Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Marché financiers et la démocratie Judéo - chrétienne

le Mar 15 Nov - 13:16
les marché financiers et démocratie judéo- chrétienne



Pourquoi les marché financiers imposent leur tempo ?

Ce sont donc les marché financiers qui auront fait tomber Silvio Berlusconi en Italie. Quel rapport entre la situation actuelle et les attaques contre le franc, dans les années 80, qui avaient déstabilisé la France ? La spéculation ! Des gens qui cherchent à gagner de l’argent sur le dos de la collectivité… Pourquoi ces marchés parviennent-ils à imposer leur dictature temporelle sur les nations et leurs dirigeants politiques ? Eléments de réponse avec l’économiste et philosophe Marc Guillaume, professeur à l’université de Paris Dauphine. Il a publié : «Jours de colère, l’esprit du capitalisme«, aux éditions Descartes.

http://bernardthomasson.com/2011/11/10/pourquoi-les-marche-financiers-imposent-leur-tempo/


Les marchés ont imposé l'Europe politique gouvernée par l'Allemagne

L'euro est bien un avatar du Deutsche Mark: dès que les choses vont mal, l'Allemagne reprend les commandes. La chronique de Christine Kerdellant.

Le paradoxe ne semblait pas gêner grand monde: il fallait sauver l'euro, pourtant il se portait comme un charme! Le cours de la monnaie unique s'établit, depuis un an, entre 1,36 et 1,42 dollar pour 1 euro, très loin de son plus bas niveau (0,82 en octobre 2000). L'accord "historique" conclu lors du dernier sommet européen l'a seulement fait grimper de quelques centimes à l'intérieur de cette fourchette. Tout se passe comme si, tant que la zone euro n'explose pas, notre monnaie continuait à inspirer confiance davantage que le dollar.
Au fond, l'euro inspire confiance comme hier le Deutsche Mark, et c'est logique: d'abord, parce que l'Europe, prise globalement, respecte ses équilibres extérieurs, notamment grâce aux 150 milliards d'excédents commerciaux allemands. Ensuite, parce que l'euro est bien un avatar du Deutsche Mark: dès que les choses vont mal, l'Allemagne reprend les commandes. On savait depuis l'origine qu'il y avait une tare congénitale, que l'Europe monétaire ne pouvait exister sans union politique: pour certains, un pas vient donc d'être fait vers le fédéralisme. Avec un des Etats "plus égal" que les autres.
Car l'Allemagne a obtenu à la fin du sommet exactement ce qu'elle réclamait, à savoir l'augmentation du fonds de solidarité à 1000 milliards d'euros, pas plus; la recapitalisation des banques; une décote de 50 % des créances grecques (elle demandait 60 % pour obtenir 50 %). Berlin exigeait aussi un regain d'orthodoxie budgétaire de la part des pays menacés par la spéculation. Berlusconi a donc été obligé de convoquer un conseil des ministres extraordinaire en plein sommet, et la France d'évoquer "à chaud" une augmentation de ses taux de TVA. La mise en scène du sommet et sa dramatisation ont permis de faire avaler la pilule aux citoyens.
L'Allemagne a aussi obtenu que la Banque centrale européenne reste indépendante, même si, sous la présidence de Jean-Claude Trichet, désormais remplacé par l'Italien germano- compatible Mario Draghi, celle-ci n'a pas toujours suivi à la lettre les voeux allemands. Nul ne l'obligera donc à faire de la cavalerie: ce sont les Chinois ou les Russes qui alimenteront le fonds de stabilisation. Un abandon de souveraineté en forme de bombe à retardement, mais qui, à court terme, permet à l'Allemagne de ménager son portefeuille.
Les Anglo-Saxons ont beau jeu de dénoncer cette mainmise de Berlin sur la zone euro. Pendant la préparation du sommet, The Economist expliquait déjà que le tandem "Merkozy" était une grosse BMW conduite par une Merkel en pantalon de cuir et flanquée d'un Sarkozy en side-car Peugeot. Mais que ce partenariat avait pour vertu de "masquer la puissance de l'Allemagne et la faiblesse de la France".
L'attelage, qui devrait parler d'une seule voix pendant le G20 de Cannes, sera-t-il suivi sur son idée de taxe mondiale contre la spéculation abusive? Formulera-t-on autre chose que des voeux pieux, en particulier sur ce qui devrait être une obsession générale: la croissance? Comment la relancer en prônant l'austérité? Les Etats-Unis, qui ont tout essayé - baisse des taux, plans de relance -, sont maintenant tentés d'imiter la Chine et son yuan sous-évalué, c'est-à-dire de laisser filer leur monnaie, pour stimuler la croissance via les exportations.
Autant dire que l'euro, flamboyant de santé, va le rester. Et qu'il risque d'être une fois encore le dindon de la farce. L'Allemagne a pourtant un point commun avec la France: 1 (seul) point... de croissance, prévu pour 2012. Du suicide à petit feu. La gouvernance allemande, si elle nous sauve, peut aussi nous faire mourir guéris.

http://www.lexpress.fr/actualite/economie/les-marches-ont-impose-l-europe-politique-gouvernee-par-l-allemagne_1046854.html


__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum