Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Coordination entre les services de renseignement ( France)

Aller en bas

Sujet / Message Coordination entre les services de renseignement ( France)

Message par Sphinx le Ven 11 Sep - 0:48

La coordination entre les services
La coordination entre les services de renseignement est un gage de l’efficacité de notre outil de renseignement. Elle s’exerce à la fois au niveau stratégique - celui du choix des orientations majeures en matière de renseignement - et au niveau opérationnel. Depuis 2001, la lutte contre le terrorisme est un domaine de prédilection de la coordination entre les services, tant sur le plan national que sur le plan européen et international. En tant que secrétariat interministériel, le Secrétariat général de la défense nationale (SGDN) participe pleinement à cette coordination.

La coordination sur le plan stratégique
L’action des services de renseignement doit être conduite de manière coordonnée pour être pleinement efficace, et cela dans tous les domaines : la lutte contre le terrorisme, la lutte contre la prolifération des armes nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques, la protection de notre patrimoine industriel et économique, la sécurité des systèmes d’information, la lutte contre le crime organisé, la lutte contre le blanchiment des capitaux, etc. Plusieurs enceintes y contribuent au plus haut niveau de l’Etat.

Au niveau du président de la République, le Conseil de sécurité intérieure (CSI) est chargé, en application du décret n°2002-890 du 15 mai 2002, de définir les orientations de la politique menée dans le domaine de la sécurité intérieure et de fixer ses priorités. La dimension renseignement est essentielle à la prise de décision. Le CSI réunit sous la présidence du chef de l’Etat, le Premier ministre, les ministres concernés et le secrétaire général de la défense nationale. Le secrétaire général du CSI est nommé par le président de la République et il est placé auprès de lui.

Au niveau du Premier ministre, le Comité interministériel du renseignement (CIR) est chargé, selon l’ordonnance n°59-147 du 7 janvier 1959 portant organisation générale de la défense et selon le décret n°89-258 du 20 avril 1989, d’assurer l’orientation et la coordination des activités des services qui concourent au renseignement. Le CIR élabore des directives nationales en matière de renseignement, nouvelle appellation de ce que le décret n°89-258 du 20 avril 1989 dénommait "plan national de renseignement". Ces directives, régulièrement révisées, tracent le cadre stratégique de l’action des services de renseignement. Le CIR se réunit au moins une fois par an sous la présidence effective du Premier ministre. Y siègent les ministres chargés de la Défense, de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de l’Economie, des Finances et du Budget, de l’Industrie, de la Recherche, des Télécommunications, de l’Espace, des Départements et Territoires d’outre-mer, et, en tant que de besoin, le autres membres du Gouvernement, voire toute personne qualifiée en raison de sa compétence. Le secrétariat du CIR est assuré par le secrétaire général de la défense nationale.

Le décret n°78-78 du 25 janvier 1978 fixant les attributions du secrétaire général de la défense nationale précise dans son article 4 les compétences de ce dernier en matière de renseignement : "En exécution des plans, orientations et décisions arrêtées en conseil de défense ou en comité interministériel du renseignement, il notifie les objectifs en matière de renseignement. Il anime la recherche du renseignement dans les domaines intéressant la défense et il en assure l’exploitation au profit du Gouvernement et des organisme concernés".

A cette fin, le SGDN dispose du secrétariat permanent du CIR, qui, en particulier, anime les groupes de travail constitués dans le cadre et pour la mise en œuvre des directives nationales en matière de renseignement. Ces groupes composés d’experts sont un lieu d’échanges d’informations entre les services de renseignement. Ils participent ainsi activement à la coordination inter-services. Ils élaborent en outre des travaux de synthèse dans leur domaine d’action.

Les "réunions renseignement" que préside régulièrement le directeur du cabinet du Premier ministre sont une autre instance de coordination de haut niveau. Elles rassemblent notamment le chef de l’état-major particulier du président de la République, le secrétaire général du CSI, les directeurs de cabinet des ministres de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères, le secrétaire général de la défense nationale, ainsi que les directeurs des principaux services de renseignement (Direction générale de la sécurité extérieure, Direction de la surveillance du territoire, direction du renseignement militaire). Ces réunions se révèlent tout particulièrement utiles pour assurer de manière concertée l’évaluation de la menace terroriste et pour préparer les décisions relatives à la planification de sécurité.

La coordination de la lutte anti-terroriste sur le plan national
Les divers rapports établis aux Etats-Unis sur les attentats du 11 septembre 2001 ont montré les résultats catastrophiques d’un cloisonnement excessif entre services de renseignement, qui a conduit à sous-estimer des renseignements cruciaux sur la préparation des attentats. Ces tragiques événements nous ont conduit à accroître la coordination dans le domaine de la lutte anti-terroriste.

L’impulsion est donnée par le Premier ministre qui réunit régulièrement les ministres concernés par la lutte anti-terroriste pour coordonner leur action et fixer les orientations. En outre, la lutte anti-terroriste est traitée dans les autres instances de niveau stratégique évoquées ci-dessus. Parallèlement, le ministre de l’Intérieur réunit le Comité interministériel de lutte antiterroriste (CILAT). Cette instance comprend un représentant de la présidence de la République et du cabinet du Premier ministre, le secrétaire général de la défense nationale, les directeurs de cabinet des ministres de l’Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères, de la Justice et de l’Outre-mer, le directeur général de la police nationale, le directeur général de la sécurité extérieure et le directeur général de la gendarmerie nationale.

Au niveau opérationnel, l’Unité de coordination de la lutte anti-terroriste (UCLAT), créée en 1984 au sein du ministère de l’Intérieur, assure la coordination de l’ensemble des services chargés de la lutte contre le terrorisme. Elle fait au quotidien l’analyse et la synthèse des informations relatives au terrorisme en travaillant étroitement avec la direction de la surveillance du territoire, la direction centrale des renseignements généraux, la direction générale de la sécurité extérieure, la gendarmerie nationale et la direction générale des douanes. L’UCLAT veille au partage des informations opérationnelles pertinentes par l’ensemble des autorités et des services concernés par la lutte anti-terroriste, y compris les magistrats anti-terroristes et l’administration pénitentiaire.

En rendant public en mars 2006 le Livre blanc du Gouvernement sur la sécurité intérieure, le Premier ministre a voulu aller plus loin encore en dotant pour la première fois notre pays d’une stratégie de riposte et de lutte adaptée à la menace terroriste. Si cette doctrine a pour but de mieux informer nos concitoyens sur le risque terroriste et sur les moyens mis en œuvre pour les protéger, elle vise également à mettre à la disposition des services de sécurité un référentiel commun.

La coordination de la lutte anti-terroriste à l’échelle européenne et internationale
Face à un phénomène d’ampleur mondiale, la coopération internationale est une nécessité absolue pour lutter efficacement contre le terrorisme. Traditionnellement, la coopération dans le domaine du renseignement est d’abord une relation bilatérale de service à service. C’est dans ce cadre que transitent les informations les plus nombreuses et les plus opérationnelles. Toutefois, plusieurs enceintes multilatérales existent, notamment au niveau européen, dans le domaine de la lutte anti-terroriste.

C’est le cas du club de Berne, structure informelle d’échange d’informations créée en 1968 qui regroupe les chefs des services de sécurité intérieure de 20 pays membres de l’Union européenne, plus la Suisse et la Norvège. Cette instance traite des sujets tels que le contre-espionnage, la criminalité organisée et le terrorisme.

Après les attentats du 11 septembre 2001 et sur recommandation de l’Union européenne, le club de Berne a créé un groupe anti-terroriste (GAT) qui réunit les responsables de la lutte anti-terroriste. En outre, au lendemain des attentats de Madrid de mars 2004, une cellule d’analyse de la menace terroriste a été créée au sein du Centre de situation (Sitcen) placé sous l’autorité du secrétaire général du Conseil, haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Le Sitcen, auquel la France contribue de manière active, produit une évaluation de la menace, fondée sur les sources que lui fournissent les services de renseignement, les militaires, les diplomates et les services de police.

Par ailleurs, à la suite des attentats de Madrid, Conseil européen a décidé d’instituer un coordinateur européen de la lutte contre le terrorisme.
.../...


Dernière édition par sphinx le Sam 5 Juin - 4:50, édité 1 fois

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Coordination entre les services de renseignement ( France)

Message par Sphinx le Ven 11 Sep - 1:21

Rôle et missions du SGDN
Le Secrétariat général de la défense nationale est un service du Premier ministre qui travaille en liaison étroite avec la présidence de la République. Il assiste le chef du Gouvernement dans l’exercice de ses responsabilités en matière de défense et de sécurité nationales. Avec le Secrétariat général du Gouvernement (SGG) et le Secrétariat général des affaires européennes (SGAE), il contribue, sous l’autorité du Premier ministre, à l’animation et à la coordination interministérielles de l’action du Gouvernement.

Le SGDN assure les missions suivantes :
le secrétariat des conseils et des comités de défense ;
le secrétariat du Comité interministériel du renseignement (CIR) ;
la préparation de l’Etat aux crises et aux risques majeurs ; à ce titre, le SGDN est chargé de l’élaboration de la planification de sécurité nationale et de veiller à la cohérence de la politique d’entraînement et de conduite des exercices dans ce domaine. Il veille en outre à la mise à disposition du Gouvernement de moyens de télécommunications sécurisés, notamment pour la gestion des crises. Il assure en outre le secrétariat du Comité interministériel aux crises nucléaires ou radiologiques (CICNR) ;
le suivi de l’évolution des crises et des conflits internationaux pouvant affecter les intérêts de la France en matière de sécurité ;
au titre de ces deux dernières missions, une fonction de veille permanente effectivement exercée 24 heures sur 24, d’alerte et de synthèse au profit des hautes autorités nationales,
le renforcement de la sécurité des réseaux et des systèmes d’information de l’Etat et des services publics ;
le contrôle des transferts d’armement et des technologies sensibles exercé à travers la Commission interministérielle pour l’étude des exportations de matériel de guerre (CIEEMG), dont il assure le secrétariat et la présidence ;
la coordination des actions d’intelligence économique ;
la protection du patrimoine économique, scientifique et technique ;
une mission de protection du secret de défense, en tant qu’Autorité nationale de sécurité ;
le soutien aux études et enseignements de défense (l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) lui est rattaché).

Ainsi, depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, et par-delà la permanence de ses missions fondamentales, le SGDN a connu un élargissement sensible de son champ d’action. Il se situe aujourd’hui au point de convergence de l’ensemble des dossiers intéressant la sécurité intérieure et extérieure de notre pays. Il occupe à ce titre une position privilégiée pour exercer la mission de coordination du renseignement qui lui est dévolue.

Le décret du 15 mai 2002 relatif au Conseil de sécurité intérieure, sur Légifrance
La France face au terrorisme - Livre blanc du Gouvernement sur la sécurité intérieure face au terrorisme, sur le site de la Documentation française


http://www.sgdn.gouv.fr/article.php?id_article=9

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Coordination entre les services de renseignement ( France)

Message par Sphinx le Sam 9 Jan - 1:36

Les hommes du président

Bernard Bajolet, 60 ans. Coordonnateur national du renseignement (CNR). Diplomate, il a été successivement ambassadeur à Amman, Sarajevo, Bagdad, puis Alger. Le 21 juillet 2008, Nicolas Sarkozy l'a fait venir auprès de lui pour le nommer premier coordonnateur national du renseignement, à l'Elysée.

Un décret du 24 décembre 2009 précise ses missions : il conseille le président, prépare, avec le concours du secrétaire général de la défense et de la sécurité, les réunions du Conseil national du renseignement et veille à la mise en oeuvre de ses décisions.

Il coordonne l'action et la "bonne coopération" des services spécialisés constituant la communauté française du renseignement.

Enfin, il transmet les instructions du chef de l'Etat aux services, qui lui rendent compte de leur activité.

Il dirige une équipe restreinte, ses moyens sont cent fois inférieurs à ceux du coordonnateur du renseignement américain.

Erard Corbin de Mangoux, 57 ans. Directeur général de la sécurité extérieure (DGSE). Nommé en octobre 2008, cet ancien commissaire de la marine a surtout effectué une carrière dans la préfectorale.

Devenu directeur général des services du département des Hauts-de-Seine en 2006, - le fief de Nicolas Sarkozy -, puis conseiller à la présidence en 2007, préfet hors cadre la même année, il bénéficie de la confiance du chef de l'Etat.

Son parcours lui a donné une bonne connaissance de l'intérieur. Il dirige aujourd'hui plus de 4 000 personnes à la DGSE, dont un tiers de militaires.

Bernard Squarcini, 54 ans. Directeur central du renseignement intérieur (DCRI). Commissaire de police en 1979, il rejoint ensuite les Renseignements généraux dont il devient en 1994, le directeur central adjoint, aux côtés d'Yves Bertrand. Si Bernard Squarcini s'est engagé en faveur de Nicolas Sarkozy, Yves Bertrand est, lui, un fidèle de Jacques Chirac.

En 2003, alors que Nicolas Sarkozy est ministre de l'intérieur, M. Squarcini participe à l'arrestation d'Yvan Colonna, traqué en Corse pour l'assassinat du préfet Claude Erignac en février 1998.

Promu délégué pour la sécurité et la défense à Marseille en 2004, il remplace, trois ans plus tard, Pierre Bousquet de Florian à la tête de la Direction de la surveillance du territoire (DST).

En 2008, il met en oeuvre la réforme du renseignement promise par le président de la République qui aboutit à la fusion de la DST avec une partie des anciens Renseignements généraux pour donner naissance à la Direction centrale du renseignement intérieur (plus de 3 000 fonctionnaires), dont il a pris la tête.

Loïc Garnier, 46 ans. Chef de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat).


Commissaire divisionnaire de police, il a accompli sa carrière dans la police judiciaire. Il a notamment dirigé la prestigieuse brigade criminelle de la préfecture de police de Paris, avant de prendre la direction de l'Uclat en juin 2009. Cette structure, créée en 1984, assure la coordination de l'ensemble des services chargés de la lutte contre le terrorisme. Elle fait au quotidien l'analyse et la synthèse des informations relatives au terrorisme et travaille avec tous les services spécialisés. L'Uclat veille notamment au partage des informations opérationnelles, et sert d'interlocuteur aux services étrangers.

En 2000, Loïc Garnier avait, sous un pseudonyme (Pierre Marcy), signé un livre intitulé Les Enfants perdus de l'islam, des cités au terrorisme (L'Harmattan), dans lequel il décrivait la dérive de certains jeunes des banlieues tentés par un islamisme radical et violent.

C'est un proche du directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard, lui-même ami de Nicolas Sarkozy.

Isabelle Mandraud

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Coordination entre les services de renseignement ( France)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum