Bienvenue sur le forum non officiel de l'Etoile Nord-Africaine;

Afin de profiter pleinement de certains sujets sur le forum, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre espace si vous ne l'êtes pas encore.


http://www.intervalle-dz.com/
Sondage
Derniers sujets
» nouvelle grille de lecture du monde
Mer 13 Mar - 20:42 par ZIGHOUD15

» Wilaya 5 historique en Oranies ( 1954/1962 )
Sam 6 Oct - 19:16 par Sphinx

» dépenses militaires mondiales
Dim 6 Mai - 16:38 par ZIGHOUD15

» algerian barkhane la citadelle
Ven 27 Avr - 16:27 par ZIGHOUD15

» cabale
Mer 25 Avr - 16:06 par ZIGHOUD15

» Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS)
Sam 20 Jan - 16:30 par ZIGHOUD15

» L'emir Abdelkader et le monde antique ....
Lun 4 Déc - 20:26 par Sphinx

» Abd-el-Qadir al-Djazaïri : naissance ,vie et mort ...
Mar 28 Nov - 22:07 par Sphinx

» BRICS
Mar 14 Nov - 9:42 par ZIGHOUD15

» LA MATRICE DU TERRORISME
Lun 30 Oct - 15:49 par ZIGHOUD15

» La science du transhumanisme
Jeu 19 Oct - 12:43 par ZIGHOUD15

» la guerre de syrie
Jeu 12 Oct - 10:38 par ZIGHOUD15

» la chine nouveau joueur en afrique
Sam 30 Sep - 21:16 par ZIGHOUD15

» Médias- Mensonges et Manipulation de l'information
Mer 20 Sep - 14:23 par ZIGHOUD15

» Les exercices militaires russo-biélorusse
Lun 18 Sep - 14:22 par ZIGHOUD15

» l'inde nouveau joueur ?
Jeu 14 Sep - 12:50 par ZIGHOUD15

» Birmanie
Mar 12 Sep - 16:46 par ZIGHOUD15

» divulgation ET sommes nous prets ?
Mer 30 Aoû - 15:23 par ZIGHOUD15

» la lachété comme le courage seraient hereditaires
Mar 22 Aoû - 10:08 par ZIGHOUD15

» Le Pentagone fait son deuil du « Nouveau Siècle américain »
Lun 21 Aoû - 19:05 par ZIGHOUD15

» le mouton de l'aid
Dim 20 Aoû - 10:32 par ZIGHOUD15

» Le captagon vient au secours des manifestants vénézuéliens
Lun 14 Aoû - 16:56 par ZIGHOUD15

» Le franc CFA, arme de destruction massive contre le développement africain
Lun 14 Aoû - 16:12 par ZIGHOUD15

Galerie


Mars 2019
DimLunMarMerJeuVenSam
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier

Connexion

Récupérer mon mot de passe


Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Aller en bas

Sujet / Message Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Sphinx le Ven 25 Sep - 21:09

Le FSB (ФСБ) ou « Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie », en russe Federalnaïa Sloujba Bezopasnosti Rossiyskoï Federatsii (Федеральная служба безопасности Российской Федерации) est un service secret de la Russie, chargé des affaires de sécurité intérieure. Le FSB est le principal successeur de l'ancien KGB, dissous en novembre 1991 après le putsch de Moscou.
Le siège du FSB est situé dans la Loubianka, à Moscou.





Présentation

Le FSB est engagé principalement dans les affaires intérieures ; les fonctions de renseignement à l'étranger étant assurées par le SVR (anciennement Premier directorat du KGB). Toutefois le FSB inclut également le Service fédéral des communications et informations gouvernementales (FAPSI), impliqué dans la surveillance électronique à l'étranger. En outre, le FSB est compétent pour agir dans les territoires des anciennes républiques soviétiques, et il peut conduire des opérations militaires anti-terroristes n'importe où dans le monde sur ordre du président, suite à l'adoption des nouvelles lois anti-terrorisme. Tous les services d'ordre et de renseignements en Russie travaillent si nécessaire sous le contrôle du FSB : à titre d'exemple, le service de renseignement militaire (GRU), les forces spéciales militaires (Spetsnaz) et les détachements de troupes du Ministère de l'Intérieur russe (sorte de gendarmerie) travaillent sous la direction du FSB en Tchétchénie.




Le FSB est responsable de la sécurité intérieure de la Russie, du contre-espionnage, et de la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et le trafic de drogue. Cependant, de nombreuses critiques soutiennent que le FSB est plus engagé dans l'élimination des dissidences internes, maintenant la population sous un contrôle permanent, et influençant les évènements politiques importants, à l'identique des actions passées du KGB. Il est ainsi reproché au FSB de mettre en œuvre une surveillance de masse et une variété de mesures actives, dont la désinformation, la propagande à travers les médias contrôlés par l'État, des provocations et persécutions d'opposants politiques, journalistes d'investigation ou dissidents.

Le FSB est une vaste et puissante organisation, rassemblant des fonctions et pouvoirs qui sont dans d'autres pays disséminés entre des services distincts. Le FSB commande également un contingent des troupes armées (troupes intérieures, spetsnaz) et un important réseau d'informateurs civils. Le nombre d'employés du FSB, comme son budget, demeurent un secret d'État, mais il a été rapporté une augmentation de presque 40% du budget en 2006[1]. En 1992, le nombre d'employés liés à l'ex-KGB a été estimé à 500 000[2]. Enfin, la majorité des hauts responsables politiques russes seraient liés au FSB ; Olga Krychtanovskaïa, a estimé que 78% des 1016 principaux responsables politiques russes ont travaillé précédemment dans une organisation affiliée au KGB ou au FSB[3].

Activités officielles

Contre-espionnage

À propos des activités secrètes de contre-espionnage, le directeur du FSB Nikolaï Kovalev de l'époque déclarait en 1996 : « Il n'y a jamais eu autant d'espions arrêtés pour nous depuis le temps de la Seconde Guerre mondiale où des agents allemands étaient envoyés. ». Le FSB rapporte qu'environ 400 agents de renseignement étrangers ont été démasqués en 1995 et 1996[4]. En 2006, le FSB signala environ 27 officiers de renseignement étrangers et 89 agents de l'étranger, dont les activités furent stoppées. [5]. Le bilan de l'année 2007 présenté par Nikolaï Patrouchev fait état de l'arrêt des activités de « 22 officiers de carrière et 71 agents des services spéciaux étrangers », alors que quatre ressortissants étrangers ont été expulsés pour espionnage [6].

Surveillance des frontières

Le Service fédéral de surveillance des frontières (FPS) fait partie du FSB depuis 2003. La Russie possède 61 000 kilomètres de frontières terrestres et maritimes, dont 7 500 avec le Kazakhstan et 4 000 avec la Chine. La protection d'un kilomètre de frontière couterait environ 1 million de roubles par an. Vladimir Poutine appela le FPS à intensifier la lutte contre le terrorisme international.

.../...

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Sphinx le Ven 25 Sep - 21:13

Opérations anti-terroristes

Au fil des années, le FSB et les services de sécurité affiliés ont exécuté tous les présidents de la République tchétchène d'Itchkérie, dont Djokhar Doudaïev, Zelimkhan Iandarbïev, Aslan Maskhadov et Abdoul-Khalim Saïdoullaïev. Peu avant sa mort, Saïdoullaïev prétendait que le gouvernement russe avait tué « traîtreusement » Maskhadov, après l'avoir invité à discuter et s'être engagé à propos d'une protection « au plus haut niveau ». [7]

Parmi les personnes suspectées de terrorisme, une douzaine seulement ont été condamnées par des cours de justice pour des activités de terrorisme ou pour « encouragement à la haine nationale ». L'un des leaders de la guérilla islamiste, Chamil Bassaïev aurait été tué par les forces du FSB. Durant la prise d'otages du théâtre de Moscou, et la prise d'otages de Beslan, tous les preneurs d'otages furent exécutés sur place par les forces spéciales du FSB. Un témoin seulement a survécu, Nour-Pachi Koulaïev, et a été condamné plus tard par la justice. On signale que plus de 100 chefs des groupes terroristes ont été tués lors de 119 opérations dans le Caucase Nord durant l'année 2006[5].



Lutte contre la corruption et le crime organisé

Le FSB coopère avec Interpol et d'autres forces de l'ordre nationales ou internationales dans la lutte contre la corruption et le crime organisé. À cet égard, il fournit des informations sur de nombreux groupes criminels russes œuvrant en europe. Le FSB a également été impliqué dans les demandes d'extradition de suspects de haute envergure s'étant enfuis à l'étranger, comme Alexandre Litvinenko, Oleg Kalouguine, Akhmed Zakaïev, Leonid Nevzline, et Boris Berezovsky. Cependant ces demandes ont été refusées par les cours britanniques, américaines et israéliennes.

Organisation

Structure des services

Le décret du 11 juillet 2004 de Vladimir Poutine fixe une nouvelle réorganisation du FSB[8]. Sa structure actuelle serait donc :

Services :

Service du contre-espionnage (Oleg Syromolotov)
Service de protection du système constitutionnel et lutte anti-terroriste (Aleksandr Bragine)
Service de sécurité économique (Aleksandr Bortnikov)
Service des frontières (Viktor Pronitchev)
Service de l'organisation et du personnel (Evgenii Lovyrev)
Service des analyses, prospections et plans stratégiques (Viktor Komogorov)
Service de contrôle (Aleksandr Jdankov)
Service scientifique et technique (Nikolaï Klimachine)
Directorats :

Contre-espionnage militaire (Aleksandr Bezverkhny)
Investigations (Iouri Anisimov)
Le FSB ne recrute pas de personnel civil et le nombre de place offerte par l'Académie du FSB est limité. Le nombre total d'employés par cette organisation en 1997 serait de 80 000 personnes

Directeurs du FSB

Viktor Pavlovitch Barannikov janvier 1992 - juillet 1993
Nikolaï Mikhailovitch Golouchko juillet 1993 - février 1994
Sergueï Vadimovitch Stepachine février 1994 - juin 1995
Mikhaïl Ivanovitch Barsoukov juillet 1995 - juin 1996
Nikolaï Dmitrievitch Kovalev juillet 1996 - juillet 1998
Vladimir Vladimirovitch Poutine juillet 1998 - août 1999
Nikolaï Platonovitch Patrouchev août 1999 - 12 mai 2008
Aleksandr Bortnikov depuis 12 mai 2008


Critique des actions de FSB

Le FSB comme élite politique

Même en écartant des analyses trop spéculatives, l'influence du FSB sur l'élite politique russe est indéniable. La directrice du Centre d'étude des élites moscovite, Olga Krychtanovskaïa, estime que 78 % des 1 016 principaux responsables politiques russes ont travaillé précédemment dans une organisation affiliée au KGB ou FSB[3]. Elle déclare : « Si pendant la période soviétique et la première période post-soviétique, les gens du KGB et FSB étaient principalement impliqués dans des affaires de sécurité, actuellement la moitié de ceux-ci est encore impliqués dans la sécurité, mais l'autre moitié est impliquée dans les affaires économiques, les partis politiques, les ONG, les gouvernements régionaux, même la culture... »[3] L'importance des services de sécurité dans l'appareil politique russe est soulignée également par Jacques Baud, qui explique que les services secrets russes drainent traditionnellement une élite de personnes susceptibles d'ambitions politiques[9].

Cette main-mise d'une organisation sur l'élite du pays est peut-être comparable à celle de l'Union soviétique, où les postes clés du gouvernement étaient occupés par des membres du Parti communiste. Les liens entre le monde politique (ou économique) et le FSB sont encore accrus, par cet attachement inaliénable des ex-agents du KGB ou FSB envers leur ancien service[10]. Olga Krychtanovskaïa estime à cet égard, que les ex-agents des services de sécurité demeurent « au-dessus des lois », car ces « réservistes actifs » restent rémunérés et protégés par l'organisation[11

wikipédia

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Syfou le Sam 27 Mar - 10:12

Graines d'espionnes à la Poutine Académie

À Moscou, l'école des cadettes numéro 9 forme à la dure les futures recrues du FSB (ex-KGB), les services secrets russes.

Elles ne sont autorisées à se maquiller qu'une fois par an, à l'occasion du bal russe d'hiver. Les aînées, 16 ans à peine, affichent des robes de soirée, froufrous kitsch à l'élégance surannée. Les plus petites, âgées de 10 ans, ressemblent à des demoiselles d'honneur. À leur bras, de jeunes garçons, des enfants parfois, portent un uniforme sombre et de grandes casquettes sur de petites têtes. Unique visite masculine autorisée jusqu'à l'année suivante. Ces jeunes filles sont issues de l'école des cadettes numéro 9 de Moscou, académie nouvelle, première en son genre, où, comme l'a souhaité Vladimir Poutine, premier ministre de la Fédération de Russie, on forme l'élite militaire féminine de la patrie. Des amazones promises aux départements du FSB (ex-KGB), les services secrets russes, où elles traiteront de contre-espionnage, d'antiterrorisme et de crime organisé. Et si la couture, la cuisine, le chant, le dessin et la danse leur sont enseignés - il s'agit aussi de préparer ces demoiselles à devenir de fidèles épouses et de bonnes mères -, les matières principales relèvent plutôt du maniement de l'AK47 (kalachnikov) et des grenades.
Les écoles militaires russes, issues du modèle prussien, apparurent en 1732, sous le règne de l'impératrice Anna, nièce de Pierre le Grand, puis disparurent avec l'avènement du communisme. Avec l'ère Poutine, le concept a été réhabilité. D'abord pour les garçons. Puis pour les filles, qui ont désormais leur école : 300 élèves, majoritairement issues de familles de militaires et recrutées d'après des tests d'aptitude, suivent en ce lieu six jours d'enseignement par semaine. Les téléphones portables sont interdits en dehors des quelques minutes de communication autorisées chaque jour pour contacter les familles. Dans les salles de classe, on évoque souvent la catastrophe de Beslan en 2004, lorsque des séparatistes tchétchènes prirent, dans une école, des centaines d'otages, dont de nombreux enfants et leurs mères - l'intervention des forces spéciales russes pour les libérer se solda, selon le bilan officiel, par la mort de 344 civils, dont 186 enfants. Il est expliqué aux jeunes filles que leur éducation les préservera du sort réservé aux enfants de Beslan.

Les cours débutent dès 7 heures du matin. Enseignement des langues étran-gères - à 16 ans, la plupart des cadettes parlent couramment cinq langues -, apprentissage du défilé au pas de l'oie, du secourisme, de l'autodéfense. Et des bonnes manières. Les uniformes sombres aux épaulettes rouges sont impeccables, repassés chaque soir. Ces filles doivent être des modèles, au menu desquelles on inclut chaque jour une dose de caviar, afin de développer leur force physique. L'exigence est totale. Totale aussi pour les professeurs de l'école, triés sur le volet, militaires de réserve, vétérans de l'occupation afghane par l'Armée rouge, souvent décorés de l'ordre du Courage. Ainsi, à chaque fin d'année scolaire sont-ils sommés d'organiser un «spectacle» destiné à mettre en valeur les connaissances acquises par les élèves durant leurs cours. Que le résultat ne soit pas optimal, et le professeur est remercié, tout comme les élèves dont le niveau ne serait pas jugé satisfaisant.

Cette année, des vétérans de la Seconde Guerre mondiale sont venus en visite à l'école. Descriptions effrayantes des combats contre les Allemands, de leur absence de pitié envers les populations civiles. Dans les rangs, les jeunes filles ont écouté, toutes gonflées de colère et de fierté. Se disant qu'elles pourraient, s'il le fallait, empêcher que cela se reproduise.

Katia Clarens
05/02/2010

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Sphinx le Jeu 6 Mai - 16:45

En Russie, l'ex-KGB est-il à la hauteur de sa légende?



Les derniers attentats de Moscou, en particulier près du siège de l'ex-KGB, le démontrent : les services de renseignement ne sont plus ce qu'ils étaient.

Même si le nom de Vladimir Poutine n'apparaît pas dans le bilan définitif du double attentat du métro de Moscou (40 morts, des centaines de blessés), le 29 mars dernier, le Premier ministre russe figure au nombre des victimes collatérales. "Les kamikazes ont pulvérisé deux mythes d'un coup, estime l'analyste Nicolaï Petrov, du Centre Carnegie.

Il est désormais évident que la prétendue stabilisation du Caucase, présentée comme un succès personnel de Poutine, ne correspond pas à la réalité." Ce sont bel et bien des terroristes du Daguestan, une république du Nord-Caucase, voisine de la Tchétchénie, qui ont frappé au coeur de la capitale russe, dans le métro et à quelques mètres du siège du FSB, les services de renseignement.

Ce constat soulève une question à 1000 roubles : l'ex-KGB est-il toujours à la hauteur de sa légende? Ou l'agence au sein de laquelle l'ex-colonel Poutine a fait une grande partie de sa carrière est-elle dépassée par les événements? Pour Viatcheslav Izmaïlov, rédacteur en chef du journal d'investigation Novaïa Gazeta et ex-officier militaire, la réponse tient en quelques mots: "Le FSB est actuellement incapable d'infiltrer les réseaux terroristes pour déjouer à la source d'éventuels attentats."

Afin de comprendre comment l'ex-Tcheka de Dzerjinski, devenu le NKVD de Beria, puis le KGB d'Andropov, est tombé de son piédestal, remontons vingt ans en arrière. "Au début des années 1990, lors de l'éclatement de l'Union soviétique, le FSB a subi une terrible hémorragie", raconte l'ex-colonel Guennadi Goudkov, un ancien de la maison, aujourd'hui député du parti Russie juste. "Attirés par l'odeur de l'argent, les meilleurs éléments, en particulier les officiers intermédiaires, ont quitté le FSB pour faire carrière dans le secteur privé, auprès des clans qui contrôlent les grandes entreprises pétrolières et gazières."



Spoiler:
RIA Novosti/Image Forum, Image Forum
Dzerjinski fonde en 1917 la Tcheka, ancêtre du NKVD dirigé par Beria, et du KGB d'Andropov.

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Sphinx le Jeu 6 Mai - 16:50

La baisse de la qualité du renseignement se fait immédiatement sentir. Nicolaï Petrov travaille alors pour le gouvernement. A ce titre, il a accès à certains rapports d'analyse confidentiels publiés par les services du FSB... dont la médiocrité le consterne. "Ils étaient très forts pour raconter qui couchait avec qui. Pour les analyses sérieuses, en revanche..."

Dans ce contexte, alors que la crise économique et sociale attise une xénophobie antitchétchène bien ancrée dans la société russe, le Kremlin choisit de mener une guerre à outrance contre les mouvements séparatistes du Caucase. Suivent deux conflits armés en Tchétchénie (1994-1996 et 1999-2001) et, dans l'indifférence générale, une série d'interventions musclées dans des républiques proches: Daguestan, Ingouchie, Kabardino-Balkarie.
"La violence arbitraire, les gardes à vue avec torture, les disparitions inexpliquées ont alimenté sur le terrain un sentiment d'injustice qui a poussé la population locale dans le camp des adversaires de Moscou", résume la journaliste Irina Gordienko, familière des lieux.

Depuis le milieu des années 1990, les adeptes de la répression aveugle ont cessé d'écouter les spécialistes de la région. Dans le cadre des rares forums où il est invité à avancer des propositions, Andrei Soldatov, expert du renseignement et éditeur du site Agentura.ru, a suggéré des consultations entre le Kremlin et la petite intelligentsia caucasienne, afin que les décideurs gouvernementaux affinent leur connaissance de la société locale.

"On m'a poliment écouté, sans prendre mes propos en considération. De la même manière, j'ai suggéré que le FSB s'inspire du MI-5 [les services secrets britanniques], qui possède un accord avec Google afin de surveiller les sites Internet islamistes. Au lieu de quoi, les officiers supérieurs ont exigé que ces sites soient fermés." Une décision qui revient à se priver d'une source d'information précieuse.



En confiant la gestion du "problème tchétchène" au sanguinaire Ramzan Kadyrov, président de la Tchétchénie depuis 2007, Vladimir Poutine espérait sans doute disposer d'une sorte de solution miracle. La Russie, au contraire, se trouve dans une impasse. Maître en Tchétchénie - et influent dans les républiques voisines - Kadyrov a renforcé ses positions. Au point que le rapport de forces s'est inversé.

Désormais, au Caucase, Poutine dépend de lui. Et la Tchétchénie est virtuellement indépendante du pouvoir fédéral russe, puisque Kadyrov n'a de comptes à rendre à personne. Au reste, les seuls services secrets dont l'efficacité est incontestable sont ceux du président tchétchène: ses agents peuvent se projeter jusqu'à Moscou, Vienne et jusqu'aux Emirats arabes unis, même, afin d'éliminer un ennemi ou un "traître". Et ils l'ont démontré.

Réformer les services et... la doctrine militaire

"Afin de reprendre un jour le contrôle de la situation, il faudrait réformer les services secrets", avance l'ex-général du KGB Alexei Kandaourov, aujourd'hui dans l'opposition. "Et, ajoute-t-il, la doctrine militaire." Celle-ci, réaffirmée en février, prétend toujours que l'Otan et les Etats-Unis constituent la "principale menace pour la sécurité" de la Russie.

"Notre pays devrait intensifier sa coopération avec l'Occident, au contraire, afin de contrer les dangers potentiels en provenance du Sud et de l'Asie", poursuit Kandaourov, dans une allusion à l'Iran et à l'Afghanistan. "Pour les mêmes raisons, reprend-il, nous devrions coopérer plus étroitement avec les services de renseignement des pays d'Asie centrale qui appartenaient à l'empire soviétique, et dont certains sont peuplés en majorité de musulmans."

Au lieu de quoi, le général Nikolaï Patrouchev, directeur du FSB jusqu'en 2008 et qui dirige aujourd'hui le Conseil de sécurité de Russie, une instance consultative, s'est empressé d'évoquer "une possible piste géorgienne" après le double attentat du 29 mars... Son arrière-pensée: nuire à l'image de la Géorgie, dont le président, Mikhaïl Saakachvili, est l'ennemi intime de Vladimir Poutine.

Devant tant d'audace, les experts du Caucase et les spécialistes du renseignement de tous bords ont choisi de conserver un silence poli.

Par Alla Chevelkina, Axel Gyldén

__
"Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ? Avec le terroriste on peut négocier"
3

.、スフィンクス、


Spoiler:


Sphinx
Sphinx
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 8037
Age : 33
Emploi/loisirs : Mat
Humeur : Peu importe.
Date d'inscription : 19/12/2008
Localisation : S.B.A

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par col.chibani le Ven 2 Juil - 19:11

Le SVR,le service d'espionnage issu du KGB.

Le Service de renseignement extérieur russe, dont dix agents présumés ont été arrêtés aux Etats-Unis, est le successeur de la mythique Première direction générale du KGB.

Les Etats-Unis ont annoncé lundi 28 juin l'arrestation de dix personnes formées par le SVR pour s'immerger dans la société afin d'"obtenir des informations" en "infiltrant les cercles politiques américains", un épisode qui n'est pas sans rappeler l'époque de la Guerre froide, durant laquelle opérait le fameux KGB.


L'actuel Premier ministre russe Vladimir Poutine est un colonel des services soviétiques pour lesquels il a travaillé de 1985 à 1990 à Dresde, en République démocratique allemande (RDA).

A la chute de l'URSS, les activités du KGB ont été confiées à deux institutions séparées, le Service de renseignement extérieur et le Service fédéral de sécurité (FSB), chargé du renseignement en Russie et du contre-espionnage.

Quant aux renseignements étrangers, le premier service soviétique à s'en occuper à partir de 1920 était le "Département étranger" du NKVD, le Commissariat du peuple aux Affaires intérieures.

L'organisation a régulièrement changé d'acronyme sous l'ère soviétique. En 1954, l'appellation de "Première direction générale" du KGB lui est attribuée, un nom qu'elle conservera jusqu'à l'effondrement de l'URSS en 1991.



Les activités du SVR aujourd'hui

"Le SVR fait partie intégrante des forces assurant la sécurité et est appelé à défendre la sécurité des individus, de la société et de l'Etat contre les menaces extérieures", explique sur son site internet ce service qui fête cette année ses 90 ans.

Il a pour but d'informer le Kremlin afin de l'aider à prendre des décisions dans les domaines politique, économique, militaro-stratégique, scientifique et écologique.

Le SVR indique que ses activités ont largement évolué depuis la chute du régime soviétique. Il a arrêté sa politique "globale" de la Guerre froide consistant à placer des espions dans tous les pays où se trouvaient des agents occidentaux et travaille maintenant uniquement là "où la Russie a des intérêts authentiques et non imaginaires".

"Le SVR considère qu'il n'a pas d'adversaires principaux ou de second rang", est-il précisé sur le site.

Le président russe nomme le directeur du SVR qui agit directement sous ses ordres. Depuis 2007, il s'agit de Mikhaïl Fradkov, ancien Premier ministre.

Selon un rapport du ministère allemand de l'Intérieur publié le 21 juin, le SVR compte 13.000 employés et est toujours actif en Allemagne avec des agents opérant sous couverture, notamment de diplomates ou de journalistes.

(Nouvelobs.com)


Dernière édition par col.chibani le Dim 4 Juil - 12:59, édité 1 fois

col.chibani
Invité
Invité

Masculin
Nombre de messages : 128
Age : 79
Date d'inscription : 26/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par col.chibani le Ven 2 Juil - 19:25

Espions russes aux USA: le renseignement extérieur russe "ne commente pas"

AFP | 29.06.10 | 06h46

Le service de renseignement extérieur russe, le SVR, a indiqué mardi à l'agence officielle Ria Novosti qu'il ne commentait pas l'annonce du démantèlement aux Etats-Unis d'un vaste réseau d'espionnage présumé au profit de la Russie.

"Nous ne commentons pas cette information", a déclaré le porte-parole du SVR, Sergueï Ivanov.

La justice américaine a annoncé lundi l'arrestation de dix personnes formées par le SVR pour s'immerger dans la société afin d'"obtenir des informations" en "infiltrant les cercles politiques américains".

Le démantèlement de ce réseau d'espionnage digne de la guerre froide est l'aboutissement de dix ans d'enquête du FBI, selon les autorités américaines.

col.chibani
Invité
Invité

Masculin
Nombre de messages : 128
Age : 79
Date d'inscription : 26/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Syfou le Jeu 29 Juil - 22:55

En Russie, Medvedev renforce le pouvoir du FSB


Le président russe lors de son entrée au Kremlin, le 29 juillet 2010.
_
Le président russe, Dmitri Medvedev, a promulgué jeudi 29 juillet une loi destinée à renforcer le FSB (Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie, un service secret destiné aux affaires intérieures du pays, et qui a succédé au KGB). Face au tollé provoqué par la version initiale du texte, le Parlement l'avait néanmoins fortement amendé afin de retirer les dispositions les plus controversées. Parmi elles, la possibilité pour le FSB de convoquer les personnes sur le point de commettre un crime, et de les placer en détention pour une période allant jusqu'à quinze jours en cas de refus de se rendre à cette convocation.

Le texte promulgué par le président russe réintroduit malgré tout la pratique, courante à l'époque de l'Union soviétique, qui consiste à adresser une mise en garde à une personne "dont les actes créent les conditions pour commettre un crime", selon un communiqué du Kremlin. Les détracteurs de la loi estiment qu'elle pourrait être invoquée pour intimider des journalistes indépendants et des groupes d'opposition, qui se disent déjà victimes de fortes pressions du FSB.

"NUL NE SAIT CE QUE SIGNIFIE CETTE LOI"

"Il s'agit d'une énorme erreur politique de la part de Medvedev", explique un défenseur des droits de l'homme, Lev Ponomariov. "Cela va lui aliéner un très grand nombre de libéraux, qu'il [Medvedev] cherchait à gagner à sa cause." Depuis son investiture au Kremlin en 2008, Dmitri Medvedev s'est déclaré maintes fois partisan d'une plus grande ouverture à la société civile et d'une plus grande démocratie. "Cela montre une fois pour toutes que Poutine et Medvedev sont une seule et même personne", ajoute Lev Ponomariov.

Guennadi Goudkov, membre du parti Russie juste, qui ne s'oppose pratiquement jamais aux projets de loi du Kremlin, a estimé que les modifications apportées au projet de loi n'étaient pas de nature à apaiser les inquiétudes de l'opposition. "Nul ne sait ce que, en pratique, signifie cette loi. Elle pourrait servir contre n'importe qui", a-t-il estimé. En revanche, pour Mikhal Marguelov, sénateur membre du parti Russie unie (au pouvoir), la loi "ne fait pas du FSB une résurgence du tout-puissant KGB. Elle donne un cadre légal à des pratiques en vigueur de longue date".

Le FSB a été créé sur les cendres du KGB, démantelé à la chute de l'URSS, en 1991. Le rôle de ses agents est allé grandissant dans les années 2000 sous la présidence de Vladimir Poutine, ancien directeur du FSB, qui l'a chargé de la lutte contre les insurgés islamistes, dans le Nord-Caucase notamment.

Source:LeMonde.fr, avec Reuters


__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Syfou le Mar 17 Aoû - 1:07

La Russie expulse un diplomate roumain accusé d'espionnage

MOSCOU (AP) — Un diplomate roumain, accusé d'espionnage par Moscou, a désormais 48 heures pour quitter la Russie, ont annoncé les autorités lundi.

Gabriel Grecu, premier secrétaire du département politique de l'ambassade de Roumanie à Moscou, a été interpellé alors qu'il tentait d'obtenir des informations militaires secrètes auprès d'un citoyen russe, a affirmé le Service fédéral de sécurité (FSB) dans un communiqué.

"Du matériel d'espionnage saisi sur l'agent révèle pleinement ses activités hostiles contre la Russie", ajoute le communiqué.

La Russie a émis une protestation officielle auprès du gouvernement roumain au sujet des activités de Grecu et a déclaré le diplomate persona non grata, selon le FSB.

Les relations sont fraîches entre les deux pays. L'ambassade de Roumanie à Moscou et le ministère roumain des Affaires étrangères à Bucarest se sont refusés à tout commentaire. AP

cr/v419

__
« Vouloir prouver des choses qui sont claires d'elles-mêmes, c'est éclairer le jour avec une lampe. »  


http://algerie-institution.blog4ever.com

Syfou
Syfou
Adminstrateur
Adminstrateur

Masculin
Nombre de messages : 5687
Age : 36
Emploi/loisirs : Les souvenirs s'envolent aussitot la la porte ouverte .
Humeur : Bien / H.M.D / Toujours.
Date d'inscription : 11/01/2010
Localisation : Dans un autre repère !

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Daûphin_zz_47 le Jeu 6 Oct - 12:57

Video sur les forces armées du FSB

[url][/url]

Рукопашный бой- Система Спецназ
Video sur les Techniques secrètes des Forces speciales du GRU

[url][/url]

La Station de Surveillance Électronique de Lourdes, la plus grande station militaire secrète étrangère de la Russie



__
-------------
" Il ya deux manières d'ignorer les choses:
La première, c'est de les ignorer;
La seconde, c'est de les ignorer et croire qu'on les sait.
La seconde est pire que la première."



Peuple sans mémoire, peuple sans histoire





https://www.facebook.com/DIKKTARIOF

Daûphin_zz_47
Daûphin_zz_47
Adm
Adm

Masculin
Nombre de messages : 2215
Age : 37
Date d'inscription : 06/08/2010
Localisation : tlc

Revenir en haut Aller en bas

Sujet / Message Re: Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum