Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Meilleurs posteurs
8022 Messages - 42%
5687 Messages - 30%
2215 Messages - 12%
1184 Messages - 6%
1142 Messages - 6%
207 Messages - 1%
128 Messages - 1%
122 Messages - 1%
94 Messages - 0%
87 Messages - 0%
Galerie


Septembre 2017
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier

Connexion

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur
Masculin
Nombre de messages : 8022
Age : 32
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Sujet / Message Actualité culturelle algérienne

le Lun 21 Mai - 23:48
Culture algérienne

La culture algérienne est riche, variée et très ancienne, chaque région, chaque ville ou oasis constitue un espace culturel particulier. La Kabylie, les Aurès, l'Algérois, les Hauts plateaux, la vallée du Mzab, le Gourara, le Hoggar, la Saoura, l'Oranie sont chacune des région avec des particularités culturelles et parfois linguistiques.
Les premières manifestations culturelles sont vieilles de milliers d'années, tels les fascinants témoignages d'art rupestre du Tassili n'Ajjer, en passant par tous les beaux édifices érigé tout au long de l'histoire de ce pays, en arrivant à l'artisanat toujours très présent et richissime. L'art algérien reflète les chapitres d'histoire qu'a passé ce pays et les différente influences qu'il a eu.
wikipedia


Patrimoine culturel


Site web du ministère de la culture :
http://www.m-culture.gov.dz/mc2/fr/index.php


Warda al Jazaïria, le dernier souffle d’une rose



Une grande voix de la musique arabe, Warda al Jazaïria, s’est éteinte ce jeudi en Egypte.

C’est dans son pays adoptif, l’Egypte, que Warda al Jazaïria (rose algérienne, ndlr) s’en est allée ce jeudi à l’âge de soixante-douze ans des suites d’un arrêt cardiaque. Adulée par la critique, la diva aux chansons d’amour marquera sans aucun doute pendant longtemps l’histoire de la musique classique arabe. Elle laisse derrière elle un héritage de plus de trois-cent chansons vendues à plus de vingt millions d’exemplaires à travers le monde.

La dépouille de la chanteuse sera exposée samedi au Palais de la culture pour un dernier hommage avant d’être inhumée dimanche 20 mai au cimetière d’El Alia. Une nouvelle qui ravi le président algérien Abdelaziz Bouteflika qui a souhaité le rapatriement du corps en Algérie.

La guerre d’Algérie déclenche sa médiatisation

La « Rose algérienne » est née à Puteaux, en région parisienne, en 1940, d’un père algérien et d’une mère libanaise. A peine âgée de onze ans, son père l’initie à la musique dans son établissement situé à l’époque dans le Quartier latin de Paris. Elle se fait connaître pendant la guerre d’Algérie grâce à ses chansons patriotiques. Alors qu’elle commence à donner des concerts à travers le monde arabe, elle se voit contrainte de quitter la France. Son militantisme et ses dons en faveur du FLN ne plaisent pas dans l’hexagone.

Elle part alors vivre à Rabat, la capitale du Maroc, avant de s’envoler pour la capitale libanaise, à Beyrouth. Après l’indépendance de l’Algérie en 1962, la voici de retour aux sources. Pas tant que ça, car l’homme qu’elle épouse en 1962 lui interdit la musique. Un silence radio de douze années s’en suivra jusqu’à ce fameux jour où le (deuxième) président de la République algérienne, Houari Boumediene, lui demande de revenir sur la scène pour commémorer l’indépendance de l’Algérie. Son mari divorce d’elle. Peu importe, Warda est épanouie dans la musique.

Un retour éclatant

Elle se relance dans l’aventure, mais en Egypte cette fois-ci où elle retrouve le compositeur Baligh Hamdi avec qui elle se marie. Sa carrière en Egypte est un franc succès. Elle côtoie les plus grands compositeurs arabes tels que Mohammed Abdel Wahab, Ryadh Soumbati, Sayed Mekawi ou encore Hilmi Bakr. Elle met aussi à profit ses talents de comédiennes dans quelques grands rôles de films égyptiens.

Puis, arrive le jour où elle est de nouveau censurée. Le président Sadate la fait interdire de radio et de télévision en Egypte. Elle est même invitée à quitter (forcée) le territoire. En cause, El Ghala Yenzad. Cette chanson qui fait l’éloge de la famille du Prophète et tout particulièrement de l’ancien dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi. Anouar al-Sadate n’a pas du tout apprécié que leur rose adoptive parle en bien de celui qui devint un jour son ennemi. Warda n’a d’autre solution que de demander à Jihane Sadate, l’épouse du président, d’intervenir auprès de son époux pour lever l’interdiction. Pari gagné.

A la fin des années 90, elle signe un retour fracassant avec Nagham el Hawa, un album qui compile orchestration classique et arrangements modernes. Warda al Jazaïria était, à l’instar de Oum Kalthoum, l’une des divas les plus connues et les plus appréciées du monde arabe. Une rose qui aura conservé intactes ses pétales durant soixante-douze ans.

[url][/url]

http://www.afrik.com/article25677.html


Biographie de Warda Al Jazairia

Warda al-Jazairia (arabe وردة الجزائرية , La rose algérienne) généralement appelée Warda (وردة ) est une chanteuse algérienne née en France en 1940.

Née à Puteaux d'un père algérien (Mohammed Ftouki) originaire de Souk-Ahras et d'une mère libanaise en 1940, elle commence à chanter en 1951, à l'âge de onze ans, au Tam-tam, un établissement du Quartier-latin appartenant à son père. Elle se fait rapidement connaitre pour ses chansons patriotiques algériennes. En 1958, suite à ses chansons, elle est obligée de quitter la France pour Beyrouth. Après l'indépendance de l'Algérie, elle retourne en Algérie et se marie en 1962. Son mari lui interdit de chanter. En 1972, le président algérien Houari Boumediene, lui demande de chanter pour commémorer l'indépendance de l'Algérie, ce qu'elle fait accompagnée d'un orchestre égyptien. Suite à cela, son mari demande le divorce; C'est ainsi qu'elle décide de consacrer sa vie à la musique.

Warda part vivre en Égypte, où elle rencontre le compositeur Baligh Hamdi avec qui elle se remarie. En Égypte, elle connait un grand succès en travaillant avec les plus grands compositeurs arabes, comme Mohamed Abdelwahab ou Sayyed Mekkawy. De plus, elle a tenu quelques grands rôles dans des films égyptiens. Elle a vendu plus de 20 millions d'albums à travers le monde pour un répertoire musical comprenant plus de 300 chansons. Ses chansons les plus connues sont "lola el malama", "batwannes bik", ""harramt ahibbak", "wahashtouni" ou "awqati btehlaw".

Source:hibamusic.com


Photo marquante de Warda




__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Rahim Damon
Membre
Membre
Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 27
Emploi/loisirs : Journaliste
Date d'inscription : 26/05/2012
Localisation : Algerie

Sujet / Message Vers le récupération du masque de la Gorgone!

le Mar 29 Mai - 10:34
Vers le récupération du masque de la Gorgone!

Le fameux masque de Gorgone vient d’être authentifié par « un groupe d’experts du ministère de la culture algérien en mission en Tunisie ». L’information a été donnée, hier dimanche, par l’APS. La pièce serait en « voie de restitution par le ministère de la culture ».

L’information est de taille. Cette pièce archéologique, d’une valeur inestimable, remontant à l’époque romane a en effet « disparu » depuis 16 ans. Le masque de Gorgone a été en effet volé en Algérie sur le site d’Hippone, actuelle Annaba. Une disparition qui avait choqué plus d’un et qui est passé presque inaperçu sur le plan officiel. Le fait que le ministère de la culture augure peut être d’une réelle prise en main des autorités de ce dossier visiblement épineux. Il faut rappeler que le masque est réapparu il y a plusieurs mois. C’était dans un domaine en Tunisie de Sakhr El Materi (gendre du président tunisien déchu Ben Ali). C’était dans un reportage ((voir vidéo trouvé sur la toile, à la 12ème seconde) réalisé par une chaine satellitaire sur les biens mobiliers et immobiliers de la fille ainée du président. Quelques photos du masque avaient été diffusées. Reconnaissant leur « bien », plusieurs algériens, surtout les annabis, avaient réagi en force sur les réseaux sociaux pour « rendre à César ce qui appartient à César».



Offusqués et écœurés par ce vol, les annabis avaient appelé « les autorités concernées » à intervenir pour restituer ce monument appartenant à l’histoire de Bône. D’ailleurs, une grande mobilisation a été constatée avec la création d’un groupe sur Facebook « Pour la restitution du masque de Gorgone à Annaba ». Unis et solidaire pour la sauvegarde de leur patrimoine, les annabis de tous âges et de classes confondues ne cessent de témoigner, partageant des vidéos, des photos et des articles de presse. Le discours de la ministre de la culture, Khalida Toumi, lors de l’ouverture du mois du patrimoine culturel sous le libellé « Patrimoine et sécurisation » en avril 2009, a été également repris dans une sorte de « rappel ».
Pour le côté archéologique, il faut savoir que le masque de Gorgone, ou la Méduse, date de la civilisation grecque. C’est une créature malfaisante, dans la mythologie dont la chevelure est constituée de serpents. D’une grande laideur, la légende dit que tous ceux qui croisaient son regard étaient figés de peur. Ce morceau du patrimoine algérien, a été découvert par l’archéologue français Choupaut en 1930, aux abords de l’antique Hippone. Sculpté sur du marbre le masque de Gorgone pèse environ trois-cent vingt kilos sur un mètre de longueur.
Pour l’instant, cette pièce sert « actuellement de pièce à conviction" dans le procès toujours en cours de Sakhr El Materi, ouvert depuis décembre dernier à Tunis. Le beau-fils de Ben Ali est impliqué dans "trafic de pièces archéologiques, transfert illicite d’immobilier protégé, possession de pièces archéologiques non déclarées, et fouille de ruines mobiles et fixes sans permis ». La Gorgone tenait compagnie à cent-soixante quatre pièces archéologiques découvertes dans la maison du tunisien.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum