Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.

Guerre civile du rwanda 1994 120px-10

http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Guerre civile du rwanda 1994 EmptySam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyDim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyVen 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Guerre civile du rwanda 1994 EmptySam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyLun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyLun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyJeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyJeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Guerre civile du rwanda 1994 EmptySam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyLun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyJeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyMar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyLun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyDim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyLun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Guerre civile du rwanda 1994 EmptyLun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Guerre civile du rwanda 1994 Empty
Mai 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Guerre civile du rwanda 1994

Aller en bas

Sujet / Message Guerre civile du rwanda 1994

Message par Sphinx le Jeu 11 Mar - 1:56

Le 4 août 1993 le Gouvernement Rwandais et le Front Patriotique Rwandais (FPR) signèrent un traité de paix, à Arusha (Tanzanie). La signature marquait la fin de plus de trois ans de guerre civile qui laissait des milliers de morts, des centaines de milliers de déplacés et l'économie du pays paralysée. Cette guerre avait été déclenchée le 1er octobre par le Front Patriotique Rwandais (FPR) à partir du territoire ougandais.
Le 6 avril 1994, le président rwandais, Juvénal Habyarimana, et le président burundais, Cyprien Ntaryamira, trouvèrent la mort dans un mystérieux crash d'avion, à l'aéroport de Kanombe (Kigali). Immédiatement, l'animosité entre la majorité hutu dominante et la minorité tutsi explosa. La Garde Présidentielle, de larges secteurs de l'armée, la milice civile (Interahamwe), une partie de la population, se déchaînèrent, tuant et massacrant tout tutsi ou hutu pro tutsi, hommes, femmes, enfants. Ce qui ne semblait n'être qu'une révolte limitée, devint un vrai massacre au-delà de toute imagination.
Les églises, les hôpitaux, les écoles, et même les résidences diplomatiques étaient attaqués. Le carnage continua pendant plusieurs semaines, selon "une logique de mutuelle extermination", comme l'écrivaient trois évêques survivants le 10 juin 1994. Plus de 500.000 morts, et 2,5 millions de déplacés. Le FPR se rendit aussi coupable de plusieurs crimes contre l'humanité.
Face à ces tueries, la communauté internationale baissa les bras. C'était une sorte de tacite acceptation de l'une des plus grandes atrocités de notre temps. "Disons avec grande humilité, nous avons failli. C'est un scandale! C'est un échec non seulement pour les Nations Unies, mais aussi pour la communauté internationale. Nous tous, sommes responsables. C'est un génocide, mais la communauté internationale continue toujours à discuter sur ce qui aurait dû être fait", dit le Secrétaire général des Nations Unies, Boutros Boutros-Ghali le 26 mai 1994.
La crise affecta un peuple entier et toucha profondément la vie de l'Église. "Des choses horribles, même à l'intérieur des églises qui sont devenues des abattoirs de gens innocents".
"On n'arrive pas à s'expliquer le grand nombre de morts. Autrefois, lors des conflits ethniques précédents, les églises catholiques - ces caractéristiques bâtiments en briques orange - avaient été considérées comme des sanctuaires inviolables. En 1959, 1963 et 1973, lors des accrochages hutu-tutsi, les prêtres avaient ouvert les portes des paroisses aux tutsi et ceux-ci avaient été épargnés. Cette fois, les églises devinrent des abattoirs. Pour la première fois dans l'histoire du Rwanda, des centaines de prêtres, religieux, religieuses, moines et gens laïques travaillant pour l'église ont été assassinées".
Trois évêques, 95 prêtres, 57 religieuses, 35 frères et 28 laïques consacrés ont été éliminés entre avril et juillet 1994. Les diocèses de Butare, Byumba, Kabgayi, Nyundo et Gikongoro ont été les plus sévèrement éprouvés. Beaucoup d'agents pastoraux, catéchistes, employés, enseignants, assistants sociaux, infirmiers ont aussi trouvé la mort. D'autres communautés chrétiennes, principalement anglicanes et adventistes, ont eu aussi à pleurer leurs victimes.
Y a-t-il quelque explication au prix payé par l'Église elle-même, une Église définie "Jeune, belle mais fragile" dans une video-cassette préparée à la veille de la visite du Pape?
"L'Eglise était une cible particulière à attaquer pour les tueurs. Les églises étaient prises d'assaut non seulement à cause des gens qui s'y étaient réfugiés, mais aussi pour les profaner et détruire la confiance que l'édifice sacré pourrait les protéger".
D'un autre côté, quelques évêques (sur neuf, six hutu et trois tutsi) étaient accusés d'être proche du régime précédent et d'avoir condamné avec tiédeur la violence qui s'annonçait. On peut trouver quelques signaux d'alarme dans les documents publiés par la Conférence Épiscopale à partir de l'année 1990. Au milieu de la tension qui montait, ils dénonçaient les maux rwandais - injustice, corruption, violations de droits humains, discrimination ethnique, élimination impitoyable des adversaires, esprit de vengeance. Cependant, les textes semblaient trop prudents et respectueux; ou même, compromettants. Dans la lettre du 5 décembre 1990 à l'épiscopat ougandais, par exemple, les évêques accusèrent les exilés qui venaient d'attaquer, avec une armée bien entraînée, à partir de l'Ouganda: "Le premier octobre, le Rwanda a été agressé par un groupe armé, féodal-monarchiste, provenant de l'Ouganda dans le but de renverser l'actuel gouvernement. Ils voulaient réinstaller un régime rejeté par la majorité de la population (plus de 80%) dans le Référendum en 1961, supervisé par l'ONU... Nous dénonçons la complicité de l'armée ougandaise dans cette attaque contre notre pays". Le FPR n'oubliera pas cette interprétation de sa lutte et le fera payer cher à l'Église catholique.

Le massacre au Centre Christus.

Le matin du 7 avril 1994, vers sept heures, six soldats arrivèrent au Centre et entrèrent à la chapelle. Ils semblaient être nerveux et honteux, comme s'ils étaient ivres ou avaient été dopés. Ils demandèrent à voir les cartes d'identité de tous ceux qui étaient présents et la liste des hôtes.
Il y avait six Jésuites (trois Belges, trois Rwandais); quatre prêtres rwandais du diocèse de Gikongoro, qui voulaient accompagner à l'aéroport leur évêque en partance pour le Synode africain à Rome; une assistante sociale; huit jeunes filles rwandaises (quatre hutu, quatre tutsi), trois espagnoles membres de l'Institut apostolique Vita et Pax, qui participaient à une retraite spirituelle prêchée par l'abbé Juvénal Rutumbu, prêtre du diocèse de Ruhengeri et professeur au Grand Séminaire de Nyakibanda et enfin Louis, le cuisinier. Après avoir séparé les Rwandais des Européens, les soldats enfermèrent les premiers dans la chambre n° 28 et les Européens dans la salle à manger. Il leur était défendu de sortir.
Vers 9h15, un officier et quelques soldats arrivèrent en jeep. "Quelques minutes plus tard nous avons entendu deux explosions et quelques décharges de fusils; puis quelques coups de feu espacés, et après, le silence!". C'est seulement vers 15h00, que les Européens purent sortir et aller dans la chambre occupée par les Rwandais. Le sang était partout, même au plafond. Quelques corps étaient sous les meubles, aussi c'était bien difficile de les bouger. Il y avait 17 corps: trois Jésuites, quatre prêtres du diocèse de Gikongoro, huit jeunes filles, l'assistante sociale et le cuisinier. Ils furent enterrés dans une fosse commune, dans le jardin, le jour suivant. L'abbé Juvénal Rutumbu et une fille, Béatrice, furent retrouvés vivants dans deux pièces séparées: "Sortez, disparaissez", leur avaient dit les soldats, avant le massacre. Ils avaient été épargnés du seul fait qu'ils étaient originaires du Nord.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Guerre civile du rwanda 1994 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile du rwanda 1994

Message par Sphinx le Jeu 11 Mar - 1:56

Le massacre de Gakurazo

Au moment de l'attentat contre l'avion présidentiel dans la soirée du 6 avril, les évêques de Byumba (Joseph Ruzindana) et de Gikongoro (Augustin Misago) se trouvaient à l'archevêché de Kigali, en partance pour le Synode africain à Rome. A la suite de la reprise et de l'intensification des combats à Kigali, le 12 avril 1994 ils quittèrent la capitale avec l'archevêque Vincent Nsengiyumva, en direction de Kabgayi. Accueillis par l'évêque du lieu, Thaddée Nsengiyumva, ils examinèrent ensemble la situation. L'évêque de Gikongoro poursuivit sa route pour regagner son diocèse (au sud du pays). Au fur et à mesure que le FPR confirmait sa victoire, les milices hutu réagissaient en faisant disparaître beaucoup de tutsi. Les évêques avaient protesté: "Vous ne pouvez pas arrêter les gens sans un ordre écrit et vous ne pouvez pas condamner sans procès régulier". En vain. Les milices les menacèrent: "Si vous n'êtes pas d'accord avec ce que nous faisons, nous allons attaquer Kabgayi".
Les évêques auraient pu se sauver dans un pays voisin, mais ils préférèrent rester: "Nous ne pouvons pas abandonner ces gens. Notre départ augmenterait leur peur", dirent-ils. Le 31 mai, deux jours avant la prise de Kabgayi par le FPR, ils écrivirent une lettre au Saint Siège, demandant la neutralité pour le Centre religieux de Kabgayi.
Ce n'est que le matin du 2 juin, lorsque retentirent les premiers coups de mitrailleuse, qu'ils prirent la décision de quitter la ville. Les soldats du FPR approchaient. Vers 11 h00 les portes de l'évêché furent fermées. Aux environs des 15h00 des soldats du FPR, grimpant sur le mur du côté de la paroisse, firent leur apparition dans l'enceinte de l'évêché. Les abbés François-X. Muligo et Alfred Kayibanda allèrent à leur rencontre. Après avoir demandé de l'eau, les soldats ordonnèrent aux évêques, prêtres, religieux et religieuses et autres réfugiés de se présenter.
"Qui est Nsengiyumva?", demanda un soldat.
"Nous sommes deux Nsengiyumva ici", répondit l'évêque Thaddée.
"Nous cherchons Vincent".
L'archevêque leva la main: "C'est moi".
"Notre commandant veut vous voir". Un après l'autre, tous les prisonniers furent soumis à un premier interrogatoire.
Le lendemain, 3 juin, on conduisit les prisonniers à Ruhango, localité située à une vingtaine de km de Kabgayi, en direction du sud. Deuxième interrogatoire, beaucoup plus détaillé que le précédent. Après avoir passé la nuit dans une maison à côté du bâtiment de la sous-Préfecture de Ruhango, le lendemain ils furent transférés au noviciat des Frères Joséphites, à Gakurazo, non loin de Byimana.
Le soir du 5 juin, un commandant dit à tous les prisonniers présents dans le grand réfectoire: "J'ai une communication à faire aux évêques et aux prêtres. Les religieuses peuvent aller se coucher". Soudainement, la grande porte du réfectoire s'ouvrit: trois ou quatre soldats dirigèrent leurs fusils vers les prisonniers et firent feu. Bilan: trois évêques, dix prêtres et un frère Joséphite, tués.
Quelques heures plus tard les soldats allèrent appeler les Sœurs: "Vous voyez, un soldat indiscipliné a tué les évêques. Allez, s'il vous plaît, et essayez d'arranger des choses". Ils dirent la même chose aux novices.
Une scène horrible attendait les Sœurs: dans le réfectoire il y avait un tas de corps et du sang partout! Avec des planches repérées dans le magasin du noviciat on prépara à la hâte des cercueils pour les trois évêques et pour le frère Jean Baptiste Nsinga, supérieur général des Frères Joséphites.
Les corps des prêtres furent enterrés sommairement dans le jardin du noviciat; ceux des évêques dans la cathédrale de Kabgayi.
Quelques jours plus tard les évêques 'survivants' publièrent un document où, après avoir condamné fermement l'assassinat des "trois confrères", ils affirmaient: "Nous savons pertinemment que ces évêques, lâchement massacrés, auraient pu se chercher refuge ailleurs. Mais ils ont préféré rester à Kabgayi au lieu de délaisser plus de trente mille personnes déplacées, y compris des prêtres, des religieux et religieuses ayant trouvé abri au Centre religieux de Kabgayi et auxquels ils apportaient assistance et réconfort dans la mesure du possible… Le Front patriotique rwandais-Inkotanyi (FPR) a officiellement reconnu lui-même sa responsabilité dans l'assassinat de nos trois évêques et de nos dix prêtres". Après la guerre, en mai 1995, la Conférence épiscopale tenta d'enterrer les victimes dans la dignité, mais sans succès à cause de l'opposition du parlement d'alors.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Guerre civile du rwanda 1994 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile du rwanda 1994

Message par Sphinx le Jeu 11 Mar - 1:59

Le massacre de Nyundo

Le 6 avril 1994, la majorité des prêtres diocésains se trouvaient à Nyundo pour la rencontre annuelle avec leur évêque. Vers 17h00 du 7 avril, la milice attaqua la procure diocésaine et le Petit Séminaire, où avait lieu la rencontre et où logeaient quelques prêtres. La milice tua une trentaine de réfugiés et parmi eux deux prêtres. Pendant la nuit, quelques prêtres et autres réfugiés quittèrent le séminaire dans l'intention de gagner la maison de l'évêque. Ils pensaient que c'était une place sûre. Le jour suivant, à 8h30, des soldats et des miliciens venant de Gisenyi apparurent à la porte de la résidence de l'évêque, Mgr W. Kalibushi. Ils réclamèrent d'abord de l'argent. Ils saisirent l'évêque et après l'avoir poussé dans une voiture, ils lui enlevèrent les chaussures et la soutane. La voiture prit la route du cimetière. "Je priais, je me remettais dans les mains du Seigneur. Je n'avais pas peur - a raconté plus tard l'évêque. Ils prirent mes lunettes, ma montre et ma bague". Juste à ce moment-là, l'incroyable allait arriver! Informé par un gendarme, le Lt.-Colonel Anatole Nsengiyumva, un hutu, arriva sur le lieu. Il ordonna d'arrêter la mascarade et conduisit l'évêque en lieu sûr, à Gisenyi. Dans les heures qui suivirent, la maison de l'évêque et les bâtiments de la cathédrale furent attaqués et dévastés.
A propos du massacre du jour suivant, nous citons le témoignage de quatre prêtres et d'un séminariste qui échappèrent de justesse.
"La milice revint à 8h00 du matin le samedi 9 avril. Comme ils ne purent entrer dans la résidence de l'évêque, ils quittèrent à midi dans le but de chercher des renforts. Vers 13h00, ils arrivèrent avec un groupe d'Interahamwe et Impuzamugambi de Gisenyi et Karago. Ce fut l'assaut le plus terrifiant et meurtrier. Avec des fusils et des grenades empruntés aux soldats, ils brisèrent les portes et les fenêtres de la sacristie de la cathédrale, où les deux jours précédents de nombreux blessés avaient trouvé refuge. Ils entrèrent et les tuèrent tous. De là, ils pénétrèrent dans la résidence de l'évêque. Là aussi, il y avait beaucoup de réfugiés. Les attaquants se disaient l'un à l'autre: "D'abord on tue et après on pille". La consigne fut strictement respectée. De nombreuses personnes de tout âge furent assassinées. Parmi elles, huit prêtres. Seulement les gens cachés à l'intérieur de la cathédrale furent sauvés, mais non par miséricorde. En fait, ayant vu le grand nombre de personnes tuées (plus de 300), les assaillants croyaient qu'ils avaient tué tout le 'gibier'.
Le 11 avril, les corps des victimes furent enterrés. Ceux du Petit Séminaire dans la fosse septique du séminaire; ceux de la maison épiscopale, dans les latrines près de la place".


http://www.afriquespoir.com/cibles/page21.html

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:
Guerre civile du rwanda 1994 Sphinx10


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Guerre civile du rwanda 1994

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum