Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
153 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Economie turque

le Lun 13 Juin - 3:47
ECONOMIE - TURQUIE

La répartition des activités économiques comme les niveaux de vie opposent vigoureusement les deux moitiés du pays, que l'on pourrait délimiter par une diagonale Zonguldak-Gaziantep: l'Ouest industrialisé et urbanisé, avec des taux d'alphabétisation et de fécondité proches du niveau européen; l'Est rural, sous-industrialisé et pauvre, surtout au sud (zone de peuplement kurde).

Agriculture

La Turquie est d'abord une nation de paysans, classe sociale qui représentait 46,6 % de la population active. La modernisation de l'agriculture, engagée dans les années 1950 avec les débuts de la mécanisation en Thrace, en Anatolie centrale et dans la Cilicie, s'est traduite par le recul de la jachère et l'accentuation des spécialisations régionales. Elle reste entravée par l'exiguïté des exploitations (leur dimension moyenne ne dépassait pas 6?2 ha en 1980). Le «fonds commun» présent dans toutes les régions associe la culture pluviale des céréales et l'élevage de gros et de petit bétail (bovins, ovins, caprins). Pour une fraction non négligeable, l'élevage est toujours pratiqué par des groupes nomades (Turkmènes du Taurus occidental, Kurdes du Taurus oriental); ceux-ci hivernent dans les basses pentes ou les piémonts boisés et estivent sur les alpages d'altitude. Dès le milieu du XIXe siècle, les régions maritimes ont ajouté à ce fonds commun des cultures commerciales spécialisées: oliviers, figuiers, vignes (qui donnent notamment les raisins secs de Smyrne), plus tard coton, agrumes et cultures maraîchères sous serre le long de la frange méditerranéenne. Le tabac pousse dans les régions de l'Égée, de Marmara et dans les plaines deltaïques de la mer Noire. Quant aux noisetiers et aux théiers, ils sont cultivés le long du littoral pontique oriental. Les cultures commerciales sont davantage localisées dans l'intérieur: pavot autour d'Afyon (ville dont le nom signifie «opium»), roses à confiture dans le bassin d'Isparta, abricots de Malatya, betteraves à sucre dans les plaines d'altitude moyenne. Un projet hydraulique concernant l'Anatolie du Sud-Est doit permettre de développer de manière considérable la culture du coton sur les plateaux du Sud-Est.

Ressources minérales

La Turquie est faiblement dotée en combustibles minéraux. La production charbonnière du bassin houiller de Zonguldak-Eregli, le long de la mer Noire, plafonne autour de 5 millions de tonnes; elle est complétée par d'abondants gisements de lignite à faible pouvoir calorifique (45 millions de tonnes), destiné aux centrales thermiques. Pauvre en hydrocarbures, la Turquie, dont la production ne couvre qu'une infime partie de ses besoins (le gisement de Batman, dans le Sud-Est, ne fournit que 4,2 millions de tonnes), s'est dotée d'une capacité de raffinage de 35 millions de tonnes pour traiter le pétrole importé du Moyen-Orient. L'effort déjà ancien de mobilisation d'un important potentiel hydroélectrique, actuellement poursuivi avec le gigantesque projet d'aménagement des bassins de l'Euphrate et du Tigre, fait du pays le premier producteur d'électricité hydraulique du Moyen-Orient. Parmi les minerais métalliques, les seuls à présenter quelque importance économique sont le fer de Divriggi (Anatolie orientale) et de la région d'Izmir, la bauxite, l'antimoine et, surtout, le chrome du Taurus occidental et de la région de Van.

Industrie

Après les premières créations remontant à l'époque ottomane – industries légères (textile et agroalimentaire) dans les grandes villes occidentales –, le début de la période républicaine a vu un effort de redistribution de l'industrie à travers tout le territoire, soutenu par un secteur public important. Mais les résultats restent très imparfaits, surtout depuis que la politique de privatisations, engagée au cours des années 1980, a redonné le premier rôle au secteur privé: l'industrie, qui n'occupe encore que 20 % de la population active, reste concentrée dans les grandes agglomérations urbaines. Istanbul réunit à elle seule le quart des emplois industriels du pays. Le textile reste l'une des principales branches industrielles: filature et tissage du coton dans les villes de la Cilicie et de l'Égée, de la laine et de la soie à Bursa, du mohair (poil des chèvres Angora) à Ankara. Il faut y ajouter la confection à Istanbul et un artisanat du tapis toujours bien vivant. Des industries de base ont été développées: sidérurgie (Karabük, Iskenderun, Ereggli), chimie lourde, raffineries de pétrole, fabrication d'engrais et de matières plastiques.

Le tertiaire Développé plus vite que l'industrie, grâce à l'amélioration des communications et au renforcement de l'appareil administratif, le secteur tertiaire a suivi les progrès de l'urbanisation: le taux de population urbaine (25 % en 1950) avoisine désormais 60 %. Deux agglomérations se partagent les fonctions de commandement: la nouvelle capitale (Ankara) et l'ancienne (Istanbul).

Émigration et tourisme L'ouverture sur l'extérieur, dans les deux sens, est venue compléter les ressources endogènes. Depuis les années 1960, la Turquie a alimenté une forte émigration de main-d'œuvre vers l'Europe occidentale, principalement l'Allemagne, puis vers les pays pétroliers du Golfe. Cette diaspora, forte de près de 3 millions de personnes, apporte au pays des sommes d'argent non négligeables et un savoir-faire. Toutefois, elle tend à prendre de plus en plus d'autonomie par rapport à la mère patrie.

La Turquie dispose d'un fort potentiel touristique grâce à un climat agréable, à des sites naturels attractifs et à un patrimoine historique et archéologique unique et varié, symbolisé par Istanbul. Le tourisme s'est vigoureusement développé depuis les années 1960, à mesure de la saturation des pays méditerranéens situés plus à l'ouest. Les grandes régions touristiques sont celle d'Istanbul, la Cappadoce, les côtes de la mer Égée et de la Méditerranée. Le nombre de visiteurs – essentiellement allemands, britanniques, français et américains – a culminé en 1989 à 4,5 millions avant de connaître un léger recul consécutif à la guerre du Golfe et aux troubles politiques.



Quelques chiffres

Produit National Brut (PNB) : 671 milliards € (PPA)
Taux de croissance : 2003 : + 5,3%; 2004 : + 9,4%; 2005 : + 8,4%; 2006 : + 6,9%; 2007 : + 4,6%; 2008 : + 3,4%
La 15ème plus grande économie du monde
Principaux partenaires commerciaux : * Union Européenne : 46% (La Turquie est le 7e partenaire commercial de l’UE)
Russie : 10,9% * États-Unis: 4,4%
Exportations de la Turquie vers l’UE – 2007 : € 44,2 milliards
Importations de la Turquie en provenance de l’UE – 2007 :€ 50,2 milliards
Déficit commercial en faveur de l’UE – 2007 : € 6 milliards
La production industrielle : 30% du PNB (services : 60% ; agriculture : 10%)
Les produits industriels : 94,8% des exportations (habillement, automobile, textile, électronique, électroménager, acier, verre…)
Au niveau mondial, la Turquie est :
- le 1er producteur de noisette et fruits secs (figues, raisins, abricots)7
- le 6e producteur de ciment
- le 2e producteur de verre plat
- le 1er producteur de bore
- le 2e exportateur de bijoux
- le 6e exportateur d'habillement et aussi : la plus riche en biodiversité et le plus grand marché émergent
En Europe, la Turquie est :
- le 1er fabricant de téléviseurs
- 4e dans pièces détachées et automobile
- le 1er producteur d’engrais chimique
- le 3e producteur sidérurgique
- le 3e fabricant de céramique
- le 6e fabricant de réfrigérateur
- le 4e marché de télécoms
- le 3e fabricant de yacht, 8ede bateaux
Entrées nettes de capitaux étrangers : € 8 milliards en 2005 (+240%), € 16 milliards en 2006 (+87,5%), 16 milliards en 2007 (+9,8% en $)
En Turquie, 18.000 sociétés à capitaux étrangers opèrent, ⅓ des banques et ¼ des 500 plus grandes entreprises sont étrangères. Les investissements directs turcs dans 50 pays s’accroient sans cesse (€ 7 milliards en 2007). Taux de 20% pour l’impôt sur les sociétés (moyenne de l’OCDE)
Une société d’information en forte croissance : + de 35% d’augmentation par an pour la vente d’ordinateurs 22 compagnies turques / 500 compagnies NTIC les plus performantes
+ 65 millions d’abonnés de GSM
+ 19 millions d’utilisateurs Internet,
+ 30 chaînes de TV au niveau national, + 250 au niveau local
→ e-gouvernement en expansion
Privatisation : Privatisations valant €17,9 milliards au cours des 5 dernières années
Tourisme : 26 millions de touristes en 2008, Istanbul sera la Capitale européenne de la Culture en 2010.

Source :* www.turquieeuropeenne.eu

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum