Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
142 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Forces armées canadiennes

le Sam 5 Sep - 1:25
Les Forces canadiennes (FC) (en anglais: Canadian Forces [CF]) est l'organisation militaire responsable de la défense du Canada. Les FC font partie du ministère de la Défense nationale dont le quartier général (QG) est situé à Ottawa et est régie par la loi sur la défense nationale, qui stipule : « Les Forces canadiennes sont les forces armées de Sa Majesté soulevées par le Canada et composées d'un service appelé les Forces armées canadiennes »[4]. Les FC sont composées de trois commandements : maritime, terrestre et aérien.
Les Forces canadiennes ont été créées le 1er février 1968 lorsque le gouvernement du Canada a fusionné les structures de la marine royale canadienne, l'armée canadienne et l'aviation royale du Canada en une structure unifiée.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Structure de commandement

Selon l'article 15 de la Loi constitutionnelle de 1867, « la Reine continuera d'être et est par la présente attribué le commandement en chef des milices de terre et de mer et de toutes les forces militaires et navales en Canada. »

La Loi sur la Milice de 1904 statue que : « le commandant en chef de la Milice continuerait d'être sous l'autorité du Roi et d'être administré par Sa Majesté ou par son représentant, le gouverneur général. »[5] Depuis cette époque, le Gouverneur général a été autorisé par le Souverain à porter le titre de « Gouverneur général et commandant en chef au et sur le Canada. » Avec la création de la Marine royale canadienne et de l'Aviation royale du Canada, respectivement en 1910 et 1919, le Gouverneur général devint également le Commandant en chef de ces forces. La Lettre patente de 1947 du Roi George VI permet au Gouverneur général d'exercer la plupart des tâches du Chef de l'État au Canada et le nouveau cahier des charges fait référence à la charge de Gouverneur général et de commandant en chef en et sur le Canada. De par la pratique parlementaire, le Premier ministre du Canada a de facto le commandement et le contrôle des forces armées canadiennes ; cependant toute déclaration de guerre doit être cosignée par le Gouverneur général ou le Monarque canadien.

Depuis 2005, le Commandant en chef du Canada est Son Excellence La très honorable Michaëlle Jean.

Au-dessous de la Couronne, le chef militaire des Forces canadiennes est le chef de la Défense (CEMD) qui commande les Forces canadiennes de la Défense nationale (QGDN) à Ottawa, en Ontario. C'est présentement le Général Walter Natynczyk qui occupe ce poste.

Les commandements sont :
Commandement Maritime (MARCOM), la marine
Commandement des forces terrestres, l’armée de terre
Commandement aérien, l’armée de l’air
Commandement du personnel militaire
Commandement des forces expéditionnaires du Canada (COMFEC)
Commandement Canada (COMCAN)
Commandement des forces d'opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN)
Commandement du soutien opérationnel du Canada (COMSOCAN)

Le souverain et certains membres de la famille royale canadienne agissent en tant que colonel en chef des régiments des Forces canadiennes. Ces positions sont cérémoniales.

Résumé

Avant la Confédération, les citoyens locaux servaient comme membres réguliers des forces françaises et britanniques et dans les milices locales. La mission des milices locales était la défense des communautés locales contre les menaces. Parmi celles-ci, citons les raids des Amérindiens, les invasions britanniques et françaises, et des forces américaines lors de la guerre des sept ans, de la révolution américaine, la guerre de 1812 et les raids fenians. Donc, certaines unités de l’armée ont un héritage qui va plus loin que la guerre de 1812 lorsque des unités de milices furent formées pour assister la défense de l’Amérique du Nord britannique contre l’invasion faite par les États-Unis.

Ces forces terrestres furent organisées de 1906 à 1940, sous l’égide du département de la milice et de la défense, comme milice active permanente et milice active non permanente. En 1923 le département fut fusionné avec le département de la Défense nationale mais ces forces terrestres ne furent pas appelées armée canadienne avant 1940.

Suite à la Confédération en 1867, la responsabilité des forces militaire au Canada resta britannique jusqu’en 1906 lorsque l’armée et la marine britannique quitta Halifax.

Suite au retrait de la Royal Navy en 1906, le Canada forma un service naval qu’il nomma marine royale canadienne (Royal Canadian Navy). Puis, suite à l’avènement de l’aviation militaire, une force aérienne fut créée sous le nom d’aviation royale du Canada.

Le premier déploiement outre-mer des forces militaires canadiennes s’effectua lors de la Seconde Guerre des Boers. Plusieurs unités canadiennes furent formées pour servir sous le commandement britannique.

Les soldats, marins et aviateurs canadiens sont venus à être considérés des professionnels d’ordre mondial par le biais de leur service pendant les conflits et par sa participation complète dans l’OTAN lors de la guerre froide. Elles ont également pris part à toutes les missions des casques bleus (ONU) sans exception. À ce titre, elle a joué un rôle important en Haïti, en Bosnie-Herzégovine, au Rwanda, en Israël (Golan) et en Croatie.

Les forces militaires du Canada ont subi d'importants changements et de la modernisation de structures de commandement au cours des années 1960, qui a abouti à l'unification des trois services en 1968 pour créer les Forces canadiennes.
wikipédia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Forces armées canadiennes

le Sam 5 Sep - 1:37
Opérations
Les Forces canadiennes ou ses régiments ont servi lors de la guerre de 1812, les raids féniens (1866-1871), la rébellion du Nord-Ouest, la Seconde Guerre des Boers la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée, la guerre du Golfe (1990-1991) et la guerre du Kosovo. De plus, les FC ont contribué à l'ONU pour des missions de maintien de la paix et des guerres non déclarées comme lors de la crise du canal de Suez, en Bosnie, en Croatie ou bien en Afghanistan.

Certaines batailles importantes dans lesquelles les forces canadiennes ont participé incluent la bataille de la crête de Vimy, la bataille de la Somme, le débarquement de Dieppe (en Haute-Normandie), le débarquement de Normandie (Juno beach), la bataille du Saint-Laurent, la bataille de l’Escaut. Les Forces canadiennes lors de ces batailles ont combattu sous commandement britannique.

À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, des zones au nord de la rivière Rhin et de Lek furent libérées de l'occupation de l'Allemagne Nazi presque uniquement par les formations canadiennes. Ils ont quitté le pays quelques mois plus tard après avoir restauré la loi et l'ordre.

Présentement, plus de 3000 soldats, marins et aviateurs canadiens sont déployés outre-mer dans 11 opérations, dont la force internationale d'assistance et de sécurité en Afghanistan.

Situation après la Seconde Guerre mondiale

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Canada possédait la troisième marine[2] et la quatrième force aérienne[6] au monde en plus d'avoir la plus grande armée de volontaires jamais levée par le Canada (la conscription pour le service outre-mer a été introduite près de la fin de la guerre, 2400 conscrits ont vu le combat (voir la crise de la conscription (1944)). Les dépenses militaires et le nombre de troupes sont demeurés élevés au début de la guerre froide, mais ont rapidement baissé entre 1960 et 1970 pour cause de perception de la menace du pacte de Varsovie considérée moins grande. Au cours des années 1990, de nombreuses coupes budgétaires ont entraîné d'autres réductions de personnels militaires, du nombre de bases. De la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Canada a maintenu une force terrestre et aérienne sous le commandement de l'OTAN dans la partie ouest de l'Allemagne.

Récemment, le gouvernement Conservateur a procédé à l'achat de nouveaux équipements et a augmenté le financement pour le recrutement et la formation en plus d'avoir rétabli une unité aéroportée (voir l'affaire somalienne) désormais appelée régiment des opérations spéciales du Canada.

L'unification
Les forces canadiennes, contrairement aux armées comme celle de la France ou des États-Unis, ont une structure de commandement unifiée.

Une unification controversée

En mars 1964, le livre blanc sur la défense comprenait une importante restructuration des trois branches de l'armée. Le livre blanc décrivait une réorganisation qui comprenait une intégration des opérations, du support logistique, du personnel et l'administration des services distincts sous un système de commandement fonctionnel.

L'unification reçut de la part du personnel des trois services une forte opposition qui mena au congédiement du commandant opérationnel de la marine, Contre-amiral William Landymore, en plus de forcer la retraite d’autres officiers seniors.

Les protestations du personnel et des supérieurs n'ont eu aucun effet et le 1er février 1968, le projet de loi C-243, le projet de loi sur la réorganisation des Forces canadiennes, est devenu une loi. La marine royale canadienne, l'armée canadienne et l'aviation royale du Canada furent combinées en un seul service : les forces armées canadiennes.

La controverse entourant cette unification s'est atténuée au cours des dernières 40 années. Par contre, quelques protestations surviennent, majoritairement dans le Canada anglais, pour rétablir l'appellation historique des trois services militaires.

Les commandements

Commandement de la Force terrestre (LCF)
L'armée canadienne est dirigée par le biais de quatre formations déterminées géographiquement appelées secteur :

Secteur de l'Atlantique de la Force terrestre basé à la BFC Halifax, à Halifax
Secteur du Québec de la Force terrestre basé à Montréal
Secteur du Centre de la Force terrestre basé au manège militaire Denison à Toronto
Secteur de l'Ouest de la Force terrestre basé à Edmonton
Aujourd'hui, la force régulière de la composante du commandement de la Force terrestre (armée) se compose de trois groupes-brigade, avec des éléments d'un quatrième situé à la BFC Gagetown:

1er Groupe-brigade mécanisé du Canada - BFC Edmonton et BFC Shilo
2e Groupe-brigade mécanisé du Canada - BFC Petawawa et BFC Gagetown
5e Groupe-brigade mécanisé du Canada - BFC Valcartier et Québec

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Chaque groupe-brigade contient un régiment d'artillerie, d'un de véhicules blindés de combat et d'un de génie militaire et de trois bataillons d'infanterie, ainsi que d'un bataillon de services de (logistique), d'un quartier-général/d'un escadron pour les communications militaires, et plusieurs organisations mineures. Un Escadron d'hélicoptères tactiques et une ambulance de campagne sont situés dans chaque brigade, mais ne fait pas partie de la structure de commandement de la brigade.

Chaque zone de la force terrestre a, en plus de troupes de la Force régulière, des forces de la réserve organisées dans un total de dix groupes de brigade de réserve. Les SAFT et SQFT ont deux groupes de brigade de réserve et SCFT et SOFT en ont trois chacun.

D'importants établissements de formation et des troupes non associés aux brigades existent à BFC Wainwright, et sur la BFC Gagetown et sur ASU Saint-Jean ( maintenant attaché à BFC Montréal.) Chaque région a également un centre de formation.

Liste des unités de la force terrestre canadienne

Commandement maritime (COMAR)

Les forces navales du Canada incluent 33 navires de guerre et sous-marins et plusieurs navires auxiliaires. Les navires sont déployés en 2 flottes. L'une est située dans le Pacifique basé à CFB Esquimalt et l'autre dans l'Atlantique basée à CFB Halifax. Aucune force navale permanente n'est basée dans l'océan Arctique.

L'aéronautique navale appartient au commandement aérien, mais est placée sous le commandement maritime. Elle est constituée de 28 hélicoptères CH-124 Sea King (prochainement remplacées par 28 Sikorsky CH-148 Cyclone), 18 avions de patrouille maritime CP-140 Aurora et 3 CP-140A Arcturus.

En 2005, sa flotte comprend environ 110 000 tonnes de navires de combat .
Les noms de ces bâtiments sont précédés du sigle NCSM (Navire canadien de Sa Majesté) ou en anglais HMCS (Her Majesty's Canadian Ship).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Commandement aérien (AIRCOM)

La force aérienne du Canada est déployée à travers treize bases au Canada et sont sous la direction de la 1re Division aérienne du Canada et constitue la région canadienne du NORAD. Les principales bases aériennes sont situées en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario, au Québec, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador alors que les installations administratives et de commandements sont situé à Winnipeg et North Bay. Une composante canadienne faisant partie de la force aéroportée de l'OTAN est basée à la base aérienne de Geilenkirchen.

Les principaux avions inclus (les chiffres sont ceux du site officiel des FC sauf indication contraire):

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
wikipédia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Forces armées canadiennes

le Sam 5 Sep - 1:46
Commandement du Canada (CANCOM)

Le Commandement du Canada est une composante opérationnelle crée le 31 janvier 2006 dans le but d'améliorer le temps de réponse contre le terrorisme intérieur et les désastres naturels. Il est responsable de coordonner l'armée, la marine et la force aérienne afin d'assurer la sécurité nationale dans les situations d'urgence et routinière. Le commandement Canada travaille en étroite collaboration avec le United States Northern Command, ainsi que le département de la Sécurité intérieure des États-Unis.

Le commandant du commandement du Canada est présentement le Lieutenant-General M.J. Dumais. Il se rapporte directement au le chef d'état-major.

CANCOM dirige les opérations nationales grâce à six forces opérationnelles interarmées en plus d'être responsable avec force opérationnelle mixe du Nord pour les activités auparavant prisent en charge par les forces canadiennes Zone Nord.


Commandement de la Force expéditionnaire du Canada (COMFEC)

Ce commandement, créé le 1er février 2006, est responsable de toutes les opérations menées à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Le commandant du COMFEC est le lieutenant-général Michel Gauthier. Relevant directement du CEMD, il est responsable de la conduite de toutes les opérations internationales — humanitaire, maintien de la paix et de combat — et a les pouvoirs nécessaires pour s'acquitter de ces responsabilités.


Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada (CANSOFCOM)

Ce commandement est responsable des unités des forces spéciales. Cela inclut la deuxième Force opérationnelle interarmées (JTF2), la compagnie de défense nucléaire, biologique et chimique interarmées (CIDNBC) et une unité aérienne pour les opérations spéciales basée avec le 427e Escadron, installée à la BFC Petawawa (Ontario). Cette force est dirigée par le Colonel D. Michael Day, CD.


Commandement du soutien opérationnel du Canada

Réserve des Forces canadienne

La réserve des FC est divisée en quatre :

la Première réserve,
la Réserve supplémentaire,
les Rangers canadiens et
le Cadre des instructeurs de cadets.
La force de réserve est représentée, mais pas commandée, au QGDN par le chef des Réserves et Cadets qui est habituellement un Major-général ou un contre-amiral.

La Première réserve

La Première réserve comprend des citoyens soldats, marins, aviateurs et de train et qui sont affectés à des opérations des FC ou de ses fonctions à titre occasionnel ou en cours de base. Chaque force de réserve est responsable administrativement et opérationnellement à un commandement qui correspondant à son environnement soit la Réserve navale (RESNAV), la Réserve de l’armée de terre et la Réserve aérienne. En outre, il a une force de réserve primaire qui ne relevant pas sous un commandement environnement, la Réserve des services de santé. Le nombre de réservistes est d'environ 25 000 membres[9].


Les unités de la première Réserve au Québec

Communications

713e Régiment des communications
714e Escadron des Communications
712e Escadron des communications

Infanterie

Voltigeurs de Québec (Québec)
Fusiliers St-Laurent (Rivière-du-Loup, Rimouski, Matane)
Régiment de la Chaudière (Lévis, Beauce, Lac Mégantic)
Régiment du Saguenay
BlackWatch (Montréal)
Canadian Grenadiers Guards (Montréal)
4e Bataillon Royal 22e Régiment (Laval)
6e Bataillon Royal 22e Régiment (St-Hyacinthe et Drummondville)
Le Régiment de Maisonneuve (Montréal)
Les Fusiliers Mont-Royal (Montréal)
Les Fusillers de Sherbrook (Sherbrook)
Les Fusillers du Mont-Royal (Montréal)

Artillerie

6e RAC (Lévis)-->plus vieux régiment d'artillerie francophone canadien
62e RAC (Shawinigan)
2 RAC (Montréal)

Blindés
12e RBC (Trois-Rivières)
RCH (Montréal)
Sherbrooke Hussard
Le régiment de Hull

Génie

34e Régiment du génie de combat (Montréal et Rouyn-Noranda)
35e Régiment du génie de combat (Québec)

Médicaux

51e Ambulance de Campagne
52e Ambulance de Campagne
55e Ambulance de Campagne

La Réserve supplémentaire

«La Réserve supplémentaire consiste en anciens membres de la Force régulière et de la Réserve et a un effectif de 28 000 membres. Ceux-ci suivent une instruction militaire mais ne jouent aucun rôle actif hors du pays, ils assurent une réserve de personnel que l’on peut appeler en cas d’urgence.»[9].
wikipédia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Forces armées canadiennes

le Sam 5 Sep - 1:49
Rangers canadiens

Les rangers canadiens font partie de la réserve des FC. Ils assurent la surveillance et patrouillent dans l'arctique du Canada et dans d'autres endroits reculés. Ils sont une composante essentielle du Canada dans l'exercice de la souveraineté sur son territoire.

Le Cadre des instructeurs de cadets

Le Cadre des instructeurs de cadets (CIC) se compose d'environ 7500 officiers et élèves-officiers des Forces canadiennes dont le premier devoir est la formation, la sécurité, la supervision et l'administration de près de 60 000 cadets (jeunes). Le CIC est une sous-composante de la Réserve des Forces canadiennes, et représente les trois éléments: la mer, l'armée de terre et de l'air. Les cadets pour qui le CIC est responsable sont âgés entre 12 et 19 (cadets peuvent s'inscrire sur leur 12e anniversaire, et doit quitter lors de leur 19e anniversaire), et sont placés dans environ 1 150 corps et escadrons de partout au Canada[10].

De nombreux officiers du CIC sont d'anciens cadets qui souhaitent continuer leur participation dans le Mouvement des cadets du Canada avec les cadets de la Marine royale du Canada, des cadets royaux de l'Armée canadienne, ou les cadets de l'aviation royale du Canada. D'autres sont des retraités de la Force régulière ou de Réserve, des parents ou des membres de la communauté locale.

Mouvement des cadets du Canada

Le MCC est la plus grande initiative jeunesse parrainée par le gouvernement du Canada par le biais du Ministère de la Défense nationale. Regroupant plus de 50 000 jeunes d'un océan à l'autre, les cadets sont supervisés par près de 5 000 officiers du Cadre instructeur cadet (CIC). Le Mouvement des cadets du Canada propose des activités enrichissantes à tous les jeunes canadiens âgés de 12 à 19 ans et constitue un mouvement a l'organisation paramilitaire. Le jeune intéressé par le Mouvement peut s'inscrire dans l'une des 3 branches existantes, soit les cadets de l'Aviation, les cadets de la Marine et les cadets de l'Armée. Pour les régions nordiques, le gouvernement fédéral propose des activités jeunesse via les Juniors Rangers.

Bien que la structure du Mouvement soit intégrée dans celle du Ministère de la Défense nationale, le MCC n'a aucune visée d'enrôlement ou de recrutement par le truchement des de cette organisation. Il est important de mentionner que l'origine du Mouvement des cadets du Canada est tout autre; les cadets de l'Aviation ont été créés en 1941 afin de permettre de former de jeunes pilotes pour ensuite procéder à leur enrôlement dès leur 16e anniversaire de naissance et les envoyer plus rapidement dans la force active. Le Mouvement s'est toutefois modernisé et a évolué en fonction des mœurs et des valeurs canadiennes, sans toutefois renier son passé.

Aujourd'hui, le but des Cadets est de former de meilleurs citoyens, promouvoir la bonne forme physique et entretenir un intérêt dans la branche où le jeune évolue (Aviation, Marine, Armée). Des camps d'été en leadership, instruction, survie, éducation physique, musique, de pilotage, de voile et bien d'autres sont offerts gratuitement.


Déploiements en cours

Depuis 2001, 2 500 soldats sont déployés en Afghanistan dans le cadre de la mission de l'OTAN Force internationale d'assistance et de sécurité. Les FC appellent ce déploiement l'Opération Athena.

En plus de ce déploiement, de petits détachements de militaires canadiens sont basés dans différents pays pour de l'espionnage, de l'assistance ou de la logistique comme à Camp Mirage ou à Haïti[11].

En juillet 2009, le journal canadien Le Devoir a obtenu copie d'un document produit par les FC à propos de l'état des véhicules de l'armée de terre en activité en Afghanistan : entre 35 % et 60 % des véhicules de la flotte n'est pas en état de fonctionner. Le général Andrew Leslie, chef d'état-major de l'armée de terre, décrit la situation comme étant « à haut risque », car le taux habituellement acceptable oscille autour de 10 %[12]. À cause des problèmes vécus en Afghanistan ainsi qu'au départ à la retraite de plusieurs hauts gradés, la force armée de terre opèrerait au-delà des limites acceptables au Canada[13].

Dépenses militaires

La défense est, au Canada, sous juridiction exclusivement fédérale : les dépenses liées à la défense pour l'année fiscale 2008-2009 sont estimées à 18,9 milliards CAD[14]. En 2005, le budget du gouvernement fédéral canadien à alloué un montant additionnel de 12,8 milliards CAD sur cinq ans pour le département de la Défense nationale et s'est engagé à augmenter les effectifs militaires de plus de 5 000 personnes dans la Force régulière et de 3 000 pour la Première réserve[15].

Dans le budget 2006, le gouvernement du Canada s'est engagé à maintenir l'augmentation du budget de 2005 pour le DDN et de prévoir un montant additionnel de 5,3 milliards CAD sur cinq ans pour augmenté la force régulière de 13 000 personnes et la réserve de 10 000 en plus d'un montant pour des dépenses non précisées. À la fin de juin 2006, le gouvernement fédéral a fait une série d'annonces à propos du plan « Le Canada d'abord » pour l'approvisionnement de la Défense[16]. Ce plan prévoit 17,1 milliards CAD pour l'achat de nouveaux camions pour les LF, les avions de transport et des hélicoptères pour l'AIRCOM, et des navires de soutien interarmées pour le MARCOM[17] (en 2006, le gouvernement fédéral a annoncé que la construction de ces navires était reportée indéfiniment).

Bases

Les Forces canadiennes ont un certain nombre d'installations actives à travers le pays, dont certaines sont interarmées. Il existe également un certain nombre d'installations qui ont été fermées lors des différentes coupes dans les dépenses dans la défense depuis les années 1970.

wikipédia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Re: Forces armées canadiennes

le Sam 5 Sep - 1:58
L'exercice Nanook 09

L'Océan arctique et les terres adjacentes sont et seront de plus en plus une zone de conflit entre les puissances qui la bordent. L'opération NANOOK 09 a été conduite dans le nord du Canada, selon une approche globale. Ci-dessous une note d'information du gouvernement canadien qui me parait intéressante car elle montre une véritable opération inter-services.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
19 août 2009
Iqaluit (Nunavut)
L’opération NANOOK 09 est l’une des trois grandes opérations de souveraineté menées chaque année par le gouvernement dans le Nord du Canada. Avec l’aide d’actifs militaires et civils opérant dans la région de l’île de Baffin, le Canada assurera une présence visible dans l’Arctique de l’Est. L’opération se déroulera du 6 au 28 août 2009 et comprendra des patrouilles de souveraineté, un exercice militaire et un exercice pangouvernemental.
NANOOK 09 est une opération conjointe qui comprend le personnel, les navires et les aéronefs de l’Armée de terre, de la Marine et de la Force aérienne, sous le commandement de la Force opérationnelle interarmées (Nord) (FOIN). À titre de l’un des six commandements régionaux placés sous l’autorité directe du Commandement Canada à Ottawa, la FOIN est chargée d’effectuer toutes les opérations courantes des Forces canadiennes et de contingence dans le Nord du Canada. Son quartier général se situe à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest, et elle est commandée par le brigadier-général David Millar.
PATROUILLE DE SOUVERAINETÉ
Les patrouilles de surveillance maritime s’étendront jusqu’à la baie d’Hudson et au détroit de Davis, et des missions de reconnaissance aériennes seront menées au-dessus des approches maritimes, terrestres et aériennes du Nord du Canada.
La Garde côtière canadienne et Transports Canada effectueront également des patrouilles de surveillance. Les FC collaborent étroitement avec des partenaires du gouvernement fédéral pour surveiller les approches terrestres, aériennes et maritimes du Canada, y compris l’Arctique, afin de déceler les menaces à la sécurité et à la sûreté.
EXERCICE MILITAIRE
Outre les patrouilles de surveillance, l’opération de cette année comprendra un exercice militaire auquel participeront les forces maritimes, terrestres et aériennes, la Garde côtière du Canada et Transports Canada. Ceux-ci assisteront au débarquement amphibie d’une compagnie de la Réserve de l’Arctique déployée sur une île proche d’Iqaluit et à la recherche d’un véhicule aérien télé-piloté suspect qui a dû effectuer un atterrissage forcé. L’exercice comprendra des activités de plongée et de lutte anti-sous-marine.
Les Rangers canadiens appuieront les patrouilles terrestres en montrant les capacités traditionnelles nécessaires pour vivre de la terre. Ayant beaucoup d’expérience de survie dans l’Arctique et déployés presque chaque fois que les FC opèrent dans le Nord, ils serviront de guide et d’experts, et permettront de contrôler les prédateurs. Les Rangers canadiens sont des membres compétents de la Force de réserve des FC et contribuent à la formation et à l’efficacité de l’armée dans le Nord.
EXERCICE PANGOUVERNEMENTAL INTÉGRÉ
L’opération NANOOK 09 se terminera par un exercice du gouvernement du Canada conçu pour permettre aux ministères et organismes de multiples ordres gouvernementaux (municipal, territorial et fédéral) de travailler ensemble. Les partenaires fédéraux et territoriaux pourront mettre en pratique les connaissances et les compétences nécessaires pour assurer la coordination interministérielle.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Plus de 700 participants prendront part à l’opération NANOOK 2009. Ils proviendront notamment :
Bureau de gestion des urgences, Nunavut
Hôpital régional de Qikiqtani, Iqaluit
Sécurité publique Canada, région de l’Arctique
Garde côtière canadienne, région du Centre et de l’Arctique
Navire de la Garde côtière canadienne Pierre Radisson
Gendarmerie royale du Canada
Service canadien des glaces
Agence de la santé publique du Canada
Agence des services frontaliers du Canada
Service canadien du renseignement de sécurité
Santé Canada
Transports Canada
Ministère de la Défense
État-major du Commandement Canada, Ottawa
Quartier général de la Force opérationnelle interarmées (Nord), Yellowknife
Quartier général du commandement du soutien opérationnel du Canada, Ottawa
8e Escadron de transmissions et contrôle (Air), Trenton
Escadron de soutien technique des télécommunications et des moyens aérospatiaux, Trenton
Commandant de la composante aérienne de la Force multinationale, Winnipeg
440e Escadron de transport, Yellowknife
405e Escadron de patrouille maritime, 14e Escadre Greenwood
Force terrestre du 32e Groupe-brigade du Canada
435e Escadron de transport et de sauvetage, Winnipeg
1er Groupe de patrouille des Rangers canadiens
Navire canadien de Sa Majesté Toronto
Navire canadien de Sa Majesté Glace Bay
Sous-marin canadien de Sa majesté Cornerbrook

http://www.army.forces.gc.ca/land-terre/news-nouvelles/story-reportage-fra.asp?id=3753
http://pm.gc.ca/fra/media.asp?id=2756

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Forces armées canadiennes

le Jeu 5 Mai - 15:31
Rôles des Forces canadiennes

Des visées précises

Étant donné le caractère complexe et imprévisible du contexte actuel en matière de sécurité, le Canada doit pouvoir compter sur des forces armées modernes, bien entraînées, bien équipées et dotées de la flexibilité et des capacités essentielles requises pour contrer les menaces traditionnelles et asymétriques, y compris le terrorisme, les mouvements insurrectionnels et les cyberattaques. Les Canadiens s'attendent à ce que leurs forces armées soient parfaitement en mesure d'assurer leur sécurité et d'appuyer la politique étrangère et les objectifs de leur pays en matière de sécurité, et ils méritent de telles forces armées.

Le gouvernement a d'ailleurs établi, à l'intention des Forces canadiennes, une ligne directrice claire en ce qui a trait à leurs trois rôles - défendre le Canada, défendre l'Amérique du Nord et contribuer à la paix et à la sécurité à l'échelle internationale - de même que les types et les nombres de missions qu'il s'attend à ce que nos militaires effectuent. Les visées formulées à l'intention des Forces canadiennes les obligent d'abord à atteindre l'excellence au pays, à constituer ensuite un partenaire fort et sur lequel on peut compter pour la défense de l'Amérique du Nord et enfin de faire preuve de leadership à l'étranger en contribuant aux opérations internationales à l'appui des valeurs et des intérêts des Canadiens.

La défense du Canada - L'excellence au pays

Les Forces canadiennes doivent en tout premier lieu assurer la sécurité des Canadiens et appuyer la souveraineté sur le territoire national. Les Canadiens s'attendent à juste titre à ce que leurs militaires leur viennent en aide en cas de catastrophe ou de crise. Les Forces canadiennes doivent également travailler en étroite collaboration avec les partenaires du gouvernement fédéral pour assurer la surveillance ininterrompue du territoire canadien et de ses voies d'approche aériennes et maritimes, y compris en Arctique, afin de détecter le plus tôt possible toutes les menaces à la sécurité des Canadiens.

L'excellence au pays exige des Forces canadiennes qu'elles identifient les menaces, mais elles doivent également posséder la capacité de les contrer rapidement et efficacement. Bien que dans la plupart des circonstances, d'autres ministères et organismes gouvernementaux doivent assumer le leadership, les Forces canadiennes sont également appelées à jouer un rôle vital dans de nombreuses situations. Le Commandement Canada a été mis sur pied en 2006 dans le but d'assumer sans équivoque le leadership opérationnel à l'occasion des opérations en territoire national. Ce commandement travaille en étroite collaboration avec les ministères fédéraux, tel que Sécurité publique Canada, pour que les mesures nécessaires soient prises en cas de désastre naturel ou d'attaque terroriste.



Les Forces canadiennes doivent également être disponibles pour aider les autres ministères dans des domaines qui touchent la sécurité, comme les activités de surpêche, le crime organisé, le transport clandestin de drogue et de personnes et les activités qui nuisent à l'environnement. Les Forces canadiennes sont également prêtes à aider efficacement les autres ministères à assurer la sécurité lors d'événements importants qui se produisent au Canada, tels que les Jeux olympiques et paraolympiques d'hiver de 2010, qui auront lieu à Vancouver, et le Sommet du G8 qui aura lieu au Canada au cours de la même année.

Les Forces canadiennes doivent aussi pouvoir exercer la souveraineté du Canada en Arctique et en assurer la défense. De nouvelles possibilités s'offrent partout dans cette région, mais elles s'accompagnent de problèmes nouveaux. Étant donné que le rythme des activités dans les terres et dans les eaux du Nord s'intensifie, les militaires joueront un rôle vital pour démontrer une présence canadienne visible dans cette région potentiellement riche en ressources ainsi que pour aider d'autres organismes gouvernementaux tels que la Garde côtière canadienne à réagir aux menaces qui peuvent s'y manifester.

La défense de l'Amérique du Nord - Un partenaire solide et fiable

Servir avec excellence au pays signifie également contribuer à la défense de l'Amérique du Nord en collaboration avec les États-Unis, le plus proche allié du Canada. Comme le Canada et les États-Unis ont des besoins communs en matière de sécurité, il est dans l'intérêt stratégique du Canada de constituer un partenaire fiable pour la défense du continent.



Les Forces canadiennes continueront de collaborer avec les États-Unis dans le cadre du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD). Ce commandement binational a toujours constitué un élément important du partenariat de défense Canada / États-Unis depuis sa mise sur pied, en 1958, et sa principale mission, qui consiste à défendre l'espace aérien de l'Amérique du Nord, s'avère toujours aussi importante aujourd'hui. Le NORAD évolue de façon à pouvoir contrer toute nouvelle menace; lors du renouvellement de l'entente, en mai 2006, le commandement a reçu la nouvelle responsabilité de s'occuper des alertes maritimes.

Le Commandement Canada maintient sa collaboration avec le US Northern Command pour l'atteinte d'objectifs communs. Les deux commandements consacrent des efforts à l'amélioration de leur coopération militaire à l'appui des services d'urgence civils dans l'éventualité d'une crise. Sous réserve de l'obtention de l'autorisation des deux gouvernements, les forces des deux pays sont prêtes à collaborer en de telles circonstances.

Enfin, les forces armées des deux pays poursuivent leur fructueuse collaboration dans le cadre d'opérations en Amérique du Nord et à l'étranger. Pour assurer l'interopérabilité de nos forces, nous devons nous assurer que les aspects clés de nos doctrines et de nos équipements respectifs sont compatibles. Les Forces canadiennes doivent en conséquence continuer à participer à des exercices interarmées et à des échanges de personnel avec les forces américaines.

Contribution à la paix et à la sécurité internationales - faire preuve de leadership à l'étranger

À titre de nation commerçante dans un marché de plus en plus ouvert sur le monde, la prospérité et la sécurité du Canada reposent sur la stabilité à l'étranger. Tandis que la communauté internationale est aux prises avec d'innombrables menaces à la sécurité, le Canada doit contribuer pourremédier à ces problèmes au fur et à mesure qu'ils surgissent. En fait, il s'avère important de contrer ces menaces à la source pour assurer la protection du Canada.

Afin que le Canada continue d'être un intervenant crédible sur la scène mondiale, il est essentiel qu'il joue un rôle de leader international. À cet effet, les Forces canadiennes doivent posséder les capacités nécessaires pour apporter une contribution sérieuse à l'ensemble de la gamme des opérations internationales, qui vont de l'aide humanitaire aux opérations de combat, en passant par les opérations de stabilisation.

De nos jours, les déploiements sont beaucoup plus dangereux, plus complexes et plus difficiles que par le passé et ils ne peuvent se limiter uniquement à une solution militaire. Par exemple, en Afghanistan, les Forces canadiennes ne sont qu'une composante, même si elle est essentielle, d'une approche pangouvernementale. Les efforts déployés par le Canada pour affronter les menaces actuelles ne seront couronnés de succès que s'il fait appel à une large gamme d'expertises et de ressources gouvernementales.

Ces opérations se dérouleront souvent sous l'égide des Nations Unies et de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN). Le Canada continuera d'appuyer ces organismes internationaux clés et de participer à leurs opérations. De plus, il prendra part à des missions conjointement avec des États alignés, lorsque les circonstances l'exigeront, à titre de membre responsable de la communauté internationale.

On peut utiliser plusieurs moyens pour faire preuve de leadership à l'étranger - participer à une vaste campagne internationale, comme le Canada le fait actuellement en Afghanistan, ou bien diriger une composante particulière d'une opération multinationale, par exemple, un groupe opérationnel naval. Il ne fait nul doute, cependant, que le Canada ne peut jouer un rôle de chef de file en ne comptant que sur la rhétorique. Le leadership exige par dessus tout la capacité de déployer des ressources militaires, y compris une « présence sur le terrain ». De concert avec ses alliés, le Canada doit être prêt à agir et à fournir les ressources appropriées au soutien des intérêts du pays et des objectifs internationaux.



Visées - Six missions principales au Canada, en Amérique du Nord et à l'étranger

Le contexte au chapitre de la sécurité mondiale a beaucoup changé au cours des dernières années. Nous avons été témoins de montées rapides des tensions régionales et de leur transformation en conflit ainsi que de désastres naturels qui ont tourné à la crise humanitaire. Le Canada a besoin d'une force armée disposant de la flexibilité qui lui permette de réagir à de telles situations tout en étant en mesure de poursuivre au jour le jour ses missions essentielles. Le gouvernement a en conséquence demandé aux Forces canadiennes d'accomplir les missions suivantes, potentiellement toutes en même temps :

mener des opérations quotidiennes nationales et continentales, y compris dans l'Arctique et par l'entremise du Commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD);offrir leur soutien dans le cadre d'un évènement international important au Canada, comme les Jeux olympiques de 2010;répondre à une attaque terroriste importante;
appuyer les autorités civiles en cas de crise au Canada, par exemple en cas de catastrophe naturelle;
diriger et/ou mener une opération internationale importante durant une période prolongée;
déployer des forces en cas de crise à l'étranger pour une période de plus courte durée.


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

http://forces.gc.ca

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Forces armées canadiennes

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum