Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sujets similaires
    Sondage
    Derniers sujets
    » nouvelle grille de lecture du monde
    Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

    » Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
    Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

    » dépenses militaires mondiales
    Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

    » algerian barkhane la citadelle
    Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

    » cabale
    Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

    » Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
    Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

    » L'emir Abdelkader et le monde antique ....
    Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

    » Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
    Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

    » BRICS
    Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

    » LA MATRICE DU TERRORISME
    Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

    » La science du transhumanisme
    Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

    » la guerre de syrie
    Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

    » la chine nouveau joueur en afrique
    Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

    » Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
    Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

    » Les exercices militaires russo-biélorusse
    Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

    » l'inde nouveau joueur ?
    Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

    » Birmanie
    Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

    » divulgation ET sommes nous prets ?
    Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

    » la lachété comme le courage seraient hereditaires
    Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

    » Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
    Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

    » le mouton de l'aid
    Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

    » Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
    Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

    » Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
    Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

    Galerie


    Mars 2019
    DimLunMarMerJeuVenSam
         12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930

    Calendrier Calendrier

    Connexion

    Récupérer mon mot de passe


    Djamila Bouhired

    Aller en bas

    Sujet / Message Djamila Bouhired

    Message par Sphinx le Mar 24 Mar - 22:32

    Djamila Bouhired (née en 1935) est une nationaliste algérienne, considérée comme une héroïne de la guerre d'indépendance.


    Biographie
    Née dans une famille de classe moyenne, elle est scolarisée à l'école française (il n'y en avait pas d'autres). Elle rejoint le Front de libération nationale durant ses années étudiantes. Elle travaillera plus tard comme officier de liaison et assistante personnelle de Yacef Saadi à Alger.

    En avril 1957, elle est blessée dans une fusillade et capturée par l'armée française (la force coloniale). Elle est soupçonnée d'être une poseuse de bombe, inculpée pour ses actes, torturée et condamnée à mort. Son exécution est stoppée par une campagne médiatique menée par Jacques Vergès et Georges Arnaud. Ils écrivent un manifeste, publié la même année aux Éditions de Minuit, Pour Djamila Bouhired. C'est, avec le livre d'Henri Alleg La Question, l'un des manifestes qui alerteront l'opinion publique sur les mauvais traitements et les tortures infligés par l'armée aux indépendantistes algériens. Devant le tollé international soulevé par sa condamnation, elle est finalement graciée et libérée en 1962.

    Elle travaille après sa libération avec Jacques Vergès, qu'elle épousera en 1965, sur Révolution africaine, un magazine centré sur les révolutions nationalistes africaines. Elle a eu 2 enfants de son mariage avec Vergès.

    Sa vie a été adaptée au cinéma par Youssef Chahine, Djamilah sorti en 1958. Son parcours est aussi évoqué dans la première partie du film L'Avocat de la terreur consacré à Jacques Vergès.



    Source:wikipedia

    __
    "Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
    3

    .、スフィンクス、


    Spoiler:


    Sphinx
    Sphinx
    Adminstrateur
    Adminstrateur

    Masculin
    Nombre de messages : 8037
    Age : 33
    Emploi/loisirs : Mat
    Humeur : Peu importe.
    Date d'inscription : 19/12/2008
    Localisation : S.B.A

    Revenir en haut Aller en bas

    Sujet / Message Re: Djamila Bouhired

    Message par Sphinx le Mar 24 Mar - 22:42

    L'affaire Djamila Bouhired
    D'aprés le livre du Général Massu "La vraie bataille d'Alger"éditions "Le cercle du nouveau livre 1971
    "... Djamila Bouhired travaillait pour le F.L.N. depuis l'été 56. Le laboratoire de fabrication de bombes fonctionnait déjà en septembre 1956 chez son oncle, Mustapha Bouhired, au n° 5, impasse de la Grenade. Djamila Bouhired était très au courant Je cette activité puisque Taleb et Marsali, membres de l'équipe de fabrication, attestent sa présence en ces lieux et à ce moment-là. C'est là que le 16.2.57 ont été découverts et saisis :
    - 17 bombes parallélépipédiques de 1 kg,
    - 9 bombes cylindriques (obus de 75 mm),
    - 108 kg de dynamite gomme,
    - 1 pistolet mitrailleur Thompson avec 10 chargeurs,
    - 46 grenades,
    - 30 pistolets et revolvers,
    - 2 800 cartouches diverses,
    - du matériel de laboratoire (fabrication d'explosifs)
    - du matériel de fabrication de bombes (détonateurs - mèche lente, fil électrique, piles, etc.)
    - 14 montres de gousset (pour dispositif de mise à feu - 60 réveils Bayard électrique à retardement).
    - Divers : trousse de chirurgie, collection de fausses cartes d'identité et matériel de fabrication.
    Ce même jour, Djamila Bouhired était en fuite, avec l'équipe de Yacef Saadi, dont elle était un membre actif.
    L'importance de son rôle fut prouvée incontestablement, le 9 avril, lorsque, fuyant dans la Casbah devant une patrouille, elle fut blessée à l'omoplate (par une rafale tirée par Yacef Saadi "Guerre d'Algérie N°7. terrorisme et contre terrorisme"et ramassée, porteuse d'une importante correspondance destinée à Yacef Saadi et à Ali la Pointe.
    Son interrogatoire devait permettre de trouver le 18 avril une cache, renfermant 13 bombes et 33 pistolets ou revolvers, rue Porte-Neuve: ce qui démontre qu'elle était au courant de l'ensemble des activités du réseau de fabrication des bombes.
    En ce qui concerne son rôle personnel et direct de poseuse de bombes, ses premiers aveux signés et faits devant des officiers de police judiciaire sont précis, même si elle ne les a pas renouvelés devant le juge d'instruction. C'est qu'entre-temps elle avait reçu les conseils de ses avocats (en particulier son futur époux Jacques Verges Ndlr) dont la tactique était le traditionnel et bien connu " n'avouez jamais ". Cependant, la nouveauté introduite dans ces conseils était: " niez les aveux déjà faits en déclarant qu'ils vous ont été arrachés par la torture ".
    Ces aveux seront, cependant, corroborés non seulement par Djamila Bouazza dont je parlerai plus loin, mais par le chimiste " Mohand Akli ", de son vrai nom Taleb Abderrahmane, fabricant d'explosifs du réseau " bombes"....(voir notre dossier "L'affaire Zhora Driff")


    L'affaire Djamila Bouhired (qui deviendra plus tard Mme jacques Verges), reposait sur l'accusation de Djamila Bouazza affirmant que Djamila Bouhired l'avait recrutée et lui avait apporté les bombes qui explosèrent le 9 novembre 1956, rue Michelet et le 26 janvier 1957, au Coq Hardi. Selon Maître Vergès , Djamila Bouazza était atteinte de folie, qui s'était exprimée par des excentricités devant le tribunal militaire. La condamnation à mort de Djamila Bouhired reposant sur le seul témoignage d'une folle, contrevenait aux lois élémentaires de la défense. Or le 22 juin 1957, Djamila Bouazza écrit, depuis sa prison, à Rachid Hattab une lettre dont l'extrait reproduit ci-contre révèle que sa "folie", n'était que simulacre et préméditation



    "Vous verrez quel coup de théâtre le jour du jugement. Moi, particulièrement, je dois me mettre à rire et elle à danser la samba. Comme ça toute la salle va se mettre à rire, moi je vais me mettre à chanter et elle à redanser. Le commandant devra faire lever l'audience et ce sera tout. Alors je pense que je vous ai assez embêté jusqu'à présent. Je vous quitte en vous envoyant toutes mes affectueuses pensées. Djamila."

    Ci-dessous Lettre adressée à Yacef Saadi le 17 septembre 1957, et expédiée de Paris. Son auteur, Abderrahmane, fut identifié comme étant Germaine Tillion. Cette lettre codée demande qu'Hattab Abdelmajid, à l'abri à Tunis, s'accuse des attentats commis par les deux Djamila condamnées à la peine de mort, et le fasse savoir au président de la République " mon grand-père "

    __
    "Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
    3

    .、スフィンクス、


    Spoiler:


    Sphinx
    Sphinx
    Adminstrateur
    Adminstrateur

    Masculin
    Nombre de messages : 8037
    Age : 33
    Emploi/loisirs : Mat
    Humeur : Peu importe.
    Date d'inscription : 19/12/2008
    Localisation : S.B.A

    Revenir en haut Aller en bas

    Sujet / Message Re: Djamila Bouhired

    Message par Sphinx le Mar 24 Mar - 22:45

    .../...

    Mardi 17 septembre
    Cher Cousin, c'est pas aujourd'hui que je vais te parler de tes soieries. J'ai eu ta lettre hier soir et je m'occupe de ta sœur comme si c'était la mienne car je l'aime de tout mon cœur. Avant de montrer ta lettre à mon père je veux être sûr que tu ne peux pas lui faire de tort. Peux-tu retrouver le fiancé de la cadette et lui dire d'aller en vitesse n'importe où (par exemple à T. retrouver Si Brahim, le copain de Georges) et là il écrit une lettre à mon grand-père où il explique que c'est lui qui a fait le travail de ta sœur.
    Pour ce qui est du procès, j'attends des nouvelles de ton frère. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. j c Amitiés à toute la famille.
    Abderahmane.
    Ahcène t'embrasse.
    Décodage

    la "sœur" : DjamiIa Bouhired,
    la "cadette" : DjamiIa Bouazza,
    le "fiancé de la cadette" : Hattab Abdelmajid en fuite
    " T." : Tunis,
    "Si Brahim" : un représentant du F.L.N. à Tunis,
    "Georges" : un adjoint de Yacef Saadi. Hadj Smaine dit Kama! " arrêté le 23 septembre après avoir accompli une mission délicate à Paris puis à Tunis.
    'Le grand-père" : le président de la République française.
    "Mon père" : M. Bourgès-Maunoury.
    "Ahcène" : le pseudonyme de Bouzourène Ali. agent de liaison de Yacef. en fuite et signalé dans la région parisienne en 1957 (début septembre).


    Vraie fausse torture

    Pour Djamila Bouhired examinée par un expert le 14 avril 1957, il ne sera relevé aucune marque, aucune trace des sévices évoqués par Maître Vergès ou la plaignante. Ces derniers soutiendront que les marques restèrent visibles jusqu'au 30 mai, la preuve avancée étant le certificat médical fourni par le docteur Belkhodji, datant du 16 mai 1957. Il faut toutefois préciser que cette femme médecin était codétenue de Djamila Bouhired et membre du Parti Communiste Algérien. Pour atteinte à la sûreté extérieure de l'État, elle ne sera condamnée qu'à une peine légère de cinq ans de prison avec sursis Ses conclusions, nous pouvons le comprendre, peuvent être soupçonnées de partialité. En outre, Belkhodji signale que Bouhired affirme avoir été frappée et brûlée à l'électricité au niveau de la plaie thoracique antérieure. Des électrodes lui auraient été également appliquées sur les seins, la hanche droite, la cuisse droite et l'orifice vaginal. En fait la doctoresse n'affirme rien, mais juge les explications de Djamila, susceptibles d'être envisagées sérieusement.
    Néanmoins, ces éléments seront relevés, amplifiés par Maître Vergès avec cynisme.
    "Guerre d'Algérie N°7. terrorisme et contre terrorisme". Collection du patrimoine



    Elle fut condamnée à mort par le Tribunal permanent des Forces armées puis graciée par le conseil supérieur de la magistrature réuni au palais de l'Élysée. Sa peine fut commuée en travaux forcés à perpétuité.

    Interviewée en prison par un journaliste, le 10 avril 1958, elle affirmera, ainsi que ses complices Djemila Bouhired, Djemila Boupacha, Jacqueline Guerroudj et Zora Driff, ne jamais avoir été torturée.



    Les idées fausses ont la vie dure :

    http://www.lecri.net/desinformation/d_bouhired.htm

    __
    "Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
    3

    .、スフィンクス、


    Spoiler:


    Sphinx
    Sphinx
    Adminstrateur
    Adminstrateur

    Masculin
    Nombre de messages : 8037
    Age : 33
    Emploi/loisirs : Mat
    Humeur : Peu importe.
    Date d'inscription : 19/12/2008
    Localisation : S.B.A

    Revenir en haut Aller en bas

    Sujet / Message Re: Djamila Bouhired

    Message par Syfou le Dim 2 Déc - 23:00

    Jacques Vergès & Djamila Bouhired

    [url][/url]

    ----

    __
    « Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


    http://algerie-institution.blog4ever.com

    Syfou
    Syfou
    Adminstrateur
    Adminstrateur

    Masculin
    Nombre de messages : 5687
    Age : 36
    Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
    Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
    Date d'inscription : 11/01/2010
    Localisation : Dans un autre repère !

    Revenir en haut Aller en bas

    Sujet / Message Re: Djamila Bouhired

    Message par Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut

    - Sujets similaires

     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum