Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

L’Egypte et la cause palestienne? 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
L’Egypte et la cause palestienne? EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
L’Egypte et la cause palestienne? EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
L’Egypte et la cause palestienne? EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
L’Egypte et la cause palestienne? EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


L’Egypte et la cause palestienne? Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


L’Egypte et la cause palestienne?

Aller en bas

Sujet / Message L’Egypte et la cause palestienne?

Message par Sphinx le Sam 2 Mai - 6:04

L’Egypte ou le symptôme de l’éléphantiasis diplomatique

L’escadre de l’Otan dépêchée en renfort de l’Egypte pour lutter contre le trafic des armes au large de Gaza, de même que l’activisme diplomatique tardif déployé par le Caire avec l’hébergement des pourparlers inter palestiniens et la conférence des pays donateurs pour la reconstruction de l’enclave palestinienne détruite par Israël, ne modifieront en rien la cruauté du constat : Misr Oum ad Dounia, l’Egypte, Mère du Monde, l’Egypte, dont l’histoire s’est longtemps confondue avec l’épopée, n’est plus que l’ombre d’elle-même, un pays qui a intériorisé sa défaite, voué au rôle peu glorieux de sous traitant de la diplomatie américaine sur le plan régional, de factotum des impératifs de sécurité d’Israël, le ventre mou du Monde arabe, son grand corps malade.

Placé au centre géographique du Monde arabe, à l’articulation de sa rive asiatique et de sa rive africaine, abritant la plus forte concentration industrielle dans une zone allant du sud de la Méditerranée aux confins de l’Inde, contrôlant de surcroît, de manière exclusive, les deux principaux axes de communication du Monde arabe, le Nil vers le continent africain, le Canal de Suez vers le Golfe pétrolier, l’Egypte a longtemps été le fer de lance du combat nationaliste arabe. Plaque tournante de la diplomatie arabe, elle a assumé sans relâche le rôle du grand frère protecteur, le régulateur de ses turbulences, le parrain de ses arrangements, comme ce fut le cas de l’accord libano palestinien du Caire, le 3 Novembre 1969, qui mit fin à la première guerre civile libano palestinienne, ou de l’accord jordano-palestinien, le 27 septembre 1970, dans la foulée du Septembre Noir jordanien.

Mais l’artisan de la première nationalisation victorieuse du tiers monde, la nationalisation du Canal de Suez, en 1956, qui sonna le glas de la présence coloniale franco-britannique en terre arabe, la base arrière des principaux mouvements de Libération du Monde arabe, de l’Algérie au Sud Yémen, le destructeur de la ligne Bar Lev, en 1973, qui exorcisa le complexe d’infériorité militaire arabe vis à vis d’Israël, parait comme atteint d’éléphantiasis diplomatique, à en juger par son comportement honteusement frileux durant les deux dernières confrontations israélo-arabes, la guerre de destruction israélienne du Liban, en juin 2006, et la guerre de destruction israélienne de Gaza, deux ans plus tard, en décembre 2008.

Même dans le domaine privilégié de sa suprématie qui capta l’imaginaire et l’adhésion des foules pendant un demi siècle, le domaine culturel, sa supériorité parait battue en brèche.

Premier exportateur de vidéocassettes, de films et de téléfilms dans le Monde arabe, l’Egypte disposait d’un magistère culturel sans égal, s’articulant sur trois piliers : Le charisme de son chef, Nasser, sa brochette prestigieuse de vedettes de grand talent, Oum Kalsoum et Abdel Wahab, ses grands écrivains Taha Hussein, Naguib Mahfouz et le poète contestataire Cheikh Imam, Tahia Karioka et Nadia Gamal, sur le plan de l’industrie du divertissement et du spectacle, le tandem formé, enfin, sur le plan de la communication, par le journal Al-Ahram, le plus important quotidien arabe, et Radio le Caire, la doyenne des stations arabes.

Septième diffuseur international par l’importance de sa programmation radiophonique hebdomadaire, Radio le Caire émet en 32 langues couvrant un large spectre linguistique (Afar, Bambara, pachtoune, albanais). Il constituait un puissant vecteur de promotion des vues égyptiennes aux confins du quart monde. Mais son primat culturel pâtit désormais de la renaissance de Beyrouth, le point de fixation traumatique d’Israël, capitale culturelle frondeuse du Monde arabe, et de la fulgurante percée des chaînes transfrontières arabes, en particulier Al-Jazira, désormais indétrônable par son professionnalisme.

Son primat diplomatique, aussi, est remis en question par l’émergence des deux puissances musulmanes régionales non arabes, l’Iran et la Turquie, dans la suppléance de la défaillance diplomatique arabe, principalement de l’Egypte et surtout de l’Arabie saoudite, mutique pendant les trois semaines de la destruction israélienne de Gaza. De même que son primat militaire est relégué aux oubliettes par la relève rebelle des artisans victorieux de la nouvelle guerre asymétrique contre Israël, le chiite Hezbollah libanais et le sunnite Hamas palestinien, rendant obsolète la fausse querelle que tentent d’impulser l’Arabie Saoudite et l’Egypte entre les deux branches de l’Islam dans l’espace arabe.

Le plus grand et le plus peuplé pays du monde arabe avec 80 millions d’habitants, est au bord de l’implosion sociale avec 34 % d’Egyptiens vivant en dessous du seuil de pauvreté, avec moins de deux dollars par jour. Depuis le revirement proaméricain du président Anouar el Sadate, en 1978, et son traité de paix avec Israël, il y a trente ans, l’Egypte fonctionnait sur un mode binôme, par une répartition des tâches entre le pouvoir politique géré par la bureaucratie militaire, alors que la gestion culturelle de la sphère civile était confiée au zèle de l’organisation des Frères Musulmans, dont le prosélytisme s’est matérialisé par le rétablissement du crime d’apostasie. Sous la menace islamiste, l’Egypte navigue ainsi entre corruption, régression économique et répression, avec 1,3 million de flics employés par le ministère de l’Intérieur et plusieurs milliers de prisonniers politiques.

La passivité égyptienne devant le bain de sang israélien à Gaza, sa léthargie diplomatique face à l’activisme des pays latino-américains, le Venezuela et la Bolivie qui ont expulsé l’ambassadeur israélien à Caracas et La Paz, a suscité une levée de boucliers des Frères Musulmans conduisant la confrérie à cesser toute opposition à la Syrie, rendant caduque sa collaboration avec l’ancien vice-président syrien Abdel Halim Khaddam, le transfuge baasiste réfugié à Paris. Par un invraisemblable renversement d’alliance qui témoigne du strabisme stratégique de l’Egypte, c’est la Syrie, son ancien partenaire arabe dans la guerre d’indépendance, et non Israël, qui constitue désormais sa bête noire.

C’est Gaza, à bord de l’apoplexie, qui est maintenu sous blocus et non Israël, ravitaillé en énergie à des prix avantageux, défiants toute concurrence, sans doute pour galvaniser la machine de guerre israélienne contre un pays sous occupation et sous perfusion, la Palestine.

Indice de sa servitude à l’égard des Etats-Unis, la moindre initiative de l’Egypte est tributaire du contreseing américain, que cela soit dans le domaine de la technologie nucléaire obtenu, en 2005, après que l’Iran se soit engagé dans la course atomique et afin d’y faire contrepoint, ou que cela soit dans le domaine diplomatique. La dernière initiative franco-égyptienne sur Gaza n’échappe pas à la règle. Elle répond davantage au souci de MM. Hosni Moubarak et Nicolas Sarkozy de sauver du naufrage à sa première épreuve l’Union Pour la Méditerranée, dont ils assument la co-présidence, que de mettre un terme au bain de sang israélien.

L’Egypte bénéficie, il est vrai, d’une rente stratégique matérialisée par une aide américaine de trois milliards de dollars par an. Mais cette obole apparaît à bon nombre d’observateurs comme une sorte de denier de Judas, ne pouvant compenser aux yeux de l’opinion publique du tiers monde, le socle de la puissance diplomatique égyptienne, les effets dévastateurs de ce lymphatisme tant sur le plan du prestige international de l’Egypte qu’au plan de la sécurisation de l’espace national arabe.

L’Egypte est frappée du symptôme d’éléphantiasis, à l’image de son vieux Président (80 ans), un personnage au teint cireux, un personnage de cire, en voie de momification par près de trente ans d’un pouvoir autocratique schizophrénique, ultra répressif sur le plan interne, léthargique sur le plan international, cramponné à son siège dans l’attente d’une succession filiale.

Nasser a nationalisé le Canal de Suez et résisté à l’agression tripartite franco anglo-israélienne, en 1956. Vaincu en 1967, il a aussitôt déclenché une « guerre d’usure » de 18 mois le long du front de Suez, dans une démonstration de son refus de la résignation et de la capitulation, avant de mettre fin à la guerre civile jordano-palestinienne, la veille de sa mort en septembre 1970.

Sadate a récupéré le Sinaï mais marginalisé son pays par sa signature d’un traité de paix solitaire avec Israël. Moubarak, lui, la vache qui rit, selon le sobriquet qui lui colle à la peau depuis le début de son règne pour souligner son cynisme faussement niais, passera dans l’histoire pour avoir été le dirigeant égyptien sans la moindre action d’exploit à son actif, sinon de réintégrer son pays au sein Ligue arabe pour en faire une rente de situation à l’effet de cautionner toutes les interventions militaires américaines contre les pays arabes que cela soit lors de la première guerre du Golfe contre l’Irak, en 1990, ou encore treize ans plus tard, lors de l’invasion américaine de l’Irak, en 2003.

Le cessez le feu unilatéral israélien dans la bande de Gaza conclu à la suite d’un arrangement entre deux gouvernements moribonds, le revanchard israélien Ehud Olmert mal remis de défaite face au Hezbollah libanais, en 2006, et le pantin américain George Bush, a retenti comme un cinglant camouflet tant pour le nouveau président américain Barack Obama que pour le médiateur égyptien Hosni Moubarak que pour son alter ego français, Nicolas Sarkozy, le vibrionnant et inopérant co-président de l’Union pour la Méditerranée.

Le contournement de l’Egypte par ses deux partenaires du Traité de Paix de Camp David dans des arrangements de sécurité concernant l’enclave palestinienne qui lui est frontalière a cruellement mis à jour le rôle de servant -et non de partenaire- des états arabes au sein de la diplomatie occidentale, conduisant l’Egypte et l’Arabie saoudite à afficher une unité de façade avec leurs contestataires, principalement la Syrie, au sommet économique du Koweït, le 19 janvier, la veille de la prestation de serment du président Obama.

Que l’on ne s’y trompe donc pas : L’hébergement de la conférence des pays donateurs pour la reconstruction de Gaza, de même que l’escadre de l’Otan dépêchée en renfort de l’Egypte pour lutter contre le trafic des armes au large de l’enclave palestinienne sont principalement destinés à renflouer le président Hosni Moubarak, en plein naufrage diplomatique, de même que son compère palestinien discrédité Mahmoud Abbas. Ils visent en outre à maintenir un rôle européen même ténu au Moyen orient, dans la nouvelle configuration diplomatique de l’ère Obama.

L’avènement du premier président afro-américain de l’histoire frappe de relégation Nicolas Sarkozy d’autant plus inexorablement que le dernier chef de file européen du néo-conservatisme américain, le pivot européen de l’axe israélo américain, discrédité par une ostentation tapageuse et les rebuffades successives d’Israël, est affligé de surcroît de collaborateurs décriés pour leur flexibilité morale avec un chef de la diplomatie sous perfusion financière d’un satrape africain (1) et la compagne de cet ancien humanitariste, la risée universelle de l’opinion pour son maniement frénétique de la sulfateuse dans l’éradication du pluralisme politique au sein du dispositif audiovisuel extérieur français (2).

Le Pharaon d’Egypte est nu, dénudé par ses nouveaux alliés : le Primus inter pares (3) des Arabes est désormais « le passeur des plats » officiel de la diplomatie israélo américaine. Triste destin pour Le Caire, Al-Kahira, la victorieuse dans sa signification arabe, ravalée désormais au rang de chef de file de « l’axe de la modération arabe ». L’ancien chef de file du combat indépendantiste arabe, amorphe et atone, assume désormais sans vergogne le rôle de chef de file de l’axe de la soumission et de la corruption….l’axe de la résignation et de la capitulation…l’axe de la trahison des idéaux du sursaut nassérien.

oumma.com

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: L’Egypte et la cause palestienne?

Message par Syfou le Mer 4 Aoû - 23:57

Tirs de roquette : l'Egypte met en cause des activistes de la bande de Gaza

Les services de sécurité égyptiens estiment que des activistes de la bande de Gaza pourraient être à l'origine des roquettes qui ont touché Israël et la Jordanie lundi. Celles-ci ont été tirées à partir de la péninsule égyptienne du Sinaï, selon la police israélienne. Les engins explosifs avaient touché la station balnéaire israélienne d'Eilat ainsi que le port jordanien d'Akaba, y tuant un civil.

"Les informations préliminaires reçues par les services de sécurité indiquent que des factions palestiniennes de la bande de Gaza sont derrière cette opération", rapporte mercredi 4 août l'agence de presse égyptienne MENA, citant une source dont l'identité n'est pas précisée. Ce responsable officiel anonyme laisse également entendre que les engins ont bien été tirés du Sinaï, comme affirmé la veille par un haut responsable jordanien.

LA SÉCURITÉ DU SINAÏ EN QUESTION

"L'Egypte ne tolérera jamais, en aucune circonstance, que son territoire soit utilisé par quelque groupe que ce soit pour porter atteinte aux intérêts du pays. (...) Les efforts en matière de sécurité sont intensifiés pour déterminer les circonstances" des tirs, explique également la MENA. Divers responsables de la sécurité égyptienne avaient jusqu'ici estimé "impossible" de procéder à une telle attaque depuis le Sinaï en raison du haut degré de surveillance de cette région sensible, frontalière avec Israël.

Un officiel égyptien avait toutefois admis mardi, sous couvert de l'anonymat, que l'Egypte avait engagé une vaste opération de ratissage dans ce secteur après les tirs. La Jordanie a assuré de son côté avoir des "preuves" que la roquette, de type Grad, provenait de la péninsule du Sinaï.

L'Egypte a considérablement renforcé son dispositif sécuritaire dans la région après une série d'attentats commis entre 2004 et 2006 contre plusieurs grandes stations touristiques (Charm el-Cheikh, Taba et Dahab) qui avaient fait 130 morts au total. Ces dernières années, les autorités égyptiennes ont également annoncé à plusieurs reprises des arrestations de militants palestiniens projetant des attentats anti-israéliens dans le Sinaï, ou cherchant à s'introduire en Israël par cette région.

LeMonde.fr, avec Reuters et AFP

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: L’Egypte et la cause palestienne?

Message par Syfou le Lun 25 Oct - 3:08

Gaza à nouveau sur le devant de la scène

Alors que des doyens appellent à plus d’efforts diplomatiques pour l’arrêt du conflit israélo-palestinien, Dina Ezzat constate qu’il existe des tensions persistantes dans les relations entre l’Egypte et la bande de Gaza sous la direction du Hamas.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Rencontre des Sages avec Meshaal à Damas

Gaza n’est pas un sujet dont les officiels égyptiens aiment beaucoup parler. Mais cette semaine, il en a beaucoup été question en raison des évolutions politiques, sécuritaires et humanitaires.


« Le blocus est l’une des plus graves violations des droits humains et doit être entièrement levé » a déclaré l’ancien Président des Etats-Unis, Jimmy Carter, mardi dernier ; il parlait du siège imposé par Israël sur la bande de Gaza depuis quatre ans et qui coûte cher à la population dense et appauvrie de la Bande, économiquement et socialement.

Carter s’exprimait depuis Damas après avoir rencontré des officiels syriens et des dirigeants du Hamas exilés dans la capitale syrienne. Carter conduit actuellement des pourparlers, et avec lui trois autres anciennes personnalités politiques, au cours d’une visite au Moyen-Orient afin d’impulser une action diplomatique urgente pour arriver à un règlement pacifique de la lutte israélo-palestinienne.

Avec Carter du groupe des « Sages » (Elders) - un comité de conseil indépendant formé il y a trois ans par le dirigeant historique de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela -, participent Mary Robinson, ancienne présidente de l’Irlande et haute commissaire des droits de l’homme à l’ONU, Lakhdar Brahimi, émissaire chevronné des Nations-Unies et ancien ministre des Affaires étrangères algérien, et Ela Bhatt, responsable dans le militantisme social en Inde.

La venue des Sages en Syrie est la troisième étape d’un circuit qui a commencé en Egypte, où ils ont rencontré le ministre des Affaires étrangères, Ahmed Abul-Gheit, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, et un groupe de représentants de la société civile. La mission des Sages les mènera ensuite en Jordanie, à Ramallah et en Israël, à la recherche d’« une paix juste et sûre pour tous », déclare Robinson au Caire.

Au Caire, Robinson a souligné aussi que pour les Sages, la cessation immédiate du blocus de la bande de Gaza est une question prioritaire. C’est ainsi que les Sages ont discuté avec les responsables égyptiens du fonctionnement du passage frontalier de Rafah, seul point de liaison non contrôlé par Israël, entre la bande de Gaza et le reste du monde.

« Notre position reste inchangée. Depuis quelques mois, nous permettons au passage de Rafah de fonctionner quotidiennement pour les personnes qui peuvent prouver qu’elles ont un besoin urgent d’entrer dans la bande de Gaza et qui ont les documents nécessaires. Les autres ne peuvent ni entrer ni sortir ni traverser l’Egypte de manière non contrôlée, » dit un dirigeant égyptien.

Et le même dirigeant de dire que l’Egypte autorise le passage de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza, « à partir du territoire égyptien et dans le cadre des règlements et restrictions jugés nécessaires par les autorités égyptiennes ». Ceci, explique-t-il, signifie que les cargaisons maritimes doivent être déchargées à Arish, vérifiées par les autorités égyptiennes et ensuite, elles doivent être dirigées sur des « points de passages pour cargaison, supervisés par Israël ». Ces règles, dit-il, devront s’appliquer au convoi d’aide humanitaire Lifeline 5 (Viva Palestina, qui réussit à entrer dans la bande de Gaza le jeudi 21 octobre - voir Viva Palestina a atteint Gaza - ndt), si ses organisateurs tiennent à ce que l’aide arrive jusqu’à Gaza. Le convoi doit être en train de charger son matériel au moment où cet article est mis sous presse par Al-Ahram Weekly.

« Nous ne pouvons pas prendre la responsabilité de laisser entrer un présumé trafic d’armes de contrebande dans la bande de Gaza et Israël se plaindre que ces armes sont utilisées pour lancer des attaques sur des cibles israéliennes. C’est hors de question pour nous, » précise le même responsable. Si le Hamas, qui contrôle Gaza, veut plus de souplesse dans le fonctionnement du passage de Rafah, il doit laisser l’Autorité palestinienne (AP) revenir dans la bande de Gaza, affirment les officiels égyptiens en des termes non équivoques.

Le Hamas persiste dans son refus de signer un accord de réconciliation élaboré au Caire qui permettrait de réinstaller l’AP dans Gaza, car selon lui l’accord est partial au profit du Fatah qui contrôle l’AP. L’Egypte, pour sa part, refuse d’accéder à la demande du Hamas qui voudrait que soit modifié le projet d’accord. « Je ne suis pas sûr qu’un changement dans sa position intervienne dans un proche avenir, à moins que le Hamas ne veuille faire des gestes significatifs », dit un diplomate égyptien.

De tels gestes, selon ce même diplomate, doivent prévoir de la souplesse dans l’accord pour un échange de prisonniers, depuis longtemps en attente, et qui aboutirait à la libération du soldat israélien Gilad Shalit en échange de quelques centaines de prisonniers palestiniens, et à cesser d’utiliser des tunnels illicites à Rafah pour passer des armes de contrebande et faire entrer ou sortir des personnes.

Selon un responsable de la sécurité à Rafah, les autorités égyptiennes saisissent encore actuellement des armes de contrebande et des personnes. Pour l’Egypte, c’est un signe inacceptable du refus d’obtempérer du Hamas.

Les autorités égyptiennes refusent de répondre au Hamas qui demande la libération des personnes arrêtées. Selon des sources égyptiennes bien informées, le nombre de militants Hamas arrêtés par l’Egypte s’approche des 40. Le Caire refuse de négocier leur libération tant que le Hamas ne s’engage pas à suspendre les activités qui posent problème à l’Egypte.

info-palestine.net

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: L’Egypte et la cause palestienne?

Message par Syfou le Lun 29 Nov - 18:27

Echange de tirs entre Egyptiens et Palestiniens

Un échange de tirs a eu lieu entre Egyptiens et Palestiniens à El Arich dans le nord du Sinaï causant la fermeture de la route internationale (El Arich-Rafah), ont rapporté vendredi des médias au Caire.

Dans son édition de vendredi, le journal « El Misri el Youm » a indiqué que des officiers palestiniens du mouvement « Fatah » résidant à El Arich ont échangé avant-hier des tirs avec des citoyens égyptiens appartenant à la tribu « El Fawakhrya » dans le nord du Sinaï ce qui a conduit à la fermeture de la route internationale El Arich-Rafah durant deux heures, alors que de nombreux véhicules ont été détruits plusieurs personnes blessées.

Les forces de sécurité qui ont intervenu peu après ont réussi à maîtriser la situation et ont ouvert une enquête.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le problème est né, selon des témoins oculaires, de la tentative d’expulsion de la famille du commandant Mahmoud Matria (mouvement Fatah) de l’appartement qu’elle occupait à El Arich avant l’expiration du contrat de location. Suite à l’agression de cette famille qui a refusé de quitter les lieux, les deux parties ont échangé des tirs à balles réelles.

Les forces de sécurité égyptiennes envoyées sur place ont réussi à maîtriser la situation, à rouvrir la route et à arrêter des personnes en les traduisant devant la justice, selon les mêmes sources. 150 Palestiniens appartenant au mouvement Fatah ont fuit Ghaza qui était sous la responsabilité du mouvement Hamas et se sont installées à El Arich.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: L’Egypte et la cause palestienne?

Message par Daûphin_zz_47 le Sam 10 Sep - 13:35

L'honneur de l'égyptien defaut 2

Le Caire : l'ambassade d'Israël attaquée

L'ambassade israélienne au Caire, située en haut d'un immeuble d'une vingtaine d'étages, a été envahie vendredi soir par des manifestants. Les heurts avec les forces de l'ordre, dans la soirée et dans la nuit, ont fait près de 450 blessés, dont un est décédé des suites d'une crise cardiaque, selon le ministère égyptien de la santé.
Des tirs nourris ont été entendus dans le quartier et plusieurs véhicules de police ont brûlé ou ont été endommagés.

Dans la nuit, l'ambassadeur israélien en Egypte, Yitzhak Levanon, sa famille, ses collaborateurs et d'autres ressortissants israéliens attendaient un avion à l'aéroport du Caire pour les rapatrier en Israël. Un haut responsable isaérien annonçait samedi que le gouvernement allait maintenir le numéro deux de l'ambassade en mission au Caire en dépit de cette attaque.
Lire l'intégralité de l'article:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: L’Egypte et la cause palestienne?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum