algeriedrs
Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» إنتخابات الجزائر الجددة
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMar 24 Sep - 1:02 par Sphinx

» Zouaves ! qui sont ?
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyDim 22 Sep - 22:22 par Sphinx

» Les alliés locaux de la colonisation algérienne
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMar 25 Juin - 22:18 par Sphinx

» Dhû-l-Qarnayn ou le bicornu ....
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyDim 23 Juin - 12:45 par Sphinx

» Carthage et l'occident ...
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyVen 21 Juin - 21:38 par Sphinx

» الأمير عبد القاد ر بن محي الدین
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyLun 17 Juin - 23:35 par Sphinx

» nouvelle grille de lecture du monde
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

Galerie


Turquie, place Taksim ou "Tahrir"? Empty
Décembre 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe

-33%
Le deal à ne pas rater :
-20€ sur les manettes PS4 DualShock 4
39.99 € 59.99 €
Voir le deal

Turquie, place Taksim ou "Tahrir"?

Aller en bas

Sujet / Message Turquie, place Taksim ou "Tahrir"?

Message par matriochkas le Mer 5 Juin - 17:24

Que se passe-t-il en Turquie? Depuis vendredi dernier, le pays est en proie à des émeutes populaires. Des affrontements, avec la police, sont signalés dans plusieurs villes du pays, tandis que la place Taksim, à Istanboul, reste occupée, jour et nuit, par les manifestants. Un bilan faisait état, hier, de près de 80 blessés et un millier de manifestants interpellés. Ce qui au départ n'était qu'une manifestation contre un projet de construction d'un centre commercial sur le terrain d'un parc de loisirs semble se transformer en un large mouvement insurrectionnel que certains assimilent au «printemps arabe» et d'autres au mouvement des «indignés» en cours dans des pays européens. Cette difficulté de «positionnement» provient de l'ambivalence politico-culturelle propre à ce pays dont beaucoup en faisaient un «modèle turc», bien atypique au demeurant. Dans un pays où les dirigeants pensent pouvoir faire «normaliser» le modèle occidental à une population de plus de 75 millions d'habitants à 96% musulmans, certains ont pu croire, jusque-là, que «la greffe» était possible. L'autre fausse idée était de croire que le peuple turc à majorité musulmane pouvait ne pas se solidariser avec le peuple palestinien et ne pas se soulever un jour contre les relations étroites entretenues par ses dirigeants avec Israël. Depuis Atatürk, en 1937, on ne sait plus vraiment si la laïcité inscrite dans la Constitution est effective ou pas. Il y a près de 78.000 mosquées qui sont financées et gérées par l'Etat et que l'enseignement religieux est obligatoire dans le secondaire depuis 1990 mais dans le même temps la Cour constitutionnelle annule, en 2008, la loi adoptée par le Parlement autorisant les femmes à porter le voile.
Géographiquement, la Turquie s'étend sur deux continents, 97% du territoire en Asie et 3% en Europe avec lequel elle frappe obstinément à la porte de l'Union européenne depuis un demi-siècle pour y adhérer, en vain. Erdogan vient à peine de se rendre compte que c'était peine perdue. Il l'a fait savoir en taxant l'UE de «club chrétien». En réalité, le peuple turc est ballotté par ses dirigeants qui s'évertuent à vouloir lui faire accepter une culture «d'adoption» contre sa propre culture d'essence musulmane. Une telle tentative qui, avec le temps, ne pouvait que produire des fractures dans la société, semble aujourd'hui avoir atteint un dangereux point de rejet. La place Taksim (partage, division en arabe) occupée depuis vendredi par les manifestants à Istanboul, rappelle étrangement ce qui s'est passé à la place Tahrir au Caire avant que les Frères musulmans ne prennent, démocratiquement, le pouvoir en Egypte. Dans le rapide tour d'horizon que nous avons fait, nous n'avons pas fait état du malaise (c'est peu dire) qui règne entre l'armée et le gouvernement Erdogan. Ce dernier a réussi, dans un véritable bras de fer, une véritable purge de l'institution militaire. Pas moins de 250 officiers supérieurs ont été accusés, en 2011, de complots contre le gouvernement. Ce qui a entraîné une cascade de démissions à la tête de l'armée. Difficile, dans de telles conditions, de penser que l'armée va rester indifférente au mécontentement populaire qui s'étend en Turquie. Tous les ingrédients d'une grave crise en Turquie sont réunis. Surtout cette décision du gouvernement de retirer, samedi dernier, les forces de l'ordre de la place Taksim. Ce qui a été considéré comme une première victoire par les manifestants qui ne comptent pas s'en satisfaire. Abdullah Gül, le président de la République, a bien mesuré le danger dès le deuxième jour des manifestations en déclarant que celles-ci avaient atteint «un niveau inquiétant». Auquel cas, Erdogan pourrait être contraint de reporter la visite qu'il devait effectuer dans notre pays. Demain sera un autre jour!

Source: http://www.lexpressiondz.com/

__
Je suis de retour.
When i was born, devil said : oh, shit ! competition.
matriochkas
matriochkas
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 48
Age : 36
Date d'inscription : 18/05/2013
Localisation : Batna city

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Turquie: le bras de fer entre manifestants et gouvernement se poursuit

Message par matriochkas le Mer 5 Juin - 17:33

Turquie: le bras de fer entre manifestants et gouvernement se poursuit

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Un manifestant entre les quartiers de Taksim et Besiktas, le 3 juin 2013.
AFP PHOTO/GURCAN OZTURK
Par RFI


Au quatrième jour de la contestation, la tension est loin de retomber en Turquie. Les manifestants maintiennent les autorités sous pression, avec de nouveaux rassemblements massifs sur la place Taksim à Istanbul pour dénoncer l’autoritarisme du Premier ministre Erdogan et du gouvernement islamo-conservateur. Istanbul, où les heurts, désormais, ont gagné le quartier de Besiktas, faisant une première victime mortelle selon les médias locaux. A Ankara aussi, les accrochages sont violents. Face à cela, le gouvernement ne semble pas savoir comment réagir et s'enracine dans la crise.

Comme l’avait promis le ministre de l’Intérieur dès samedi, la police est restée loin de Taksim, cette place emblématique, qui est toujours occupée pacifiquement par des centaines de manifestants.

Des manifestants, qui avaient d’abord défilé dans l’avenue piétonne d’Istiqlal, au son des casseroles que les habitants frappent les unes contre les autres à leurs fenêtres. C’est devenu une tradition désormais. Comme celle de camper sur la place Taksim dans le calme.

Un premier mort annoncé par les médias

En revanche, à moins d’un kilomètre, se trouve le bureau du Premier ministre Erdogan, lorsqu'il se trouve à Istanbul, à Besiktas, et là, des accrochages très violents ont encore eu lieu.

Ils se poursuivent en fait depuis quatre jours et trois nuits. Il y a beaucoup de dégâts dans ce quartier, les pavés des trottoirs ont été par exemple complètement arrachés.

Il faut également mentionner la mort d’un manifestant, annoncée ce matin par les médias locaux. C’est une voiture qui aurait foncé dans un groupe de protestataires. On ignore les détails de cet accident, mais c’est sans doute la première victime mortelle de ces émeutes, après que les réseaux sociaux ont annoncé à plusieurs reprises des nouvelles similaires, mais jamais confirmées jusque-là.

500 manifestants interpellés à Ankara

Depuis plusieurs jours maintenant, la contestation touche aussi de nombreuses autres villes en Turquie. Et elle gagne du terrain.

Dans la capitale, depuis 48 heures, les accrochages sont ainsi extrêmement violents. La police a interpellé au cours de la seule nuit passée, pas moins de 500 manifestants. Et en province, les foyers de contestation se multiplient à grande vitesse.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Deux manifestants profitent du calme après un affrontement musclé avec la police à Ankara, le 2 juin 2013.
REUTERS/Umit Bektas


Les manifestants s’en prennent généralement aux bâtiments du Parti de la justice et du développement, l’AKP du Premier ministre, au pouvoir depuis une décennie maintenant.

Et la situation semble loin de se calmer en Turquie : au troisième jour des émeutes, le gouvernement ne paraît toujours pas savoir comment réagir, comment s’adresser à la population, qui est de plus en plus nombreuse à rejoindre les rangs des manifestants.

A défaut, les autorités jouent donc le bras de fer. Hier soir, le Premier ministre Erdogan était invité dans une émission de télévision, où il n’a fait en fait, que défendre son projet immobilier à Taksim. Il a annoncé vouloir maintenir, coûte que coûte, ses projets urbanistiques sur la place, et de même vouloir y construire une mosquée. Cette intervention a été clairement ressentie, par les manifestants, comme une provocation.

Erdogan ironise

En partance ce lundi 3 juin pour le Maroc, une visite maintenue comme si de rien n’était, le Premier ministre turc a répondu aux questions des journalistes, avant de monter dans l’avion. Ce fut l’occasion pour lui de commenter pour la première fois la situation dans son pays.

Il a ironisé sur la situation de son pays en répondant à une question sur le printemps turc, allusion au « printemps arabe ». « Oui, c’est le printemps en Turquie », a-t-il déclaré, évoquant la santé économique de son pays, « même si certains aimeraient nous amener l’hiver. « Les manifestations, ce sont des prolongements extrémistes du parti d’opposition CHP (le Parti républicain du peuple) », a-t-il ajouté en commençant à s’énerver. « La Bourse plonge-t-elle ? Un épiphénomène, dit-il, c’est la nature des valeurs boursières, de monter et descendre ».

Et sur les sociétés étrangères, qui annulent voyages et réservations en Turquie : « Elles paieront cher leur embargo contre le pays ». Et d'énumérer les réussites économiques de son gouvernement comme les routes, les hôpitaux, les universités. M. Erdogan s’est montré très irritable, semblant ni comprendre ni être prêt à répondre à la contestation de la rue.

__
Je suis de retour.
When i was born, devil said : oh, shit ! competition.
matriochkas
matriochkas
Membre
Membre

Masculin
Nombre de messages : 48
Age : 36
Date d'inscription : 18/05/2013
Localisation : Batna city

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum