Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Organisation armée secrète (O.A.S) 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Organisation armée secrète (O.A.S) EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Organisation armée secrète (O.A.S) Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Organisation armée secrète (O.A.S)

Aller en bas

Sujet / Message Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Sphinx le Mer 13 Mai - 23:44

L'Organisation armée secrète (OAS), également appelée Organisation de l'armée secrète, était une organisation française politico-militaire clandestine partisane du maintien du statu quo de l'Algérie française, créée le 11 février 1961 après une rencontre à Madrid entre Jean-Jacques Susini et Pierre Lagaillarde. Le sigle OAS apparut sur les murs d'Alger le 16 mars 1961, accompagné du slogan « L'Algérie est française et le restera ». Le nom OAS fait volontairement référence à l’Armée secrète de la Résistance.

Création

L'histoire de l'OAS se présente comme la volonté d'une partie de l'Armée et de civils de conserver l'Algérie Française, Algérie où vivaient plus d'un million d'européens et qui avait le statut de Département français. La tournure des événements à partir de 1960 (l'autodétermination) est considérée par une partie de l'armée et des Français d'Algérie comme une trahison du Général De Gaulle qui avait pourtant dit en 1958 « Je vous ai compris » et à Mostaganem « Vive l'Algérie française ». Celui ci avait en effet été amené au pouvoir par l'armée d'Algérie suite au Putsch d'Alger et en portant les valeurs de l'Algérie française. Le premier fait marquant de la révolte de la population française d'Algérie contre les décisions du général De Gaulle est la semaine des barricades [1] du 24 janvier au 1er février 1960.

Le 8 janvier 1961, un référendum sur l'autodétermination en Algérie est approuvé par 75 % des votants [2]. Pour les partisans de l'Algérie Française, ce référendum annonce l'abandon de celle-ci. En février 1961, un groupe en exil à Madrid formé dès la fin de l'année 1960 (suite à l'échec de la Semaine des barricades) autour du général Salan, de Pierre Lagaillarde et de Jean-Jacques Susini, crée l'OAS. Le 22 avril 1961, se déroule le Putsch des Généraux à Alger, quatre généraux en avant et sept en soutien, soit onze au total. Ce n'est pas simplement le fait d'un "quarteron de généraux à la retraite", mais plusieurs centaines d'officiers supérieurs de l'armée française se rebellent. À la suite de cette tentative pour maintenir l'Algérie française contre la volonté du gouvernement métropolitain, une bonne partie des insurgés déserte et rejoint la lutte clandestine dans les rangs de l'OAS, ainsi que de nombreux civils, souhaitant demeurer sur leur terre natale. La cassure est totale avec De Gaulle et il s'ensuit une véritable guerre entre les membre de l'OAS et les barbouzes, ainsi qu'avec une partie des forces policières et de maintien de l'ordre (gendarmes mobiles) de l'État Français nouvellement envoyées en Algérie pour lutter contre l'OAS et pour favoriser la voie de l'autodétermination. L'armée reste en retrait car elle compte dans ses rangs de nombreux sympathisants à la cause « Algérie française », et de plus l'OAS est composée en grande partie de hauts gradés militaires. Elle n'interviendra contre l'OAS qu'après la signature des Accords d'Évian, au moment du siège de Bab El Oued, de l'épisode du Massacre de la rue d'Isly et du maquis de l'Ouarsenis.

Les actions de l'OAS viseront des personnalités politiques ou administratives du gouvernement légal français affichant des opinions pro FLN ou anti Algérie française, en Algérie comme en métropole, mais consisteront également en des actions armées contre la population musulmane soupçonnée de soutenir le FLN. Les membres de l'OAS sont eux-mêmes pourchassés sans répit par les forces gaullistes. L'OAS sera largement soutenue par la population française d'Algérie, mais ses nombreux attentats la feront rejeter par l'opinion publique métropolitaine.

Répression

Dès le printemps 1961, le commissaire Grassien, sous-directeur de la Police judiciaire (PJ), arrive en Algérie à la tête de quinze officiers. Mais les résultats sont limités, et le groupe regagne la Métropole le 9 novembre 1961. Quelques semaines plus tard, le directeur de la PJ, Michel Hacq, les relaie, avec pas moins de deux cents inspecteurs, qui forment la Mission C. Ces policiers sont renforcés par un peloton de quinze gendarmes, dirigé par le capitaine Lacoste, et qui avait déjà combattu le Front de libération nationale (FLN). Ce sont ces gendarmes qui arrêtent le général Raoul Salan, le 20 avril 1962, suite aux renseignements fournis par la Police judiciaire parisienne.

De son côté, le général Charles Feuvrier, chef de la Sécurité militaire (SM), crée une structure spécifiquement chargée de la lutte anti-OAS en Algérie, la Division des missions et recherches.

Ces forces officielles sont aidées par des agents de police parallèles, les célèbres barbouzes, ainsi appelés en raison des postiches qu’ils étaient censés porter (le terme s’est ensuite appliqué à tous les agents secrets, réguliers ou non). Sans mandat officiel, les barbouzes sont recrutés dans divers milieux : des champions d’arts martiaux, des Vietnamiens ayant choisi la France pendant la guerre d’Indochine, des marginaux, et des truands, comme Jean Augé et le proxénète Georges Boucheseiche, ancien de la Gestapo française. Ce recrutement, ainsi que l'acheminement vers l'Algérie, sont assurés par deux ardents partisans du général de Gaulle, Lucien Bitterlin, chef du Mouvement pour la communauté, et par Pierre Lemarchand. Les barbouzes sont chargées de faire du contre-terrorisme, c’est-à-dire des plasticages (à la place de la Sécurité militaire, qui ne pouvait elle-même commettre des attentats), de réaliser des interrogatoires, en collaboration étroite avec les forces de

gendarmerie du colonel Debrosse (au cours desquels la torture est utilisée, selon les membres de l'OAS qui les ont subis : Gosselin, Vinent, Tislenkoff, Mme Salasc, capitaine Noëlle Lucchetti, Mme Bonadé, Jean Hourdeaux, Charles Daudet, Albert Garcin, Rodenas, Ziano, etc... ), et de transmettre les renseignements recueillis par le FLN sur l’OAS, car les services officiels ne pouvaient, avant le cessez-le-feu, entretenir de relations avec un mouvement interdit. Les barbouzes ont été décimés par l'OAS et le ministre de l'intérieur Roger Frey jette l'éponge pour l'Algérie et fait rapatrier les quelques survivants le 08 mai 1962. Le Service d'action civique a participé ensuite à la répression de l'OAS. En revanche, nombre de ces agents de police parallèle ont rejoint le SAC après 1962, notamment Augé (qui devient chef du SAC pour Lyon et sa région), ou Georges Boucheseiche.

En métropole, la lutte contre l’organisation armée devient efficace en décembre 1961, avec la formation du Bureau de Liaison. Ce Bureau de Liaison regroupe tous les agents des forces de l’ordre chargés d’enquêter sur l’OAS et d’arrêter ses membres : PJ, DST, RG, Gendarmerie nationale, Sécurité militaire de métropole. Les chefs du Bureau de Liaison se réunissent tous les soirs et travaillent en contact direct avec le ministre de l’Intérieur Roger Frey, le conseiller de celui-ci chargé la lutte anti-OAS, Alexandre Sanguinetti, et le conseiller spécial de Michel Debré chargé de coordonner l’action des services secrets, Constantin Melnik.

Seule une partie des membres de l'OAS est connue, car arrêtés ou identifiés, mais leur nombre est supérieur à ces seules listes. Ce n'était pas simplement une organisation d'extrême droite, beaucoup de communistes du quartier populaire de Bab-El-Oued y ont participé, ainsi que d'anciens résistants ou d'anciens gaullistes. Mais la provenance diverse de ses membres limitait l'action de l'OAS au seul maintien de l'Algérie Française et au rejet de la politique du Général De Gaulle, sans qu'un programme politique puisse définir l'avenir de l'Algérie. Une partie de l'élite de l'armée française de l'époque a rejoint l'OAS, accompagnée par beaucoup de pieds noirs se refusant à tout perdre, mais la majorité de l'armée est restée légitimiste. L'état d'esprit des militaires ayant rejoint le mouvement est parfaitement résumé dans la déclaration du Commandant Hélie Denoix de Saint Marc à son procès.

Une organisation terroriste criminelle - 1

[url][/url]

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Organisation armée secrète (O.A.S) Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Jeu 19 Aoû - 0:07

le putsch d'avril 1961 et l'OAS

Organisation armée secrète (O.A.S) Coup_d10

Le putsch : le 21 avril 1961, "un quarteron de généraux en retraite",Challe, Jouhaud, Zeller et Salan, et quelques colonels, prirent le pouvoir à Alger avec l'aide de régiments de parachutistes et de légionnaires - afin de s'opposer à l'abandon de l' "Algérie française". Ils comptaient sur le ralliement de l'armée d'Algérie ; mais ils ne furent pas soutenus par les soldats métropolitains du contingent.Au bout de quatre jours, Challe se livrait tandis que Salan, Jouhaud et les colonels factieux entraient dans la clandestinité.

L'OAS, Organisation Armée Secrète, fut constituée en 1961, à l'instigation des généraux Salan et Jouhaud et d'hommes politiques comme Jean-Jacques Susini ; elle tenta par tous les moyens - attentats en Algérie et en France - de s'opposer à la politique algérienne du général de Gaulle. Quand il fut clair que l'indépendance de l'Algérie était inexorable, l'OAS pratiqua la politique de la terre brûlée. Le terrorisme aveugle de l'OAS contribua au départ d'Algérie de la grande majorité des pieds-noirs.

Jean-Marie BASTIEN-THIRY - né en 1927 - lieutenant-colonel, ingénieur de l'armement - organisateur des attentats de Pont sur Seine et du Petit-Clamart contre de Gaulle. Condamné à mort et fusillé au fort d'Ivry, le 11 mars 1963.

Roger DEGUELDRE - né en 1925;Le lieutenant Roger Degueldre a été fusillé le 5 juillet 1962 au fort d'Ivry. Ancien maquisard F.T.P. engagé dans l'armée à la Libération et passé à la Légion, il gagna ses galons en Indochine puis en Algérie. Déserteur le 22 avril 1961 lors du putsch des généraux à Alger, il devient le responsable des "commandos Delta" de l'OAS qui exécutent assassinats et actes de terrorisme. Degueldre fut condamné à mort par la Cour militaire de justice le 28 juin 1962.

Albert DOVECAR et Claude PIEGTS, qui avaient sous les ordres de Degueldre participé à l'assassinat du commissaire Gavoury, ont été fusillés le 7 juin 1962.

Edmond JOUHAUD - général - né à Bou Sfer (Algérie) en 1905 - il fut la cheville ouvrière du putsch d'avril 1961, puis chef de l'OAS en Oranie. Arrêté le 25 mars 1962, il est condamné à mort le 13 avril 1962 ; sa peine est commuée le 28 novembre 1962, en prison à vie, et il est libéré en décembre 1967. Il est décédé en septembre 1995.

Raoul SALAN - général - né en 1899, décédé le 3 juillet 1984 à Paris. Général de division sous de Lattre pendant la campagne de 1944/1945, il fut nommé commandant en chef en Indochine (1952/1953) puis en Algérie (1956/1958). Il se rallia au général de Gaulle lors des événements de mai 1958, mais, partisan de l'Algérie française, il rompit avec lui. Il fut l'un des organisateurs du putsch des généraux (avril 1961) ; puis il fonda l'OAS. Condamné à mort par contumace (11 juillet 1961), puis arrêté à Alger (20 avril 1962) ; sa peine est commuée en détention à vie (23 mai 1962). Amnistié en 1968, il fut réhabilité en novembre 1982.


http://felina.pagesperso-orange.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Jeu 19 Aoû - 0:08

Organisation armée secrète (O.A.S) Drs24010

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Jeu 19 Aoû - 0:10

Organisation armée secrète (O.A.S) Drs25010

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Jeu 19 Aoû - 0:11

Organisation armée secrète (O.A.S) Drs26010

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Jeu 19 Aoû - 0:13

Organisation armée secrète (O.A.S) Drs27010

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Jeu 19 Aoû - 0:26

Organisation armée secrète (O.A.S) Drs22010

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Ven 18 Mar - 21:49

Chronologie des événements

11 février 1961 : Création de l'OAS.
31 mars 1961 : Assassinat de Camille Blanc, maire d'Evian, qui avait accepté que sa ville reçoive des délégués FLN en négociation avec le gouvernement français.
22 avril 1961 : Putsch des Généraux à Alger.
26 avril 1961 : Arrestation du général Alain de Boissieu, gendre de De Gaulle, mais chef d'état major de Challe pendant le putsch.
28 avril 1961 : En une semaine 200 officiers et 400 civils ont été arrêtés.
11 mai 1961 : Attentat FLN à la grenade dans un café : 1 mort, 18 blessés.
19 mai 1961 : Attentat FLN à la grenade au boulodrome : 1 enfant de 10 ans tué, 11 blessés.
20 mai 1961 : Première émission radiophonique pirate de l'OAS.
22 mai 1961 : Dix attentats FLN font 5 morts et 12 blessés, attaque d'un convoi à Miliana, 7 morts et 5 blessés, à Sidi Aïch, 8 soldats tués.
23 mai 1961 : Embuscade FLN, 11 soldats tués, 10 blessés.
31 mai 1961 : Assassinat du commissaire Roger Gavoury, chargé de la lutte anti OAS.
8 septembre 1961 : Attentat de Pont sur Seine visant à faire sauter la DS du général De Gaulle.
21 septembre 1961 : Assassinat du commissaire Goldenberg, successeur de Roger Gavoury
25 septembre 1961 : Evasion du colonel Vaudrey et du capitaine De Saint Rémy de l'hôpital Bégin.
11 octobre 1961 : Arrestation d'Albert Dovecar.
24 octobre 1961 : Arrestation à Nice de Claude Piegts.
31 octobre 1961 : Assassinat du commissaire Pellisier
octobre 1961 : Yves le Tac, président du MPC chargé de la lutte anti OAS est grièvement blessé par balle, il est évacué sur Paris.
10 novembre 1961 : Assassinat de l'inspecteur René Joubert
12 décembre 1961 : Mitraillage de la Mercedes des barbouzes, quartier la Redoute, 2 blessés.
14 décembre 1961 : Attentat contre le navire de la marine "la Laïta" chargé de contrer les émissions pirates de l'OAS.
16 décembre 1961 : Assassinat à Oran du lieutenant colonel Rançon, chef de la sécurité militaire, chargé de la lutte anti OAS au sein des officiers de l'armée.
22 décembre 1961 : Attentat par les Barbouzes contre le restaurant "Le Grand Rocher", fréquenté par l'OAS : 12 morts.
31 décembre 1961 : Attaque de la villa occupée par les barbouzes, rue Faidherbe : 14 barbouzes tués et 2 blessés.
1er janvier 1962 : Michel Massenet, adjoint de Degueldre est tué à mains nues par un Barbouze vietnamien.
12 janvier 1962 : Michel Liévin des commandos Delta est capturé par les Barbouzes.
19 et 20 janvier 1962 : Purge meurtrière au sein de l'OAS. Deux de ses membres sont assassinés, Michel Leroy et René Villard, en raison des contacts qu'ils avaient pris avec le pouvoir gaulliste.
23 janvier 1962 : Enlèvement par les Barbouzes de José Salord et Albert Coronal soupçonnés d'appartenir à l'OAS.
27 janvier 1962 : Enlèvement par les Barbouzes de Henri Vinent.
29 janvier 1962 : Piégeage par 92 kg de plastic et explosion du colis contenant la machine d'imprimerie à la villa d'El Biar occupée par les barbouzes. Entre 19 et 40 barbouzes tués,selon les sources, libération de 3 prisonniers OAS, Vinent, Tislenkoff (technicien radio des émissions pirates de l'OAS) et Gosselin.
7 février 1962 : Plusieurs attentats à la bombe sont menés en région parisienne. Celui visant l'appartement d'André Malraux à Boulogne-sur-Seine blesse grièvement une fillette de quatre ans, ce qui choque profondément l'opinion publique. Le lendemain, une manifestation visant à dénoncer les actions de l'OAS débouche sur le drame de la station de métro Charonne.
7 février 1962 : Le capitaine déserteur de son poste en Allemagne ( pour rejoindre le général retraité Salan ) Philippe Le Pivain , fils du contre amiral Le Pivain et chef de l'OAS du secteur de Maison Carrée, banlieue d'Alger, repéré, est abattu sans sommations à un barrage par les gendarmes mobiles. À la suite de sa mort, le général Salan autorise le 23 février l'ouverture automatique du feu contre les gendarmes mobiles et les CRS[9].
12 et 18 février 1962 : Attaque de l'hôtel Radjah où se sont réfugiés environ 25 barbouzes par les commandos Delta. Les barbouzes sont décimés. 4 deltas tués.
16 février 1962 : 4 Barbouzes tués dans leur voiture.
18 février 1962 : Mitraillage d'un camp du FLN au Maroc par 2 chasseurs T6 "empruntés" à l'Armée de l'air.
22 février 1962 : Attentat FLN à Alger, 23 morts.
24 février 1962 : 20 morts dans une ratonnade à Alger, suite à l'assassinat par le FLN d'un chauffeur de taxi très populaire de Bab El Oued, Angélo Victori.
25 février 1962 : Attaque au bazooka d'une caserne de gendarmes mobiles de Maison Carrée, les stocks d'essence et de munitions explosent.
26 février 1962 : Vague d'attentats contre les musulmans Algérois. L'affrontement des communautés est engagé. Les attentats OAS ne sont plus seulement sélectifs.
27 février 1962 : Enlèvement de l'ingénieur Petitjean par les barbouzes, soupçonné d'appartenir à l'OAS. Il sera retrouvé coupé en morceaux.
1er mars 1962 : Massacre par le FLN de la famille Ortéga, gardiens du stade de la Marsa.
5 mars 1962 : Attaque de la prison d'Oran, l'OAS y exécute 2 tueurs du FLN qui avaient été graciés. Nuit bleue à Alger, 130 explosions de plastic.
8 mars 1962 : Roger Frey, ministre de l'intérieur, donne l'ordre de mettre fin aux opérations des barbouzes et de rapatrier les survivants. Le bilan est d'environ 100 barbouzes tués, soit la moitié des effectifs envoyés.
9 mars 1962 : Fusillade à Oran provoquant neuf morts. L'hôtel Radjah des barbouzes est rasé par 50 kg de plastic.
15 mars 1962 : Assassinat de six membres des centres sociaux d'Algérie, dont l'écrivain Mouloud Feraoun, accusés par l'OAS de soutien actif aux réseaux FLN, suivi par le mitraillage de musulmans pris au hasard dans une file d'attente.
18 mars 1962 : Signature des Accords d'Évian. Les forces de l'ordre françaises et une partie de l'armée collaborent avec l'ALN pour lutter contre l'OAS, chose que les Barbouzes avaient déjà faite dès leur arrivée en Algérie en 1961. Seule la France arrête la guerre, mais pas le FLN, dont un seul des représentants membre du GPRA, Krim Belkacem, a signé. Le FLN considère que c'est juste une déclaration qui n'engage à rien. Ce même jour, 16 hommes et une femme sont torturés et massacrés en public par le FLN à St Denis du Sig, un témoin est Jean-Pierre Chevènement, jeune sous lieutenant français.
20 mars 1962 et jours suivant : Ultimatum lancé par l'OAS aux unités françaises pour qu'elles quittent Bab El Oued, fief de l'OAS. Les actions menées conduisent à la mort de plusieurs gendarmes et appelés du contingent. L'armée réplique en envoyant des blindés. De Gaulle obtient les pleins pouvoirs pour lutter contre l'OAS. Sortie du livre de Soustelle en exil, l'espérance trahie.
21 mars 1962 : Attaque de l'émetteur pirate de l'OAS à Oran par les forces de l'ordre.
22 mars 1962 : Attaque d'une patrouille de half track des gendarmes mobiles par 20 hommes des commandos Z de l'OAS à la sortie du tunnel des facultés. Tous les prisonniers FLN sont amnistiés.
23 mars 1962 : Bab El Oued est soumis au couvre feu permanent, avec une heure par jour de sortie autorisée. Des barrages sont édifiés à l'entrée du quartier par l'OAS. Un camion d'appelés du contingent est intercepté. Ils ne veulent pas donner leurs armes, 7 morts. La répression fait 20 morts et 80 blessés, selon le bilan officiel.
25 mars 1962 : Bombardement au mortier d'un quartier musulman à Oran, provoquant une quarantaine de morts.
25 mars 1962 : Arrestation du général Jouhaud, du lieutenant de vaisseau Pierre Guillaume (le crabe tambour), et du commandant Gamelin.
26 mars 1962 : Une manifestation pacifique de Français d'Algérie et même de musulmans, visant à forcer le blocus de Bab El Oued par l'armée est réprimée dans le sang rue d'Isly. Au moins 62 morts. Attaque du quartier par les blindés et mitraillage par l'aviation. Les commandos OAS, soutenus par la population et par une partie de l'armée qui tarde volontairement à boucler l'encerclement s'enfuient par les égouts.
fin mars 1962 : Après l'échec du soulèvement de Bab-el-Oued, 15 000 civils arrêtés et 7 000 appartements saccagés lors de fouilles, création du maquis OAS de l'Ouarsenis, fief du Bachaga Boualam et de ses mille harkis soutenant l'Algérie française depuis le début de la guerre. Environ 105 hommes y participent.
29 mars 1962 : Le Bachaga Boualam proclame lors d'une émission pirate de radio que l'Ouarsenis est terre française. Ce maquis sera bombardé au napalm par l'aviation française.
3 avril 1962 : Attaque par l'OAS d'une clinique servant de PC au FLN, 4 prisonniers délivrés.
6 avril 1962 : Arrestation de Roger Degueldre.
8 avril 1962 : Approbation des Accords d'Evian par référendum uniquement par la population française métropolitaine, les populations concernées européennes et musulmanes des départements d'Algérie n'ont pas le droit de vote. 65 % de oui en métropole.
9 avril 1962 : Un dernier groupe du maquis de l'Ouarsenis affrontera des membres de l'ALN, qui y ont été convoyés, ravitaillés par l'armée française et à qui elle a même laissé quelques camions . Les membres du maquis sont finalement arrêtés les uns après les autres ou finissent par se rendre, certains s'échappent mais sont repris comme le lieutenant Pierre Delhomme. Beaucoup seront tués, dont le commandant Paul Bazin, le lieutenant Ferrer, le sous lieutenant Moutardier. Le Bachaga Boualem négocie l'envoi en métropole par avion militaire de 200 personnes de ses proches à Mas Tibert en Camargue, contre l'abandon du maquis.
12 avril 1962 : Début des enlèvements d'européens par le FLN, il y aura plus de 4 000 disparus.
13 avril 1962 : Le général Jouhaud est condamné à mort.
19 avril 1962 : le général Katz, à Oran, interdit à toute personne de se trouver sur les balcons et les terrasses sous peine d'ouverture du feu sans sommations. A Paris, le conseil des ministres refuse la proposition de rapatriement des Harkis.
20 avril 1962 : Arrestation du général Salan et du capitaine Ferrandi.
22 avril 1962 : Libération à Fresne de 200 prisonniers FLN, dont Yacef Saâdi, qui retournent en Algérie et poursuivent la guerre aux côtés du FLN.
2 mai 1962 : Attentat OAS à la voiture piégée sur le port d'Alger occasionnant une soixantaine de morts : Des armes y sont livrées en quantité au FLN qui de son côté se livre à des enlèvements de pieds-noirs dont beaucoup ne reparaîtront pas. Ce double terrorisme crée une séparation complète entre quartiers européens et musulmans à Alger et Oran.
5 mai 1962 : Arrestation de 'Canal', responsable OAS métropole.
6 mai 1962 : La politique de la terre brûlée est instituée par l'OAS.
8 mai 1962 : Les quelques barbouzes survivants sont ramenés en France.
9 mai 1962 : 41 cadavres égorgés par le FLN trouvés à Oran.
11 mai 1962 : Incorporation forcée de 6 000 jeunes pieds noirs dans l'armée avec mutation immédiate en métropole.
12 mai 1962 : Pierre Messmer et Louis Joxe précisent dans une note ministérielle que les militaires français organisant personnellement le rapatriement de leurs Harkis pour les sauver sont en infraction caractérisée, ces Harkis doivent immédiatement être renvoyés en Algérie.
14 mai 1962 : Mitraillage de cafés par le FLN : 17 morts.
18 mai 1962 : Le Bachaga Boualem quitte l'Algérie avec ses Harkis. Première entrevue Fares-Susini pour un projet d'accord FLN-OAS.
20 mai 1962 : Création à Rome par Georges Bidault, Jacques Soustelle, Antoine Argoud et Pierre Sergent d'un Conseil national de la Résistance, nommé ainsi par référence au CNR de 1943. Le FLN remet aux autorités une liste nominative de 112 policiers et militaires dont la mutation en métropole est demandée et sera immédiatement obtenue.
26 mai 1962 : Le haut tribunal militaire est dissout par de Gaulle car il ne condamne pas à mort le général Salan. Une nouvelle Cour de Justice est créée par ordonnance.
27 mai 1962 : Le gouvernement annonce que 14 000 prisonniers FLN ont été libérés depuis les accords d'Evian.
29 mai 1962 : Découverte d'un nouveau charnier de 35 cadavres d'européens à la Bouzaréah, abattus par le FLN, après ceux d'Hussein Dey.
7 juin 1962 : Albert Dovecar et Claude Piegts, membres de l'OAS, sont fusillés.
12 juin 1962 : Démantèlement du réseau Est de l'OAS métropole, qui préparait l'assassinat de De Gaulle à Vesoul.
14 juin 1962 : Tentative d'assassinat du général Katz à Oran. Son aide de camp est tué par erreur.
15 juin 1962 : Discussions entre une partie de l'OAS menée par Susini et le FLN (Mostefaï) pour un cessez-le-feu.
25 juin 1962 : L'OAS fait sauter les citernes d'essence du port d'Oran. L'incendie durera 3 jours.
27 juin 1962 : La direction de l'OAS appelle à déposer les armes. Les commandos delta quittent Oran pour l'Espagne.
28 juin 1962 : Le lieutenant Degueldre est condamné à mort.
Fin juin 1962 : 328 000 personnes ont quitté l'Algérie en juin, ce qui porte à 690 000 le nombre total de départs.
2 juillet 1962 : Suicide du général de Larminat qui devait présider la nouvelle Cour de Justice. Les derniers commandos OAS quittent Alger.
3 juillet 1962 : L'Algérie accède à l'indépendance, après le référendum du 1er juillet approuvé par 99,72% des votants (seules les populations algériennes ont le droit de voter). Premiers accrochages entre le GPRA et les différentes mouvances du FLN.
5 juillet 1962 : Massacre à Oran, entre 400 et 3 000 européens (selon les sources) tués par le FLN, l'armée ne bouge pas. Une exception, le lieutenant de l'armée française Rabah Kheliff, désobéissant aux ordres du général Katz sauve avec ses hommes environ 400 européens enlevés. Il sera sanctionné pour cette action.
6 juillet 1962 : Le lieutenant Roger Degueldre, chef des commandos delta, est fusillé. Au moins 3 officiers ayant refusé de former le peloton d'exécution sont sanctionnés.
8 juillet 1962 : Début des massacres organisés de Harkis, qui feront entre 60 000 et 150 000 morts selon les sources.
17 juillet 1962 : Le consul de France en Algérie est sodomisé sur la plage de Sidi Ferruch.
18 juillet 1962 : Susini quitte l'Algérie pour l'Italie.
10 août 1962 : Mandat d'arrêt international contre Georges Bidault.
22 août 1962 : Attentat du Petit Clamart visant à tuer le Général De Gaulle.
17 septembre 1962 : Arrestation du colonel Jean-Marie Bastien-Thiry.
14 février 1963 : Arrestation du commando projetant de tuer de Gaulle à l'école militaire.
20 février 1963 : Arrestation de 20 personnes du commando OAS de Gilles Buscia. Celui ci s'évadera de la prison de Fresnes.
26 février 1963 : Enlèvement à Munich d'Antoine Argoud par les services spéciaux français.
11 mars 1963 : le lieutenant colonel Bastien Thiry est fusillé.
18 avril 1963 : Jean de Brem est tué par la police à Paris.
juillet 1963 : Démantèlement de l'imprimerie de l'OAS.
23 novembre 1963 : Arrestation de Curutchet à Dakar.
20 janvier 1964 : Arrestation d'une partie du commando du colonel Pierre Chateau Jobert à Orléans.
février 1964 : Démantèlement d'un réseau du capitaine Pierre Sergent.
28 août 1964 : Attentat du Mont Faron visant à faire exploser une jarre au passage du général De Gaulle.
novembre 1965 : Arrestation de Gilles Buscia : c'est la fin des opérations OAS.
3 novembre 1967 : Claude Tenne s'évade de la prison de l'ile de Ré. 150 000 policiers sont mobilisés. Il ne sera pas repris.
juin 1968 : Amnistie et libération des prisonniers OAS par de Gaulle, suite aux événements de mai 1968 et à son entretien à Baden Baden avec Massu. Il s'agit de faire barrage aux idées révolutionnaires auxquelles n'adhèrent pas les anciens de l'OAS. Les membres de l'OAS vivant dans la clandestinité depuis 1961 réapparaissent, comme le colonel Pierre Château Jobert à Morlaix.
décembre 1968 : Un disque Messages de Noël 1968 est enregistré par Jean Pax Méfret, regroupant les messages à l'occasion de l'amnistie des généraux Raoul Salan et Edmond Jouhaud, du colonel Antoine Argoud, de Georges Bidault, Jacques Soustelle, Joseph Ortiz, du capitaine Pierre Sergent.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Ven 18 Mar - 21:57

Chefs principaux

Général Raoul Salan
Général Edmond Jouhaud
Colonel Yves Godard
Jean-Jacques Susini
Docteur Jean-Claude Perez

Organisation pour l'Algérois

Général Paul Gardy (Adjoint Colonel Yves Godard)
OM Organisation des Masses (Colonel Jean Gardes, Adjoint Michel Leroy), chargée du recrutement.
BF Bureau des Finances (Charles, Rambaud)
S1 Section Ressources (Medeu, Armstrong, Trouard, Duriff)
S2 Section Budget (Michel, Rameau)
S3 Section Social (Anciso, Verneuil)
Commandos Z (Jean Sarradet)
Grand-Alger (Colonel Roland Vaudrey)
APP Action Psychologique et Propagande (Jean-Jacques Susini, Adjoint Georges Ras), chargée de conquérir les faveurs de la population.
DL Diffusion-Liaison
AP Agitation-Propagande
ORO Organisation Renseignement Opération (Jean-Claude Perez, secrétaire général-adjoint, le capitaine Gérard Dufour du 5ème chasseur d'Afrique basé à Teniet El Had, Ouarsenis), chargé de préparer les opérations à une éventuelle prise de pouvoir.
BCR Bureau Central de Renseignement (Jean Lalanne), chargé de la collecte de l'ensemble des informations.
Commandos Alpha (Jacques Achard)
BAO Bureau d'Action Opérationnelle (Lieutenant Roger Degueldre, Adjoint Lieutenant Pierre Delhomme Voir), chargé de l'exécution des opérations.
Commandos Delta (Lieutenant Roger Degueldre)
Delta 1 (Sergent Albert Dovecar, Claude Piegts)
Delta 2 (Wilfried Schliederman)
Delta 3 (Jean-Pierre Ramos)
Delta 4 (Lieutenant Jean-Loup Blanchy)
Delta 5 (Josué Giner, dit « Jésus de Bab-el-Oued »)
Delta 6 (Gabriel Anglade)
Delta 7 (Jacques Sintes)
Delta 9 (Jo Rizza)
Delta 10 (Joseph-Edouard Slamadeski, GALLIOU)
Delta 11 (Paul Mancilla)
Delta 14
Delta 15 (Claude Peintre)
Delta 20 (Maurice Stimbre)
Delta 23
Delta 24 (Marcel Ligier)
Delta 30
Delta 33 (Jacques Bixio)
Secteurs (« Soviet des capitaines »)
Alger-Centre (Capitaine Guy Branca)
El Biar (Lieutenant Olivier Picot d'Assignies)
Hussein-Dey (Capitaine Pierre Montagnon)
Maison-Carrée (Capitaine Philippe Le Pivain)Tué
Orléans-Marine (Jacques Achard)
Guyotville (« Nicolas »)

Pour l'Oranie

Général Edmond Jouhaud (Adjoints Commandant Julien Camelin, Lieutenant de vaisseau Pierre Guillaume, dit "Le crabe tambour")
OM Organisation des Masses (Roméo)
APP Action Psychologique et Propagande (Charles Micheletti)
ORO Organisation Renseignement Opération (Claude Micheletti)
Finances (Daniel Brun)
Contacts politiques (Robert Tabarot)
Action (Georges Gonzalès)
Collines (secteurs géographiques d'Oran) :
Colline 1 « Bugeaud »
Colline 2 « La Fayette »
Colline 3 « Bayard »
Colline 4 « Cicéron »
Colline 5 « Hoche » (Gilberte Blay)
Colline 6 « Socrate »
Colline 7 « Surcouf »
Colline 8 « Colbert »
Mers-el-Kébir
Réseaux :
Oran :
Bonaparte (Marcel Carreno)
France-Algérie (Marc Friess)
GAD Garde au Drapeau (Jegou)
Commandos Kléber (Olivier Parviller)
Commandos Robespierre (Christian Choiral)
Commandos Vercors (Lucien Tournier)
Groupe Surcouf (Diego Albéracin)
Mostaganem (Marc Payras, Favarel) :
Commandos Dahra
Commandos Dominique
Commandos Dufois
Commandos Ghislain
Commandos de la Mouette
Saïda (Bayle)
Sidi-bel-Abbès (Perrin)
Tiaret (Lieutenant Robert Planchot)

Pour le Constantinois

Colonel Pierre Château-Jobert, compagnon de la libération, (Adjoint Lieutenant Michel Alibert)
Robert Martel alias le « chouan de la Mitidja ».

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Ven 18 Mar - 22:03

OAS-Métropole

Mission I

Colonel De Blignières, Chef d'Etat Major
André Regard
Yves Gignac
Capitaine de vaisseau Jean Joba

Mission II

Général Paul Vanuxem : Délégué Général
Capitaine Pierre Sergent : Chef d'état-major
OM Organisation des Masses (Lieutenant Daniel Godot, Adjoint Adjutant-chef Marc Robin)
APP Action Psychologique et Propagande (Lieutenant Jacques Chadeyron)
ORO Organisation Renseignement Opération (Capitaine Jean-Marie Curutchet)
BCR Bureau Central de Renseignement (Alfred Amiot)
BAO Bureau d'Action Opérationnelle (Lieutenant Alain Bougrenet de La Tocnaye)
GCM Groupement de Commandos Militaires (Commandant Georges Robon)
Bureau des Plans (Claude Capeau)
OAR Organisation Algérie Révolution
OMJ OAS Métro-Jeunes (Lieutenant Nicolas Kayanakis, Adjoint Jean Caunes)
Réseaux :
Bretagne (Comte Horace Savelli, Colonel en retraite, compagnon de la libération)
Sud-Ouest (Bertrand de Gorostarzu)
Lorraine (Commandant Robert Vitasse)
Lyonnais
Bourguignon (Colonel Arnaud de Sèze)
Provence (Jean Reimbold, Adjoint Pierre Castellan)
Corse
ZAP Zone Autonome Paris (Bertrand de Sèze)
Zone Autonome Saint-Maixent
Allemagne (Colonel Parizot)

Mission III

André Canal (dit « le Monocle »)
Action (Philippe Castille, Adjoint Jean-Marie Vincent)
Propagande (Nicolas d'Andréa)
Logistique (Ferdinand Ferrand)
Finances (Camille Vignau)
Résurrection Patrie
Marcel Bouyer
Bernard Lefèvre
Capitaine de corvette Jacques Roy
Réseaux :
Angoulême
Bayonne
Bordeaux
Dax
Limoges
Mont-de-Marsan
Poitiers
Jeune Nation
Pierre Sidos

OAS-Madrid

Groupe dissident revendiquant la direction centrale de l'OAS.
Certains membres du groupe Madrid seront rapidement arrêtés par la police espagnole (Guardia civil).
Pierre Lagaillarde, Député
Joseph Ortiz
Colonel Antoine Argoud, qui deviendra adjoint de Georges Bidault, Ministre, compagnon de la libération
Colonel Charles Lacheroy

Autres membres

Tués : Commandant Paul Bazin, Dr Boilet, Jean de Brem, Lieutenant Gavalda, MDL Chef Liégeois, Brigadier Lichlet, Alain Mouzon, Axel Gavaldon, Jean Friburger, Andrée Turiela, Noel Mei, Fourvel, Le Bègue, Morère, Petit-Jean.
Morts en prison : Commandant Niaux, Commandant Casati, Charles Daudet, Jean Luc Biberson, Albert Garcin.
Alexis Arette
Généraux Pierre Marie Bigot, Jacques Faure, Gouraud, Jean Louis Nicot, André Zeller, Petit
Colonels de La Chapelle, Bernard Cabiro, Georges Masselot, Bertrand de Seze (ancien du bataillon de Corée), Henri Dufour, Joseph Broizat, Emery, Jean Paoli, Serge Parisot, Coustaux, Lecomte
Lieutenant colonel Pugat
Commandants Bertuit, Jaupart, Houette, Jaybert, Georges Marchal, Botelle, Brechignac.
Capitaine Paul-Alain Léger
Capitaines Assemat, Montagnon, Messud, Jean Graziani, Jean Ferrandi, Filippi, Michel Boisson, Mosconi, Pouilloux, de Saint Remy, Noëlle Lucchetti, Arfeux, Murat.
Lieutenants Hourtoule, Claude Coulette, Georges Reynald, Bernard, Madaoui, Porte.
Sous Lieutenants Claude Dupont, Guy Montero, Rémy Madoui , Jean François Collin
Adjudants Rebatel, Faye
Légionnaire Claude Tenne, alias Marco ou Marc Tenard (Delta), qui s'évadera de la prison de l'ile de Ré en 1967.
Jean-Pax Méfret, journaliste, chanteur engagé
Jacques Soustelle, Ministre
Mourad Kouah, député
Abbé Arnette
Ziano Yan, Gorel, Serge Bernier (ancien du bataillon de Corée), Pascal Bertin, Alphonse Constantin, Etienne Ducasse, Yves Gignac, Magade, Jean Reimbold, Lazlo Varga, Georges Watin, Albert Spaggiari, Armand Belvisi, Roger Holeindre , André Brousse de Montpeyroux, François Rodriguez (Delta), Henri Peropadre, Marcel Pamies, Pierre Sidos, André Achiary, Jean Meningaud, Dominique Zattara, Léon Delbecque, René Cahusac, J. Cereaud, Philippe Lauzier, Edmond Michaud, Le Gouvier, Jean Reimbold, Herbert Petri alias Hans Hase, Claudine Dupont-Tingaud, Claude Rouvière, Alain Romans, Gabriel Della Monica, Aimé Legrand, Antoine Séverin Luciani, Bernadette Praloran, Paul Schaller, Jean Vittot, Rolf Rodel, Henri d'Armagnac (OAS Métro).

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Syfou le Lun 7 Nov - 23:25

Organisation armée secrète (O.A.S) Oas00010

Organisation armée secrète (O.A.S) Oas00011


Organisation armée secrète (O.A.S) Oas00012


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Organisation armée secrète (O.A.S)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum