Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Commandant Si Azzeddine

Aller en bas

Sujet / Message Commandant Si Azzeddine

Message par Sphinx le Lun 31 Mai - 23:15

Commandant Azzedine, nom de guerre de Rabah Zerari, est un combattant nationaliste algérien, né le 8 août 1934, responsable de la zone autonome d'Alger et membre du Conseil national de la révolution algérienne.

Biographie

Né le 8 août 1934 à Béjaia, dans la Petite Kabylie. Orphelin à trois ans, pris en charge par son frère aîné, il s'installe à Annaba avant la Seconde Guerre mondiale. Il fréquente l'école française - mais pas pour longtemps à cause d'un directeur raciste, puis suit des cours du taleb cheikh Belkacem. En 1951, il quitte Annaba pour Alger où il réussit, après avoir exercé une foule de petits métiers, à obtenir une place chez Caterpillar à El-Harrach comme soudeur à l'arc et à l'autogène, tout en appartenant au club de football, l'USMMC. Rejoint le maquis en mars 1955 en wilaya IV. Arrêté le 4 juillet 1956, il s'évade. Responsable du légendaire commando Ali Khodja en 1957-1958. Sous les ordre du général Massu, le commandant Trinquier avait organisé dans la région de Palestro (Grande Kabylie) une vaste battue au cours de laquelle Azzedine avait été capturé. Au cours de son interrogatoire, il déclarait d'une façon convaincante qu'il était en désaccord avec le GPRA dans la conduite de la guerre et estimait que la paix avec de Gaulle qui venait de prendre le pouvoir était nécessaire. Azzedine offrait de négocier la capitulation avec les leaders de la wilaya IV. II fit même plusieurs voyages sur parole dans le maquis à cet effet. En même temps, il fournissait aux français une masse de faux renseignements et tirait profit d'un cessez-le-feu local pour distribuer une livraison d'armes dans toute la wilaya. Un jour de décembre, il disparaissait tranquillement dans les montagnes au-delà de Blida. On ne devait le revoir que lorsqu'il réapparut comme le commandant du FLN qui devait négocier le retour des combattants FLN à Alger aux derniers jours de la guerre. Cet épisode fut une humiliation que les Français eurent de la peine à avaler si bien que un an et demi plus tard, lorsque le commandant de la wilaya IV, Si Salah, faisait une loyale offre de paix, elle fut rejetée par de Gaulle devenu méfiant après l'échec de l'affaire Azzedine. Très lié à Frantz Fanon, adjoint de Boumediène à l'État-major général (EMG) de l'ALN, membre du CNRA (l959-1962) et de l'État-major de la Zone Autonome d'Alger de février à juillet 1962. Arrêté par ses camarades sous l'ordre de Boumediène.

Libéré peu après l'indépendance, il se retire de la vie politique à l'age de vingt-huit ans et se consacre aux affaires. Refait surface en 1997 comme membre du Conseil de la nation d'où il démissionne pour animer le CCDR.

Hommage

Dans le livre de souvenir du général Bigeard « Pour une parcelle de gloire » il cite longuement, nommément, ceux qui ont montré de réelles qualités de soldat, vaillance, courage, rapidité de manœuvre : Laghrour Abbès dans les Nementchas, Mohammed le Balafré à Agounnenda et surtout le commandant Azzedine dont il dira:

« Nous avons rencontré là un adversaire qui, surpris dans une sévère embuscade, réagit vite et courageusement. Il s'est même révélé capable après, quarante-huit heures d'isolement, de faire payer chèrement sa peau. On comprend qu'un tel groupement, commandé par de tels chefs, n'ait jusqu'ici remporté que des victoires. »
Cela explique sans doute cette fameuse poignée de mains, qu'il accorda en direct à la télévision au commandant Azzedine. A ceux qui la lui ont reprochée, Bigeard aurait pu répondre : « On ne se déshonore pas en rendant hommage à l'adversaire. »

wikipedia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Commandant Si Azzeddine

Message par Sphinx le Lun 31 Mai - 23:22

enquête

« Nous avons arraché l’indépendance, elle ne nous a pas été octroyée »

Ancien membre de l’état-major de l’Armée de libération nationale, le commandant Azzedine analyse la récente polémique sur la colonisation.
Héros de l’indépendance,

le commandant Azzedine a rejoint le maquis en mars 1955, à l’âge de vin gt ans.

Il est l’ancien chef du commando Ali Khodja, une unité d’élite de la wilaya 4 (Algérois), et fut adjoint de Houari Boumediène, chef d’état-major

de l’ALN. Arrêté dès 1962 par ses camarades, il a été mis à la retraite à l’âge de vingt-huit ans. Il retrace son parcours dans On nous appelait fellaghas, un livre qui a inspiré le film C’était la guerre,

de Maurice Failevic et Ahmed Rachdi.

Comment expliquez-vous le retour périodique des débats sur la colonisation ou la guerre d’Algérie ?

Commandant Azzedine. À chaque tentative de rapprochement entre la France et l’Algérie, chaque fois qu’une volonté politique s’est dessinée pour l’amélioration des relations entre les deux pays, nous assistons à une offensive des nostalgiques de l’Algérie française. Ce n’est pas nouveau. Ce vieux contentieux n’a pas été réglé politiquement.

C’est donc, à mon avis, l’annonce

de la signature d’un traité d’amitié qui a suscité des remous en France, avec bien sûr la loi du 23 février, mais aussi, rappelons-le, l’édification, dans certaines villes, de stèles à la gloire de l’OAS.

Que signifie cette sempiternelle litanie ? « Nous avons construit ceci, nous avons fait cela… » C’est vrai. Mais qui a profité de ces réalisations ? Ces infrastructures ont profité aux Européens ! L’école ?

Les Algériens qui poursuivaient au-delà du certificat d’études se comptaient

sur les doigts de la main. Et la plupart d’entre nous n’étaient formés

qu’à des métiers qui pouvaient être utiles au système colonial. L’Algérie n’est pas exempte de réactions d’hostilité au rapprochement entre les deux pays. Certains rétrogrades, ici, voient dans toute affirmation de modernité ou d’ouverture sur la culture universelle un ralliement à ce qu’ils appellent « hizb França », « le parti de la France ».

Ce traité d’amitié, qui fait actuellement l’objet de pourparlers, peut-il être le socle d’une authentique réconciliation ?

Commandant Azzedine. Ce que nous demandons, aujourd’hui, c’est simplement que l’on nous considère comme un peuple qui a acquis son indépendance. Cette indépendance, nous l’avons arrachée. Elle ne nous a pas été octroyée, comme le prétendent certains. Grâce au fusil de chasse, à nos actions politiques et diplomatiques, et au sacrifice de notre peuple, nous avons contraint le pouvoir colonial à s’asseoir autour de la table de négociation.

Il a fallu près d’un demi-siècle pour que

la France ne parle plus officiellement d’« événements » mais bien de « guerre ». Mais les obstacles à une véritable réconciliation et à un travail de mémoire digne de ce nom existent des deux côtés de la Méditerranée. Je me souviens d’une interview du général Bigeard parue,

au début des années quatre-vingt, dans l’hebdomadaire Algérie Actualités. Bigeard, interrogé sur la liquidation de Larbi Ben M’Hidi, assurait alors l’avoir remis au pouvoir politique. Pour moi, c’était l’aveu, très important,

que la torture était institutionnalisée.

Cet entretien a provoqué un tollé :

la polémique portait sur le simple fait

de donner la parole au général Bigeard.

Je fus alors l’un des rares à défendre

le principe de cette interview, même si je n’étais pas d’accord sur la forme,

qui apparaissait à l’avantage de Bigeart.

Vous dites souvent ne nourrir aucune rancune à l’endroit de la France. L’engagement de Français à vos côtés dans le combat pour l’indépendance

a-t-il compté ?

Commandant Azzedine. Incontestablement. L’honneur de la France a été sauvé par les objecteurs de conscience, par les porteurs de valises, par mes camarades communistes, en Algérie comme en France. Notre guerre de libération nationale, que je préfère appeler révolution, n’était pas une guerre religieuse. Il y avait, dans les rangs

des combattants, des athées, des communistes, dont certains, comme Fernand Yveton, ont été guillotinés. Je pense aussi à Maurice Laban, tombé au maquis dans les Aurès, à Maurice Audin, disparu. Je tiens à leur rendre hommage aujourd’hui. Ce sont eux qui ont sauvé les grandes valeurs de la France de 1789

et qui nous font aimer ce pays.

La jeunesse algérienne s’intéresse-t-elle suffisamment, à vos yeux, à cette histoire coloniale ?

Commandant Azzedine. C’est l’un des reproches que je fais au pouvoir, qui n’a tenu aucune des promesses faites lors du déclenchement de la lutte armée

et au congrès de la Soummam en 1956.
L’histoire de notre pays n’a pas été écrite. Ou alors elle a été écrite avec une gomme. Aujourd’hui, lorsque vous demandez à un jeune, dans les rues d’Alger, s’il sait qui est le héros de l’indépendance qui a donné son nom à la rue qu’il arpente, le plus souvent il l’ignore. Nos jeunes, même s’ils s’y intéressent, ne connaissent pas assez notre histoire. Le drame de l’Algérie, c’est que le pouvoir n’a jamais voulu d’une authentique écriture de cette histoire. Elle a été tronquée, car elle implique, encore aujourd’hui, des enjeux de pouvoir.

Entretien réalisé par R. M.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Commandant Si Azzeddine

Message par Sphinx le Lun 31 Mai - 23:29

Commandant Si Azzeddine a lakhdaria 1981

[url]