Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Les décideurs de la politique étrangère

Aller en bas

Post-it Les décideurs de la politique étrangère

Message par Syfou le Jeu 5 Mai - 14:23

Politiques Étrangères

Introduction générale

La politique étrangère est vraisemblablement la première ou la plus ancienne des politiques publiques. Historiquement, l'activité des États, des souverains s'est d'abord concentrée sur lages tion des rapports avec les autres, États ou souverains, élément que l'on retrouve si on lit les ouvrages des fondateurs de la réflexion sur la politique, de l'antiquité à Machiavel: l'activité du souverain, du Prince se limitait essentiellement à la politique étrangère.

La politique étrangère pose des problèmes de substance et de limite. On peut dire que la politique étrangère recouvre l'ensemble des activités gouvernementales qui ont pour objet l'organisation des relations avec les autres États. Ce qui englobe les relations pacifiques d'échanges mais aussi la gestion des relations conflictuelles et de la guerre. Cependant la politique étrangère peut être considérée comme une politique publique, c'est-à-dire des organes (institutions administratives...) et des moyens budgétaires en vue de la réalisation d'objectifs clairement identifiés. Il s'agit d'une politique publique à part car ses résultats ne peuvent s'apprécier selon les mêmes critères que les politiques publiques classiques, le problème se trouvant dans la difficulté d'en tracer les contours.

En effet, il y a un grand enchevêtrement des dossiers, une très grande dépendance entre l'économique et le politique, le local et le global. Quantitativement, l'activité économique des ambassades à considérablement augmenté au cours des trente dernières années. Les ambassades jusqu'alors considérées comme représentations politiques des États, deviennent des plus en plus des postes économiques avancés (=comptoirs pendant la colonisation). Historiquement la politique étrangère était cantonnée à l'activité desrelations avec

les autres États notamment par la recherche d'alliance, de prévention des guerres, de les mener, de les gagner. Elle était liée à l'activitémilitaire. En remontant plus loin en se posant la question de l'origine de la politique étrangère, on constate que c'est dans la volonté des groupes de se rassembler pour se protéger que se trouve la source de la politique étrangère.

Au fond, la politique en général, ne se déduit pas obligatoirement de la recherche de relations pacifiques à l'intérieur du groupe, et la politique étrangère trouve son origine dans la gestion des relations avec les autres groupes. Si on valide cette hypothèse,la politique étrangère aurait certainement précédé la mise en œuvre de politiques internes (rapport inversé aujourd'hui). Ainsi, l'autorité du souverain ne procèderait pas d'abord de sa capacité à assurer la paix intérieure, mais à celle d'assurer la paix extérieure, avec les autres groupes.

Si on revient vers l'idée selon laquelle le politique se construit autour d'un pacte au sens de Hobbes (agir contre les ennemis de l'extérieur est ce qui guide l'action du souverain: « Le motif et le but de celui qui renonce à son droit ou le transfert ne sont que la sécurité de sa propre personne dans sa vie et dans les moyens de la préserver. »), ce pacte doit protéger la société organisée contre les survivances de l'état de nature: conflits internes, guerres... Les chroniques et récits historiques démontrent que les luttes contre les Princes et souverains environnant forment l'essentiel de la chronique des faits politiques.

Les réalisations internes sont moins cités et moins décrites que les faits d'armes. Si on regarde le processus de formation des États modernes, on s'aperçoit que parallèlement au renforcement de l'assise interne du contrat social, on note un renforcement du monopole d'exercice de la politique extérieure. Si on s'en tient à la réflexion sur l'État moderne et ses fonctions, tous pensent que la diplomatie constitue la pierre angulaire de la souveraineté: une fonction indivisible ne pouvant être cédée. Même si des États, dans une étape plus actuelle ont renoncé à des activités économiques, ils ne partagent que très rarement l'exercice de la politique étrangère (exemple de l'Union Européenne, chaque État membres a conservé son ambassade dans les différents pays membres, il n'y a pas un siège de l'Union Européenne à l'ONU). Tout État même le plus petit est doté d'institutions qui lui permettent d'exercer sa politique étrangère.

Tous les États représentés à l'ONU disposent de structures de représentation de leurs intérêts vis à vis des autres États, par le biais de missions diplomatiques. La politique étrangère est spécifique dans la mesure où son rapport à la politique interne est lui aussi spécifique. Ainsi, si l'exercice du pouvoir du politique en interne requiert le consentement des individus par le biais du suffrage ou du plébiscite, la souveraineté est la condition première pour l'exercice de la politique vis à vis des autres. La souveraineté s'obtient par la reconnaissance des autres, ce qui passe par l'acceptation et l'échange de missions diplomatiques, ces dernières ne sont qu'un prolongement administratif de la politique étrangère de chaque État.

De fait, la politique étrangère apparaît comme une constante du pouvoir politique. Cependant, depuis la seconde guerre mondiale, il est possible de nuancer cette affirmation. Ainsi, les nouvelles fonctions des États modernes n'entrent pas dans le stricte cadre des fonctions régaliennes (diplomatie, justice, prélèvement de l'impôt, pouvoir de guerre). Peu à peu, la politique étrangère va apparaître comme une politique particulière permettant le prolongement de ces politiques publiques dans le champ international.

Au cours du XXe siècle, les États se sont adjoint de nouvelles fonctions en matière industrielle, technologique... qui amènent de nouveaux rapports avec les États, et donc de nouvelles institutions ce qui étoffe cette nouvelle administration et transforme la politique étrangère. Celle ci tend à épouser les contours d'un réseau d'inter dépendance entre les États. La question reste celle de la conservation et de la progression des intérêts de l'État à laquelle s'ajoutent les missions de coopération économique, scientifique... S'ajoute à cette évolution celle de la démultiplication des acteurs politiques ou non qui peuvent agir dans le champ des relations entre les États, l'action des entreprises, les actions de ONG, des collectivités locales voire de certains individus. Il est donc très difficile de tracer avec précision les contours de ce qui relève ou non de la politique étrangère.

Sur un autre plan, la diversité des systèmes politiques a un impact certain dans la définition et la conduite de la politique étrangère. Malgré la forte interdépendance entre les États, les modèles nationaux de conduite de la politique étrangère connaissent une forte pérennité puisqu'ils sont le reflet des intérêts politiques des États. On peut donc, à partir d'une lecture institutionnelle, retracer l'évolution de la politique étrangère moderne, c'est-à-dire à partir de la fin du XIXe siècle. On commencera donc par étudier le statut constitutionnel des politiques étrangères. Par ailleurs, il n'est pas possible de remonter l'ensemble de la chronologie de la politique étrangère afin de saisir la transformation des modèles. Enfin sur un plan géographique, on se contentera essentiellement des modèles de politique étrangère et de diplomatie de trois ou quatre pays.

http://scribd.com




les décideurs de la politique étrangère de l'après Seconde Guerre mondiale réunis à Potsdam (1945). Sont présents : Truman, Staline et Bevin (2ème en haut à gauche) notamment.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Syfou le Sam 7 Mai - 11:58

La révolte arabe



Le régime Moubarak en voie d’effondrement devant un mouvement de contestation nationale… Quel avenir pour l’Egypte et le mone arabe ?



Aucun changement poilitique d’importance ne se fera sans que le probleme de l’interférence étrangere ne soit adressée de maniere conséquente par le mouvement de protestation.

L’ambassade américaine du Caire est une entité politique tres importante, qui fait de l’ombre de maniere invariable au gouvernement national, hors, l’ambassade n’est pas une cible du mouvement de protestation. En Egypte, un programme du FMI devastateur fut imposé en 1991 au sommet de la crise du Golfe et de la guerre. Il fut négocié en échange de l’annullement de la dette militaire de l’Egypte qui s’élevait a quelques milliards de dollars dûs aux Etats-Unis, ainsi également que sa participation a la guerre. La dérégulation résultante des prix alimentaires, privatisations massives et mesures d’austérité draconniennes menerent a un apauvrissement du peuple égyptien et a la déstabilisation de son économie. Le gouvernement de Moubaeak fut primé comme ´´tant un “éleve modele du FMI”.

Le rôle du gouvernement Ben Ali en Tunisie fut également de renforcer la médecine mortelle du FMI, qui sur une période de plus de 20 ans, servit a completement déstabiliser l’économie et a appauvrir la population tunisienne. Ces 23 dernieres années, la politique économique et sociale de la Tunisie a été dictée par le consensus de Washington. A la fois Ben Ali et Moubarak sont restés au pouvoir parce que leurs gouvernemernts respectifs obéissaient et renforçaient de maniere effective les diktats du FMI.

De Pinochet a Videla, de Baby Doc Duvalier a Ben Ali en passant par Moubarak, les dictateurs ont été installés par Washington. Historiquement en Amérique latine, les dictateurs étaient installés suite a une série de coups d’Etats militaires. Aujourd’hui, ils sont installés par “des élections libres et justes”, sous la surveillance de la “communauté internationale”.



Des changements politiques et sociaux de valeur ne pourront s’effectuer que si l’agenda politico-économique néolibéral est jetté a la poubelle séance tenante.

Régime de remplacement

Si le mouvement de protestation ne s’occupe pas du rôle des puissances étrangeres inclues les pressions exercées par les “investisseurs”, les créditeurs extérieurs et les instances financieres internationales, l’objectif de la souveraineté nationale ne sera pas atteint. Dans ce cas, ce qui se passera ne sera que le remplacement du régime de maniere restreinte, ce qui produira une continuité politique. Lesa dictateurs sont mis en place et virés; quand ils sont politiquement discrédités et ne servent plus les intérêts de leurs sponsors américains, ils sont remplacés par un nouverau leader, souvent recruté parmi les rangs de l’opposition.

En Tunisie, l’administration Obama s’est déja positionnée. Elle entend jouer un “rôle clef” dans le “programme de démocratisation” (en organisant des élections soi-disant justes et libres…). Elle entend également utilsiser la situation de crise politique pour affaiblir le rôle de la France et consolider sa position en Afrique du Nord: “Les Etats-Unis, qui ont été prompts a réagir a l’opportunité de la protestation dans les rues tunisiennes, essaie de pousser son avantage et de demander des réformes démocrartiques dans la pays et au dela.”

L’envoyé spécial des USA pour le Moyen-Orient, Jeffrey Feltman, a été le premier étranger a arriver dans la pays apres que le président Ben Ali se fut enfui le 14 Janvier et il appela tres vite pour des réformes. Il a dit Mardi que seules des élections libres et justes renforceraient et donneraient une crédibilité au leadership en lutte du pays nord-africain.

“Je m’attends certainement a ce que nous utilisions l’exemple tunisien dans les négociations avec les autres gouvernements arabes, ajouta l’assistant secrétaire d’état Feltman. Il fut détaché dans le pays nord-africain pour offrir l’aide américaine dans la transition turbulente du pouvoir et il rencontra des ministres tunisiens et des figures de la vie sociale. Feltman se rend a Paris Mercredi pour discuter de la crise avec les leaders français, renforçant l’impression que les Etats-Unis sont en train de mener le support international pour une nouvelle Tunisie et au détriment de son ex-force coloniale de tutelle: La France. Les nations occidentales ont supporté le régime tunisen déchu en le voyant comme un rempart contre les militants islamistes dans la region nord-africaine.

En 2006, le secrétaire a la défense d’alors Donald Rumsfeld fit un discours a Tunis ou il se félicita de l’évolution du pays.

La secrétaire d’état actuelle Hillary Clinton s’immisça avec son discours de Doha au Qatar du 13 Janvier, mettant en garde les leaders arabes de laisser plus de libertés a leurs citoyens ou de risquer une exploitaion extrémiste de la situation. “Il n’y a aucun doute que les Etats-Unis essaient de se positionner tres rapidement du bon côté “.

Washington parviendra t’elle a imposer une nouvelle marionnette ?

Cela dépend de la capacité du mouvement de protestation a gérer le rôle insidieux des Etats-Unis dans les affaires intérieures de leur propre pays. Les puissances impérialistes qui ne demandent qu’a prendre en charge la situation ne sont pas mentionnées. Triste ironie du sort, le président Obama a exprimé son soutien au mouvement de prostestation. Beaucoup de gens au sein même du mouvement de protestation sont enclins a penser qu’Obama est dévoué a la démocratie et aux droits de l’Homme et est un supporteur de l’opposition afin d’éliminer un dictateur, qui fut installé au pouvoir par les Etats-Unis en premiere instance.

Le cooptage et les leaders d’opposition

Le cooptage des leaders d’opposition majeure et des organisations de dociété civile dans l’anticipation de l’effondrement d’un gouvernement marrionnette autoritaire fait partie intégrante du design de Washington, ceci est appliqué a différentes regions du monde. Le processus de cooptage est effectué et financé pardes fondastions basées aux Etats-Unis, incluant la NED (National Endowment for Democracy) et Freedom House (FH). Ces deux entités ont des liens directs avec le congres américain, le conseil en relations étrangeres (CFR) et le cartel du gros business US. A la fois la NED et FH sont connus pour avoir des liens avec la CIA.

La NED est activement impliquée en Tunisie, Egypte et Algérie, Freedom House supporte plusieurs organisations de société civile en Egypte. “La NED fut fondée par l’administration Reagan apres que fut porté au grand jour l’implication de la CIA dans un rôle de financement secret pour renverser des gouvernements démocratiquement élus, ce qui mena a jetter le discrédit sur les partis, les mouvements, les journaux, livres, magazines et individus qui reçurent des fonds de la CIA.

Comme entité bipartisane qui sollicite la participation des deux partis politiqaues US ainsi que l’AFL-CIO et la chambre de commerce US, la NED prît en charge le fnancement des renversements de régimes étrangers, mais de maniere ouverte et sous le vocable de “promotion de la démocratie” (Stephen Gowans, January « 2011 « What’s left » Bien que les Etats-Unis aient supporté Moubark ces trente dernieres annés, des fondations américaines avec des liens multiples au département d’état (ministere des affaires étrangeres US) et au pentagone, ont supporté activement l’opposition politique incluasnt le mouvement de la société civile. En accord avec la Freedon House: “La société civile égyptienne est a la fois vibrante et refoulée. Il y a des centaines d’ONG qui se sont dévouées a développer les droits civils et politiques dans le pays, opérant dans un environnement hypre-régulé.”

(Freedom House Press Releases).

Ironie du sort, Washington supporte la dictature de Moubarak ainsi que ses atrocités, tout en finançant et supportant ses détracteurs, a travers les activités de la FH et de la NED, entr’autres.

L’effort de la FH pour stimuler une nouvelle génération d’activistes a mené a de bons succes et le New Generation program en Egypte a gagné une audience dominante localement et internationalement. Des membres égyptiens de tous les grouopes de la société civile ont reçu en 2008 un intérêt et une reconnaissance sans précédent jusqu’alors, incluant un meeting a Washington avec le secrétaire d’état, le conseiller a la sécurité et des membres influents du congres. Les mots de Condoleeza Rice furent élogieux en disant que ces membres représentaient “un gros espoir pour le futur de l’Egypte”. Freedom House, http://www.freedomhouse.org/template.cfm?page=66&program=84

Le double langage politique: discussion avec le “dictateur” et entretien avec “la dissidence”

Sous les auspices de la FH, les dissidents égyptiens et les opposants a Hosni Moubarak frent reçus en Mai 2008 par Condoleeza Rice au département d’état américain et au Congres. En Mai 2009, Hillary Clinton rencontra une délégation de dissidents égyptiens, qui visiterent Washington sous les auspices de FH. Ce furent des rencontres de haut niveau. Ces mouvements d’opposition qui joue un rôle dans la protestation contre le régime sont programmés poiur servir les intérêts américains. Les Etats-Unios sont présentés comme un modele de liberté et de justice. Ces invitations ont pour but d’instaurer une culture de motivation et de respect aveugle envers les valeurs démocratiques américaines.


Ceci s’appelle “la bascule politique” ou la “fabrication du mécontentement”. Supportons le dictateur ainsi que son opposition afin de contrôler cette opposition. Ces actions, menées par la FH et la NED, pour les administrations Bush et Ovama maintenant, assurent que les groupes d’actions civiques fondés par les Etats-Unis, ne vont pas diriger leur énergie contre les marionnettistes derriere le régime de Moubarak, a savoir le gouvernement américain.

Ces mouvements civiques égyptiens financés par les Etats-Unis agissent comme des “chevaux de Troie” et deveinnent intégrés aux mouvements de protestation. Leur but est de projetter les intérêts des marionnettistes. Elles s’assurent que le mouvement de la base, de la rue, ne va pas s’intéresser au probleme élargi de l’interférence étrangere dans les affaires internes d’un État souverain.

Les blogueurs de Facebook et de Twitter sont supportés et financés par Washington

En relation directe avec le mouvement de protestation en Egypte, des groupes divers d’actions civiques financés par des fondations etats-uniennes, ont mené la protestation sur Twitter et Facebook: “Activistes du mouvement égyptien Kifaya (Assez), une coalition d’opposants au gouvernement, et le mouvement de la jeunesse du 6 Avril organiserent la protestation sur facebook et twitter. Les agences de presse occidentales ont reporté que Twitter sembleit être bloqué en Egypte tard Mardi “.

(voir Voice of America,Egypt Rocked by Deadly Anti-Government Protests

Le mouvement Kifaya, qui organisa une des premieres actions dirigée contre le régime Moubarak en 2004, est supporté par la fondation américaine International Center for Non-Violent Conflict

A son tour, FH a été impliquée a promouvoir et a entraîner les blogs de facebook et twitter pour le Moyen-Orient et l’Afrique du nord:

Les membres de FH ont acquis des techniques de mobilisation civique, de leadership, de stratégie et de planification et bénéficient d’un réseau d’opportunités a travers des interactions avec des donateurs basésa Washington, les membres ont reçu de petites subventions pour implémenter des initiatives inovantes telles que la promotion de réformes politiques grâce a facebook et la messagerie SMS.

http://www.freedomhouse.org/template.cfm?page=66&program=84

Du 27 Février au 13 Mars 2010, FH a hébergé 11 blogueurs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (de différentes organisations d’opposition), pour un stage de deux semaines a Washington sur l’étude de nouveau média avancé. Ce stage a appris aux blogueurs un entrainement de sécurité numérique, développment de vidéo numérique, développement de messages et cartographie numérique. A Washington D,C, ces membres ont aussi participé a un briefing au Sénat et au Congres, rencontré des officiels de l’USAID (NDT: également unevitrine de la CIA), du département d’État, ainsi que des médias internartionaux incluant Al Jazeera et le Washington Post.

http://www.freedomhouse.org/template.cfm? page=115&program=84&item=87

Tout a chacun peut facilement comprendre l’importance donnée par l’administrastion américaine a ce programme d’entrainement des blogueurs qui est de plus couplé avec des meetings au sénat, au congres, au département d’état, etc…

Le rôle du mouvement Facebook et Twitter comme expression de la dissidence se doit d’être étudié tres attentivementa la lumiere des liens de quelques organisations d’action civique avec la Freedom House (FH) la NED et le département d’état américain. BBC News World (retransmis au Moyen-Orient) citant des messages internet égyptiens, rapporte que “Les Etats-Unis ont envoyé de l’argent a des groupes pro-démocratie” (BBC News World, 29 Janvier 2011)

Les confrérie des freres musulmans

Bien qu’il y ait une interdiction constitutionnelle contre les partis politiques religieux, les membres des “Freres musulmans” élus au parlement égyptien comme étant “indépendants”, ils constituent le bloc parlementaire le plus important.

La confrérie musulmane quoi qu’il en soit ne constitue pas une menace directe aux intérêts politiques et économiques de Washington dans la région. De fait, les agences de renseignement occidentales ont une historique de ,ongue durée dans la collaboration avec la confrérie. Le support logistique de la confrérie par les services secrets britanniques remonte aux années 1940. Dans les années 50, comme le dit l’ex-agent William Baer “La CIA a dirigé son support vers la confrérie a cause de la capacité remarquable de celle-ci a renverser Nasser. 1954-1970: CIA and the Muslim Brotherhood Ally to Oppose Egyptian President Nasser Ces liens secrets futent reconduits dans l’ere post-Nasser.

Remarques de conclusion

Spoiler:
L’éviction de Moubarak est une possibilité pour la politiqie étrangere US depuis plusieurs années.

Le remplacement des régimes se doit d’assurer la continuité, tout en donnant l’illusion qu’un changement politique conséquent s’est produit. L’agenda de Washington pour l’Egypte a été de “détourner le mouvement de protestation” et de remplacer Moubarak par une autre marionnette obéissante a la tête de l’état égyptien. L’objetif de Washington est de préserver les intérêts des puissances étrangeres, de conserver l’agenda économique néolibéral qui a servi a appauvrir la population égyptienne.

Du point de vue de Washington, le remplacement de régime n’a plus besoin l’installation d’un régime autoritaire militaire comme ce fut le cas aux glorieux jours de l’impérialisme américain, cela peut-être fait en cooptant des partis politiques, incluant des partis de gauche, en finançant des groupes d’action civique, en infiltrant le mouvement de protestation et en manipulat les élections natioales.

En référence au mouvement de protestation en Egypte, Obama a déclaré le 28 Janvier dans une vidéo diffusée sur YouTube: “Le gouvernement ne doit pas se résoudre a la violence”

La question bien plus fondamentale est de savoir quelle est la source de la violence ?

L’Egypte est le plus gros bénéficiaire d’aide militaire apres Israël. L’armée égyptienne est considérée comme étant la base du régime de Moubarak. Les politiques américaines imposées a l’Egypte et le monde arabe depuis plus de 20 ans, couplé avec les “réformes du marché libre” et de la militarisation du Moyen-Orient, sont les causes principales de la violence d’État.

L’intention de l’Amérique est d’utiliser le mouvement de protestation pour installer un nouveau régime. Le mouvement populaire defvrait rediriger son énergie: établir la relation entre les Etats-Unis et le dictateur. Enlever du pouvoir la marionnette politique des Etats-Unis, mais sans oublier de cibler les vrais dictateurs.

Détruire le processus de changement de régime. Démanteler le systeme de réformes néolibérales. Fermer les bases militaires US en Egypte et dans le monde arabe. Etablir un véritable gouvernememt souverain.

Michel Chossudovsky est professeur emeritus d’economie a l’université d’Ottawa et directeur fondateur du centre de recherche sur la mondialisation.

http://resistance71.wordpress.com


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Syfou le Sam 7 Mai - 14:50

rakane a écrit:mr syfou vous avez tout rèsumez. je suis avec vous dans les mêmes ondes et les mêmes frèquences politiques .tout ce qui touche à la politique rien ne se passe au hasard tout à ètè bel et bien programmè...je suis très satisfait de votre analyse.....merci.

Salut rakane Smile

Sans t'inventé quoi que se soit ,ce qui se passe à l'heure actuel, dans le monde arabo-musulman est du à la stupidité de tout le monde de la base juqu'au sommet de la hiérarchie . Au lieu de penser à une solution afin que tt le monde puisse s'en sortir alors tt le monde s'en moque . Honnetement je trouve pas çà bizarre gif7

Merci.

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Syfou le Ven 13 Mai - 21:13

Les USA en Afrique :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

No comment Arrow

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Syfou le Ven 27 Mai - 23:29

Libye : Mouammar Kadhafi poussé vers la sortie

La pression augmente sur Mouammar Kadhafi. Réuni à Deauville, le G8 a appelé le dictateur libyen à quitter le pouvoir.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Mouammar Kadhafi est désormais poussé de toutes parts au départ
REUTERS/Ismail Zitouny


Une position que rejoignent les pays du Maghreb et du Sahel, qui craignent une déstabilisation de la région. En Libye, la coalition internationale a déjà renforcé son dispositif militaire en envoyant des hélicoptères.

« Kadhafi et le gouvernement libyen ne sont pas parvenus à assumer leur responsabilité de protection du peuple libyen et ont perdu toute légitimité. Kadhafi n’a pas d’avenir dans une Libye libre et démocratique. Il doit partir ». La déclaration finale du G8 réuni à Deauville les 26 et 27 mai 2011 est sans appel. Kadhafi doit s’en aller. Même la Russie l’a admis. Opposé à la résolution 1973 de l’ONU autorisant des frappes internationales contre les forces du régime libyen et refusant jusqu’à présent de soutenir les appels au départ de Mouammar Kadhafi, Moscou a finalement déclaré par la voix de son vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Riabkov : « Oui, nous sommes prêts à l’admettre… il doit partir ».

Plus que de l’admettre, la Russie est même prête à participer à son départ. « Si le ton respectueux qu’observe la Russie dans son dialogue avec les autorités libyennes aidait Monsieur Kadhafi à prendre la bonne décision, ce serait à mon avis une contribution sérieuse et importante de notre part », a poursuivi Sergueï Riabkov. Selon le représentant spécial de Moscou pour l’Afrique, Mikhaïl Marguelov, une prise de contact a déjà été lancée avec des proches du dirigeant libyen. « Il y a donc un espoir de solution politique », a avancé Mikhaïl Marguelov.
Un dénouement que les pays du Maghreb et du Sahel espèrent rapides, tant ils craignent que la crise libyenne ne provoque une déstabilisation de la région. Avant son départ pour le G8, le président nigérien Mahamadou Issoufou a ainsi exprimé son inquiétude sur la menace que font peser al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), les trafiquants de drogues et les trafiquants d’armes. « Toutes ces menaces-là aujourd’hui sont amplifiées par la crise libyenne. C’est pour cela que nous sommes convaincus que cette crise nécessite des réponses rapides pour éviter de déstabiliser la sous-région », a-t-il déclaré.

Une pression militaire renforcée

Poussé au départ sur le terrain diplomatique, le dirigeant libyen l’est aussi au niveau militaire. La France et la Grande-Bretagne viennent d’envoyer en Libye des hélicoptères de combat. Ils auront pour mission de mener des attaques ciblées contre les forces gouvernementales. La Grèce a de son côté annoncé qu’elle allait affréter un cargo d’aide humanitaire à destination des rebelles de Benghazi, avec 30 tonnes de nourritures, de médicaments et de nourriture ainsi qu’une équipe médicale.

Mais Mouammar Kadhafi est encore loin d’avoir cédé. Au contraire, le régime libyen semble avoir intensifié son harcèlement contre les rebelles. L’Otan l’accuse ainsi d’avoir miné les environs de Misrata, troisième ville du pays que les forces gouvernementales ont assiégée pendant deux mois. Aussi, selon Human Rights Watch, l’armée de Kadhafi bombarde de roquettes l’ouest de la Libye en tirant à l’aveuglette, menaçant la vie des civils.

Invité à s’exprimer sur ce que seraient les conséquences d’un refus du dirigeant libyen à quitter le pouvoir, le président Nicolas Sarkozy a été on ne peut plus clair : « Intensification de l’interventiohn militaire pour protéger les population ». A bon entendeur…

http://rfi.fr

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Daûphin_zz_47 le Sam 28 Mai - 13:20

40 milliards de dollars pour la Tunisie et l'Egypte

L Tunisie et l'Egypte révolutionnaires ont reçu hier la promesse d'une aide économique pour soutenir le «printemps arabe». «Ce que le président Sarkozy a annoncé, c'est un package global de 40milliards de dollars pour la région. Ce package n'a pas été décliné par pays et il est prévu qu'il y ait des réunions des ministres d'ici à début juillet pour mieux articuler ce programme», a précisé un ministre tunisien. Ces deux pays sont particulièrement frappés par la chute de la fréquentation touristique et une croissance proche de zéro. L'aide promise par le G8 devrait être constituée essentiellement de prêts des organisations financières internationales, Fonds monétaire international (FMI) et Banque mondiale en tête.

http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/monde/g8-la-russie-se-pose-en-mediateur-pour-la-libye-28-05-2011-1316833.php

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Droit_De_l'Homme le Dim 29 Mai - 5:47

Nous voila presque arrivé a terme promotionnel de la haute imprimerie américaine qui va bientôt commencer la récolte prévu depuis le 10 novembre passé! apparemment les grains de 600 milliards de dollars qu'ils sont semés ont bien poussés et les récoltes de valorisations commencent par la Tunisie et l’Égypte. qui réfléchi réussi, et l'une des filières de la Franc-M est belle et bien la Franc-imprimerie.
Ils nous qualifient apparemment de Franc-Observateur. peu03

__
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les condoléances ne ressuscitent pas le défunt;;mais elles entretiennent la confiance entre ceux qui restent [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

人間の権利


Il y a trois choses à ne pas chercher en vain :
Un savant dont les actes correspondent à son savoir,
Un homme d'action dont le cœur s'accorde avec ses actes,
Un frère humain sans défauts.

"L'homme n'est content de rien sauf de son intelligence ; moins il en a, plus il est content."


Droit_De_l'Homme
Droit_De_l'Homme
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 1184
Age : 38
Emploi/loisirs : Universel
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Sur Terre.!.(Lune prévue)

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Syfou le Jeu 2 Juin - 7:50

Les 10 grands médiamensonges d'Israël par Michel Collon
Partie 1

[url][/url]

Suite partie 2

[url][/url]

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Daûphin_zz_47 le Jeu 28 Juil - 13:16

La Grande-Bretagne reconnait officiellement le CNT

La Grande-Bretagne a accentué la pression sur Tripoli en reconnaissant mercredi comme seul « gouvernement légitime » en Libye le CNT, organe politique de la rébellion. Les dirigeants britanniques ont également invité l'autorité politique de transition à s'installer à l'ambassade libyenne, à Londres, après expulsion des diplomates pro-Kadhafi. « Le Royaume-Uni reconnaît le Conseil national de Transition et traitera avec lui comme seule autorité gouvernementale en Libye », a ainsi déclaré lors d'une conférence de presse le chef de la diplomatie britannique, William Hague.

Une décision que le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères, Khaled Kaaim, a qualifié d' « irresponsable, illégale », qui viole « les lois britanniques et internationales ». Dans la foulée, Londres a annoncé l'expulsion des derniers diplomates fidèles au régime, trois mois après avoir congédié l'ambassadeur libyen, Omar Jelban. Ce dernier avait été prié de quitter le pays après l'attaque contre des bâtiments diplomatiques britanniques à Tripoli. Deux autres diplomates libyens aux « activités contraires aux intérêts » britanniques avait également dû plier bagages.

Eviter le sort de Bagdad

Le contexte ne peut que renforcer la nécessité de négociations directes entre toutes les parties en conflit, afin d'empêcher que la Libye ne connaisse le sort de Bagdad, ravagée par une guerre civile dans les années 2005-2007.

Car, alors que tout va mal sur le terrain, les membres de l'Otan envisagent le pire pour la Libye. En accentuant les bombardements sur la résidence de Mouammar Kadhafi, seule alternative selon les experts au massacre, l'Alliance Atlantique veut procéder de la manière la plus brutale qui soit. Pour les puissances occidentales, comme pour les États membres de la Ligue arabe, il est absolument évident que l'avenir de la Libye se fera sans Kadhafi au pouvoir. Reste à savoir quand.

http://www.francesoir.fr/actualite/international/libye-kadhafi-est-pret-au-sacrifice-122702.html

__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Syfou le Lun 13 Fév - 3:12

Roosvelt rencontre Ibn Saoud (14/02/1945)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Post-it Re: Les décideurs de la politique étrangère

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum