Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 43%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
91 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Août 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Enquêtes et révélations

le Mar 1 Sep - 1:18
Leservice de renseignement de l'Union soviétique (KGB)
L'AFFAIRE "FAREWELL"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le lieutenant-colonel Konstantin Preobrazhensky est un vétéran des services de renseignement extérieurs russes. Il a servi dans le KGB pendant 15 ans, entre 1976 et 1991, et a terminé sa carrière comme conseiller sur l'Asie auprès du directeur-adjoint du KGB. Devenu commentateur pour le Moscow Times, ses révélations lui ont valu des menaces très sérieuses de la part de son ancien employeur.
Il a dû fuir la Russie en 2003 et trouver refuge aux Etats-Unis. Aujourd'hui auteur reconnu, il donne des conférences dans les mondes universitaire et militaire américains.


L'histoire :

Au début des années 1980, Vladimir Vetrov, lieutenant-colonel du KGB, est devenu agent double. Sous le nom de code "Farewell", il a transmis plus de 4'000 documents à la DST française, laquelle les a fait suivre aux agences de renseignement américaines. Issues du quartier-général même du KGB, les informations Vetrov ont permis au Président français François Mitterrand d'expulser 47 diplomates soviétiques pour "activités d'espionnage". Suite à cet incident majeur, le KGB dut mettre ses antennes occidentales en sommeil pendant plusieurs années cruciales.
La quantité et la qualité exceptionnelles des livraisons de Vetrov ont porté un coup fatal à l'Union Soviétique en dévoilant ses faiblesses à une période charnière de son histoire. Quelques années après la trahison de Vetrov, l'URSS s'effondrait.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'affaire"Farewell" reste le fuite la plus grave de l'histoire du KGB, et le plus grand succès de l'histoire du renseignement français. Le Président américain Ronald Reagan en a parlé comme de "l'affaire d'espionnage du siècle". Vous-mêmes, lecteurs, en entendrez parler dans tous vos journaux dans les prochaines semaines : un film consacré à cette affaire sort le 23 septembre prochain, avec Guillaume Canet au générique.

Fidèle à sa réputation, "drzz.info" vous propose d'explorer cette affaire avec un compte-rendu exceptionnel, de par sa portée historique et de par le caractère inédit des informations qu'il délivre. Cet article a été rédigé sur la base des confidences de notre source, le lieutenant-colonel Preobrazhensky. En effet, celui-ci travaillait dans le même Directorat que Vetrov. Il a suivi l'affaire de près, et peut nous livrer ici de nouvelles informations.

Pour ajouter au contenu hors du commun de notre papier, nous avons pris contact avec tous les acteurs de cet épisode fameux de l'espionnage français, et notamment les anciens cadres et informateurs de la DST, afin qu'ils prennent connaissance des informations de Preobrazhensky. Nous profitons de ces quelques lignes pour les remercier de leurs réponses positives.

Par ailleurs, nous vous invitons vivment à voir le documentaire que ARTE a consacré à cette affaire en 2007, afin de replacer l'affaire dans son contexte avant la lecture de notre article.

C'est la première fois que Preobrazhensky s'exprime sur Vetrov. Ses révélations, en exclusivité pour drzz.info, jettent un regard neuf sur l’affaire du siècle
.../...


Dernière édition par Toufik le Ven 2 Avr - 23:47, édité 3 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

le Mar 1 Sep - 1:23
"J'AI CONNU VLADIMIR VETROV" par le lieutenant-colonel Konstantin Preobrazhensky, en exclusivité pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

1. Vetrov au quotidien

Vetrov était exactement à l'opposé de la description donnée dans les livres de contre-espionnage du KGB. Rien dans son attitude n’était suspect.
Le KGB a rendu de lui une image d’un homme étrange et tourmenté, frustré de sa condition de vie en Union Soviétique ; au contraire : Vetrov était un personnage chaleureux et très ouvert. Dans les corridors, vous entendiez toujours son rire sonore. Nous avions le même corridor parce que nos départements du « Directorat T » (renseignement scientifique et technologique du Premier Directorat du KGB) se trouvaient l’un à côté de l’autre, le 4 et le 5.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le 5e département traitait le renseignement en provenance d’Asie et le 4e collectait et analysait les informations de toutes nos antennes du « Directorat T » à l’étranger.

Le 5e département était prestigieux, tous les officiers qui y travaillaient pouvaient espérer être envoyés en mission à l’étranger pour 3 à 5 ans. Le 4e département était le moins convoité du « Directorat T », on l’appelait la « tombe des espions » ; il regroupait les officiers en échec [NdT Vetrov avait été renvoyé de l’antenne du KGB de Montréal pour alcoolisme] ; être assigné au 4e département était une punition. Le travail consistait à rassembler des rapports (textes et plans technologiques secrets) et les envoyer aux différents ministères : le Ministère de la Défense, de l’Industrie atomique, de l’Académie des Sciences... Un travail ingrat. Etre muté au 4e department pour un officier de grade de major ou de colonel était une humiliation terrible. Je me souviens que nos supérieurs nous menaçaient parfois en disant « je vais vous envoyer au 4e département ! ». Nous en frissonnions tous. Nous savions que cela signifiait la fin de notre carrière.

Le travail ingrat était souvent réservé aux femmes, et pour cette raison le 4e département comptait beaucoup de fonctionnaires féminines. L’une d’entre elle était Lyudmila Oshkina, que je connaissais. Elle était tout aussi chaleureuse et ouverte que Vetrov. Bien sûr, j’ignorais totalement qu’ils étaient amants. Je me souviens lui avoir remis plusieurs rapports de notre antenne de Tokyo.

Après l’arrestation de Vetrov, plusieurs officiers ont affirmé que celui-ci passait plus de temps dans les couloirs à blaguer que dans son bureau. En effet, Vetrov profitait des discussions de corridors pour obtenir des informations de ses collègues, sachant que nos bureaux et nos lignes téléphoniques étaient surveillés en permanence. La paranoïa du KGB ne connaissait aucune limite.

J’ai le souvenir de la visite de Vetrov à la fin des années 70. J’occupais un bureau avec deux collègues. Nous étions inclus dans la sous-division japonaise du 5e département. Il ne m’avait pas adressé son rapport – j’étais alors le plus jeune officier dans la pièce – mais à mon supérieur hiérarchique. Puis il avait raconté avec son humours caractéristique un repas partagé la veille avec des amis officiers dans un restaurant moscovite.

Aujourd’hui, aller au restaurant est une pratique naturelle, mais pas au temps de l’Union Soviétique. D’abord, il y en avait peu. Ceux qui existaient étaient toujours bondés. Mais pour nous, officiers du KGB, il y avait toujours de la place. Nous n’avions qu’à appeler le bureau du KGB dans la région où se trouvait le restaurant pour avoir notre table… Mais même cette réservation ne nous garantissait pas une soirée paisible. Nous pouvions être observés et nos conversations enregistrées par nos collègues du KGB. Aussi n’allions-nous que très rarement dans un restaurant ; uniquement pour les occasions spéciales, comme fêter le déploiement d’un ami à l’étranger.

Ensuite, les restaurants étaient affreusement chers. Même nos salaires d’officiers du renseignement ne suffisaient pas pour manger régulièrement dehors. La note d’un repas s’élevait en moyenne à 100 roubles, alors qu’un capitaine ou un major du KGB n’en gagnait que 400 mensuels. Sans parler du salaire mensuel d’un ingénieur soviétique, même un docteur, pas plus de 100 roubles !
.../...

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

le Mar 1 Sep - 1:30
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
En réalité, Vetrov fréquentait assidûment les restaurants et payait des repas à des officiers de haut rang afin de collecter des informations à leur insu. Nous ne le savions pas, bien sûr, nous n’étions pas du contre-espionnage. Nous étions dans le renseignement, nous ne nous focalisions que sur nos propres carrières.
Enfin, à la fin des années 70, l’agriculture soviétique connaissait une récession terrible. Les cartes des restaurants étaient vides. Et Vetrov, en riant, de nous dire qu’il avait commandé une assiette avec le menu du jour : une simple cuisse de poulet ! Mais pour le Russe moyen, ça aurait déjà été du luxe.

2. L’amertume de l’agent double

La version officielle de la trahison de Vetrov est un modèle de désinformation de la part du KGB. On a dit que Vetrov était un officier de très haut rang. Non, pas particulièrement. Il était assistant du chef du 4e département, son poste ne lui évitait pas le travail
bureaucratique des autres officiers.

Chacun de nous devait fait des heures supplémentaires une fois pendant le mois, dans une salle de travail. C’est là que devaient être regroupées les boîtes de métal contenant les clés des coffres-forts de chaque département du Directorat. Ensuite, l’officier bouclait ces boîtes de métal dans un autre coffre-fort. Chaque département avait son officier de piquet. Bien sûr, lorsqu’il a choisi de passer des informations aux Français, Vetrov s’est arrangé pour « rendre service » à ses collègues et s’occuper de leurs clés le plus souvent possible…

Mon collègue du 5e département, Alexander Yegororov, m’a raconté qu’il était une fois de service le même soir que Vetrov. Ils marchaient vers le bus ensemble – le quartier-général du KGB, dans la banlieue moscovite de Yasenevo, était relié à la capitale par une ligne de bus - et Vetrov était amer. Il a confié à Yegororov qu’il était profondément blessé que sa hiérarchie ne l’ait pas jugé à sa juste valeur. Mais c’était si fréquent dans le KGB !

3. Le rendez-vous mortel

En 1982, j’étais à Tokyo lorsque j’ai appris avec surprise que Vetrov avait grièvement blessé Lyudmila Oshkina – que nous connaissions tous – et poignardé un homme à mort sur un parking. Une année plus tard, des officiers du « Directorat T » m’ont appris que cet homme était en réalité un agent du KGB.

Ce que j’ai appris de ce rendez-vous contredit clairement la version du FSB/KGB sur les circonstances du drame. Dans les livres d’histoire, on raconte que Vetrov aurait voulu tuer sa maîtresse car il la soupçonnait de l’avoir démasqué ; un passant venu au secours de la malheureuse en aurait payé le prix fort. C’est une version totalement fausse. Cette rencontre entre les trois protagonistes était planifiée.

A mon retour à Moscou, j’ai appris que Vetrov avait tenté de recruter l’homme pour le compte des services secrets français, mais l’agent a soit refusé, soit demandé plus d’argent, et Vetrov s’est résolu à le tuer. Lyudmila Oshkina participait aussi à ce recrutement. Mais son rôle n’est pas claire : des versions disent qu’elle couchait avec cet agent à dessein, d’autres qu’elle l’avait seulement recommandé à Vetrov.

Lyudmila Oshkina, justement : elle a survécu à ses blessures et a été immédiatement licenciée du KGB. Mais pas comme une innocente victime d’un crime passionnel. Elle a été renvoyée avec dégoût. Au sein du KGB, il ne fallait pas citer son nom en public. Lyudmila Oshkina était totalement impliquée dans la trahison de Vetrov.

4. La secrétaire du « Directorat T »

Vetrov a manipulé une seconde femme, Margarita Kladova, la vieille secrétaire personnelle du Major-Général Zaitsev, le chef du « Directorat T ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le général Zaitsev avait près de dix secrétaires, assistants et conseillers (parmi lesquels j’ai compté quelques années plus tard), mais sa secrétaire Kladova était la plus influente.

Je la connaissais bien. Elle avait presque 60 ans et avait pris part aux répressions de l’ère stalinienne. Je me méfiais d’elle : mon père, chef-adjoint du corps des garde-frontières du KGB, m’avait appris que Zaitsev avait demandé à Margarita Kladova de me surveiller et de lui donner son opinion à mon sujet.

La vieille secrétaire était mal vue des officiers. Pourtant, et nul ne sait comment, Vetrov avait réussi à la séduire. Elle l’autorisait ainsi à venir chaque soir dans son bureau et étudier les listes des officiers du « Directorat T », soit près de mille agents, moi y compris. Vetrov avait dit à Kladova qu’il menait une enquête pour le compte du Comité Central et devait déterminer quel officier méritant allait recevoir un nouvel appartement.

Bien sûr, Kladova avait une grande influence sur le général Zaitsev. A plusieurs reprises, le général Zaitsev a remarqué Vetrov étudiant la liste de nos officiers, mais ne lui en a pas tenu rigueur parce qu’il était avec sa secrétaire.

Lorsque l’affaire Vetrov a éclaté, Margarita Kladova était déjà à la retraite. Officiellement pourtant, elle avait commis un crime et devait être jugée. Mais c’était au chef du Directorat de déterminer qui allait être puni, et qui serait pardonné. Alors le général Zaitsev a réglé l’affaire à sa manière : une « réprimande sévère » a été ajoutée au dossier de la secrétaire – mais comme elle n’y avait plus accès, autant dire que le KGB l’a blanchie.

On raconte que la vieille secrétaire a finalement appris le rôle qu’elle a joué dans « l’affaire Farewell », et qu’elle en a été très affectée pour le restant de ses jours.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

le Sam 19 Sep - 0:33
"Affaire Farewell": les vrais secrets

[url]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
envoyé par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[/url]

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

le Sam 19 Sep - 0:44
Affaire Farewell : Rencontre avec Xavier Ameil
[url][/url]

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

le Dim 29 Nov - 23:54
L’affaire du «parapluie bulgare»

Le 7 septembre 1978, Georgi Markov traverse le pont Waterloo et attend au milieu de la foule devant un arrêt de bus. Il s’apprête à se rendre dans les locaux de la BBC, où il anime l’émission « Free Europe », diffusée dans les pays du bloc soviétique. Un homme le bouscule, s’excuse, et ramasse son parapluie. Quelques heures plus tard, l’écrivain bulgare est pris de fortes fièvres. Il est emmené à l’hôpital, où il meurt quatre jours plus tard.

Les médecins retrouvent dans sa jambe une capsule de 0.2 milligrammes de ricine, un poison mortel pour lequel il n’existe aucun antidote.Comment cette capsule a-t-elle été injectée sous la peau de l’écrivain dissident ? Les théories divergent encore aujourd’hui. Georgi Markov est resté conscient juste assez longtemps pour raconter à son épouse l’épisode de l’arrêt de bus. Cet homme qui l’a bousculé et l’a piqué avec l’extrémité de son parapluie. La douleur qui a persisté dans son mollet tout l’après-midi. C’est le début de ce que l’on a appelé « l’affaire du parapluie bulgare ».

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Markov, écrivain dissident

Il s’agit de l’un des épisodes les plus emblématiques de l’espionnage du temps de la guerre froide. Un crime qui n’a toujours pas été élucidé. Pendant plus de dix ans, la Bulgarie a refusé toute collaboration avec la police londonienne, elle a accueilli et décoré le principal suspect. Cet homme, Francesco Giullino, aurait obéi aux ordres des services de renseignement bulgare et du KGB russe. Georgi Markov était devenu « gênant ». En Bulgarie, Georgi Markov était membre de l’Union des écrivains et publiait des romans et des pièces de théâtre, toujours corrigés par la censure. Mais un jour, alors que l’une de ses pièces est jouée sur scène, quelqu’un le prévient : il risque d’avoir des ennuis. Markov décide alors de fuir, dans la nuit, et s’installe à Londres, en 1969. Il y travaille pour la BBC, la Deutsche Welle, et Radio free Europe. Ses émissions de radio critiquent violemment le pouvoir en place en Roumanie et le dirigeant communiste de l’époque, Todor Zhikov. Avant de mourir, le 11 septembre 1978, Georgi Markov avait échappé deux fois à des tentatives d’assassinat.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

le Mar 9 Mar - 15:13
Un agent nord-coréen sort brièvement de l'ombre à Vienne au péril de sa vie

VIENNE — Kim Jong Ryul a passé vingt ans à acheter des objets de luxe et armes en Europe pour les dictateurs de Corée du Nord, avant de fuir son pays en 1994. Maintenant il craint pour sa vie après être sorti de l'anonymat cette semaine à Vienne.

"Je suis sorti de l'ombre. Mais combien de temps le soleil brillera-t-il pour moi, je ne sais pas. Je pense que ça ne va pas durer", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Les Coréens du nord vont essayer de me capturer et me tuer. J'ai très peur", a ajouté le petit homme de 75 ans, à la courte barbe poivre et sel et flottant dans son costume.

Pendant vingt ans, Kim Jong Ryul, souriant derrière ses lunettes cerclées de fer, a fourni les dignitaires du régime nord-coréen en produits occidentaux, légaux ou non, contournant allègrement l'embargo économique contre son pays.

Lors de ses nombreux voyages en Europe, cet agent, parlant couramment l'allemand appris en ex-RDA achetait du matériel sophistiqué d'espionnage, des armements, petits avions, voitures de luxe et tapis, ou une arme à feu plaquée or pour le dictateur d'alors, Kim Il Sung.

Une de ses destinations régulières était Vienne, où il était assuré de trouver secret bancaire, liberté du commerce et laxisme des contrôles à l'aéroport.

Voyageant avec un passeport diplomatique et souvent avec un attaché-case plein de billets de banque, Kim Jong Ryul passait plusieurs mois de suite en Europe, traitant avec des petites entreprises peu regardantes sur la destination des biens, en échange d'une commission de 30%.

Souvent stockés dans les sous-sols de l'ambassade nord-coréenne à Vienne, les équipements de surveillance interdit, fusils de chasse et téléphones à brouillage étaient ré-empaquetés et sortis du pays avec de faux documents et l'aide d'agents des douanes dont on avait graissé la patte.

Pyongyang traitait avec des entreprises autrichiennes, mais aussi suisses, allemandes ou françaises. Certains biens venaient également de Tchécoslovaquie.

Kim Jong Ryul raconte tout cela dans un livre "Im Dienst des Diktators" ("Au service du dictateur") écrit avec une journaliste autrichienne Ingrid Steiner-Gashi et son mari Dardan Gashi, dont la publication l'a fait sortir de l'ombre cette semaine.

Membre loyal du Parti au parcours sans faute, le colonel Kim Jong Ryul a pris la fuite le 18 octobre 1994 lors d'un voyage en Autriche, faisant croire à sa propre mort alors qu'il devait embarquer pour son vol retour.

Dégoûté par un régime qui vivait dans le luxe tandis que la population était affamée, et conscient des mensonges de Pyongyang grâce à ses fréquents voyages à l'étranger, Kim Jong Ryul a quitté sa famille sans lui faire part de ses intentions pour leur sécurité et la sienne.

"Je voulais la liberté, j'avais besoin de liberté", a-t-il confié à l'AFP.

Il espérait au début qu'il rentrerait au pays après la chute du régime communiste et le décès de Kim Il sung en 1994 lui avait redonné espoir: "j'espérais qu'il y aurait du changement, une révolution après la mort du grand dictateur."

"Mais j'ai attendu si longtemps et après 15 ans je suis toujours là avec pour maigre consolation ce livre. Cela au moins c'est quelque chose que je laisse à la postérité", a-t-il souligné.

Il a vécu toutes ces années dans l'illégalité en Autriche, en évitant de s'établir durablement quelque part et vivant de ses maigres économies.

Aujourd'hui Kim, qui a appris le Japonais pour pouvoir suivre sur les chaînes nippones ce qui se passe dans son pays, a perdu espoir de rentrer un jour: "Je rêve de revoir ma famille, mon fils, ma fille, une dernière fois avant de mourir... mais il y a peu de chances."

Il prend néanmoins ses précautions: "demain vous ne me reverrez plus, j'aurai disparu".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 31
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

le Lun 22 Mar - 0:55
Katrina Leung, agent triple chinois

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


C’est une alternance de chaud et de froid… Et, en ce moment, c’est le froid qui domine ! Je veux parler des relations entre la Chine et les Etats-Unis… Le froid parce que Washington a annoncé son intention de vendre pour 6 milliards d’armes à l’ennemi de toujours, Taïwan… Cependant, il convient de relativiser : les économies états-unienne et chinoise sont désormais tellement dépendantes l’une de l’autre que la brouille actuelle, comme les précédentes, finira rapidement par s’apaiser… Même si, de plus en plus, les Chinois, conscients de leur puissance grandissante, n’hésitent plus à provoquer durablement leurs meilleurs adversaires…

Il est toutefois un domaine, beaucoup plus discret, qui demeure un foyer permanent de tensions et provoque même de véritables poussées de fièvre aux Etats-Unis : celui de l’espionnage et du pillage technologique et scientifique systématique auquel se livreraient les services de Pékin… Certains spécialistes estiment même que, depuis l’implosion de l’URSS, les officines de contre-espionnage n’ont jamais eu à faire face à tel défi. D’autant que le renseignement chinois semble avoir trouvé de nouvelles méthodes de collecte. On n’aurait plus affaire à des agents classiques, des professionnels, mais à des myriades de collaborateurs, des étudiants, par exemple, qui, l’air de rien, soutirent des informations apparemment sans importance à leurs relations… Autant de précieux renseignements qui, une fois triés et rassemblés, permettraient aux analystes de Pékin d’avoir une vue d’ensemble dans un domaine particulier.

Mais cette pratique inédite n’a pourtant pas mis un terme à des manœuvres plus classiques. En témoigne l’histoire récente de la très énigmatique Katrina Leung… Une charmante chinoise exilée aux Etats-Unis qui, grâce à ses talents très spéciaux, a réussi à circonvenir deux agents du FBI et à causer d’importants dégâts au sein des services états-uniens…

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Enquêtes et révélations

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum