucléaire controversé de Téhéran.

"Nous avons dit que nous n'avons pas d'armes atomiques et que nous n'en construirons pas. Mais s'il y a une attaque de l'ennemi, que ce soit les Etats-Unis ou le régime sioniste, nous les attaquerons de la même façon", a-t-il dit dans un discours à l'occasion de la nouvelle année iranienne diffusé en direct par la télévision.

Ali Khamenei, qui s'exprimait de la ville de Mashhad (Ouest), a indiqué que l'Iran avait le droit divin de répondre s'il était attaqué. "Le Coran stipule que si un ennemi vous attaque en premier, l'ennemi sera certainement battu, a-t-il indiqué. C'est la loi de Dieu. Nous ne pensons pas aux attaques et aux agressions, mais nous sommes attachés à l'existence et à l'identité de la République islamique."

INFLATION ET DÉVALUATION

L'économie iranienne souffre des sanctions accrues décidées en début d'année par les Occidentaux - Américains et Européens en tête - pour contraindre l'Iran à se mettre en conformité avec les résolutions de l'ONU relatives à son programme nucléaire. Les transactions avec les banques iraniennes sont interdites, et un embargo sur les importations de pétrole iranien entrera pleinement en vigueur le 1er juillet.

Dans ces conditions, l'Iran est soumis à une forte inflation des prix à la consommation et à une dévaluation du rial, sa devise, dont les effets ont été accentués par la fin des subventions publiques qui amortissaient depuis des décennies les évolutions des prix des aliments et des carburants.
Pour les festivités de Norouz, le gouvernement a toutefois créé des marchés locaux où les denrées sont vendues à des prix protégés de l'inflation.

Les Iraniens redoutent en outre les perspectives d'une opération militaire d'Israël, voire des Etats-Unis, contre les installations nucléaires de la République islamique, qu'Occidentaux et Israéliens soupçonnent de vouloir se doter de la bombe atomique.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/03/20/khamenei-assure-que-l-iran-ripostera-a-toute-attaque-d-israel-ou-des-usa_1672932_3218.html

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Tout sur l'Iran

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum