Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
153 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Novembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Les exportations françaises d’armement

le Mer 21 Oct - 23:26
Les exportations françaises d’armement : un lent déclin

Le Rapport au Parlement sur les exportations d’armement de la France en 2008 présenté à la presse le 28 septembre souligne dans sa présentation : “l’année 2008 a amorcé un net redressement de nos exportations d’armement. /../ Le niveau des prises de commandes n’avait jamais été aussi élevé depuis l’année 2000.” Toutefois, le résultat d’une seule année ne peut suffire et le rapport précise : “les exportations de la France doivent s’apprécier sur plusieurs années. /../ Le poids d’un très petit nombre de grands contrats, par nature irréguliers, ne permet pas de tirer d’enseignements pertinents des résultats d’une année isolée.”

Les livraisons les plus faibles depuis 1971


En effet, si le montant des commandes 2008 est le plus élevé depuis l’année 2000, le montant des livraisons en revanche (3,173 millions d’euros) est le plus bas depuis 1971. Plus globalement, on constate sur la moyenne période un déclin continu des exportations françaises, qu’il s’agisse des commandes ou des livraisons : en euros constants 2008, les commandes en trente ans ont vu leur valeur annuelle moyenne diminuer de 45% : sur la période 1981-1990, cette moyenne annuelle était de 9,190 milliards d’euros, pour 1991-2000, elle descend à 6,686 milliards et pour 2001-2008 à 5,185 milliards. Quant aux livraisons, elles ont été divisées par deux : passant de 9,249 pour 1981-1990, à 4,905 pour 1991-2000 et 4,670 pour 2001-2008 Dans cette évolution, il faut noter la divergence qu’on observe entre la zone maghreb moyen-orient d’une part et le reste du monde (RDM) d’autre part : Le reste du monde a relativement maintenu ses commandes (3,909 milliards par an pour 1981-1990, passant à 4,070 pour 1991-2000 et descendant à 3,543 pour 2001-2008), même si les livraisons ont baissé de 30% (3,882 milliards par an pour 1981-1990, 3.239 pour 1991-2000 et 2.722 pour 2001-2008). En revanche les commandes de la zone maghreb moyen-orient ont diminué de 70% (5,281 milliards par an pour 1981-1990, 2,616 pour 1991-2000 et 1,643 pour 2001-2008) et les livraisons se sont réduites des deux tiers (5,367 milliards par an pour 1981-1990, 1666 pour 1991-2000 et 1,947 pour 2001-2008). Le bon niveau des commandes (6 ,6) de 2008 qui s’explique par le gros contrat brésilien (1,4 milliard d’euros) ne doit donc pas faire illusion : sur un marché où la compétition est de plus en plus âpre pour des raisons à la fois économiques et politiques, le lent glissement des exportations françaises n’est pas enrayé. La difficile lisibilité de la doctrine stratégique de la France n’est sans doute pas pour rien dans ce mouvement.

_________________________________________________________________________

En milliards d’euros constants 2008, le montant des livraisons à l’exportation est le suivant : 1970 : 2,683, 1971 : 2,816, 1972 : 3,541, 1973 : 4,215, 1974 : 4,772, 1975 : 5,289, 1976 : 6,744, 1977 : 7,816, 1978 : 8,385, 1979 : 9,023, 1980 : 9,070

Source:http://www.cirpes.net/article296.html

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Re: Les exportations françaises d’armement

le Lun 18 Jan - 0:26
La France négocie la vente de chars Leclerc avec la Colombie

La France négocie avec la Colombie la vente de quarante chars Leclerc d'occasion. Ces blindés sont actuellement entre les mains de l'armée de terre.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Des experts de la DGA se sont rendus à plusieurs reprises à Bogota pour finaliser la proposition française : la Colombie cherche à se doter d'un char de combat pour contre-carrer la décision de son voisin, le Venezuela d'Hugo Chavez, d'acquérir des T-90 russes. C'est la première fois que la Colombie s'équiperait d'un char aussi puissant.

Les 40 chars en question sont aujourd'hui stockés par l'armée de terre : il s'agit des tranches 4 et 5 de la série 1. Avant de les vendre à la Colombie, ils devront subir une grande visite et se voir apporter quelques modifications (climatisation radio, nouvelles chenilles, instruction en espagnol, etc).

Ces chars proviennent des surplus de l'armée de terre, qui a sérieusement réduit la voilure en matière de blindés. Faisons les comptes :406 Leclerc EMAT ont été livrés à l'armée de terre. Celle-ci ne souhaite plus en disposer (en parc) que de 254. Soit un surplus de 152 chars. Plus d'une trentaine sont à la casse : il s'agit des premières tranches qui ont connu de nombreux problèmes techniques. Une trentaine ont servis de stocks de pièce de rechange et sont aujourd'hui démontés. Dix autres doivent être transformés en véhicules de dépannage. Restent donc un peu plus de 70 Leclerc susceptibles d'être cédés sur le marché de l'occasion. D'autres experts parlent d'une "grosse cinquantaine".

Outre la Colombie, le Qatar pourrait être intéressé par des Leclerc d'occasion, lui qui doit remplacer son parc d'une trentaine d'AMX-30. Jusqu'à présent, le char Leclerc n'a été vendu, neuf, qu'aux seuls Emirats arabes unis.

Le Leclerc a été engagé dans deux opérations extérieures : le Kosovo et le Liban, où il est toujours présent. Depuis 2008, la France ne dispose plus que de quatre régiments à 52 chars, soit un point blindé lourd de 208 chars. C'est un minimum historique.

http://secretdefense.blogs.liberation.fr
col.chibani
Invité
Invité
Masculin
Nombre de messages : 128
Age : 77
Date d'inscription : 26/02/2010

Sujet / Message Re: Les exportations françaises d’armement

le Sam 3 Avr - 13:05
Paris bloque un contrat d'équipement français d'avions de chasse pakistanais
LEMONDE | 02.04.10 | 15h10 • Mis à jour le 02.04.10 | 15h11

Trois semaines avant la visite à Paris du premier ministre pakistanais, Yousouf Raza Gilani, le 19 avril, l'Elysée vient de prendre une décision qui pourrait assombrir cette rencontre qualifiée d'"importante". La France ne donnera pas, en effet, son feu vert à un contrat de 1,2 milliard d'euros portant sur l'équipement en électronique et en missiles d'une centaine d'avions de chasse JF-17, fabriqués par le Pakistan avec l'aide des Chinois.
Sur le même sujet
Alors qu'il se rendait au consulat à Peshawar, des assaillants non identifiés avaient tiré sur le véhicule du diplomate iranien, le forçant à s'arrêter. Ils l'avaient entraîné avant de tuer son garde du corps, selon la police pakistanaise.


Après dix-huit mois de négociations, la société française ATE, associée à Thales et MBDA, avait été retenue par Islamabad. Il s'agissait du premier volet d'un contrat global de 6 milliards d'euros visant à l'équipement de l'ensemble des JF-17 de l'armée de l'air pakistanaise, soit près de 400 chasseurs.

"Je n'ai pas été informé directement du choix de l'Elysée, qui me semble extrêmement surprenant au regard des enjeux industriels et stratégiques pour la France dans cette région", a assuré Jean-Marc Pizano, le patron d'ATE.

La commission interministérielle d'étude des exportations de matériels de guerre (CIEEMG) avait émis, à l'été 2008, un avis favorable à l'ouverture des négociations. Il ne manquait plus, selon ATE, que l'accord du gouvernement français.

Selon un conseiller du président de la République, ce refus serait, notamment, lié aux relations franco-indiennes. La signature d'un tel contrat, dans le contexte actuel de tension entre l'Inde et le Pakistan, desservirait les intérêts de Paris à New Delhi.

Du côté de la direction générale pour l'armement (DGA), on ajoutait, jeudi 1er avril, que la relance des discussions avec l'Inde pour la modernisation, par la France, de sa flotte de Mirage 2000 avait également joué dans la décision de l'Elysée.

Intense lobbying de l'Inde

C'est la fin d'un bras de fer entre les différentes administrations françaises sur fond de divergences sur la politique de la France en Asie du Sud. Le ministère français des affaires étrangères semblait pour sa part rétif. Objet d'un intense lobbying de l'Inde, il estimait que l'accord du gouvernement butait sur le manque de garanties liées à la protection de la technologie française. Selon le Quai d'Orsay, les Pakistanais voulaient, contrairement aux clauses du contrat, que les assemblages et l'équipement des JF-17 se fassent sur leur sol.

Au ministère des finances, qui se disait favorable à la signature et soucieux d'accroître le niveau des relations commerciales avec le Pakistan, on indique que ce contrat s'est surtout heurté à des questions budgétaires.

Les finances d'Islamabad sont actuellement sous la surveillance du Fonds monétaire international (FMI), qui lui a apporté son aide. Alors que des négociations sont en cours sur la prolongation de ce soutien, Bercy s'interroge sur la réalité de la marge de manoeuvre du Pakistan pour honorer un contrat de 6 milliards d'euros.

Au ministère de la défense pakistanais, à Islamabad, on assurait, le 24 mars, au Monde, que rien ne s'opposait à ce contrat et que l'on espérait que l'annonce de la signature interviendrait lors des rencontres entre M. Gilani et M. Sarkozy ou M. Fillon. "Quant à l'argent, ajoutait l'un de ses porte-parole, ce n'est pas le FMI qui décide ce qu'on en fait. Ce contrat est important pour le Pakistan, la France a sa place, chez nous, aux côtés des Etats-Unis et de la Chine."

Enfin, autre élément qui a pu intervenir dans cet échec, la société ATE a sans doute payé sa récente présence sur le marché français. Créée, en 1984, en Afrique du Sud, par M. Pizano, un ancien ingénieur de Dassault, elle travaillait jusque-là à l'étranger. Le marché de l'intégration de systèmes électroniques à bord d'avions est peu développé en France. L'industrie aéronautique française et son fer de lance, Dassault, préfèrent vendre des avions tout entiers.
Jacques Follorou
avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 37
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Les exportations françaises d’armement

le Mar 22 Fév - 0:11
Panhard confirme l’intérêt de la Russie pour des véhicules blindés légers

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Selon les déclarations faites à l’agence Ria Novosti par un porte-parole du constructeur français Panhard, en marge du salon Idex à Abu Dhabi, le ministère russe de l’Intérieur pourrait commander jusqu’à 1.000 véhicules blindés légers (VBL MK-2).

« Les Russes veulent acheter quelques centaines de VBL MK-2 pour équiper leurs garde-frontières » a-t-il ainsi affirmé, en précisant que les discussions sont actuellement dans une « phase avancée ».

Le montant de ce contrat pourrait atteindre les 500 millions d’euros. Il s’agirait également de la seconde vente de matériels militaires français à la Russie, après celle de Bâtiment de projection et de commandement (BPC) de type Mistral.

Toujours d’après le même responsable, Panhard a proposé à Moscou une « construction conjointe » de ces VBL, sous la forme « d’un transfert de technologies » ou d’un « atelier d’assemblage ».

Le VBL est en service au sein de l’armée française depuis les années 1990 et il équipe les forces de sécurité d’une quinzaine de pays. Le VBL MK2 est doté d’un moteur Steyr de 125 chevaux et d’une boîte de vitesses automatique. D’une mobilité accrue par rapport aux modèles précédents, il est armé par une mitrailleuse 12,7 mm montée sur une tourelleau téléopéré.

21 février 2011 – 17:27
http://www.opex360.com

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 37
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Les exportations françaises d’armement

le Sam 12 Mar - 20:08
Sarkozy plaide pour le Rafale avant la visite d'Obama

Le président français bataille ferme pour vendre l'avion de chasse français alors que les américains soutiennent l'offre indienne.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Nicolas Sarkozy a plaidé la cause de l'avion de chasse Rafale et soutenu fermement la candidature du Brésil à un siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU, dans une interview à l'hebdomadaire brésilien Veja. Cette interview est publiée samedi 12 mars par le site du magazine, une semaine avant la première visite très attendue au Brésil du président américain Barack Obama.

Le président français a confirmé que la France offrirait des transferts de technologie "sans restriction" au Brésil si ce pays achetait le Rafale, alors que le géant sud-américain a ajourné sa décision sur l'achat de 36 avions de chasse, un revers pour l'avion français qui faisait figure de favori.

Le Rafale n'est pas seul...


Jamais vendu à l'étranger, le Rafale de Dassault est en compétition avec le F/A-18 Super Hornet de l'américain Boeing et le Gripen NG du suédois Saab pour remporter ce contrat d'environ 6 milliards de dollars (4,4 milliards d'euros).

Nicolas Sarkozy a réitéré que l'offre française "est assortie de transferts de technologie sans restriction et garantis par l'Etat français, ce qu'aucun de des deux autres compétiteurs ne peut faire de manière crédible".
"Il ne s'agit plus de vendre et d'acheter, mais de faire ensemble. Cette coopération sur les avions de combat doit aussi contribuer au développement de l'industrie de défense du Brésil", a-t-il souligné.

Les relations avec le Brésil continueront


Le président français a affirmé n'avoir "aucun doute" sur la poursuite d'une relation privilégiée entre les deux pays, sous la présidence de Dilma Rousseff.
"Le choix du Brésil pour la France, ce n'est pas une question de personne, c'est un choix stratégique qui engage nos deux pays sur le long terme", a-t-il dit en ajoutant que ceux-ci "partagent fondamentalement la même vision du monde et sont portés par les mêmes valeurs".
Il a ainsi réitéré son appui à la volonté du Brésil d'obtenir un siège de membre permanent au Conseil de sécurité de l'ONU, soulignant que ce pays était "d'ores et déjà un acteur incontournable sur la scène internationale".


Les USA soutiennent l'Inde


Le président Obama a soutenu la candidature de l'Inde, mais l'administration américaine est beaucoup plus réticente vis-à-vis du Brésil, en raison de l'opposition de ce pays aux sanctions internationales contre l'Iran.

Nicolas Sarkozy a également réaffirmé sa volonté de "lutter contre la volatilité excessive des prix des matières premières agricoles" dans le cadre du G20, une proposition vue par le Brésil commme un moyen d'empêcher les pays agricoles de tirer profit de la hausse des prix.
"La France ne dit pas: il faut fixer les prix", a-t-il assuré en expliquant qu'il fallait simplement "limiter les variations excessives", "accroître la transparence" et "limiter le rôle de la spéculation" sur les marchés agricoles.

Nouvelobs.com

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


avatar
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 37
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Sujet / Message Re: Les exportations françaises d’armement

le Mer 23 Mar - 19:20
Chute des exportations françaises d’armement


Les années se suivent et ne se ressemblent pas pour les industriels français de l’armement. En effet, selon le quotidien économique Les Echos, les exportations d’armes et de matériels militaires de la France ont lourdement chuté, passant de 8 milliards d’euros en 2009, à 4,3 milliards d’euros un an plus tard.

Ce montant, divisé par deux, a été obtenu sur la base des contrats signés et pour lesquels les acheteurs ont versé un acompte. Quoi qu’il en soit, il est au niveau de celui enregistré en 2005 alors que Paris tablait sur 10 à 12 milliards de vente en 2010. Et cette contre-performance s’inscrit dans un contexte où les ventes d’armes sont en progression dans le monde, notamment en Asie.

Au moins deux raisons peuvent expliquer cette chute des exportations françaises. En premier lieu, le chiffre obtenu en 2009 avait été réalisé en partie grâce aux contrats obtenus au Brésil, portant sur des sous-marins et des hélicoptères.

L’autre cause tient aux retards et autres tergiversations liés à d’autres projets de vente. La commande brésilienne de 36 Rafale annoncée en 2009 a finalement été reportée et il n’est plus acquis que l’avion français soit finalement choisi par Brasilia pour équiper ses forces aériennes.

Des difficultés sont apparues lors des négociations portant sur la vente de 60 Rafale aux Emirats arabes unis. Engagées depuis 2008, ces dernières sont toujours en cours mais l’on ignore encore quand elles prendront fin. D’autres marchés se sont fermés, comme en Suisse, où le projet de remplacer les F-5 Tiger a été renvoyé à des jours meilleurs.

A cela s’ajoute le contrat de modernisation des Mirage 2000 indiens, qui n’a toujours pas été signé. Sans oublier la vente de 4 bâtiments de projection et de commandement (BPC)Mistral à la Russie, espérée pour 2010 mais figurera dans les statistiques de cette année, sous réserve que les négociations portant sur les aspects commerciaux aboutissent.

Cela étant, il est possible que le cru 2011 soit meilleur. Tout d’abord, les négociations actuellement engagées finiront bien par aboutir et les crises dans le monde arabe pourraient avoir un impact positif pour les industriels de l’armement. Et parmi eux, certains mettent en place des plans visant à réduire leurs coûts afin de gagner des parts de marché à l’exportation. C’est notamment le cas de Nexter.

opex360.com

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Contenu sponsorisé

Sujet / Message Re: Les exportations françaises d’armement

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum