Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
153 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message cabale

le Lun 31 Juil - 15:32
On parle souvent des Illuminatis ou de la Cabale qui est un sens plus large que Illuminatis et qui regroupe les lieutenants des Illuminatis (comme les franc maçons) qui ont préféré argent et pouvoir et qui se sont rangés du coté des illuminatis pour pomper l’énergie physique, mentale (convertie en énergie monétaire) des Humains. Voir description plus complète sur http://fondationpourlhumanite.com.

Revenons tout d’abord aux Origines de la Cabale…

L’Origine de la Cabale remonte à l’Égypte ancienne, et aux Sumériens (même si certains d’entre eux s’inventent des origines Atlantes).
Tout a commencé avec la création de la première confrérie secrète : la confrérie du serpent.
La confrérie du serpent fut infiltrée et détournée par une race d’extra terrestres négatifs. Dans l’état actuel de mes recherches je ne saurais pas vous confirmer s’il s’agit d’une race Reptilienne ou des Archontes, ou des deux. Mais disons que cela limite le cadre.
On retrouve aussi cette confrérie et ses “enseignements” plus tard dans l’Égypte ancienne sous le nom de “l’École des Mystères” Égyptienne. C’est à cette époque que le terme Illuminati est né. Ceux qui disent que c’est en 1776 avec Adam Weishaupt que les illuminatis sont nés sont soit des ignares soit des menteurs au service de la Cabale.
Tout le “petit savoir” de la Cabale provient de là, et c’est la raison pour laquelle on retrouve tout le symbolisme Égyptien dans les différentes sectes de la Cabale : Illuminatis, Franc Maçons, Skull and Bones, Bohemian Club, Rose Croix, Templiers…


Les différentes branches au sein de la Cabale…

Il existe différentes branches au sein de la Cabale, ces branches s’affrontent entre elles dans des luttes de pouvoir fratricides pour déterminer qui sera responsable (en charge) du Nouvel Ordre Mondial qu’ils veulent tous instaurer, mais pas forcement en utilisant les mêmes moyens pour y arriver et évidement pas les mêmes responsables pour la diriger une fois instaurée.
Pour simplifier nous allons catégoriser ces différentes factions de la Cabale en 2 grands groupes :
Le premier groupe est la faction la plus radicale de la Cabale, on en connait quelques responsables “publics” comme Bush/Kissinger/Hilary Clinton… mais derrière ces noms connus se cachent le nom de quelques familles des 13 familles Illuminatis (voir liste sur http://fondationpourlhumanite.com). On pense que les familles Illuminatis principales derrière cette faction “hard core” sont les Rothschilds et les Mérovingiens dont la famille royale d’Angleterre.
Ce premier groupe a tellement de sang sur les mains (1ère guerre mondiale, seconde, guerres au moyen orient, création du Sida, création d’Ebola, création de la FED, Chemtrails, OGM, Fluorure dans l’eau potable, Vaccinations…) que pour eux, seul la fuite en avant et l’extermination de 7 milliards d’humains, est la seule solution pour s’en sortir. Car tout est en train de remonter à la surface et s’ils n’arrivent pas à déclencher la 3ème guerre mondiale un jour ou l’autre ils seront arrêtés et mis face à leurs responsabilités (et cela ne saurait tarder…).
Ce sont eux qui sont à l’origine des messages sur les pierres du Georgia Guidestones.
#td_uid_2_597f30a8337eb .td-doubleSlider-2 .td-item1 { background: url(http://stopmensonges.com/wp-content/uploads/2016/01/The-Georgia-Guidestones_photo_medium.jpg) 0 0 no-repeat; } #td_uid_2_597f30a8337eb .td-doubleSlider-2 .td-item2 { background: url(http://stopmensonges.com/wp-content/uploads/2016/01/georgia-guidestones.jpg) 0 0 no-repeat; }

1 de 2






Traduction : « Maintenir l’Humanité en dessous des 500 millions en balance perpétuelle avec la nature ».
Autrement dit : “Buter 7 milliards d’humains pour pouvoir plus facilement gérer les 500 millions d’humains restants”.
Le deuxième grand groupe de la Cabale est disons : “plus modéré”. Et ils veulent prendre le contrôle du Nouvel Ordre Mondial sans exterminer les 7 milliards d’humains de façon a arriver comme des “sauveurs de l’Humanité” face à la première faction. Ils luttent contre cette première faction de façon très active, mais tout en se croyant “au dessus des humains” et destinés à les diriger, eux aussi.
 

Les points communs entre les 2 grands groupes de la Cabale…

1- Les lignées de sang
Toutes les familles illuminatis peuvent retracer leurs origines jusqu’aux Sumériens, ces soit disant Dieux (qui ne sont que des extra terrestres négatifs) qui se sont “mélangés” aux humains via la procréation (et/ou des expériences génétiques) et ont créés ainsi des lignées de demi-dieux. Tous les illuminatis de nos jours se prennent pour des demi-dieux, chargés par les Dieux Sumériens de régner sur la planète Terre en attendant leur retour.
2- Les adorateurs de Lucifer
Toutes les familles illuminatis sans exception sont des adorateurs de Lucifer (Enki/EA). Enki/Lucifer est leur Dieu et il est le roi de la Terre.
3- L’Enfer Terre
Toutes les familles illuminatis croient que la Terre est l’Enfer et que Lucifer est le Roi de la Terre (Royal Secret Illuminati). Ils croient que tous les Êtres peuplant la Terre ont commis des crimes atroces dans leurs incarnations précédentes et qu’ils méritent leur sort ici bas, ils se considèrent comme “les gardiens de l’Enfer”. Cela leur sert aussi de justification quand ils doivent tuer des humains.
4- Le secret de l’ascension
Il existe selon les illuminatis 2 façons d’ascensionner (de se barrer de cette planète prison). La première manière consiste a servir Lucifer du mieux possible afin que celui-ci leur accorde le droit de sortir de prison (Terre).
Ce qu’a fait par exemple selon eux George Washington dont l’ascension est représentée sur le dôme du Capitole :
Il suffit de voir la quantité d’articles en anglais dédiés au sujet de l’ascension de George Washington : https://www.google.com/search?client=opera&q=regnier&sourceid=opera&ie=UTF-8&oe=UTF-8#safe=off&q=george+washington+ascended+master, ce monstre Cabaliste esclavagiste : http://enamerique.com/pennsylvania/george-washington-et-lesclavage-les-preuves-archeologiques/.
La deuxième solution (pour la Cabale je précise) est la conquête de l’espace. Sortir de la zone de quarantaine via des engins spatiaux (d’ou la création du programme spatial secret SSP).
Ils ont totalement mis de coté la troisième solution (inaccessible pour les membres de la Cabale) pour ascensionner qui est la reconnexion à la Source. Laquelle passe par le service à autrui, la méditation…
5- La création des 3 religions monothéistes
Les 3 religions monothéistes ont été créées par la Cabale afin d’instaurer un système de contrôle mental sur les humains pour les empêcher de se connecter à La Source. Pour les garder en prison.
Il en ont fait 3 dans le but aussi de semer la discorde entre les humains (diviser pour mieux régner).
A la tête des 3 religions monothéistes vous trouverez toujours la Cabale (Église Catholique – Sionistes – Frères Musulmans).
Pensez vous que ce soit un hasard si le Vatican a appelé son nouveau télescope L.U.C.I.F.E.R ?
 
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message un francais parle des americains

le Lun 14 Aoû - 14:23
Poussée sans arrêt par les faucons U.S, »l’Affaire russe » cherche à renverser un Trump qui par ailleurs critique les sanctions contre la Russie mais les signe et commente, en ajoutant un petit zeste d’huile à chaque fois. Ceci au final met en lumière le réel pouvoir du Président comme pion de l’échiquier.
L’Amérique a longtemps servi de modèle et d’exemple pour nous Européens, vision parfaitement entretenue par des médias dont on connaît la dépendance.
Cela a permis ainsi de passer sous silence ce qu’a été et est le pouvoir américain, le vrai pouvoir car le pouvoir élu n’est qu’une façade dans un système qui n’a plus rien de démocratique puisque les institutions, les dirigeants sont de fait contrôlés par ce pouvoir occulte qui ne fait aucun cas de sa propre population. Une poignée, en fait, impose à l’Amérique et finalement au monde, sa dictature sous fond d’hypocrisie. Tout dans le système américain est d’ailleurs hypocrisie puisque les puissances d’argent nomment leur candidat et le font régulariser par une population qui le plus souvent ignore tout des mécanismes.
Trump représentait un espoir de rupture tout comme Kennedy dans un autre registre mais la constatation s’impose : le président est un instrument, lorsqu’il ne sert plus ou tente de résister à l’ordre, alors on l’abat ou on cherche à le détruire comme Trump.Ce dernier avait soulevé le problème et entraîné derrière lui l’Amérique basique, celle des pionniers, du peuple et du petit peuple lassé des gouvernements précédants, dont ceux de la famille Bush, des Carter et des Clinton qui ont fait dégringoler l’Amérique et mis le feu partout dans le monde. Mais on l’avait vu avec la campagne organisée par Nixon qui avait défié la machine militaro industrielle en se retirant du Vietnam et en ouvrant une porte vers la Chine. Tout ceci n’entrait pas dans les plans de ceux qui ont fait fortune avec la peau des soldats US, on le piégea habilement et les médias firent le reste.
Nous avons une fausse idée de l’Amérique, brouillée aussi par les épisodes des guerres du vingtième siècle, beaucoup estiment que nous leur devons la liberté, c’est en partie vrai et faux à la fois car sans l’incroyable mise en scène de « Fortitude » qui immobilisa la force mécanique dans le Pas de Calais, sans la percée sur un front large des armées russes (nous préférons russes plutôt que soviétiques parce qu’en fait c’est le peuple russe dans son ensemble et aussi avec ses croyances qui a fait la victoire). Sans ces deux instruments et sans le sang des Français civils ou combattants, engagés partout ou sous les bombes, jamais les Alliés n’auraient pu se maintenir en Normandie, choix au demeurant médiocre puisque les Armées alliées allaient se trouver enlisées plus de deux mois dans une bande littorale, face souvent à des troupes de second ordre mais disciplinées et combatives. Même l’attentat contre Hitler, la conjuration des militaires de haut rang réunis dans la Schwarze Kapelle, ne put entamer une armée inférieurement armée mais déterminée. Si Hitler n’avait pas donné dans le piège de « Fortitude » et fait intervenir immédiatement ses réserves blindées du Pas de Calais, les Alliés auraient subi une désastre équivalent à Dunkerque ou à Dieppe malgré les moyens mis en oeuvre. Mais puisqu’il est de bon ton de nous flageller en oubliant les sacrifices, l’Armée des Ombres transformée en maquis, aidée par des commandos a réussi à ralentir et à fixer les renforts allemands. Pas un secteur de Bretagne n’échappe aux conséquences d’un soulèvement et au témoignage des sacrifices de ces résistants mal armés, peu entraînés, parfois pieds nus qui ont attaqué les colonnes allemandes et guidés les soldats de l’Armée Patton à travers le pays breton. Sans cet immense deuxième front, sans les Russes et sans la duperie du plan Fortitude, le débarquement n’aurait réussi mais puisqu’on évoque les Américains, ils n’ont pas été économes de leurs propres troupes car la face cachée de la Schwarze Kapelle, ce complot allant de Rommel à Von Kluge, les deux chefs à l’Ouest et touchant toute l’Armée Allemande jusqu’à la SS, nous montre que les Américains n’ont pas cherché, ni voulu discuter d’un possible cessez le feu et d’un retournement de situation à l’Ouest et par extension en France, c’est à dire un complot qui aurait éliminé Hitler dès juillet 1944. Ils n’ont pas aidé les conspirateurs parce que le plan réel était la conquête de l’Allemagne, l’élimination des chefs, pas un armistice qui aurait évité des milliers de pertes de soldats mais aussi de civils, de juin 1944 à mai 1945. Roosevelt ne voulait pas d’une paix parce que le lobby d’armement ne le voulait pas, c’est en quelque sorte ce qui s’est passé avec le Japon où on apprend que l’Empereur en personne voulait mettre fin à la guerre bien avant l’effondrement des Armées et bien entendu avant Nagasaki et Hiroshima.
Nous avons donc la vision des Américains en libérateurs mais nous avons fait l’impasse sur les morts civils et les destructions souvent inutiles comme Caen nivelée par Montgomery parce qu’il n’avait pas pu atteindre ses objectifs, la ville étant en soi un objectif inutile.Il est vrai qu’on ne peut balayer le souvenir de ces soldats qui sont tombés et c’est justice mais n’oublions pas ces soldats et civils russes à l’Est. Or nous ne les associons pas à la victoire que nous fêtons chaque année parce que nous ne voyons que par la seule Amérique, ce qui est un déni de réalité lorsqu’on sait les pertes des autres alliés du front de l’Ouest ou du Sud, d’Italie et de la campagne allant jusqu’à la victoire. Nous oublions nos propres sacrifices pour ne retenir que ceux d’un pays qui ne fut pas toujours l’Ami dont on se glorifie.
En fait l’Amérique maçonne, oublia très vite notre aide à l’indépendance en nous faisant une guerre maritime qui ne cessa qu’avec une transaction douteuse portant sur une partie du territoire de l’Amérique d’aujourd’hui. Qui fit la bonne affaire? Pas Napoléon et pas la France assurément. Plus tard dans ce dernier grand conflit les donneurs d’ordres américains firent tout pour nous évincer de nos territoires extérieurs. En Asie, où une mission américaine formait le Vietminh contre nous jusqu’au moment où le responsable américain, le lieutenant-colonel Dewey de l’OSS fut assassiné par ce même Vietminh. L’aide américaine ensuite cessa mais il fallu la guerre de Corée pour que les Américains nous apportent de l’aide matérielle, limitée d’ailleurs et où on laissa faire le désastre de Dien Bien Phu parce que déjà les donneurs d’ordre US voyaient l’occasion de prendre notre place.Ne parlons pas du Maghreb et des armes « abandonnées » qui servirent ensuite contre nous, dès les massacres de Sétif. Là encore on a voulu occulter le rôle de l’OSS.
Nous n’avons finalement pas d’amis dans ce qui conduit l’Amérique, le monde n’en a pas d’avantage. Ces gens sont prêts à tout même au sacrifice de millions d’Américains pour une bonne guerre planétaire.Ne doutons pas que si un conflit se produisait l’Europe serait ravagée une fois de plus mais que cette fois l’Amérique n’échapperait pas, mais de ça, des pertes dans la population d’Amérique, les racailles qui tirent les ficelles s’en moquent. Ils ont sacrifié des soldats dans leurs guerres en les faisant durer comme au Vietnam où le Viet rapportait un million de dollars, combien rapportent un migrant qui est envoyé sur l’Europe pour les Soros et autres crapules? Le problème reste le même et derrière les sanctions contre la Russie, derrière l’ »Affaire de l’ingérence indémontrable de la Russie » dans l’élection américaine, il y a la volonté de faire une nouvelle guerre qui rapportera car ces gens n’en ont jamais assez.Ils n’ont pas de Dieu, d’âme, que de vils intérêts.
L’image de l’Amérique s’est donc ternie et ce ne sont pas les citoyens de base qui en sont responsables mais un système vicié, des politicards véreux et des dingues comme Mac Cain. L’Amérique n’est plus une référence et au moins cela déchire un voile de camouflage mais une chose paraît acquise, nous paierons très cher notre alignement imposé par nos gouvernants.L’Amérique elle-même paiera le prix!
Hipostra
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message et le qatar disparut ...

le Lun 14 Aoû - 14:58
Racket gazier de l’Oncle Sam, coûteux casse-tête pour ses vassaux

            

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/07/00_remolcadoresgaslicuado_30410-1728x800_c.jpg


Partager la publication "Racket gazier de l’Oncle Sam, coûteux casse-tête pour ses vassaux"

  • 83Facebook
  • 4[url=https://twitter.com/intent/tweet?source=webclient&original_referer=http://reseauinternational.net/racket-gazier-de-loncle-sam-couteux-casse-tete-pour-ses-vassaux/&text=Racket gazier de l%E2%80%99Oncle Sam%2C co%C3%BBteux casse-t%C3%AAte pour ses vassaux&url=http://reseauinternational.net/racket-gazier-de-loncle-sam-couteux-casse-tete-pour-ses-vassaux/&related=avic_sy&via=avic_sy]Twitter[/url]
  • Google+
  • Total : 87


Nous avons déjà évoqué les stratégies de racket sur les hydrocarbures adoptées par l’administration Trump, qui aimerait réinstaller les USA sur le siège du pilote de la politique internationale.
Afin d’étouffer les dures critiques contre l’ambition de Washington de s’assurer la domination énergétique, le Président Trump a annoncé dernièrement, lors de pourparlers entre dirigeants des pays situés entre les mers Baltique, Noire et Adriatique, que les USA ne tenteront jamais d’utiliser la livraison d’énergie pour imposer des politiques à d’autres pays. Il a ajouté que Washington ne cherche pas le monopole dans ce domaine.
Or, ces jours-ci personne ne croit plus ce genre de laïus aimables, surtout quand ils sortent de la Maison Blanche. Tous disent que décrire des plats de grande cuisine ne rend pas plus savoureux un plat insipide. Nous avons vu les USA lancer des interventions militaires les unes après les autres, en comptant pleinement sur l’idée que la raison du plus fort est toujours la meilleure.
Il est donc logique que le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a déclaré l’autre jour que les USA perçoivent le monde comme une sorte de ring de boxe, où il est possible que les relations bilatérales s’établissent sur la base du droit international, mais Washington pense que ça ne le concerne pas, que c’est pour les autres.
Pour perpétuer leur domination sur le monde, les USA ont toujours cherché à rester le seul pays à vouloir se développer économiquement, techniquement et scientifiquement, sans aucune ingérence. Pour servir leurs objectifs, deux guerres mondiales ont été provoquées, ainsi que de nombreuses révolutions et d’innombrables conflits armés, dans lesquels les éventuels concurrents des USA ont été renvoyés à l’âge de pierre.
C’est pourquoi il ne faut pas être surpris que Washington se tourne à présent vers le racket gazier pour tenter de soumettre encore le monde à sa volonté. Et battant son plein à présent, le spectacle force des États vassaux des USA (dont certains pays européens) à jouer un jeu entamé par d’autres.
Les exportations gazières des USA leurs servent de plus en plus à tirer profit du monde. Washington tente désespérément d’empêcher le développement du gazoduc Nord Stream sous la mer Baltique, entre Russie et Allemagne. Seulement, comme l’a expliqué Richard Sawaya, vice-président du Conseil national du commerce extérieur, les sanctions adoptées contre la Russie par la Maison Blanche, peuvent se retourner contre elle de manière spectaculaire.
Voulant chasser la Russie du marché, le régime US prie avec insistance l’Europe d’acheter son gaz de schiste ; cela pourrait créer de nouveaux jobs et améliorer sa piteuse situation financière.
Avec l’extension du gazoduc Nord Stream, apparaissent de nombreuses opportunités de partenariat eurasien à grande échelle, la Chine étant l’un des participants clés. Mais les stratèges washingtoniens disent que tout cela est un complot contre les USA, car le gazoduc Nord Stream 2 renforcera le lien entre Russie et UE, et donnera à ces deux entités plus de force pour s’entendre.
Mais Washington tente toujours d’obliger l’Allemagne à acheter son gaz naturel liquéfié (GNL), comme cela a été constaté lors d’une interview accordée à Der Spiegel par Kirsten Westphal, conseiller d’État de Berlin sur la sécurité et la politique étrangère.
Dans le but de devenir exportateur majeur de GNL, à l’égal du Qatar et de l’Australie, les USA ont favorisé la construction de nouveaux ports pour terminaux gaziers, ainsi que l’introduction de nouvelles capacités de production gazière répondant au principe « fore fiston, fore ! ». Seulement, pour atteindre cet objectif, la Maison Blanche sera contrainte d’annuler toutes les restrictions environnementales.
Sous la pression politique de la Maison Blanche, Varsovie et Washington discutent de la possibilité de conclure un contrat de livraison gazière de longue durée pour la Pologne. Or, en réalité, cela ne fera que grossir le poids des dépenses de Varsovie, car après livraison en Pologne, le seuil de rentabilité du gaz US se monte à 266 dollars par millier de mètres cubes, tandis que pour le même volume, le prix du gaz russe dépasse rarement 213 dollars.
Suivant l’exemple polonais, à cause de la pression politique considérable qu’elle subit, la Lituanie commence à importer du GNL des USA, bien que sa population payera plus cher que les Polonais le gaz d’outre-mer. D’après Energypriceindex, pour la population polonaise, le prix moyen de mille mètres cubes de gaz se monte à 466 euros, tandis qu’en Lituanie, la même quantité de gaz coûte 610 euros. Pour la Lituanie, la livraison de gaz par gazoduc est moins chère que le GNL d’au moins 100 à 150 euros par millier de mètres cubes. Néanmoins, Lietuvos Dujų Tiekimas a déjà signé et prépayé un accord de livraison de GNL avec les USA. Aux dires de divers délégués de la compagnie, les premières livraisons sont attendues pour août, et le prix reste secret.
Chose singulière, ce n’est pas la première fois que les USA tentent de fourguer leur GNL à la Lituanie. Début 2015, une autre compagnie, Lietuvos Energija, avait conclu avec les USA un accord préliminaire sur la fourniture de GNL. Or, un an après, Dalius Misyunas, patron de Lietuvos Energija, a ébruité que le gaz US ne répondait pas à leurs exigences de qualité.
Lors d’une interview avec la radio Baltkom, Aivar Lembergs, un politicien et homme d’affaires letton renommé, s’est dit convaincu que Trump veut obliger la Lettonie d’accepter de coûteuses livraisons de gaz de schiste. Il a précisé que le principal problème est le rapport entre le coût et le rendement du gaz de schiste US, tout en ajoutant que si nous prenons en compte tous les coûts, transport, stockage, construction du terminal gazier, il est possible que le prix de la livraison de la tonne de gaz augmente encore de 100 euros.
Dans ces conditions, comment les analystes devraient-ils traiter les « aimables » assurances de Trump, selon qui les USA ne tenteront jamais de se servir des livraisons d’énergie pour imposer des politiques à d’autres pays ?
NEO, Grete Mautner
Grete Mautner est allemande, chercheuse indépendante et journaliste, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.
Original : journal-neo.org/2017/07/16/us-hydrocarbon-racketeering-turns-into-an-expensive-headache-for-washingtons-allies/
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message Un agent de la CIA lance une alerte au sujet de l’état profond et le gouvernement de l’ombre

le Lun 18 Sep - 13:52
Un agent de la CIA lance une alerte au sujet de l’état profond et le gouvernement de l’ombre
             




Par Aaron Kesel
Un lanceur d’alerte de la CIA, Kevin Shipp, est sorti de sa tanière pour dénoncer l’état profond et le gouvernement de l’ombre qu’il considère comme deux entités entièrement distinctes.
« Le gouvernement de l’ombre contrôle l’état profond et manipule notre gouvernement élu dans les coulisses », a déclaré Shipp lors d’une récente conférence à Geoengineeringwatch.org .
Shipp avait une série de diapositives expliquant comment fonctionnent l’état profond et le gouvernement de l’ombre ainsi que les crimes horribles qu’ils commettent contre les citoyens américains.
Certaines des révélations de l’ancien agent du renseignement de l’anti-terrorisme de la CIA montrent que « Google Earth a été créé par l’Agence nationale de renseignement Geospatial et InQtel ». C’est en effet exact, la CIA et la NGA sont propriétaires de la société acquise par Google, Keyhole Inc, qui a payé une somme non divulguée pour que l’entreprise transforme sa technologie en ce que nous connaissons aujourd’hui comme Google Earth. Un autre curieux investisseur de Keyhole Inc. n’était autre que l’entreprise de capital risque In-Q-Tel dirigée par la CIA selon un communiqué de presse de l’époque.

Shipp a également révélé que l’agence appelée Joint Special Ops Command (JSOC) est l’«armée secrète du président» qu’il peut utiliser pour des assassinats secrets, renverser les gouvernements et des choses dont les Américains ne connaissent rien.
Les perquisitions sans mandat du FBI violent le quatrième amendement, avec l’usage des lettres de sécurité nationale, dont Shipp dit qu’elles leur permettent d’aller au bureau de votre employeur et de demander tous vos dossiers financiers et, s’il dit quoi que ce soit à propos de leur présence, ils peuvent le mettre en prison ou se dessaisir eux-mêmes de l’affaire en utilisant la «loi Privilege secrète d’État».
« Au sommet du gouvernement de l’ombre, il y a l’Agence de sécurité nationale et l’Agence centrale de renseignement », a déclaré Shipp.
Shipp affirme que la CIA a été créée par le biais du Council on Foreign relations (CFR) sans approbation du Congrès, et historiquement, le CFR est également lié aux médias grand public traditionnels (MSM : mainstream media). Il a précisé que la CIA était le «nœud central» du gouvernement de l’ombre et contrôlait toutes les autres 16 agences de renseignement en dépit de l’existence du DNI. L’agence contrôle également les entreprises privées de sous-traitance en matière de défense et de renseignement ; elle peut manipuler le président et les décisions politiques, a le pouvoir de déclencher les guerres, de torturer, initier des coups d’état et commettre des attentats sous fausse bannière.
Comme l’a déclaré Shipp, la CIA a été créée par l’entremise du président Harry Truman avec la signature de la loi de 1947 sur la sécurité nationale.
Selon Shipp, l’état profond est composé du complexe industriel militaire (MIC), des entreprises sous-traitantes privées de l’intelligence et de la défense, des lobbyistes du MIC, de Wall Street (comptes offshore), de la Réserve fédérale, du FMI / Banque mondiale, du Trésor, des lobbyistes étrangers et des banques centrales.
Dans la présentation stupéfiante et explosive, Shipp a ajouté que «plus de 10 000 sites secrets aux États-Unis» se sont formés après le 11 septembre. Il y a «1 291 agences gouvernementales secrètes, 1 931 grandes entreprises privées et plus de 4 800 000 Américains dont il sait qu’ils ont une habilitation de confidentialité et 854 000 personnes qui ont obtenu l’habilitation Top Secret, expliquant qu’ils ont signé et lié leurs vies par un accord.
Il a également précisé comment le Congrès appartient au Complexe militaro-industriel par l’entremise du Comité des services armés du Congrès (48 membres éminents du Congrès) qui donnent à ces membres de l’argent en échange d’un vote sur le projet de loi sur les dépenses pour le budget militaire et du renseignement.
Il a même abordé ce qu’il a appelé le «complexe industriel de l’intelligence secrète», qu’il a appelé le centre du gouvernement de l’ombre, qui comprend la CIA, la NSA, la NRO et la NGA.
Shipp a ajouté que, autour du «complexe industriel de l’intelligence secrète», il y a le grand conglomérat des entreprises privées de sous-traitance du renseignement – Leidos Holdings, CSRA, CACI, SAIC et Booz Allen Hamilton. Il a noté que le travail qu’ils font est « top secret et n’est pas diffusé ».
Le lanceur d’alerte a fait remarquer que ces entreprises privées de renseignement ne rendent compte à personne, y compris au Congrès, faisant écho aux paroles du sénateur Daniel Inouye quand il avait lui-même lancé une alerte sur le gouvernement de l’ombre pendant les auditions Iran-Contra en 1987.
A cette époque, Inouye avait dit que le «gouvernement de l’ombre avait son propre mécanisme de financement, une marine de l’ombre et une force aérienne de la liberté pour poursuivre ses propres objectifs, libres de tout contrôle et de tout contrepoids, et affranchies de la loi elle-même».


Shipp a ajouté que le gouvernement de l’ombre et le gouvernement élu étaient en plein milieu d’une guerre froide visible.
Alors, qui est Shipp et est-il crédible en tant que lanceur d’alerte, a-t-il des références vis-à-vis de la CIA? Aim.org écrit :
Shipp a occupé plusieurs postes de haut niveau dans la CIA. Il a été affecté en tant qu’agent de protection pour le directeur de l’Intelligence centrale, enquêteur de contre-espionnage, agent du Centre de lutte contre le terrorisme, chef d’équipe pour protéger les actifs sensibles de la CIA, chargé de la gestion d’opérations de protection à haut risque, instructeur principal pour les membres de gouvernements alliés, enquêteur dans l’équipe de sécurité intérieure et examinateur polygraphique. Il a été chargé de protéger la CIA de la pénétration d’agents étrangers et a été le chef de la formation de la force de police fédérale de la CIA. M. Shipp a travaillé comme directeur de programme pour le Département d’État pour la sécurité diplomatique, et le programme mondial de formation de la police pour l’assistance à la lutte contre le terrorisme. Il est bénéficiaire de deux ‘CIA Meritorious Unit Citations’, de trois ‘Exceptional Performance Awards’ et d’une médaille pour les opérations secrètes à l’étranger. Il est l’auteur de From the Company of Shadows-CIA Operations and the War on Terrorism .
Shipp a noté qu’il travaillait avec l’ancien lanceur d’alerte de la NSA, William Binney, mais n’a pas spécifié sur quoi ils travaillaient ensemble. Shipp est très crédible et pourrait même être le plus haut niveau des lanceurs d’alerte. Ces fuites sont énormes. Il avait été précédemment mentionné par le New York Times pour avoir lancé une alerte sur le mauvais traitement dont lui et sa famille avait fait l’objet lorsqu’ils avaient été mis dans une maison contaminée. Il est également mentionné dans un câble WikiLeaks lors de la sortie des Gi Files (Global Intelligence Files) que j’ai pu creuser. Est-ce le début de quelque chose où les lanceurs d’alerte tentent de mettre fin au gouvernement de l’ombre et à l’état profond ? Vous pouvez regarder la présentation explosive complète de Shipp ci-dessous.


En savoir plus sur http://reseauinternational.net/un-agent-de-la-cia-lance-une-alerte-au-sujet-de-letat-profond-et-le-gouvernement-de-lombre/#uTRoZhdT07dDyR2Z.99
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message l’enjeu économique des terres rares

le Mar 17 Oct - 12:21
Chine : l’enjeu économique des terres rares derrière la fin des véhicules à essence
             




C’est le pétrole de la Chine. Rassemblant des métaux aux propriétés magnétiques, thermiques, optiques et catalytiques difficilement substituables, les terres rares sont aujourd’hui indispensables à la fabrication des produits de haute technologie. L’absolu monopole de la Chine sur l’extraction mondiale des terres rares est dès lors un enjeu géopolitique majeur. La fin récemment annoncée par Pékin des véhicules à essence et le basculement vers les voitures électriques risquent potentiellement d’accroître la dépendance des économies occidentales à l’égard de la Chine.

Naissance d’un monopole

Néodyme, samarium, europium… les terres rares constituent un ensemble de 17 métaux dans la classification périodique des éléments de Mendeleïev. On les retrouve dans les puces de smartphones, les écrans plasma, les lampes LED, les batteries des véhicules électriques, les moteurs d’éoliennes ou encore les panneaux photovoltaïques. L’industrie de la défense y recourt, elle aussi, pour la fabrication des systèmes de guidage des missiles et des radars.
Ces métaux sont abondants dans l’écorce terrestre, mais très dispersés géographiquement et géologiquement. Leur faible niveau de concentration implique l’utilisation de techniques de séparations coûteuses et souvent très polluantes. La Chine concentre entre 40 et 50 % des réserves mondiales exploitables, loin devant le Brésil, les États-Unis, l’Inde et l’Australie. Il existe toutefois de grandes incertitudes quant à l’estimation des réserves disponibles, car il s’agit de ressources stratégiques autour desquelles les États entretiennent une certaine opacité.
C’est en 1927 que les Chinois découvrent les immenses gisements de Bayan Obo en Mongolie Intérieure. Ces gisements connaissent un début d’exploitation industrielle dans les années 80. Le chimiste Xu Guangxian, père de la bombe atomique chinoise, propose alors au président Deng Xiaoping de faire des terres rares un outil de conquête industrielle.
A partir de 1992, la Chine dépasse les États-Unis comme premier producteur mondial. Pékin casse volontairement les prix pour asphyxier toute concurrence étrangère. Mais cette politique de dumping a un prix : une catastrophe écologique. Molycorp, le géant américain des terres rares, est alors à l’agonie. En 2002, l’immense mine californienne de Mountain Pass doit être fermée.
Au début des années 2000, la Chine monopolise 95 % de la production des terres rares dans le monde. L’Europe et les États-Unis incapable de penser le « temps long » baissent la garde.

Une réaction tardive

A partir de 2004, la Chine impose des quotas et des taxes sur l’exportation de terres rares. Pékin entend alors officiellement protéger ses ressources de la déplétion et contenir les atteintes environnementales. De manière plus prosaïque, il s’agit également de soutenir le cours de ces minerais. La réaction occidentale n’est pas immédiate car, à la différence du pétrole, le marché des terres rares n’a qu’un très faible poids économique. Le réveil n’en sera alors que plus brutal.
En 2010, suite à un différend territorial en mer de Chine, Pékin réduit progressivement les exportations de terres rares à destination du Japon, tout en niant un embargo formel. La crise n’aura finalement duré que quelques mois, mais c’est un électrochoc. On réalise soudain la portée géostratégique du monopole chinois.
Profitant de la flambée des cours, les principaux sites de production hors de Chine sont réactivés notamment Mountain Pass en Californie et Mount Weld en Australie. En 2012, une plainte contre les quotas d’exportation est déposée devant l’OMC par les États-Unis, le Japon et l’Union Européenne. Trois ans plus tard, la Chine est contrainte de mettre fin aux quotas. Ils sont remplacés par un système similaire de licences d’exportation. A ce jour, la Chine concentre toujours plus de 80 % de la production mondiale.

Le carburant de la révolution verte

*Source : BRGM.
Ces métaux stratégiques sont plus que jamais un enjeu économique structurant du XXIème siècle. A la dépendance aux énergies fossiles risque de se substituer une dépendance aux terres rares. En 1992, Deng Xiaoping prophétisait déjà : « Il y a le pétrole en Arabie Saoudite, il y a les terres rares en Chine. » Il en faut entre 2 et 7 kilogrammes pour fabriquer les aimants permanents et les batteries des véhicules électriques. Plus d’une tonne est nécessaire pour les moteurs des éoliennes offshore*.
C’est à l’aune de cette maîtrise des terres rares qu’il faut analyser l’annonce du gouvernement chinois de proscrire les moteurs à essence et de basculer au tout électrique d’ici à une vingtaine d’années. Une fois encore, la Chine démontre sa capacité à penser « temps long ». Mais ce changement de paradigme reste à préciser. La fabrication des batteries, leur recyclage, l’exploitation soutenable des terres rares ou encore la nature de la production électrique soulèvent encore de nombreux points d’interrogation.
En substituant les terres rares au pétrole, on risque finalement de passer d’une logique extractive à l’autre. Peut-on encore se permettre de creuser des mines toujours plus profondes à la recherche de minerais aux teneurs métalliques toujours plus faibles ? Le coût économique et énergétique de ce modèle questionne sa soutenabilité.

Inventer une économie circulaire

La difficulté d’une démarche durable réside dans la capacité à découpler la croissance économique de la consommation de ressources naturelles. Cela passe par le dépassement de l’économie linéaire fondée sur l’extraction, la production, la consommation et la destruction finale. Il convient d’inventer une économie circulaire valorisant les longues durées d’usage et les boucles vertueuses de recyclage.
Or le paradigme technologique dominant est à l’antithèse de ce modèle durable. Le véhicule autonome, constamment célébré, est ainsi l’archétype de ce modèle linéaire et « extractiviste ». Il requiert des quantités massives de matières premières pour alimenter les technologies qui le soutiennent. Le futur de la mobilité automobile doit à l’inverse reposer sur des véhicules moins énergivores, donc plus légers, plus simples et circulants à faible vitesse.
*Lire Benoit Vermander.
La Chine hésite encore entre l’industrialisme brun ou l’économie verte*. Le premier correspond à un paradigme néolibéral impliquant le maintien d’un contrôle social strict. A l’opposé, le second invite à reconnaître les ravages écologiques et les inégalités sociales pour inventer une société ouverte, participative et durable.
Bertrand Hartemann
Directeur marketing basé à Pékin, spécialiste du management de l’innovation, Bertrand Hartemann se passionne pour les nouveaux modèles économiques induits par la disruption numérique. Diplômé de la Sorbonne et du CNAM en droit, finances et économie, il a plus de dix ans d’expérience professionnelle partagée entre la France et la Chine.
En savoir plus sur http://reseauinternational.net/chine-lenjeu-economique-des-terres-rares-derriere-la-fin-des-vehicules-a-essence/#O4JrYebhGuHm0vCM.99
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message fou en corée echec

le Mer 1 Nov - 21:20
[size=32]Les États-Unis envoient leurs navires et avions de guerre aux portes de la Corée du Nord 
[size=32]01 novembre 2017 -[/size][/size]




Le secrétaire de la Défense James Mattis a encore averti la Corée du Nord que l’armée américaine était prête à anéantir le pays de 25 millions d’habitants à moins qu’il abandonne son arsenal nucléaire. La menace, appuyée de la croissance d’une présence militaire américaine sans précédent en Asie du Nord-Est, place cette région et le monde au bord d’une guerre catastrophique.
«Je n’arrive pas à imaginer une condition où les États-Unis accepteraient la Corée du Nord en tant que puissance nucléaire», a-t-il dit à des journalistes à Séoul samedi. «Détrompez-vous, toute attaque contre les États-Unis ou ses alliés sera vaincue, et tout usage d’armes nucléaires par le Nord sera contré par une réponse militaire massive qui sera efficace et écrasante.»
Le caractère des plans de guerre américains est offensif, et non pas défensif. En réponse à une question concernant une attaque américaine préventive contre la Corée du Nord afin d’empêcher une attaque possible contre Séoul, Mattis a confirmé, «oui, nous avons ces options». Sous l’OPLAN 5015, les forces des États-Unis et la Corée du Sud sont prêtes pour des frappes offensives massives contre l’infrastructure nucléaire, militaire et industrielle de la Corée du Nord, ainsi que des «raids de décapitation» par des forces spéciales pour assassiner ses dirigeants principaux.
Même si Mattis a souligné que «notre but n’est pas la guerre», le président américain Trump a dans les faits exclu toute autre option, à part la capitulation totale de la Corée du Nord aux demandes de Washington. Trump a réprimandé le secrétaire d’État Rex Tillerson plus tôt ce mois-ci pour lui avoir fait «perdre son temps» en tentant d’évaluer la possibilité de liens diplomatiques avec la Corée du Nord.
Trump est sur le point de commencer son voyage officiel en Asie cette semaine, qui comprendra une visite au Japon, en Corée du Sud et en Chine. Après avoir menacé devant l’ONU de «complètement anéantir» la Corée du Nord, il utilisera sans doute cette menace incendiaire pour menacer non seulement Pyongyang, mais la région tout entière, particulièrement la Chine que les États-Unis considèrent comme l’obstacle principal à leur hégémonie mondiale.
Ce voyage prendra place dans le contexte d’une démonstration de force massive de l’armée américaine près de la péninsule coréenne, incluant:
* Trois porte-avions nucléaires – l’USS Ronald Reagan, l’USS Nimitz et l’USS Theodore Roosevelt – qui se préparent pour des exercices conjoints avec leur groupe d’assaut. Chaque porte-avions est accompagné de six à dix navires de guerre, incluant des croiseurs, des contre-torpilleurs et des sous-marins nucléaires, et a une escadre aérienne de dizaines de chasseurs et d’autres aéronefs militaires.
* L’USS Michigan, un sous-marin nucléaire armé de plus de 150 missiles Tomahawk, qui s’est amarré en Corée de Sud le 17 octobre en préparation à des exercices conjoints avec l’USS Reagan. Le sous-marin transporte également des Navy SEAL. On aurait rapporté, d’après une escale en avril, qu’il avait aussi à son bord la fameuse SEAL Team Six, responsable d’avoir assassiné Oussama ben Laden.
* Toutes les bases militaires de la région, particulièrement en Corée du Sud, le Japon, Guam et l’Australie sont sans aucun doute dans un état d’alerte élevé. Le Pentagone a 28.500 employés militaires en Corée du Sud, près de 54.000 au Japon et environ 4,000 à Guam, en plus d’une flotte importante de navires et d’avions de combat. L’Australie joue dans les faits le rôle de base arrière pour les Marines, navires et avions américains, et abrite également des bases importantes de communications et d’espionnage. Deux frégates australiennes doivent arriver en Corée du Sud cette semaine pour des exercices conjoints.
* Le Pentagone se prépare à déployer, pour la première fois, un escadron d’avions de combat F-35A et 300 personnes vers la base américaine japonaise sur l’île d’Okinawa. La cinquième génération avancée de chasseurs furtifs pourrait très bien être utilisée dans une première vague pour détruire les défenses aériennes de la Corée du Nord et ouvrir la voie à un assaut aérien massif.
* L’Air Force américaine effectue une provocation militaire après l’autre avec des vols de bombardiers stratégiques B-52 et B1-B près de la Corée du Nord. Dimanche, le Commandement stratégique américain, responsable de l’arsenal nucléaire, rapportait qu’il avait envoyé un bombardier furtif B-2 des États-Unis jusqu’au Pacifique pour «familiariser l’équipe aérienne» et assurer «un degré élevé de préparation et d’efficacité». Contrairement au B1-B, le B-2 tout récent est capable de larguer des bombes nucléaires.
Ce vol clarifie les commentaires obscurs du vice-président américain Mike Pence pendant une visite vendredi dernier à la base aérienne de Minot en Dakota du Nord, qui abrite 26 B-52 capables d’attaques nucléaires et 150 sites de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM). Faisant référence à la Corée du Nord, Pence a déclaré: «Maintenant plus que jamais, votre commandant en chef (Trump) s’attend à ce que vous soyez prêts. Restez alertes, concentrez-vous sur votre mission.»
L’administration Trump se prépare à une guerre non seulement avec des armes conventionnelles, mais avec des bombes nucléaires dirigées contre la Corée du Nord et d’autres puissances telles que la Chine et la Russie qui pourraient rejoindre le conflit. La semaine dernière, l’Air Force a annoncé qu’elle se préparait à remettre ses bombardiers nucléaires B-52 en état d’alerte 24 heures. En même temps, tel que le rapportait le Guardian dimanche, l’administration Trump prépare un nouvel Examen du dispositif nucléaire qui ouvrira la porte à une série de nouvelles armes nucléaires et modifiera la réglementation de leur usage.
La seule conclusion à laquelle le régime de la Corée du Nord peut arriver est que le pays fait face à la menace imminente d’une attaque militaire américaine, avec des armes conventionnelles ou nucléaires. NKNews basé en Corée du Sud rapportait cette fin de semaine que la Corée du Nord organisait des exercices d’évacuation de masse dans les villes le long de la côte est.
Le monde est peut-être plus prêt d’une guerre nucléaire que jamais auparavant. Pendant l’impasse nucléaire extrêmement tendue entre les États-Unis et la Russie lors de la crise des missiles cubaine de 1962, les dirigeants américains et russes ont tenté de prévenir un échange nucléaire qui aurait dévasté le monde.
Par contre, Trump poussé par les contradictions insurmontables du capitalisme américain et mondial, avance avec un degré sans précédent d’insouciance afin d’intentionnellement enflammer des zones de tension en Asie, ainsi qu’au Moyen-Orient et en Europe de l’Est. Embrouillé dans une crise de politique intérieure après l’autre, et faisant face à l’hostilité publique à son programme d’austérité et de guerre, Trump est propulsé vers le déclenchement d’une guerre afin de canaliser les immenses tensions sociales vers l’extérieur contre un ennemi étranger.
Ces mêmes tensions poussent les travailleurs et les jeunes aux États-Unis et à travers le monde dans la lutte pour défendre leurs conditions de vie, leurs droits démocratiques de base et prévenir un conflit qui plongerait le monde dans la barbarie. Ce mouvement doit trouver une expression consciente dans le programme de l’internationalisme socialiste pour lequel lutte le Comité international de la Quatrième Internationale, afin de mettre fin au système capitaliste en faillite qui engendre la guerre et la misère sociale.
Peter Symonds
source: https://www.wsws.org/fr/articles/2017/oct2017/usnk-o31.shtml
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message cavalier sur guam

le Mer 1 Nov - 21:25
De hauts responsables militaires américains ont fait part des exercices de bombardements par la Chine ciblant le territoire américain de Guam.
Les chasseurs de l’aviation chinoise effectuent des exercices de frappes aériennes ciblant l’ennemi sur l’île américaine de Guam, ce qui a poussé l’armée américaine à considérer la Chine comme la plus dangereuse menace potentielle dans le Pacifique.
« Au-delà de la construction militaire sur les îles artificielles de la mer de Chine méridionale, la Chine renforce sa flotte de chasseurs dans la mesure où elle mène une campagne agressive quotidienne contre l’espace aérien au-dessus de la mer de Chine orientale et au-delà », ont affirmé les responsables militaires américains dans la région.



La base américaine sur l’île de Guam. ©U.S. Air Force
La Chine a également pris d’autres mesures non militaires qui sont considérées comme des tentatives visant à rendre beaucoup plus difficiles les opérations américaines destinées à défendre leurs alliés à l’avenir.
« La Chine représente un défi à long terme dans la région. Quand nous regardons les capacités de la Chine, nous devons nous assurer que nous serons capables de respecter nos engagements envers nos alliés dans le Pacifique », a déclaré le général Joseph Dunford, chef d’état-major américain.
Au cours de l’année dernière, le Japon a effectué 900 sorties pour intercepter les chasseurs chinois dans la zone d’identification de la défense aérienne du Japon.
Les bombardiers chinois à long rayon d’action H-6K, équipés de missiles de croisière, examinent les zones de défense américaines aux alentours de l’île de Guam.
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message mouvements

le Mer 1 Nov - 21:37
Folie, malfaisance ou les deux, qu’est-ce qui anime le monde occidental ?

Comme les médias de la pressetituée n’ont aucun respect pour la vérité, il faut se demander si nous pouvons seulement croire les rubriques nécrologiques.
Pour ce que ça vaut, peut-être rien, la pressetituée raconte que trois groupes d’attaque aéronavale étasuniens sont au large de la Corée du Nord ou en route vers là-bas.
Pourquoi ? Pourquoi les faibles d’esprit de Washington imitent-ils la pratique britannique du 19ème siècle, d’envoyer des navires de guerre ? C’est puéril. La Chine a déjà fait savoir qu’elle ne permettra pas d’attaquer la Corée du Nord, sauf si la Corée le fait en premier. Les Russes ont aussi manifesté leur opposition. La Chine et la Russie ont à leur discrétion des missiles capables de pulvériser les trois groupes d’attaque aéronavale. Aussi, à quoi bon envoyer des navires obsolètes, comme les cuirassés ancrés à Pearl Harbor pour [appâter] les Japonais, si ce n’est pour les faire anéantir et se servir de cela comme excuse pour lancer la troisième guerre mondiale ?
Le polichinelle punk à la noix de Washington, le secrétaire général de l’OTAN Stoltenberg, a déclaré : « Nous reconnaissons que l’Europe est aussi à portée des missiles nord-coréens et que les États membres de l’OTAN sont déjà en danger. » Rappelez-vous, c’est le même bobard proféré au sujet de l’Europe à portée de missiles iraniens inexistants, servant de prétexte à l’installation de missiles étasuniens aux frontières de la Russie, tout comme la Corée du Nord est utilisée pour installer des missiles étasuniens aux frontières de la Chine.
Nous avons aussi l’information selon laquelle le vice-président Pence, en visite à la base de missiles nucléaires de Minot, a dit de manière imprudente et évaporée aux équipes affectées aux tirs de missiles :
Nous entrons dans une période très dangereuse, et je suis venu ici personnellement pour vous dire que vous pourriez recevoir un ordre de lancement dans un proche avenir. Je veux que vous sachiez que nous avons planifié toutes les éventualités, mais il est possible que les choses puissent se gâter au-delà de ce que nous avons prévu qu’il se passe. Si vous recevez un ordre de lancement au format correct, vous tirez. Ne perdez pas de temps à essayer de confirmer l’ordre, car ce n’est pas la procédure d’exploitation standard et ça ne fera que vous retarder. Si vous recevez un ordre de lancement, exécutez-le.


Cette déclaration irresponsable et inconsciente d’un vice-président étasunien, arrive au moment où les Russes célèbrent l’officier soviétique qui n’a pas cru l’alerte aux missiles nucléaires étasuniens entrants, et qui n’a pas lancé la procédure qui, à cause d’une erreur du système d’alarme soviétique, aurait entraîné l’Armageddon nucléaire.
Nous devrions être terrifiés par le fait que les dirigeants politiques étasuniens sont si insensibles à la chance d’avoir réchappé à de fausses alertes. Le faible d’esprit Pence est un danger pour l’humanité entière. Pence n’est pas un patriote qui nous protège, c’est un idiot qui devrait être révoqué pour son irresponsabilité absolue, avant qu’il ne nous tue tous.
Allez en ligne et lisez. Les fausses alarmes d’attaque nucléaire étaient monnaie courante pendant la guerre froide, mais Washington et Moscou étaient trop responsables pour y donner suite. Et nous avons à présent un vice-président borné qui veut y donner suite !
Les imbéciles washingtoniens ont donné l’ordre de mettre en alerte 24 heures sur 24 les bombardiers B-52 démodés. Pourquoi ? Aucun d’entre eux ne pourrait pénétrer la défense aérienne russe. Quel est le but de cet ordre absurde, sinon d’aggraver la méfiance entre puissances nucléaires. Quel crime est pire que d’aggraver la méfiance entre puissances nucléaires ? Pourquoi Washington est-il complètement accro au comportement criminel ? Qui est responsable ? Pourquoi ne sont-ils pas arrêtés pour mise en danger de l’humanité et de la vie sur la planète Terre ?
Le mépris de Washington pour les mises en gardes pressantes des Russes et des Chinois est la chose la plus extraordinaire que j’ai vécue dans ma vie.
Pourquoi Washington et ses vassaux n’entendent-ils pas quand des puissances capables de tous les détruire font clairement savoir qu’ils en ont assez de l’arrogance et de l’orgueil démesuré de Washington ?
Original : www.paulcraigroberts.org/2017/10/30/insanity-evil-western-world-grip/
avatar
ZIGHOUD15
V.I.P
V.I.P
Masculin
Nombre de messages : 153
Age : 50
Humeur : fou amoureux
Date d'inscription : 16/09/2015
Localisation : algerie

Sujet / Message course aux armements dans l'espace??

le Mer 1 Nov - 21:44


La Première Commission de l'Assemblée générale des Nations unies a approuvé la résolution sur la prévention d'une course aux armements dans l'espace.


Les USA, la France, le Royaume-Uni, Israël et l'Ukraine ont voté contre, informe le site de la chaîne Russia Today (RT). L'Assemblée générale compte lancer les pourparlers pour élaborer un document juridiquement contraignant sur la démilitarisation de l'espace. La résolution n'a pourtant aucune chance d'être adoptée au Conseil de sécurité des Nations unies, dont trois États membres permanents ont voté contre. Pourquoi Washington bloque-t-il les tentatives d'interdire le déploiement d'armes dans l'espace?

La Première Commission de l'Assemblée générale des Nations unies chargée des questions dedésarmement et de sécurité internationale a approuvé à la majorité le projet de résolution intitulé «Mesures pratiques pour prévenir une course aux armements dans l'espace».


Le document a été soutenu par les représentants de 121 États avec 45 abstentions (essentiellement des diplomates de pays européens). Les représentants des USA, de la France, du Royaume-Uni, d'Israël et de l'Ukraine se sont prononcés contre.

Les auteurs de la résolution appellent instamment à ouvrir immédiatement les négociations sur la mise au point d'un document juridiquement contraignant qui interdirait de déployer des armes dans l'espace.

La Première Commission a également approuvé plusieurs autres résolutions concernant la démilitarisation de l'espace. D'après l'information publiée sur le site de l'Onu, les documents ont été initiés par la Russie et les USA n'en ont approuvé aucun.

Le représentant de Washington s'est notamment opposé au projet de résolution interdisant «le déploiement en premier d'armes dans l'espace».

Des démarches irresponsables


La Russie a attiré l'attention de la commission sur l'importance de préserver l'espace extra-atmosphérique afin de pouvoir continuer à effectuer des recherches purement pacifiques. D'après Moscou, des mesures irresponsables ont été entreprises dans le secteur spatial par le passé, qui ont poussé le monde au seuil de la catastrophe, souligne le site de l'Onu.

Les représentants russes pensent qu'une campagne sans précédent a été lancée pour discréditer les tentatives de la communauté internationale de prévenir la course aux armements dans l'espace. A cet égard, les diplomates russes ont appelé les pays membres de l'Onu à empêcher l'hégémonie d'un seul État (sous-entendu les USA) dans l'espace extra-atmosphérique.

Comme l'a expliqué le représentant de la délégation américaine au sein de la Première Commission, les résolutions ne donnent pas de définition suffisamment claire des armes qui doivent tomber sous le coup de l'interdiction.

D'après Washington, les armements antisatellites terrestres (qui seraient à disposition de la Russie et de la Chine, comme sont persuadés les USA) ne correspondent pas aux «exigences de transparence et de confiance». C'est pourquoi il est nécessaire d'instaurer un régime d'inspection des systèmes antisatellites.

Le représentant américain au sein de la commission a déclaré que la résolution interdisant le «déploiement en premier d'armes dans l'espace» n'était pas dans l'intérêt des USA en matière de sécurité. Il a noté que Washington était prêt à évoquer au niveau des experts gouvernementaux les paramètres d'un éventuel accord avec Moscou et Pékin sur la démilitarisation de l'espace.

Des craintes réciproques

Les résultats du vote des représentants des USA, du Royaume-Uni et de la France à l'Assemblée générale des Nations unies indiquent que la résolution n'a aucune chance de passer au Conseil de sécurité, dont ces trois pays occidentaux sont membres permanents.

La Russie et la Chine ont exprimé plusieurs fois leurs préoccupations quant aux projets américains de conquête militaire de l'espace. Il est question d'un éventuel déploiement en orbite d'appareils capables de neutraliser des satellites, d'éliminer des missiles et des cibles terrestres.

La militarisation de l'espace est une composante de la mise en place de la défense antimissile globale des USA (ABM). Le Pentagone y travaille depuis 1983 dans le cadre du programme Initiative de défense stratégique (IDS), qui vise à mettre au point un système de défense antimissile avec des éléments installés dans l'espace.

Les USA comptaient développer une arme fonctionnant selon des «principes physiques différents». Avec la fin de la Guerre froide, l'IDS a été gelé mais le Pentagone n'a pas suspendu les travaux de développement sur la création d'armes spatiales.

Comme le rapportent les médias américains, Moscou et Pékin craignent particulièrement le laboratoire volant américain Boeing X-37, qui rappelle le vaisseau soviétique Bouran.

Selon les informations ouvertes, le Boeing X-37 peut transporter des cargaisons en orbite.

Le commandement américain ne dévoile pas les missions que remplit cet avion unique. Les experts russes supposent que le Boeing X-37 peut être utilisé pour le renseignement, par exemple pour inspecter les satellites et éventuellement les mettre hors service.

Les spécialistes militaires occidentaux sont persuadés que Moscou et Pékin ont considérablement avancé dans le développement d'armements antisatellites terrestres. Ils prétendent que la Russie teste le missile antisatellite PL-19 Noudol, et la Chine le missile extra-atmosphérique Dong Neng-3 (DN-3).

Selon les prévisions de l'Institut international d'études stratégiques (IISS), la course aux armements spatiaux continuera de prendre de l'ampleur. Les analystes annoncent que le nombre de satellites militaires sera supérieur à mille d'ici 2020. A l'heure actuelle, les USA disposent de 127 satellites différents contre 94 pour la Russie et 72 pour la Chine.

La bataille pour l'espace

L'expert militaire Iouri Knoutov souligne que de facto, le contrôle de l'espace extra-atmosphérique permet de suivre la situation dans toute région du monde, et que le déploiement d'armes en orbite offre la possibilité d'infliger des dégâts maximaux à un grand nombre de cibles dans les plus brefs délais.

«En réalité, les USA n'ont pas suspendu leurs travaux sur l'IDS et aujourd'hui nous voyons apparaître certains fruits de ce programme. Les Américains travaillent à la création d'un éventail de moyens, notamment d'armes cinétiques, laser et à faisceau dirigé pour éliminer rapidement des objectifs au sol et en orbite», précise Iouri Knoutov.

Il ajoute que les USA n'abandonneront pas leur position de leader dans le domaine de la conquête militaire de l'espace et refuseront de négocier sur la démilitarisation. Cependant, la Russie et la Chine disposent de ressources pour faire face au Pentagone — même si à l'heure actuelle les forces ne sont pas égales.

L'expert rappelle que le 23 juin 2017, le satellite russe unique surnommé Inspecteur s'est détaché de la plate-forme spatiale Cosmos-2519. Cet appareil extrêmement manœuvrable est capable d'inspecter d'autres satellites pour identifier leur vocation.

«Aujourd'hui Moscou et Pékin ont du retard sur les USA, mais si une vraie course aux armements démarrait, la Russie saurait tenir le coup au prix de certaines difficultés. Sur différentes élaborations techniques dans le secteur spatial, la Russie pourrait parfaitement dépasser les USA et la Chine. Mais, évidemment, notre pays cherche à éviter un tel scénario», note le spécialiste.

Iouri Knoutov pense que les USA cherchent à attirer la Russie dans une course aux armements. Selon lui, Moscou entreprend les bonnes démarches en soulevant le débat à l'Onu sur la nécessité de démilitariser l'espace.

«L'espace doit être pacifique. La destruction de satellites entraînerait de graves conséquences pour nous tous puisque beaucoup de choses dépendent d'eux. Tôt ou tard, les USA et leurs alliés apparaîtrons comme des pays agresseurs s'opposant à une conquête pacifique et conjointe de l'espace», conclut l'expert.

Source : https://fr.sputniknews.com
Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: cabale

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum