Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
142 Messages - 1%
128 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Octobre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 34
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Sujet / Message Actualite ethiopienne

le Jeu 17 Mar - 22:55
L'Ethiopie s'engage à bien préparer le 2ème Sommet Inde-Afrique

L'Ethiopie s'est engagée à bien préparer le deuxième Sommet Inde-Afrique qui aura lieu à Addis-Abéba en mai 2011, a déclaré jeudi le vice-Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères de l'Ethiopie, Hailemariam Dessalegn.

Lors de la rencontre avec le vice-ministre indien des Affaires étrangères Vivek Katju jeudi, M. Hailemariam a exprimé sa gratitude de permettre à l'Ethiopie d'organiser le deuxième Sommet Inde-Afrique, en assurant que le peuple et le gouvernement éthiopiens feraient tous leurs efforts pour le succès du sommet.

M. Katju a indiqué que le sommet permettrait de renforcer davantage les relations culturelles et historiques entre les deux parties et de promouvoir la coopération multi-latérales entre l'Inde et l'Afrique dans de divers domaines.

Selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, une délégation indienne dirigée par le Premier ministre indian Manmohan Singh se rendra à Addis-Abéba pour participer au sommet.

Le premier Sommer Inde-Afrique s'est tenu à New Delhi en Inde, en 2008. Fin


Ethiopia says doing well to host 2nd India-Africa Summit in May

ADDIS ABABA, March 17 (Xinhua) -- Ethiopia is well preparing to host the 2nd India-Africa Summit due to be held in Addis Ababa in May, 2011, Ethiopian Deputy Prime Minister and Foreign Minister Hailemariam Dessalegn said.

While discussing with visiting Indian Deputy Foreign Affairs Minister Vivek Katju here on Thursday, Hailemariam expressed his gratitude for the recognition Addis Ababa gets to host the 2nd India -Africa Summit.

He said the people and the government of Ethiopia will exert utmost effort for the successfully organization of the summit.

For his part, Vivek Katju said the summit would help further strengthen the age long cultural and historic ties of the two sides.

He said the event will firmly cements the multi-lateral cooperation of India and Africa in the area of trade and other sectors.

According to the Ministry of Foreign Affairs spokesperson Dina Mufti, an Indian delegation led by Prime Minister Manmohan Singh will come to Addis Ababa to attend the summit.

It was learnt that various trade and cultural exhibitions of Africa and India will be staged and many Indian companies are expected to be the part of the event.

Some 21 institutions will be officially established on the occasion with an intention to further strengthen the India -Africa cooperation, he said.

The first India-Africa Summit was convened in New Delhi, India in 2008. Endi

http://chine-informations.com

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

avatar
Daûphin_zz_47
Adm
Adm
Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 36
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Sujet / Message Re: Actualite ethiopienne

le Ven 25 Nov - 10:00
En Éthiopie, la microfinance se fait attendre dans les villages

En Éthiopie, les établissements de microfinance enregistrent de remarquables succès depuis leur légalisation il y a douze ans. Mais leur présence reste limitée dans les villes. Pourquoi ? Pour Afrique Renouveau, un reportage de Andualem Sisay.

À 45 kilomètres au Sud d’Addis Abeba, la capitale éthiopienne Aselefech Desalegn prépare l’injera, le pain national. Comme des millions d’Éthiopiennes, elle doit faire des pieds et des mains pour nourrir ses enfants.

Depuis peu, Aselefech gagne sa vie en livrant l’injera dans des hôtels de la ville. « En dehors de la chaise que vous voyez là-bas, tout ce qui est dans ma maison vient de Buusaa Gonofaa » affirme-t-elle. Buusaa Gonofaa c’est le nom de la microfinance qui lui a permis de financer son activité.

Il y a 15 ans qu’Aselefech a quitté ses parents, installés dans une région rurale non loin, pour s’installer à Bishoftu, anciennement nommée Debre Zeit. Avec la réduction de la fréquence des récoltes à une seule fois par an, beaucoup de jeunes Éthiopiens migrent vers les villes et même dans les pays du Moyen-Orient où ils travaillent comme filles ou garçons de ménage.

Lorsqu’elle a reçu son premier prêt de 500 birrs (environ 30 dollars) de Buusaa Gonofaa il y a sept ans, Aselefech a commencé à vendre du charbon et des œufs sur les trottoirs de Bishoftu. « Même si je gagnais davantage que dans mon précédent travail de cuisinière dans un hôtel, je ne pouvais plus supporter la chaleur et la pluie dans la rue. De plus, cette activité m’éloignait de mes enfants ». Trois ans plus tard, la jeune femme a changé d’activité. La préparation de l’injera qu’elle livre dans des hôtels de la ville lui permet de rester proche de ses enfants. Seul inconvénient : la chaleur du feu de bois.

Aselefech fait désormais partie des clients réguliers de Buusaa Gonofaa, ceux qui ont accès à des prêts pouvant atteindre 455 dollars remboursable avec un taux d’intérêt annuel de 18%. Avec les bénéfices qu’elle réalise, elle peut non seulement s’occuper de ses enfants, mais aussi envoyer de l’argent à sa famille restée au village.

Les établissements de microfinance en Éthiopie offrent des prêts fondés sur la responsabilité collective. Chaque membre du groupe est responsable pour tous les autres, puisque, en général, aucun ne dispose de biens pouvant garantir son prêt. De sorte qu’au début, Aselefech a eu du mal à trouver suffisamment de personnes pour former un groupe. Ils sont finalement 12 membres à l’avoir rejoint. Chacun d’eux est une entrepreneuse dans l’âme, mais la plupart exerce dans le commerce de détail.

Buusaa Gonofaa a été créée en 2001 et compte actuellement 50 000 clients à travers le pays. Elle accorde des prêts allant jusqu’à 852 dollars pour les individus qui sont membres d’un groupe. Tous, ou presque, sont des clients pauvres vivant dans des zones rurales. « Nous augmentons le montant du prêt à nos clients en examinant leur passé, » explique Getachew Mekonnin, responsable de Buusaa Gonofaa.

Après les villes, direction les zones rurales ?

Les membres d’un groupe sont censés rembourser l’intégralité de leurs prêts à des taux d’intérêt variant entre 18 et 30% par an. Les clients sont tenus de payer chaque semaine une partie de leur dette. Les microfinances ont vu le jour dans le pays il y a 12 ans. Il y a deux ans, on en comptait 28, pour un capital cumulé de 375 millions de dollars. Aujourd’hui, on en compte 31. En 2010, ces institutions ont déboursé 108 millions de prêts à 660 000 emprunteurs.

Le potentiel d’expansion est inépuisé, mais de tels établissements possèdent des capacités limitées et craignent de prêter aux ménages pauvres, surtout en zones rurales. « Il est évident que certains établissements de microfinance craignent de se ruraliser, » affirme Baptiste Ast, spécialiste de la microfinance chez PlaNet Finance, une ONG. « De tels groupes nécessitent une formation et le renforcement des capacités ».

Sur la base de son expérience en Afrique et ailleurs, M. Ast pense que les gouvernements et les bailleurs de fonds internationaux peuvent mettre en place une législation plus contraignante pour obliger les établissements de microfinance et les banques à se déployer davantage dans les zones rurales. On peut aussi imaginer que des mesures incitatives telles que des exonérations fiscales puissent permettre d’étendre [le prêt] dans les zones rurales, » insiste-t-il.

« La microfinance en zone rurale est encore très récente et possède un énorme potentiel, étant donné que la majorité des africains vivent encore dans des zones rurales, » déclare M. Ast. « On peut être optimiste en ce qui concerne l’impact que pourraient avoir des produits de prêt ou d’assurance de culture ou du bétail innovants sur la vie des petits agriculteurs, » ce qui permettrait de la protéger contre des catastrophes telles que la sécheresse ou des inondations.

Afrique Renouveau
http://www.afrik.com/article24145.html

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





http://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum